Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

II. La mélancolie dans l’antiquité

Melancholia

Chants de l’Âme exilée, aux premiers siècles de notre ère

Patrice Cambronne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Prologue

Il est de coutume de dire que les premiers siècles de notre ère – tout particulièrement les IIe et IIIe siècles – nous sont tout proches par la surcharge d’angoisse et de nostalgie qui les caractérisent1, ce qu’il est possible d’admettre, mutatis mutandis, tout en se gardant bien du risque d’anachronisme.

Or, d’une part, il se trouve que dans l’une de ses « Encyclopédies » – composées dans les années 1150 –, le traité Causæ et curæ2, la célèbre Abbesse bénédictine, Hildegard von Bingen, la « Sibylle du Rhin » (1098 – 17 : 09 : 1179), associe très directement la mélancolie au thème théologique de la Chute :

« Après la transgression d’Adam […], sa bile se mua en amertume, et sa mélancolie en noirceur de l’impiété »3.

Il se trouve, d’autre part, que des siècles avant l’élaboration de la théologie augustinienne du « Péché originel », ce thème de la Chute – source d’angoisse et de nostalgie – irriguait bien des systèmes religieux à l’aube de l’Antiquité tardive.

Aussi bien allons-nou...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search