Version classiqueVersion mobile

Ahmadou Kourouma : mémoire vivante de la géopolitique en Afrique

 | 
Jean-Fernand Bédia
, 
Jean-Francis Ekoungoun

Troisième partie. Le roman et la politique : la gouvernance en débats

Perspectives multiples du pouvoir dans Allah n’est pas obligé et dans Une saison au Congo

Ismaïla Cissé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La notion du pouvoir en Afrique revient comme un leitmotiv dans les œuvres africaines. C’est d’ailleurs à juste titre que Césaire affirme qu’en Afrique, les problèmes majeurs sont des problèmes politiques1.

L’entreprise consiste à établir un pont entre la vision du pouvoir d’Ahmadou Kourouma et celle d’Aimé Césaire, car si pour ce dernier son engagement, son enracinement politique a fait et fait l’objet de plusieurs études critiques, ce n’est pas le cas pour Kourouma dont la grande partie de ses œuvres est décortiquée sous le prisme de la langue. Aborder l’œuvre du romancier ivoirien revient pour beaucoup, en effet, à faire ressortir le fameux galimatias qui consiste à désorienter, à secouer, à bousculer la langue française dans sa structure syntaxique et sa structure sémantique.

L’analyse du pouvoir à mettre en évidence prend sa source dans l’œuvre romanesque de Kourouma qui a pour titre Allah n’est pas obligé et dans l’œuvre théâtrale de Césaire intitulée Une saison au Congo. À trav...

Auteur

Université Alassane Ouattara de Bouaké (Côte d’Ivoire)

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search