Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

III. La mélancolie du romantisme au décandentisme

La mélancolie aurevillienne : quelques formes romanesques d’une humeur

Vigor Caillet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La mélancolie aurevillienne s’enracine dans le vécu de l’écrivain. Le spleen, chez Barbey, ne relève pas que d’une pause littéraire : dans son sillage, c’est la faculté même de création qui est mise en doute. C’est aussi une question de forme qui est posée : les chimères engendrées par la mélancolie impliquent, dans leur hétérogénéité, voire leurs torsions, un recours à l’hybride. L’humeur noire induit donc un problème esthétique.

Au soir du 30 décembre 1858, Barbey d’Aurevilly note dans son deuxième Memorandum, la lancinante question qui le hante : « Oh ! écrire, écrire, qui m’apprendra cela1 ? ». Ce doute sur les facultés créatrices est engendré par un moment de spleen nocturne :

[…] Écrivaillé deux grandes heures. – Les yeux lassés, ouvert ma fenêtre, regardé le ciel, bleu pâle, avec une lune qui doit faire de beaux éventails d’argent sur les mers vertes de mon pays ! […] fermé ma fenêtre. – Mis mon châle sur ma tête et griffonné ceci. […] La solitude est encore pire à cette heure ...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search