Version classiqueVersion mobile

Rhétorique, poétique et stylistique

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Anne Bouscharain

Deuxième partie. Autour de la théorie

Constituer une anthologie de Poétiques néo-latines

Virginie Leroux et Émilie Séris

Texte intégral

  • 1 Poétiques de la Renaissance. Le modèle italien, le monde franco-bourguignon et leur hérita (...)
  • 2 Sébillet, Aneau, Peletier, Fouquelin, Ronsard, Traités de poétique et de rhétorique de la (...)
  • 3 Sylvius, Franciscus (Dubois, François), Poetica, Paris, chez Jean de Gourmont, 1516 ; Pari (...)
  • 4 De Arte Poetica, Art poétique, Genève, Droz, 2013. Nous remercions chaleureusement Jean Pa (...)
  • 5 L’idée de fable. Théories de la fiction poétique à la Renaissance, Genève, Droz, 2007.
  • 6 Vadianus ou Vadian ou Joachim von Watt, De Poetica et Carminis Ratione Liber ad Melchiorem (...)
  • 7 Antonio Sebastiano Minturno, De Poeta, ad Hectorem Pignatellum, Vibonensium ducem, libri s (...)
  • 8 De Poetica libri tres, Anvers, C. Plantin, 1579, reproduit dans Poetiken des Cinquecento, (...)
  • 9 Poeticarum libri tres. Eiusdem Tyrocinium poeticum, Ingolstadt, David Sartorius, 1594.

1Il y a quelques années s’est constituée une équipe, animée par le projet de réaliser une Anthologie des théories poétiques latines de la Renaissance afin de compléter les analyses critiques de l’ouvrage collectif sur les Poétiques de la Renaissance, dirigé par Perrine Galand-Hallyn et Fernand Hallyn1. L’objectif initial était de réaliser un équivalent pour le domaine néo-latin de l’édition des poétiques françaises par Francis Goyet2 ; nous avons finalement choisi de publier des extraits plutôt que des textes intégraux, de présenter les textes en latin et en traduction française et de les classer par thèmes. En effet, en l’absence d’éditions critiques et de traductions françaises et étant donné l’ampleur des principaux arts poétiques néo-latins, il n’était pas concevable de les présenter in extenso. Nous avons donc opté pour une période longue, du Trecento à la fin du xvie siècle et une aire géographique assez vaste, recouvrant l’Italie, la France, l’Allemagne et les Flandres. Nous avons ainsi étendu le corpus étudié dans l’ouvrage collectif dirigé par Perrine et Fernand Hallyn, en mettant à profit des études récentes, par exemple l’édition de la Poétique de Dubois procurée par Jean Lecointe dans son mémoire d’HDR3, celle de la Poétique de Vida par Jean Pappe, parue chez Droz en 20134, ou encore l’ouvrage de Teresa Chevrolet sur L’idée de fable5. Nous avons ainsi pris en compte de manière plus systématique le traité de Vadian, paru en 1518 et édité par Peter Schäffer6 ; le De poeta de Minturno, paru en 15597 ; la poétique de Giovanni Antonio Viperano, traduite en anglais par Philip Rollinson8 et les Poeticarum institutionum libri tres de Jakob Spanmueller, dit Pontanus, parus en 15949.

2L’ouvrage a été accepté par les éditions Droz et paraîtra dans la collection « Titre courant ». Nous espérons qu’il offrira une vision synthétique des textes théoriques essentiels qui ont nourri la poétique de l’époque et qu’il les rendra accessibles à des étudiants ou à de jeunes chercheurs. Dans le cadre de cet article, nous voudrions exposer brièvement les principaux problèmes de méthodes que nous avons rencontrés au cours de nos travaux concernant le choix des textes, le plan de l’ouvrage, la rédaction des synthèses sur les diverses problématiques constituant nos parties et l’harmonisation des commentaires de textes.

I. Le choix des textes

  • 10 C. Trinkaus (éd.), The Unknown Quattrocento Poetics of Bartolommeo della Fonte, Studies in (...)
  • 11 Érasme, Dialogus Ciceronianus, siue De optimo genere dicendi. Cum aliis nonnullis…, Basel, (...)

