Version classiqueVersion mobile

Désir n’a repos

 | 
Florence Bouchet
, 
Danièle James-Raoul

Femmes, féminin et féminité

Figures de femmes dans le Roman de Brut de Wace

Laurence Mathey-Maille

Texte intégral

  • 1 Le Roman de Brut, éd. I. Arnold, Paris, SATF, 1938-1940, 2 vol., v. 1883-1884.

Mult i ad poi femes senz vice
E senz racine d’avarice1

  • 2 C’est dans l’Historia Regum Britanniae de Geffroy de Monmouth et dans le Roman de Brut, ad (...)
  • 3 Ces vers n’apparaissent pas dans le relevé des occurrences proverbiales établi par E. Schu (...)
  • 4 G. S. Burgess, « Women in the Works of Wace », dans G. S. Burgess et J. Weiss (dir.), Mais (...)

1Insérée dans l’histoire du célèbre roi Leir2, soumis à l’ingratitude de ses filles aînées, cette sentence de Wace condamne le caractère impitoyable de Gonorille, dont la cruauté n’a d’égal que le mépris à l’encontre de son vieux père. La tournure proverbiale de ces deux vers3 signifie-t-elle pour autant que, dans le Roman de Brut, composé en 1155, la femme est l’incarnation universelle du vice et du péché ? Une lecture attentive de l’histoire bretonne de Wace – œuvre charnière entre la matière antique et la matière de Bretagne – devrait permettre de mesurer combien l’image négative de la femme est bien loin de l’emporter. Un rapide examen du relevé des personnages féminins établi par Glyn S. Burgess dévoile d’emblée les multiples qualités de celles que Wace qualifie, presque invariablement, de « beles », « curteises » et « gentes »4. Et sur les cinquante-cinq femmes nommées dans le Brut, nombreuses sont les figures d’exception qui éclairent, le temps d’une brève mention ou d’une plus longue mise en scène, l’univers masculin et guerrier des premiers rois bretons.

  • 5 Nous ne nous attarderons pas sur ces figures courtoises incarnées par Ygerne et Guenièvre. (...)

2S’il emprunte toutes ces figures à sa source latine, l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth, le clerc normand s’emploie aussi à les remodeler, à leur donner plus d’épaisseur, en particulier lorsqu’il suggère le pouvoir de séduction d’Ygerne ou de Guenièvre dans ces fameuses scènes arthuriennes qui constituent autant d’amorces courtoises5. Ces nobles dames ont toutefois éclipsé d’autres personnages féminins pourtant tout aussi remarquables.

  • 6 Nous songeons ici au titre de l’article de C. Croizy-Naquet, « Mères, filles et sœurs ; am (...)

3Notre objectif est d’analyser les multiples visages de ces femmes – qu’elles soient reines, mères, filles ou épouses6 – en montrant comment l’image attendue d’une femme fragile ou inquiétante le dispute à une forme revendiquée d’héroïsme féminin. Cette étude devrait en outre apporter un éclairage sur la question si controversée de la forme littéraire du Brut. Chronique ou premier roman breton : l’enjeu du pacte d’écriture dans l’œuvre de Wace n’est-il pas en partie dévoilé par le statut des femmes ?

Masculin et Féminin

4Le styliste qu’est Wace se joue fréquemment de l’opposition masculin/ féminin, en particulier pour exprimer l’entière adhésion ou la totale unanimité d’une population. Lorsqu’Arthur, après de longues années consacrées à la conquête de la Gaule, revient en Bretagne, la joie de tous les habitants est mimée par le rythme binaire d’octosyllabes construits sur une alternance générique :

  • 7 Roman de Brut, v. 10175-10186. Nous soulignons en italique.

Mult veïssiez a sun repaire
Humes e femes joie faire ;
Baisent les dames lur mariz
E les meres baisent lur fiz ;
Filz e filles baisent lur peres
E de joie plurent les meres ;
Cusines baisent lur cusins
E les veisines lur veisins.
Les amies lur amis baisent
E, quant leus est, de plus s’aaisent ;
Les antes baisent lur nevuz ;
Mult aveit grant joie entre tuz7.

  • 8 Pour la classification des femmes au Moyen Âge, voir M. Perrot et G. Duby (dir.), Histoire (...)
  • 9 Voir aussi v. 501, 4329, 4838, 10141, 14421…
  • 10 On peut songer ici à l’accusation de mollesse portée contre les Troyens qui étaient consid (...)

