Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

IV. La mélancolie au xxe siècle et dans la littérature actuelle

Fin de partie de Samuel Beckett

Contribution à une anthropologie de la mélancolie

Jean-Guy Cintas

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Fin de partie met en scène quatre infirmes. Les parents, Nagg, le père, et Nell, la mère, culs-de-jatte fixés dans leurs poubelles, le fils tout puissant, Hamm, affublé d’un drap et d’un mouchoir taché de sang, et Clov, valet et sans doute fils adoptif de Hamm, boiteux qui ne peut pas s’asseoir et à qui cette affliction moindre permet d’être l’agent des rapports dans l’espace. Nell meurt vraisemblablement. Dans le roman de Hamm, qui pourrait évoquer l’arrivée et l’adoption de Clov, on rencontre un père mais pas de mère (p. 68-72)1. Pegg, ancienne connaissance de Hamm, est morte (p. 58). Le monde humain est caractérisé par l’absence ou la disparition des femmes. Le premier mot, « fini », pose la fin au début, avant de la mettre en doute, et les dernières paroles annoncent un retour au silence du commencement tandis que Hamm s’apprête probablement à se couvrir du « vieux linge » qu’il garde et qui le voilait alors. À l’hypothétique réserve de la mort de Nell, le temps qui est contenu ...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search