3Outre les arts poétiques, nous avons pris en compte des théories disséminées dans des écrits variés ou au contraire concentrées dans des parties d’œuvres. Au Trecento et au début du Quattrocento, il n’existe pas de traité à proprement parler : Pétrarque livre son art poétique au fil de sa correspondance, Boccace le synthétise dans les deux derniers livres de la Généalogie des dieux. Le premier traité connu est celui de Bartolomeo Fonzio, daté de 1492, et il est resté manuscrit non seulement à la Renaissance, mais jusqu’à l’édition critique de Charles Trinkaus10. Pour le xvie siècle, où sont parus des traités de poétique, nous avons présenté aussi des extraits de textes divers comme des cours universitaires, des préfaces ou des commentaires. Nous avons encore retenu des traités qui ne concernent pas spécifiquement la poésie, mais qui ont joué un rôle déterminant pour certaines problématiques, par exemple le Ciceronianus d’Érasme pour l’imitation11. Nous nous sommes efforcées de présenter le plus d’auteurs possibles et de choisir des textes représentatifs de leurs auteurs, tout en respectant les évolutions chronologiques et la diversité thématique. Comme certains de ces auteurs étaient peu connus, il nous a paru utile de fournir des notices apportant sur eux des éléments biographiques et bibliographiques ; ces fiches sont présentées sous la forme d’un index alphabétique à la fin de l’ouvrage.

II. Le plan de l’ouvrage

4Les thématiques abordées dans les traités ainsi que leur structure varient de manière très significative, à la fois selon les périodes et en fonction des théoriciens. Nous nous sommes assez vite accordées sur un plan en cinq parties correspondant aux thématiques les plus fréquentes. La première partie est consacrée à la légitimation de la poésie, entreprise qui est à l’origine de la discipline humaniste de la poétique. Les premiers textes théoriques sont des plaidoyers et l’argumentation de défense constitue la part majeure des premiers arts poétiques. Si elle occupe une place décroissante à partir des années 1550 et si elle est parfois reléguée aux introductions des traités, elle n’en demeure pas moins présente comme fondement de la théorie poétique. Elle occupe même quasiment toute la première partie du De poeta de Minturno, paru en 1559. La seconde partie traite de l’inspiration, qui est souvent invoquée dans la défense des poètes, mais qui a conquis un statut autonome et pris une ampleur particulière en raison de la diffusion du néo-platonisme, de l’astrologie et de la théorie médicale des humeurs. De la constitution de la discipline, où sont abordées les questions des devoirs et des vertus des poètes, on passe aux qualités et facultés du poète. Une fois acquise la légitimité de la poésie et rappelée la part divine ou innée des dons des poètes, la théorie poétique porte principalement sur l’imitation, objet de notre troisième partie. Dans un premier temps, il s’agit surtout de déterminer quels modèles antiques imiter et comment les imiter. Cependant, la question de l’imitation comprend aussi celle de la représentation du réel ou mimesis et celle-ci prend une place de plus en plus importante à mesure que se multiplient les commentaires de la Poétique d’Aristote. Nous avons donc été amenées à traiter dans une même partie des deux problématiques distinctes de l’intertextualité et de la fiction. Ces deux problématiques appellent dans les traités des développements sur les genres littéraires définis par des modèles, mais aussi par des critères métriques, thématiques et stylistiques. La cinquième partie porte sur ces questions génériques. Bien que la question du mètre et du style soient parfois traitées séparément, ainsi chez Scaliger qui leur consacre respectivement la seconde et la quatrième parties des Poetices libri septem, elles sont le plus souvent liées à celle du genre et font dans notre Anthologie l’objet d’une même section. La dernière partie analyse les rapports de la poésie avec les autres arts : d’une part, les théoriciens humanistes élaborent des classifications du savoir au sein desquels il importe de situer la poésie, d’autre part la théorie poétique fait de nombreux emprunts aux théories des autres arts. L’étude de la poétique s’ouvre ainsi sur la perspective plus large des arts libéraux.