Encadrés en chiasme par la mention d’une joie générale, « humes e femes joie faire »/ « grant joie entre tuz », ces vers déclinent la liesse du peuple breton en modulant la répétition du verbe « baisent » au masculin et au féminin. Les doublets ainsi forgés dessinent en creux différentes figures de femmes : « dames », « meres », « filles », « cusines », « veisines », « amies », « antes », très représentatives de classifications souvent établies en fonction des hommes et des rapports familiaux. La femme se définit par rapport à ceux qui l’entourent, « mariz », « peres », « filz », « amis »8. Du reste, si l’on considère l’emploi des tournures générales englobantes, « homes e femes e enfanz » (v. 219), « home ne feme » (v. 622), il s’avère que prédomine l’association « femes » et « enfanz », dans des expressions toujours associées à un point de vue masculin : « N’out li reis feme ne enfant » (v. 5270), « od femmes e od enfanz » (v. 14723)9. Dans ces formules lexicalisées, le rapprochement entre la femme et l’enfant se lit par ailleurs en terme de valeur puisque se trouvent ainsi soulignées la faiblesse et la vulnérabilité féminines, comparables à celles des plus petits. Il n’est que d’évoquer ce passage relatant la fuite de paysans terrorisés par un redoutable géant, « Mult veïssiez les païsanz / Maisuns vuider, porter enfanz / Femes mener, bestes chacier » (v. 11309-11311) : à l’image des bêtes et des enfants, les femmes sont grammaticalement objet de l’action désespérée des paysans… Cette faiblesse féminine peut aussi devenir sujet de raillerie, comme dans ce discours guerrier du roi Arthur vilipendant les ennemis romains qu’il traite de femmelettes : « Nes alez vus neent dutant / Kar femmes valent altretant » (v. 12429-12430)10.

  • 11 Roman de Brut, v. 11288-11608. L’épisode permet de glorifier Arthur, héros civilisateur co (...)

5Faible et vulnérable, la femme apparaît alors à plusieurs reprises dans le Brut sous les traits d’une victime de la violence masculine, une violence toujours associée à la barbarie et qui s’exerce entre autres par le viol et le rapt. L’exemple de la « tendre » Hélène et de sa vieille nourrice, soumises, sur le Mont Saint-Michel, à la bestialité sexuelle du géant Dinabuc, en offre une illustration extrême11. Les scènes d’enlèvement opposent également la force brute des ravisseurs à l’impuissance des femmes : en quête d’épouses pour s’installer en Écosse, les terribles Pictes se saisissent de femmes irlandaises (v. 5196) ; Humber, roi des Huns, s’empare en Allemagne de trois jeunes filles qu’il séquestre sur son navire, « Treis meschines en out ravies / Sis aveit en sa nef guerpies » (v. 1317-1318) ; après une terrible tempête qui frappe Ursule et les 11 000 jeunes filles envoyées par le roi d’Angleterre pour peupler l’Armorique, des païens réduisent en esclavage ou exterminent les malheureuses survivantes. À cette occasion, Wace évoque la supplication des naufragées :

  • 12 Roman de Brut, v. 6055-6059.

Ki dunc oïst crier meschines
E exhalcier voiz feminines,
Palmes batre, chevuls tirer,
Peres e meres regreter,
E geter granz criz e granz plainz [… ]12.

  • 13 De fait, le Roman de Brut, riche en paroles masculines, comporte très peu de discours fémi (...)

Le clerc ne donne toutefois pas à entendre la lamentation de ces « voix féminines » et il substitue au discours la description de l’attitude éplorée des suppliantes13. De même, lorsque les « dames des cuntrees » demandent à Arthur d’épargner les Scots, c’est leur posture, « tutes nu piez, eschevelees, / lur vesteüres decirees / E lur chieres esgratinees / En lur bras lur enfanz petiz » (v. 9470-9473) qui inspire la pitié. Le discours adressé au roi pour « crier merci » fond en effet la revendication des hommes et des femmes dans un « ce dient tuit » ou un « nus » indifférencié. Si la voix féminine reste encore silencieuse, il n’en demeure pas moins que les cris et plaintes de ces femmes affligées parviennent à émouvoir les puissants. L’apparente faiblesse féminine serait-elle une force ?

Un pouvoir féminin ambivalent

  • 14 Sur les différentes images de la femme médiévale, voir les travaux de G. Duby, Le Chevalie (...)

