Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

III. La mélancolie du romantisme au décandentisme

Des représentations du Spleen à la « sainte prostitution de l’âme »

Régine Foloppe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Sans une disposition à la mélancolie, il n’y a pas de psychisme mais du passage à l’acte ou au jeu »

Baudelaire est sans conteste poète de transition et de transmission incomparables : à travers lui – homme et œuvre – la poésie devient autre : moderne, disloquée, dissonante, duplice, lucide… les adjectifs ne manquent pas, qui tentent de qualifier la teneur et les retombées de ce passage inouï que représentent, il est vrai, l’ensemble de son œuvre dans l’histoire de la parole poétique. Lui-même définit son aventure créatrice à la fin du long et dernier poème des Fleurs du Mal, « Le Voyage », par ces vers signifiants :

« Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ? Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau1 ».

Or Baudelaire, parallèlement et presque comme un cas d’école, est désigné poète du Spleen. Qu’est-ce donc à dire, et comment peuvent bien cohabiter ces deux vérités : Baudelaire poète de la Modernité, et Baudelaire poète de la Mélancolie, quand on sait que ce « Mal ...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search