Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

III. La mélancolie du romantisme au décandentisme

De la Névrose considérée comme un des beaux-arts : Rollinat et le frisson mélancolique

Morgane Leray

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

[la poésie] est indissociable de la névrose. L’expérience poétique et l’expérience névrotique sont deux chemins qui se croisent, s’entrecroisent, et finissent le plus souvent par se confondre ; ceci par la dissolution du filon poétique dans le flot sanglant de la névrose. Mais vous n’avez pas le choix. Il n’y a pas d’autre chemin. 
Michel Houellebecq, Rester vivant.

De l’Antiquité au Classicisme, l’inspiration fut associée à une dixième muse : Melancholia. Éclipsée pendant les deux siècles de la Raison, elle revint en force au XIXe siècle, où le Cœur revint d’exil et eut à nouveau droit de cité dans la République des Lettres. Ainsi apparut le « vague des passions », que le Romantisme rendit consubstantiel à toute âme artiste, à toute âme élue. Alors que l’Antiquité faisait osciller ce stigmate du génie du côté de la folie, du furor poétique1, chez les poètes de la première partie du XIXe siècle, la mélancolie prit de préférence les habits de l’acédie, tristesse douce ...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search