6L’ambivalence d’un pouvoir féminin détaché de toute force physique ou guerrière repose en partie au Moyen Âge sur le mystère d’une femme dont l’image, à la fois multiple et complexe, hésite entre Ève et Marie, entre menace diabolique et modèle héroïque. Les personnages fictionnels du Roman de Brut reflètent cette irréductible ambiguïté de la femme médiévale14.

7Le point de vue religieux, qui présente la femme comme l’allégorie du Mal, du péché et de la luxure, affleure à plusieurs reprises sous la plume de Wace. En témoigne l’association presque automatique de la femme à la tromperie et au diable. Ainsi de la déesse Diane, qui révèle à Brutus sa destinée de fondateur du royaume de Bretagne ou des maléfiques sirènes rencontrées par Brutus et ses hommes lors de leur navigation vers la « Terre promise » :

Diane, une divineresse :
Diables esteit, ki la gent
Deceveit par enchantement ;
Semblance de feme perneit
Par quei le pople deceveit (Brut, v. 636-640)

Sereinnes sunt monstres de mer,
Des chiefs poënt femes sembler,
[…]
Mult funt a criendre les sereines
Kar de felonie sunt pleines ;
Ne puet pas d’eles eschaper
Huem ki bien ne s’en seit guarder.
Figure portent de Diable,
La cui ovre est tant delitable […]. (Brut, v. 735-736 ; 753-758)

Comme par mimétisme, la félonie, la ruse de Diane et des sirènes vont de pair avec la semblance féminine de ces personnages trompeurs. Diabolique femme, dont les pouvoirs de séduction sont à l’image de ceux du Tentateur ! C’est ainsi que le mauvais roi Vortigern est dévoyé par le Diable, qui prend les traits de la fille du saxon Hengist : envoûté par la beauté de la jeune païenne, Vortigern succombe à la tentation, « Tant l’ad Diables timoné » (v. 6982), « Deus, quel hunte ! Deus, quel pechié ! / Tant l’ad Diables desveied » (v. 6993-94). Incarnation du Malin, la séduisante Ronwen ne tardera pas à faire assassiner son beau-fils par vengeance :

Ronwen, cume male marastre,
Fist envenimer sun fillastre
Vortimer, que ele haeit […] (v. 7157-7159)

8Cette allusion à un pouvoir féminin néfaste et inquiétant se trouve contrebalancée, dans le Brut, par de nombreux exemples d’héroïsme au féminin. De fait, dans un univers largement dominé par les hommes, l’identité héroïque de la femme ne manque pas de s’affirmer, selon une double modalité : il s’agit soit de s’approprier un idéal masculin, soit de s’illustrer dans des champs d’action proprement féminins.

  • 15 Nous empruntons cette remarque à Catherine Croizy-Naquet commentant le statut de la veuve (...)
  • 16 En Angleterre, les lois présentaient des différences d’une région à l’autre ; il s’agit ic (...)
  • 17 Sur l’amplification des portraits féminins par Wace, en particulier celui de Marcia, voir (...)

9Plusieurs figures de femmes gouvernant virilement le royaume animent la scène politique bretonne. Répudiée par son époux Locrin (le fils de Brutus), qui lui préfère une belle étrangère, Guendoliene « come feme fiere e seüre » (v. 1423) parvient à lever une armée et à exercer sa vengeance en se débarrassant de Locrin et de la concubine : elle règne alors pendant quinze ans sur la Bretagne en « merveilluse justisiere » (v. 1442). Plus loin, Cordeilla, la fille cadette de Leir déshéritée par son père, se révèle une puissante souveraine, d’abord en France, « Puis fu dame de tute France / E reïne de grant puissance » (v. 1827-1828) avant son retour glorieux en Bretagne, où elle « ad cinc anz tenu l’enor » (v. 2051). Toutefois, emprisonnée par ses neveux qui lui disputent le pouvoir, elle se suicide dans sa geôle et connaît une fin tragique que le narrateur semble justifier par son statut, « Mais ja ert vedve senz seinnor » (v. 2052), donnant « à voir une réalité médiévale dans laquelle la veuve est aux prises avec les hommes convoitant ses biens et ses terres qu’ils veulent s’adjuger le plus souvent dans la violence »15. Même si le rôle politique des femmes reste précaire, celles-ci parviennent parfois à s’imposer à la tête du royaume par leur savoir et leur sagesse. À la suite de Geoffroy de Monmouth, Wace fait de Marcia, épouse du roi Guithelin, une « lettree […] e sage dame » (v. 3337) dont l’application « A saveir lettre e escriture » (v. 3340) aboutit à la rédaction d’une loi qui porte son nom. L’origine de la loi de Mercie16 trouve là une explication tout à fait fantaisiste, le nom de Mercie rappelant celui de Marcie, l’illustre femme de Caton, qui devient pour l’occasion l’épouse du roi breton Guithelin ainsi qu’une célèbre législatrice. Par delà le jeu étymologique, Wace s’emploie, non sans admiration, à développer le portrait17 de cette femme d’exception, de cette reine lettrée, « qui saveit tant » (v. 3349) et qui, à la mort du roi, assure avec force et dignité le gouvernement du royaume dont le jeune héritier n’a que sept ans.

