Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

III. La mélancolie du romantisme au décandentisme

L’Eros mélancolique des contes antiquisants fin de siècle

Agnès Lhermitte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« D’où viennent les mélancolies historiques ?1 » se demandait Flaubert, qui confiait aussi toute la tristesse qu’il avait fallu éprouver « pour ressusciter Carthage2 ». En effet, dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’écrivain mélancolique rencontrait dans l’Antiquité latine ou gréco-orientale – souvent tardive – une zone spatio-temporelle connue mais perdue, suffisamment éloignée pour qu’il pût y transférer, en les amplifiant, sa manie mémorielle, ses obsessions imaginaires, et surtout une tendance perverse qu’Yves Bonnefoy définit ainsi : « une espérance à la fois toujours renaissante et sans fin déçue ; mais moins dans celle-ci un vrai désir de “vraie vie” que le manque dans ce désir d’un réel besoin de se satisfaire3 ». C’est à travers un corpus de contes fin de siècle que je tenterai de montrer comment l’aire antique offrait un terrain privilégié aux ambiguïtés de l’eros mélancolique, qui trouvait à s’y raconter, sous le masque du fantasme compensatoire, à travers des images ...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search