Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

IV. La mélancolie au xxe siècle et dans la littérature actuelle

Jeux et enjeux de la mélancolie dans l’œuvre de Jean-Luc Lagarce

De la blessure intime à l’esquisse d’une communauté

Yannick Hoffert

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jean-Luc Lagarce est né en 1957, l’année même de la reprise de La Cantatrice chauve au Théâtre de la Huchette dans la mise en scène de Nicolas Bataille qui devait contribuer à la reconnaissance définitive de Ionesco comme auteur majeur de son temps. Bien qu’anecdotique, cette coïncidence attire l’attention sur une forme d’articulation historique entre le théâtre d’avant-garde des années cinquante et la pratique dramaturgique de Jean-Luc Lagarce. Ce dernier a notamment lu Ionesco et ses premières œuvres comportent de nombreux éléments qui renvoient à plusieurs pièces de son aîné1. Jean-Luc Lagarce a explicité le rapport qui s’établit selon lui entre le théâtre dit « de l’absurde » et sa propre écriture : « Les auteurs du courant dit “absurde” des années cinquante – je ne parle pas ici de Beckett – ont joué un rôle important par leurs tentatives de déstructuration… Mais il faut ensuite dépasser cela… Passer à autre chose2 », déclare-t-il dans son dernier entretien avec Lucien Attoun. ...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search