Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

IV. La mélancolie au xxe siècle et dans la littérature actuelle

La mémoire mélancolique chez Pascal Quignard : une expérience du désir et de l’absence

Gérard Peylet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’écriture de Pascal Quignard animée du désir profond de rompre avec l’esprit du temps et de renouer avec le silence, la solitude, la nostalgie de l’origine, a un lien avec l’absence. Elle s’exprime dans un sentiment très fort de perdition.

La mélancolie de Pascal Quignard se rapproche d’une expérience de l’exil, expérience de l’arrachement à l’origine ou de l’éloignement. Elle renvoie toujours à un ailleurs perdu, mais constamment évoqué. C’est ainsi que la mémoire devient le lieu principal de l’existence du mélancolique. Il n’y aurait pas de mélancolie chez Quignard sans ce continuel travail de mémoire qui reconfigure et cultive les traces, qui suggère aussi que quelque chose n’en finit pas de s’achever, des lieux ou des espaces où la ruine du temps se donne bien sûr à lire, mais qui sont encore de manière douloureuse et exaltante à la fois travaillés par la soif de l’origine.

La question de la mémoire mélancolique soulève le problème de l’imbrication du temps et de l’espace. Il est...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search