Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

V. La mélancolie dans la littérature étrangère

Pascoli, la veillée mélancolique

Maria Cristina Panzera

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au seuil du XXe siècle, l’œuvre de Giovanni Pascoli bouleverse la tradition poétique italienne par une expérimentation stylistique et linguistique inédite, la représentation symbolique du réel, l’exploration de thèmes éloignés jusqu’alors des intérêts de la grande poésie romantique ou patriotique, comme la vie des champs, le folklore populaire de son pays natal, la Romagne, ou de la Toscane qu’il a choisi comme refuge, le chant des oiseaux, les travaux de la terre, le mythe de l’enfance1. Une poésie marquée par l’expérience de la douleur qui puise sa force dans les traumatismes d’une jeunesse particulièrement malheureuse, mais qui vise aussi à donner de cette douleur une représentation universelle : c’est en effet sous le signe de la mémoire que s’ouvrent le deux premiers recueils de Pascoli, les Myricae et Les Chants de Castelvecchio, l’un dédié à son père victime d’un odieux assassinat en 1867 et l’autre à sa mère, qui décéda l’année suivante, suivie par des frères et des sœurs du...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search