Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

V. La mélancolie dans la littérature étrangère

Du Canada français au Québec : l’immanence mélancolique du pays de l’hiver

Antony Soron

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il ne serait pas exagéré d’affirmer qu’au Canada français, le genre littéraire suprême ou tout au moins le plus cultivé depuis l’installation française sur le continent américain en 1534 a longtemps été la poésie. Or, les poètes de la belle province n’ont pas toujours repris à leur compte, loin s’en faut d’ailleurs, le titre performatif du roman de Jean Giono, Que ma joie demeure. En effet, si l’on pourrait aisément conclure de la lecture d’une anthologie de la poésie québécoise que tout le monde est quelque peu poète au Québec, il ne serait pas moins évident d’observer que nombre de poètes parmi ceux qui ont peuplé l’histoire du genre notamment à partir du XIXe siècle peuvent être caractérisés comme des dépossédés amers, que nous nous référions à Octave Crémazie, à Émile Nelligan, à Hector de Saint-Denys Garneau ou encore à Jacques Brault dont les textes respectifs constitueront le cœur de notre corpus d’étude.

D’une œuvre à l’autre, le sentiment mélancolique ne s’apparente-t-il pas...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search