  • 12 Poetices libri septem, Lyon, chez A. Vincent, 1561 et éd. L. Deitz, Sieben Bücher über die (...)
  • 13 Lilio Gregorio Giraldi, Historiae poetarum, tam graecorum quam latinorum, dialogi decem, q (...)
  • 14 Dans l’espace qui nous est imparti pour cette étude, nous ne pouvons donner les références (...)

5Certains points auraient certes mérité des développements particuliers : nous les avons intégrés à l’une des parties et en avons parfois traité de manière transversale, dans plusieurs sections. Prenons l’exemple de l’histoire littéraire qui constitue une division de la théorie poétique : certains traités lui consacrent des développements spécifiques, notamment ceux de Vadian et de Scaliger. Le livre V des Poetices libri septem, intitulé Criticus, compare ainsi Virgile à Homère, tandis que le livre VI, Hypercriticus, passe en revue l’ensemble des modèles antiques et humanistes12. On peut encore mentionner l’approche plus systématique de Lilio Gregorio Giraldi qui compose une histoire des poètes grecs et latins en dix dialogues13. Tous ces ouvrages sont évoqués dans la partie sur l’imitation, dans le développement sur le canon. Cependant l’histoire littéraire est également abordée dans la section sur les genres ; par exemple, l’extrait de Fonzio sur la poésie lyrique comprend, outre la définition du genre, une histoire des poètes qui l’ont illustré14. De même, la métrique est abordée dans plusieurs parties : dans la quatrième, comme critère de caractérisation générique, et dans la dernière, par le biais d’un texte de Coluccio Salutati extrait du De laboribus Herculis, à propos du rapport entre poésie et musique. Enfin, la question du style apparaît à la fois dans la partie sur l’imitation et dans celle sur les genres : dans le première cas, à propos du style personnel, dans le second, afin d’évaluer la part du style dans la classification générique.

III. Les synthèses introduisant les différentes parties

6Pour chaque problématique déterminée, nous avons tenté d’illustrer les multiples aspects de la question et de représenter les diverses tendances critiques. Par exemple, dans la section sur la légitimation de la poésie, nous avons choisi un texte d’Enea Silvio Piccolomini qui situe la condition du poète par rapport aux autres professions sur le modèle du priamel horatien ; un texte de Cristoforo Landino définissant l’utilité civique du poète ; un autre de Poggio Bracciolini qui affirme que le poète n’a rien à gagner auprès des princes et prône un détachement par rapport au pouvoir ; un plaidoyer de Boccace en faveur de l’honnêteté des Muses et de la moralité de la poésie ; un extrait de la Vie d’Ovide par Pietro Crinito qui défend la décence du poète érotique ; une préface de Josse Bade comparant le poète au démiurge pour réhabiliter la comédie ; un texte de Fracastor qui met en valeur la fonction spécifiquement esthétique de la poésie ; un de Scaliger qui précise les quatre vertus du poète et enfin un texte d’Henri Estienne en faveur de la poésie philosophique. Nous avons ainsi couvert l’ensemble de la période du Trecento à la fin du xvie siècle, mais l’ordre adopté n’est pas entièrement chronologique : les premiers textes concernent le rapport du poète à la société et au pouvoir, les suivants la question de la décence et de la moralité de la poésie et les derniers s’efforcent de définir un officium propre au poète et par là de prouver sa légitimité. Nous avons rendu compte de la diversité des points de vue, en restituant par exemple l’opposition entre Landino et Bracciolini : le premier prône l’engagement politique du poète, le second son retrait. Nous avons aussi voulu montrer que la défense du poète se focalise souvent sur un genre précis, le théâtre, la poésie érotique ou, à partir de l’hégémonie d’Aristote, la poésie didactique qui n’est pas mimétique. Par ailleurs, nous avons suggéré que l’entreprise de légitimation de la poésie, à mesure qu’elle devient moins nécessaire, cède la place à un travail de définition des qualités du poète.