  • 18 Il s’agit là d’un schéma universel et atemporel, comme le souligne M. L. von Franz : « Le (...)
  • 19 Roman de Brut, v. 2729-2816. Wace développe longuement les quelques lignes du discours éba (...)
  • 20 Sur la figure maternelle de Jocaste, voir A. Petit, Naissances du roman, Paris, Champion, (...)
  • 21 Sur les caractéristiques, en particulier linguistiques, du discours maternel dans la litté (...)
  • 22 Voir par exemple le mélange des temps dans ces v. 2764 à 2769 : « Se de tun frere te vuels (...)
  • 23 Le discours de Wace, qui inaugure ce motif en langue vernaculaire, renferme bon nombre des (...)

10Si les qualités de ces reines au pouvoir égalent celles de leurs homologues masculins, il est certains domaines où s’exerce un héroïsme strictement féminin. Dans la maternité, le mariage ou encore la sainteté, les femmes peuvent trouver leur propre voie d’excellence, qui s’exprime souvent par une inclination pacifique. Qu’elles soient mère, épouse ou religieuse, toutes revendiquent ou défendent la paix si fréquemment mise à mal par les guerriers. Une scène des fêtes de la cour arthurienne est à cet égard significative. Évoquant une coutume troyenne selon laquelle il convient de séparer les hommes et les femmes lors des cérémonies de couronnement, Wace montre comment le cortège du roi est ouvert par quatre souverains portant chacun une épée d’or, tandis que celui de la reine est constitué de quatre dames qui « Quatre columbes blanches tindrent / As quatre esteient mariees / Ki portoent les quatre espees » (v. 10400-10402). L’épée, emblème guerrier du roi-chevalier, répond en écho à la blanche colombe, symbole du pacifisme féminin et le lien matrimonial entre ces nobles ambassadeurs du roi et de la reine semble suggérer, plus qu’une opposition, un rapport de complémentarité entre hommes et femmes. Les exemples mettant en scène l’épouse qui modère l’ardeur belliqueuse de son mari ne sont en effet pas rares. La noble Genuis, épouse du roi Arviragus, parvient ainsi à stopper la sanglante bataille qui oppose Bretons et Romains, « La reïne les acorda » (v. 5135). Bien souvent, c’est la figure maternelle qui incarne le mieux cette vocation féminine à la paix et la réconciliation18. La mère de Belin et Brenne, ces deux frères qui se disputent le trône de Bretagne, en apporte une parfaite illustration. Tandis que ses fils sont sur le point d’engager le combat, la mère s’avance tremblante jusqu’au lieu où se trouve Brenne : elle couvre celui-ci de baisers et, dénudant sa poitrine, lui adresse un long discours entrecoupé de sanglots. Wace laisse alors entendre, sur une centaine de vers19, une parole maternelle motivée par la volonté de convaincre et de persuader. Dupliquant l’intervention pathétique de Jocaste qui s’applique à trouver une solution pacifique au conflit opposant ses deux fils Étéocle et Polynice20, Wace contribue, après Stace et l’auteur du Roman de Thèbes, à l’élaboration d’un discours maternel très spécifique21. Ponctuées par l’appellatif de prédilection « Bel filz » (v. 2729, 2811), saturées d’anaphores « Remembre tei » (v. 2730-33-35-37-40) et de multiples variations sur le motif de la paix fraternelle « apaie t’ire » (v. 2750), « Fai ceste folie remaindre » (v. 2763), les paroles de la mère se jouent des catégories temporelles22 et des différentes modalités, interrogative, exclamative ou jussive : « Faiz nus en tu tel amistié / Que tu vienz ça tun frere ocire ? Repose tei […] » (v. 2748-2750). En outre, ces paroles sont doublées par un geste symbolique, « Ses vestemenz ad tuz deroz / Jesqu’a la ceinture desuz ; / Ses mameles li mustra nues » (v. 2721-2723), qui traduit et renforce, au seuil du discours, l’importance du lien charnel unissant la mère et son fils23 :

