Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

IV. La mélancolie au xxe siècle et dans la littérature actuelle

La mélancolie profonde dans Le passage des ombres d’Isabelle Hausser

Hai Phung-Huu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce n’est pas la mort qui est un mystère.
Le vrai mystère, c’est la vie.

Un des thèmes préférés d’Isabelle Hausser, outre celui de l’identité, est celui de la mélancolie. Ce thème est plus ou moins présent dans ses premiers romans, par exemple Nitchevo, Les magiciens de l’âme (1996), La tables des enfants (2003). Mais dans Le passages des ombres (2006), la mélancolie imprègne la trame romanesque et devient le contenu principal de ce roman.

Si dans les premiers romans, la mélancolie est partiellement marquée chez un seul personnage, comme Grigori dans Les magiciens de l’âme – un artiste malheureux qui aime la musique à la folie ou bien chez Élisabeth, une romancière qui s’est tuée dans La table des enfants, par contre, la mélancolie s’est peut-être manifestée de la manière la plus intense, dans tous ses aspects dans Le passage des ombres : qu’il s’agisse du destin des trois protagonistes – un trio –, du temps narratif, du lieu et de l’esprit de ce lieu : Malemo...

Auteur

École Normale Supérieure de Hanoï

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search