7Le principe de sélection inhérent à la démarche anthologique rendait nécessaire l’élaboration de synthèses complétant les textes présentés. Il nous a d’abord paru indispensable de présenter les textes antiques qui nourrissent les débats des humanistes : nous avons donc, pour cette partie, mis l’accent sur l’allégorie, élément de défense essentiel au Trecento et au Quattrocento. Il fallait aussi rappeler l’importance de la condamnation platonicienne de la poésie et du bannissement par le philosophe antique des poètes hors de la cité, puisque tous les poéticiens humanistes s’efforcent de les réfuter, tantôt par d’autres passages de Platon, tantôt en s’appuyant sur la réponse d’Aristote. Nous avons ensuite considéré les défenses de la poésie à l’époque romaine, souvent présentes dans les traités humanistes, et les arguments de certains auteurs chrétiens en faveur de la poésie païenne.

8Pour ce qui est des textes de la Renaissance, nous avons d’abord proposé une évolution chronologique. Dans un premier temps, les défenses de la poésie répondent aux attaques violentes portées par la scolastique et visent à autoriser la lecture des poètes antiques et leur imitation. Au Quattrocento, il s’agit aussi de fonder une nouvelle discipline, la poetica, et de lui conférer un rôle institutionnel et une place au sein du cursus des études. Au xvie siècle, la question occupe généralement une moindre place : alors qu’elle occupe un tiers du traité de Fonzio, elle ne se voit pas attribuer une section à part dans la Poétique de Vida et chez un Scaliger elle est reléguée à l’épître introductive. Elle est cependant largement présente chez Vadian et chez Minturno pour des raisons particulières : Vadian est le promoteur de l’humanisme à Saint-Gall, en Suisse. Quant à Minturno, parce qu’il fait dialoguer platoniciens et aristotéliciens dans le De poeta, il consacre une grande partie du premier livre à la réfutation de la condamnation platonicienne et à la défense de la poésie. Une fois cette évolution chronologique retracée, nous avons mis en évidence certains arguments de défense, d’abord l’utilité religieuse de la poésie, puis l’utilité civique et politique, et en particulier sa fonction pédagogique. Nous avons enfin consacré un paragraphe à l’officium propre de la poésie et en particulier à ce qui relève de l’admiration et de la délectation. En effet, la considération de l’utilité de la poésie est indissociable de la corrélation horatienne de l’utile/ dulci. Tout en justifiant la poésie par son utilité pédagogique et civique, certains humanistes, comme Girolamo Fracastor ou Alessandro Riccoboni, envisagent aussi une légitimation, sinon exclusivement, du moins principalement esthétique. Le plaisir procuré par les œuvres n’est plus seulement pensé comme un adjuvant de leur utilité, mais comme une fin en soi.

9Une autre difficulté consiste à trouver un équilibre entre les articulations thématiques et les évolutions chronologiques. Elle s’est présentée de façon particulièrement aiguë dans la partie sur l’imitation. Le terme latin recouvre, en effet, deux notions distinctes : l’imitation des auteurs ou imitatio auctorum et l’imitation de la nature ou mimesis. Un certain nombre de questions sont communes à ces deux notions, en particulier toutes celles qui portent sur le choix du modèle et sur la manière d’imiter : faut-il préférer un modèle unique ou combiner des modèles variés, à l’exemple de l’Hélène de Zeuxis ? Faut-il privilégier la fidélité au modèle ou la liberté de l’imitateur ? Cependant, on note aussi des divergences entre d’une part, une démarche critique qui élabore des schèmes historiographiques et des idéaux stylistiques et, d’autre part, une théorie de la fiction qui met l’accent sur le rapport du discours au réel et à la vérité.