Remembre tei, remembre tei
De cez mameles que tu veiz
Que tu alaitas mainte feiz ;
Remembre tei que tu eissis
De cest ventre quant tu nasquis […]. (v. 2730-2734)

  • 24 Certes, la figure autoritaire de la mère n’est pas toujours glorieuse, comme en témoigne, (...)
  • 25 E. Baumgartner, « Sainte(s) Hélène(s) » article repris dans De l’histoire de Troie au livr (...)
  • 26 Geoffroy de Monmouth ignore la sainteté d’Hélène et la tradition qui lui attribue l’invent (...)

L’efficacité du discours associe par ailleurs l’émotion pathétique à une réelle autorité, qui fait d’emblée plier le fils belliqueux : à l’impératif maternel « Met jus ta lance e tun escu / Si crei le conseil de ta mere » (v. 2812-2813), répond aussitôt le renoncement de Brenne, « L’espee desceinst, l’elme osta, / E del halberc se desarma » (v. 2819-2820). La faiblesse apparente de la vieille mère se mue ici en force héroïque24. Cet héroïsme féminin trouve peut-être sa plus parfaite expression dans le personnage d’Hélène auquel Wace donne une épaisseur particulière. Pliant, à la suite de Geoffroy de Monmouth, la figure historique de sainte Hélène, mère de l’empereur romain Constantin le Grand, aux exigences de son récit, notre clerc fait d’Hélène une princesse bretonne accomplie, une « grande figure civilisatrice » de l’histoire de Bretagne25. Fille unique du roi d’Angleterre Choël, Hélène, élevée pour devenir reine, devient sous la plume de Wace la noble épouse du sénateur romain Constant, la mère exemplaire du futur empereur Constentin et la sainte femme qui découvrit la vraie Croix, « En Jerusalem trespassa […] Si fu par li la croiz trovee / Ki lunges out esté celee » (v. 5721-5724)26. Conjuguant toutes les vertus du mariage, de la maternité et de la sainteté, Hélène semble porter à sa perfection l’image héroïque de la femme. Mais dans cette longue galerie de rois, n’est-elle pas aussi et surtout celle par qui advient l’alliance entre Rome et la Bretagne, celle qui donne un fils illustre pour l’Histoire ? En un mot, dans cette chronique bretonne, la femme parvient-elle vraiment à se définir hors de la sphère masculine ?

Femme objet ?

  • 27 Roman de Brut, v. 8575, qui qualifie Ygerne. Voir aussi Guenièvre qui « Bele esteit e curt (...)
  • 28 A. Petit, Naissances du roman, op. cit., chap. 7 « Les portraits », p. 551. L’une de ces f (...)
  • 29 À propos de la belle Estrild, Wace supprime même la comparaison introduite par Geoffroy de (...)
  • 30 Historia regum Britanniae, chap. 68. Genvissa est Genoïs dans le Brut.
  • 31 Promise au roi du Danemark, la fille du roi de Norvège tente ainsi d’échapper à un mariage (...)
  • 32 Historia regum Britanniae, chap. 15.
  • 33 Sur cette rime et ses enjeux, voir C. Croizy-Naquet, Thèbes, Troie et Carthage, Poétique d (...)
  • 34 Voir aussi v. 13042 : Modred, « Ki sa femme e s’onur teneit ».

