Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

V. La mélancolie dans la littérature étrangère

Le miroir de la mélancolie dans Le Livre de l’impératrice Élisabeth (1908) de l’écrivain grec Christomanos

Renée-Paule Debaisieux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La courbe à jamais affligée de sa bouche, la fixité persistante de ses yeux, comme si leur éclat stellaire voulait plonger dans quelques profondeurs, le port altier de la tête aérienne et couronnée d’ombre, paraissant dressée dans une fière révolte contre un insupportable fardeau, et en même temps l’affaissement des lignes de son visage manifestant une fatigue ressentie, mais tue à tout jamais, toute l’attitude de ce corps délicat de reine, qui semblait prêt à se briser comme du verre, et qui pourtant, plein de force et de souplesse, attendait les coups du destin, etc. »1

Ce portrait, que l’on pourrait qualifier de « typique » du personnage mélancolique, est celui de l’impératrice d’Autriche, Élisabeth, connue sous le surnom de Sissi. Son auteur est l’écrivain grec Constantin Christomanos (1868-1911), qui a été embauché à deux reprises par Élisabeth pour lui servir de répétiteur de grec. Le texte, Το Βιβλίο της Αυτοκράτειρας Ελισάβετ, Le Livre de l’impératrice Élisabeth, est présen...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search