10L’introduction de la partie s’ouvre par une synthèse concernant l’Antiquité, pour laquelle nous avons choisi une présentation chronologique en prenant en compte les divers sens du terme imitation. De fait, chez plusieurs auteurs, les prescriptions articulent les deux plans : par exemple, Cicéron prend l’imitation picturale – mimétique – comme paradigme de l’imitation oratoire ; par ailleurs, chez Horace, l’imitation des auteurs est conditionnée par la nécessité d’observer la vraisemblance, tandis que l’imitation de la nature est filtrée par l’imitation des modèles littéraires. Dans la synthèse sur la Renaissance, nous avons, en revanche, pris le parti de distinguer les deux problématiques et de traiter successivement de l’imitation des Anciens et de la fiction pour montrer à la fin de la partie la convergence des deux concepts. Nous avons commencé par la problématique de l’imitation des Anciens qui joue un rôle particulièrement important dès le Trecento autour des querelles du cicéronianisme. En raison de l’importance du paradigme oratoire et de la théorie cicéronienne de l’imitation et en l’absence d’une théorie antique spécifique de l’imitation poétique – à l’exception des quelques préceptes généraux d’Horace sur l’imitation des Grecs –, les humanistes ont focalisé leurs théories de l’imitation sur l’exemple cicéronien, puis l’ont transposé dans un second temps au modèle virgilien. Nous avons ensuite abordé les questions corollaires des canons et des méthodes d’imitation.

  • 15 Voir, par exemple, Cicéron, De inuentione, I, 27.

11Bien que les humanistes exploitent depuis longtemps une théorie du récit fondée sur la distinction des rhéteurs entre la fiction (argumentum), histoire inventée mais vraisemblable, et la fable (fabula) qui n’est ni vraie, ni vraisemblable15, c’est surtout à partir des années 1550, lorsque paraissent les premiers commentaires de la Poétique d’Aristote, que la mimesis gagne une place centrale dans les traités. Nous avons donc traité de cette question en second, suivant l’ordre chronologique, mais au sein de la section, nous avons préféré une logique thématique : d’abord la mimesis comme critère de définition de la poésie par opposition au vers, puis le vraisemblable et le decorum.

  • 16 Voir B. Kappl, Die Poetik des Aristoteles in der Dichtungstheorie des Cinquecento, Berlin/ (...)
  • 17 Saturnales, V, 1, 19.
  • 18 Voir notamment Poetices libri septem, III, 11, 95b et le début du chapitre III, 24.
  • 19 Voir notamment T. Chevrolet, L’idée de fable…, op. cit., p. 521.
  • 20 « “Aristoteles imperator noster …” ? J. C. Scaliger and Aristotle on Poetic Theory », Inte (...)
  • 21 Sur ce critère de la vraisemblance, V. Leroux, « Achille et les mouches : du bon et du mau (...)

12Ces deux conceptions distinctes de l’imitation – imitatio auctorum et mimesis – convergent toutefois dans la revendication d’un modèle idéal. Les commentateurs d’Aristote, autant Francesco Robortello que Vincenzo Maggi, identifient le modèle à imiter à une nature paradigmatique, assimilée à l’idée platonicienne16. Les Poétiques aristotéliciennes intègrent cette conception du modèle à la réflexion sur l’imitation poétique, tandis que la théorie cicéronienne de l’idée invite à assimiler cette nature paradigmatique à un auteur modèle. De même que pour Cicéron, Démosthène incarne le type original et l’idée ultime du genre oratoire, Minturno et Scaliger prescrivent l’imitation d’une réalité archétypale qui trouve son expression privilégiée dans l’œuvre de Virgile. L’art n’imite pas seulement la nature, mais la concurrence en produisant un monde plus parfait. Reprenant de Macrobe l’idée d’un « Virgile-univers17 », Scaliger fait de l’œuvre de Virgile une seconde nature et un modèle idéal proposé comme norme aux futurs poètes18. S’il opère ainsi une « littérarisation totale » de la création poétique dont il fait un processus autarcique19, la référentialité n’est pas négligée pour autant. De fait, comme l’a montré Luc Deitz en forgeant le concept de « représentation réaliste-idéaliste20 », Scaliger prescrit d’imiter de façon réaliste la nature idéale de l’Énéide. Le critère de l’observation des lois naturelles est ainsi central dans la critique des modèles à imiter aux livres V et VI : c’est, en effet, au nom de la vraisemblance que Scaliger condamne maints passages d’Homère, par exemple lorsqu’Ulysse tue les prétendants avec son arc, alors qu’il y avait si peu de distance entre eux qu’ils auraient pu se jeter tous sur lui21. Se trouvent donc finalement associées trois conceptions distinctes de l’imitation, l’imitation rhétorique des modèles littéraires, l’imitation platonicienne comme acte démiurgique qui met au jour une réalité archétypale et l’imitation aristotélicienne comme fiction vraisemblable.