11Les différentes formes de dépendance féminine dans le Roman de Brut pourraient bien fournir une clé à qui tente de définir le mode d’écriture du récit. Peut-on dire d’abord que les femmes du Brut sont, comme dans certains romans antiques, le signe d’une forme romanesque naissante ? Seuls quelques personnages féminins sont objet d’amour dans l’œuvre de Wace. La plus célèbre est sans conteste Ygerne, dont la beauté suscite chez Uterpendragon un brûlant désir et une passion dévorante. Mentionnons également Estrild, la belle captive, qui à l’ouverture du récit séduit le fils de Brutus, Locrin. Ce dernier, promis à une autre femme, ne renoncera jamais à son amour qu’il vivra de longues années en secret. Ces histoires d’amour demeurent toutefois chez Wace de simples amorces fictionnelles, le clerc renonçant systématiquement à exploiter la voie romanesque qui pourrait s’ouvrir à lui. C’est ainsi que les portraits féminins restent à l’état d’esquisses, réduits parfois à un ou deux vers presque formulaires, « Curteise esteit e bele e sage »27. Bien loin des amples descriptions des romans antiques, dont la fonction se rapproche de celles « traditionnellement assignées au portrait dans le genre romanesque »28, Wace se contente de noter rapidement quelques traits positifs29. Par ailleurs, il n’hésite pas à gommer certains embryons romanesques présents dans la source latine. Lors de l’épisode guerrier entre l’empereur romain Claude et le roi Arviragus, la conciliation passe par le mariage de la fille de l’empereur avec le souverain breton. Si Geoffroy s’attarde sur la brûlante passion qui enflamme Arviragus à la vue de la belle Romaine Genvissa, tanto fervore amoris succendit regem30, Wace privilégie l’alliance politique que permet cette union en substituant au terme amor les notions juridiques de covenant (v. 5066) et de plai (v. 5071). La femme demeure en effet, dans la majeure partie du Roman de Brut, un objet d’échange soumis à la loi, parfois cruelle31, des alliances. Nombre de personnages féminins se réduisent à cette fonction qui les identifie étroitement à une terre ou un royaume. Le vieux roi Latin (ou Latinus) offre à Énée, avec sa terre, sa fille et unique héritière : « De sa terre li ad duné […] Li pramist sa fille a duner » (v. 42 et 45) ; objet de don, terre et fille se confondent sous l’effet de la volonté du roi et malgré l’opposition de la reine, « estre le gré a la reïne » (v. 44). Innogen, la fille du roi des Grecs, est donnée à Brutus en échange de la paix et Wace supprime la scène déchirante (et trop romanesque ?) du départ dans laquelle la jeune femme, à la poupe du navire, sanglote de désespoir en abandonnant ses parents et son pays32. Au fil des vers, femmes et filles sont ainsi associées à l’onor : « La feme e l’onur […] tint » (v. 73), « Sa fille od l’enor li dunast » (v. 5812), « Sa fille a feme li duna / E d’Engleterre l’erita » (v. 5871- 5872). L’épisode de la trahison de Modred, neveu du roi Arthur, éclaire en creux cet attachement indissoluble entre la femme et la terre. En route pour Rome, Arthur confie le gouvernement du royaume à Modred et à son épouse Guenièvre : « Livra en guarde Artur sun regne / E a Ganhumare sa feme » (v. 11175-11176). La rime feme/regne33 anticipe ici la double perfidie de Modred qui s’emparera à la fois de la femme et de la couronne, « Sa terre tint, sa femme ot prise » (v. 13033)34. En ce sens, le personnage féminin, entièrement défini par rapport à la sphère masculine et féodale, relève d’une écriture épique, mais aussi historiographique. Car à la notion d’alliance s’ajoute celle de descendance et de lignage, essentielle au bon déroulement de la chronique. « De rei en rei et d’eir en eir » (v. 2), la femme est le relais indispensable dans la succession des héritiers royaux, son rôle est d’assurer la perpétuation du lignage. À ce titre, elle figure dans ces nombreux vers aux formules figées qui émaillent et rythment le Brut au gré des successions : « E de X ot X enfanz », « X prist feme e out X filz ». Du reste, l’une des fautes de Guenièvre est de n’avoir pas donné de fils à Arthur et ce manque vient obscurcir le portrait élogieux de la reine : « Mult fu de grant afaitement / E de noble cuntienement, / Mult fu large e buene parliere / […] Mais entr’els dous n’orent nul eir / Ne ne porent enfant aveir » (v. 9653-9658). Conjugué à la négation, le mais adversatif sonne comme une condamnation de la reine sans enfant. Dans le Brut, c’est par son rôle d’épouse et de mère que la femme contribue à la marche de l’Histoire.

  • 35 Une analyse des motifs merveilleux dans le Brut conduit à la même conclusion. Voir notre a (...)
  • 36 G. Duby, Dames du XIIe siècle, op. cit., t. 1, p. 190.

