Version classiqueVersion mobile

La Mélancolie

 | 
Gérard Peylet

I. Perspectives théoriques

L’écriture peut-elle être mélancolique ?

Jean-Noël Gaudy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À quelles conditions peut-il y avoir écriture de la mélancolie ? Écriture, c’est à dire inscription esthétique dans la langue de la mélancolie. De, au sens de restituant, exprimant, rendant compte de la mélancolie ; au sens aussi d’à partir de, trouvant sa source dans.

La question nous confronte d’emblée à une contradiction : la littérature, à qui rien de ce qui est humain n’est étranger, rend compte de la mélancolie qui devient même son premier objet d’examen dans la première moitié du XIXe siècle ; et pourtant l’état mélancolique est a priori bien peu compatible avec l’activité d’écriture, au sens de composition littéraire. En effet « l’activité psychique du mélancolique est ralentie d’où la fixité et la pauvreté des idées, des sentiments, des mouvements. L’atteinte de l’intelligence se manifeste par un ralentissement ou même un arrêt des idées. L’attention n’est pas supprimée mais elle est réduite ou égocentrique. Le trouble de la mémoire consiste en une lenteur d’évocation : l’im...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search