IV. L’harmonisation des travaux

  • 22 Parmi les auditeurs réguliers du séminaire de P. Galand-Hallyn à l’EPHE, nous remercions t (...)

13Après lesdifficultés de sélection, de travail documentaire etde structuration, s’est posée enfin la question de l’harmonisation des commentaires des textes. Présentés oralement en séminaire22, les textes avaient donné lieu à des présentations mettant empiriquement en œuvre, selon les auteurs étudiés et la personnalité de nos collaboratrices, des méthodes différentes et les versions écrites étaient très disparates. Plutôt que des explications de textes rendant compte très précisément de la progression argumentative du texte et de ses aspects stylistiques, il nous a paru plus opportun de fournir des introductions brèves qui fournissent au lecteur les éléments nécessaires à l’élaboration de ses propres analyses. Il s’agissait de présenter le texte en précisant son contexte historique ou polémique, en le situant dans l’œuvre de l’auteur, en explicitant des notions théoriques et des termes techniques et en exhibant les sources principales afin d’alléger l’apparat des notes. Ainsi, à propos d’un texte de Mélanchthon sur la mélancolie, extrait du commentaire au De anima, nous avons précisé le contexte de la Réforme et la formation aristotélicienne de l’auteur et tout ce que nous avons pu glaner plus précisément sur sa conception de l’inspiration. Dans le commentaire introductif, nous avons repris les trois points de l’argumentation de Mélanchthon – distinction entre bile noire vicieuse et bile noire non vicieuse ; explication médicale de la diversité des démences mélancoliques et catalogue des atrabilaires illustres – en élucidant l’utilisation du problème XXX d’Aristote ou des théories d’Hippocrate et en identifiant les sources utilisées à propos des poètes et philosophes atrabilaires.

14Certains textes toutefois exigent une information spécifique. Dans le cas des textes polémiques, nous avons présenté le contexte et les enjeux de la querelle. À propos du rapport entre poésie et théologie, nous avons choisi un texte de Savonarole réfutant la théologie poétique néo-platonicienne : c’était l’occasion de présenter la classification scolastique des arts, mais aussi de retracer les querelles antérieures depuis celle qui opposa, à Padoue, au début du xive siècle, Albertino Mussato et le moine dominicain Giovannino de Mantoue. Pour les épisodes de la querelle du cicéronianisme, tantôt nous avons donné des textes des deux parties (ainsi pour la querelle entre Jean-François Pic de la Mirandole et Bembo), tantôt nous avons sélectionné un seul texte et restitué le point de vue opposé dans le commentaire, par exemple pour la querelle entre Politien et Paolo Cortesi. Lorsque les textes retravaillent une théorie ancienne, l’introduction propose une mise au point sur la théorie en question et dégage l’apport proprement humaniste. Sur la théorie ficinienne des fureurs, nous avons présenté deux textes : le premier, extrait de l’argument de l’Ion, définit les quatre fureurs platoniciennes et le second, la lettre De furore à Peregrino Alio, précise la nature musicale de la fureur accordée par les Muses. Notre commentaire fait le point sur tous les écrits de Ficin concernant l’inspiration poétique, identifie les sources platoniciennes et montre comment l’humaniste les contamine pour intégrer les quatre fureurs dans une hiérarchie de réalités héritée de Plotin. Pour expliquer le rôle des quatre fureurs qui permettent à l’âme de retourner à la Monade divine, nous avons alors présenté rapidement la grande chaîne de l’être exposée par Ficin dans la Théologie platonicienne. Sont exposés aussi les arguments par lesquels Ficin justifie que l’échelle des fureurs adoptée dans l’argument de l’Ion et dans le De amore ne concorde pas avec l’ordre dans lequel Socrate cite les différentes fureurs dans le Phèdre.

