Version classiqueVersion mobile

Ahmadou Kourouma : mémoire vivante de la géopolitique en Afrique

 | 
Jean-Fernand Bédia
, 
Jean-Francis Ekoungoun

Troisième partie. Le roman et la politique : la gouvernance en débats

Quête du pouvoir et violence dans En attendant le vote des bêtes sauvages

Oumar Guédalla

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question hégémonique occupe une place notoire chez Ahmadou Kourouma. Le premier roman décrit les aventures d’un prince déchu pendant la période des indépendances. Le deuxième roman relate les aventures de Djigui Keita, roi de Soba qui vit les premiers contacts avec l’Occident impérialiste. Le troisième fait la geste d’un dictateur africain qui doit affronter les grandes idéologies de la démocratie. Les deux dernières fictions décrivent des pouvoirs qui cherchent à s’imposer par la force des armes. Il s’agit entre autres, des pouvoirs des chefs de factions dans Allah n’est pas obligé1et des groupes loyalistes s’opposant aux différentes rebellions nées en Côte d’Ivoire dans Quand on refuse on dit non2. Ces réalités amènent à s’intéresser à l’esthétisation du pouvoir chez Ahmadou Kourouma. L’article démontre que la violence reste au service des gouvernants, en particulier dans En attendant le vote des bêtes sauvages3.

En jetant un regard attentif sur les textes de certains critiques,...

Auteur

École Normale Supérieure de Maroua (Cameroun)

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search