Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

III. La mélancolie du romantisme au décandentisme

Une mélancolie à double visage dans les Memoranda de Jules Barbey d’Aurevilly

Carole Hoarau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Couvrant une période de vingt-huit ans, les Memoranda, offrant le plus intime de la personne de Barbey d’Aurevilly, ne reflètent qu’un peu plus de deux ans de la vie de l’auteur. Si les deux premiers Memoranda écrits d’un même élan1 donnent un aperçu de la jeunesse parisienne de Barbey, – une jeunesse tourmentée et marquée par des échecs –, les trois derniers journaux2 sont quant à eux placés sous le signe de la maturité. En raison du hiatus de dix-sept ans qui sépare les deux premiers journaux des trois derniers, se profilent dans les Memoranda deux formes de mélancolie, étroitement liées à ces deux grandes périodes de la pratique diariste. Alors que la mélancolie des deux premiers journaux est profondément liée au mal de vivre, celle qui fait jour dans les derniers journaux, et plus particulièrement le Cinquième Memorandum, se voit teintée de nostalgie.

La mélancolie se définit habituellement par les symptômes qui la caractérisent : bile noire dont l’excès poussait à la tristesse. ...

Auteur

Université d’Exeter

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search