12Reine, fille, mère ou épouse, figure héroïque ou silhouette anonyme, les personnages féminins du Roman de Brut reflètent les multiples visages de la femme médiévale. La fiction puise dans l’histoire pour donner à voir la complexité et l’ambivalence de femmes à la fois fortes et faibles, audacieuses et soumises. Celles-ci s’inscrivent également dans un projet d’écriture. Leur fonction principale – forger des alliances, donner des héritiers – traduit la perspective résolument historiographique du Brut qui tend à refuser la veine plus romanesque d’ordinaire associée à la femme objet d’amour35. Mais lorsque, l’espace de quelques vers, se dessine un destin plus exceptionnel, lorsque s’affirme un pouvoir féminin lié aux forces du désir, l’œuvre de Wace pourrait bien faire lever le ferment d’une promotion de la femme. La condition de celle-ci n’est-elle pas en effet, dès le XIIe siècle, rehaussée par « la prise de conscience qu’elle peut être […] montrée en exemple aux hommes parce qu’elle est parfois plus forte qu’eux »36 ?

Notes

1 Le Roman de Brut, éd. I. Arnold, Paris, SATF, 1938-1940, 2 vol., v. 1883-1884.

2 C’est dans l’Historia Regum Britanniae de Geffroy de Monmouth et dans le Roman de Brut, adaptation en français du texte latin, que le roi Leir/Lear entre pour la première fois en littérature. Voir notre article « Le roi Leir chez Geoffroy de Monmouth et Wace : la naissance d’une figure mythique », dans L. Harf-Lancner et D. Boutet (dir.), Pour une mythologie du Moyen Âge, Publications de l’ENS, Paris, 1988, p. 99-115 et J. H. Grisward, « Lear, le péché du roi et le partage du monde », Cahiers de Civilisation Médiévale, 45, 2002, p. 25-37.

3 Ces vers n’apparaissent pas dans le relevé des occurrences proverbiales établi par E. Schulze-Busacker, Proverbes et expressions proverbiales dans la littérature narrative du Moyen Âge français, Paris, Champion, 1985, p. 177-323. Toutefois, par leur formulation, ils se rapprochent d’un énoncé proverbial.

4 G. S. Burgess, « Women in the Works of Wace », dans G. S. Burgess et J. Weiss (dir.), Maistre Wace. A Celebration, Saint-Hellier, Société Jersiaise, 2006, p. 91-106. L’auteur propose en appendice un précieux relevé de tous les personnages féminins mentionnés par Wace dans ses différentes œuvres (textes hagiographiques, Roman de Brut, Roman de Rou) avec leurs principales caractéristiques.

5 Nous ne nous attarderons pas sur ces figures courtoises incarnées par Ygerne et Guenièvre. Elles ont été souvent analysées. Glyn S. Burgess leur consacre une part importante de son étude dans « Women in the Works of Wace », art. cit., p. 96-98. Voir aussi L. Mathey-Maille, « De facetia à courtoisie : Wace traducteur de Geoffroy de Monmouth », dans Bien dire et bien aprandre, n° 13, Lille, 1996, p. 189 -199.

6 Nous songeons ici au titre de l’article de C. Croizy-Naquet, « Mères, filles et sœurs ; amantes, épouses et veuves dans le Roman de Thèbes », dans B. Ribémont (dir.), Études sur le Roman de Thèbes, Orléans, Paradigme, 2002, p. 159-174.

7 Roman de Brut, v. 10175-10186. Nous soulignons en italique.

8 Pour la classification des femmes au Moyen Âge, voir M. Perrot et G. Duby (dir.), Histoire des femmes en Occident, Le Moyen Âge, Paris, Plon, 1991, en particulier le chapitre intitulé « La femme gardée », p. 83-116.

9 Voir aussi v. 501, 4329, 4838, 10141, 14421…

10 On peut songer ici à l’accusation de mollesse portée contre les Troyens qui étaient considérés comme efféminés (voir par exemple le Roman d’Énéas, v. 8577).

11 Roman de Brut, v. 11288-11608. L’épisode permet de glorifier Arthur, héros civilisateur confronté à la barbarie et aux instincts primaires. Le grand roi breton, défenseur des faibles victimes, combat l’abominable monstre qu’il parvient à maîtriser.