15Par ailleurs, lorsque les textes choisis sont une bonne illustration d’une méthode critique spécifique, nous en avons profité pour attirer l’attention sur celle-ci. C’est le cas du texte de Crinito extrait de la vie d’Ovide que nous avons présenté dans la première partie à propos de la décence du poète. Le recueil du De poetis latinis constitue l’un des premiers essais humanistes d’histoire littéraire fondée sur le genre antique de la biographie et l’on peut juger du succès de cette approche d’après les nombreuses éditions humanistes des poètes antiques qui incluent à leur paratexte les biographies de Crinito. De la même manière, dans la partie sur les genres, un texte comme celui de Francesco Robortello sur l’épigramme révèle la volonté du commentateur de la Poétique d’en réparer les lacunes en appliquant la méthode d’Aristote à des genres négligés par celui-ci. C’est ainsi qu’il complète son commentaire par de petits traités consacrés respectivement à l’élégie, à l’épigramme, à la satire et à la comédie. L’introduction rend compte de la méthode de Robortello : il s’attache à appliquer les critères aristotéliciens, notamment ici celui de la matière qui le conduit à définir l’épigramme comme une particule de tous les autres genres. Il complète cependant sa théorie de l’épigramme en empruntant à l’art oratoire le trait cicéronien et la suauitas. Évidemment, le texte de Robortello est aussi une occasion de faire le point sur l’évolution de la théorie épigrammatique humaniste jusqu’à Baltasar Gracián. Souvent le commentaire d’un texte est aussi l’occasion de proposer une synthèse sur une notion critique : ainsi l’admiratio en introduction du texte de Fracastor sur le primat de la beauté, qui figure dans la partie sur la légitimation du poète, ou la catharsis en introduction de l’extrait du commentaire de la Poétique d’Aristote par Maggi qui apparaît dans la partie sur les genres pour représenter la tragédie.

16Les progrès incessants de la recherche dans un domaine qui reste en partie à explorer laissent espérer que cette Anthologie sera suivie de nombreuses études, qu’il s’agisse d’éditions critiques de Poétiques, de synthèses thématiques ou d’études de détails.

Notes

1 Poétiques de la Renaissance. Le modèle italien, le monde franco-bourguignon et leur héritage en France au xvie siècle, sous la direction de P. Galand-Hallyn et F. Hallyn, Genève, Droz, 2001. L’équipe est constituée de L. Boulègue (PR, Université d’Amiens), A. Bouscharain (Docteur, École Pratique des Hautes Études), S. Conte (MCF, Université de Reims), L. Hermant-Schebat (MCF, Université Lyon 3), S. Laigneau (PR, Université de Dijon), V. Leroux (MCF, Université de Reims-IUF), A.-P. Pouey-Mounou (PR, Université de Lille) et E. Séris (MCF, Université Paris IV). Nous remercions Perrine Galand-Hallyn qui nous a généreusement accueillies pendant plusieurs années dans son séminaire de poétique néo-latine à l’EPHE.

2 Sébillet, Aneau, Peletier, Fouquelin, Ronsard, Traités de poétique et de rhétorique de la Renaissance [1990], Paris, Le Livre de Poche, 2001.

3 Sylvius, Franciscus (Dubois, François), Poetica, Paris, chez Jean de Gourmont, 1516 ; Paris, chez Josse Bade, 1520.

4 De Arte Poetica, Art poétique, Genève, Droz, 2013. Nous remercions chaleureusement Jean Pappe de la confiance qu’il nous a accordée en nous communiquant ses travaux inédits.

5 L’idée de fable. Théories de la fiction poétique à la Renaissance, Genève, Droz, 2007.

6 Vadianus ou Vadian ou Joachim von Watt, De Poetica et Carminis Ratione Liber ad Melchiorem Vadianum Fratrem, Vienne, J. Singriener, 1518. Édition moderne : Joachim Vadianus, De Poetica et Carminis Ratione, éd. et trad. all. P. Schäffer, München, W. Fink, 1973-1977.

