Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

V. La mélancolie dans la littérature étrangère

Mélancolie du bout du monde : Un Jardin au bout du monde de Gabrielle Roy

Marie-Pierre Andron

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je suis le ténébreux, le veuf, l’inconsolé, Le prince d’Aquitaine à la tour abolie, Ma seule étoile est morte, et mon luth constellé Porte le Soleil noir de la Mélancolie.
Nerval, « El Desdichado », Chimères, 1853.

L’œuvre de Gabrielle Roy s’édifie sur une scission que cette romancière n’aura de cesse de pallier dans son œuvre : d’un côté, les racines mythiques, originelles, entretenues ; de l’autre, le présent, l’ancrage quotidien, le déracinement au « bout du monde ». Cette scission trouve une de ses expressions par l’écriture de la mélancolie, figure tutélaire et organisatrice d’Un jardin au bout du monde.

La préface d’Un jardin au bout du monde met en valeur sa particularité formelle puisqu’il est composé de deux nouvelles préexistantes à l’élaboration définitive du recueil : « Un vagabond frappe à notre porte » et « La Vallée Houdou ». Vingt années ont passé entre la première version du « Vagabond »1 et sa version actuelle. Pour Gabrielle Roy elle-même, il s’agit...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search