Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

III. La mélancolie du romantisme au décandentisme

Mélancolie et réflexivité dans Obermann de Senancour

Thomas Klinkert

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« On verra dans ces lettres l’expression d’un homme qui sent et non d’un homme qui travaille. » C’est ainsi que débute Obermann de Senancour, roman par lettres publié pour la première fois en 1804, réédité en 1833 et en 1840.1 Comme dans Les souffrances du jeune Werther de Goethe (1774), nous avons affaire à un roman épistolaire monodique : Obermann, le héros éponyme du texte, est le seul personnage écrivant des lettres.2 Dans les « Observations » qui précèdent les lettres d’Obermann, l’éditeur nous présente le texte comme un témoignage authentique. Il parle d’un « monument privé » contenant des « lettres sans art, sans intrigue », et il prévient le lecteur « qu’on n’y trouve ni esprit, ni science ; que ce n’est pas un ouvrage, et que peut-être même on dira : Ce n’est pas un livre raisonnable. »3 L’éditeur souligne ainsi le manque d’artifice, le caractère prétendument naturel et authentique de ce livre qui se veut le contraire d’une œuvre d’art. C’est l’individualité d’un caractère ...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search