7 Antonio Sebastiano Minturno, De Poeta, ad Hectorem Pignatellum, Vibonensium ducem, libri sex, Venise, F. Rampazzetto, 1559.

8 De Poetica libri tres, Anvers, C. Plantin, 1579, reproduit dans Poetiken des Cinquecento, 10, éd. F. Fabian, Munich, Fink, 1967. Traduction anglaise P. Rollinson, On Poetry, Cambridge, James Clarke & Co Ltd, 1987.

9 Poeticarum libri tres. Eiusdem Tyrocinium poeticum, Ingolstadt, David Sartorius, 1594.

10 C. Trinkaus (éd.), The Unknown Quattrocento Poetics of Bartolommeo della Fonte, Studies in the Renaissance, 13, 1966, p. 95-122.

11 Érasme, Dialogus Ciceronianus, siue De optimo genere dicendi. Cum aliis nonnullis…, Basel, Froben, 1528. Voir l’édition d’A. Gambaro, avec texte italien et apparat critique : Desiderio Erasmo da Rotterdam, Il Ciceroniano o Dello Stile migliore, Brescia, La Scuola Editrice, 1965 et Le Cicéronien, trad. P. Mesnard, dans La philosophie chrétienne, Paris, Vrin, 1970, p. 261-358.

12 Poetices libri septem, Lyon, chez A. Vincent, 1561 et éd. L. Deitz, Sieben Bücher über die Dichtkunst, Friedrich Frommann, Stuttgart-Bad Cannstatt, 1995. Les livres V et VI ont fait l’objet d’éditions séparées : J. Chomarat, La Poétique. Livre V. Le critique, Genève, Droz, « Travaux d’Humanisme et Renaissance », 1994 et C. Caillou Le livre VI de la Poétique de Jules-César Scaliger, thèse dactylographiée, présentée sous la direction de P. Laurens, Poitiers, octobre 1988. Julius Caesar Scaligers Kritik der neulateinischen Dichter. Text, Übersetzung und Kommentar des 4. Kapitels von Buch VI seiner Poetik, éd. I. Reineke, München, W. Fink, 1988.

13 Lilio Gregorio Giraldi, Historiae poetarum, tam graecorum quam latinorum, dialogi decem, quibus scripta et vitae eorum sic exprimuntur, ut ea perdiscere cupientibus minimum jam laboris esse queat, Bâle, chez M. Isingrinium, 1545.

14 Dans l’espace qui nous est imparti pour cette étude, nous ne pouvons donner les références précises de tous les textes cités. Nous renvoyons donc le lecteur à notre Anthologie.

15 Voir, par exemple, Cicéron, De inuentione, I, 27.

16 Voir B. Kappl, Die Poetik des Aristoteles in der Dichtungstheorie des Cinquecento, Berlin/New York, Walter de Gruyter, 2006, p. 87-90 et T. Chevrolet, L’idée de fable…, op. cit., p. 318.

17 Saturnales, V, 1, 19.

18 Voir notamment Poetices libri septem, III, 11, 95b et le début du chapitre III, 24.

19 Voir notamment T. Chevrolet, L’idée de fable…, op. cit., p. 521.

20 « “Aristoteles imperator noster …” ? J. C. Scaliger and Aristotle on Poetic Theory », International Journal of the Classical Tradition, 2, 1995, p. 54-67 et surtout 64-65.

21 Sur ce critère de la vraisemblance, V. Leroux, « Achille et les mouches : du bon et du mauvais usage de la mythologie selon Jules-César Scaliger », dans V. Leroux (dir.), La mythologie classique dans la littérature néo-latine, Congrès de la Société française d’Études néo-Latines, Colloque International, Clermont-Ferrand, 12-14 avril 2005, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2011, p. 109-28.

22 Parmi les auditeurs réguliers du séminaire de P. Galand-Hallyn à l’EPHE, nous remercions tout particulièrement M. Bergère pour son aide précieuse.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search