12 Roman de Brut, v. 6055-6059.

13 De fait, le Roman de Brut, riche en paroles masculines, comporte très peu de discours féminins rapportés. On notera les interventions des filles de Leir nécessaires à la mise en scène de l’ingratitude filiale, le discours de la mère de Merlin justifiant la conception étrange de son fils ainsi que quelques discours de mères, sur lesquels nous reviendrons.

14 Sur les différentes images de la femme médiévale, voir les travaux de G. Duby, Le Chevalier, la femme et le prêtre, Paris, Hachette, 1981 et Dames du XIIe siècle, Paris, Gallimard, 1995, coll. « Folio Histoire », 3 volumes.

15 Nous empruntons cette remarque à Catherine Croizy-Naquet commentant le statut de la veuve à travers les exemples de Jocaste et de la mère de Parthénopée, « Mères, filles et sœurs ; amantes, épouses et veuves dans le Roman de Thèbes », art. cit., p. 164.

16 En Angleterre, les lois présentaient des différences d’une région à l’autre ; il s’agit ici de la législation applicable à la région de Mercie.

17 Sur l’amplification des portraits féminins par Wace, en particulier celui de Marcia, voir G. S. Burgess, « Women in the Works of Wace », art. cit., p. 96-97.

18 Il s’agit là d’un schéma universel et atemporel, comme le souligne M. L. von Franz : « Le fait que les hommes édictent des lois et traitent des problèmes mondiaux et que les femmes aient le rôle de plaider la clémence suit le vieux modèle familial patriarcal où le père châtie et exige le travail et l’effort et la mère sollicite l’indulgence ; même lorsque ce principe n’est plus appliqué, il demeure malgré tout le modèle » dans La femme dans les contes de fées [1979], Paris, Albin Michel, coll. « Espaces libres », 1993, p. 64.

19 Roman de Brut, v. 2729-2816. Wace développe longuement les quelques lignes du discours ébauché par Geoffroy de Monmouth dans l’Historia regum Britanniae, chap. 41. Voir Geoffroy de Monmouth, Historia Regum Britanniae, éd. N. Wright, I Berne Burgerbibliothek MS 568, Cambridge, 1984 ; traduit par L. Mathey-Maille, Histoire des rois de Bretagne, Paris, Les Belles Lettres, coll. « La Roue à Livres », 1992.

20 Sur la figure maternelle de Jocaste, voir A. Petit, Naissances du roman, Paris, Champion, 1985, vol. 1, p. 344 sq. et du même auteur, « La reine Jocaste dans le Roman de Thèbes », dans A. Petit (dir.), La mère au Moyen Âge, Bien dire et Bien Aprandre, n° 16, 1998, p. 229-236. Dans le Roman de Thèbes, l’intervention de Jocaste acquiert, par delà son caractère passionné et pathétique, une fonction politique et diplomatique.

21 Sur les caractéristiques, en particulier linguistiques, du discours maternel dans la littérature médiévale, on se reportera à l’article de D. James-Raoul, « Les discours des mères. Aperçus dans les romans et lais du XIIe et XIIIe siècles », La mère au Moyen Âge, op. cit., p. 145-157.

22 Voir par exemple le mélange des temps dans ces v. 2764 à 2769 : « Se de tun frere te vuels plaindre, / Jeo t’en ferai par jugement / Tut dreit aveir plenierement. / Si tu diz ceo qu’il te chaça / E de ta terre t’essilla, /Tu as tort, ne diz pas raisun ».

23 Le discours de Wace, qui inaugure ce motif en langue vernaculaire, renferme bon nombre des spécificités de style relevées par D. James-Raoul, « Les discours des mères. Aperçus dans les romans et lais du XIIe et XIIIe siècles », art. cit., p. 154-156. Il illustre bien cette remarque de l’auteur : « On a ainsi l’impression d’une volonté affirmée de typer le discours maternel, pour lui conférer une identité personnelle ou une saveur particulière » (p. 157).

24 Certes, la figure autoritaire de la mère n’est pas toujours glorieuse, comme en témoigne, dans le Brut, le personnage de Judon. Plutôt que d’arbitrer la lutte armée entre ses deux fils Ferreus et Porreus, la mère assassine par vengeance, après la mort de Ferreus au combat, son second fils Porreus, qu’elle découpe en morceaux : « Fud mes mere si enragiee ! » (v. 2174).

25 E. Baumgartner, « Sainte(s) Hélène(s) » article repris dans De l’histoire de Troie au livre du Graal, Orléans, Paradigme, 1994, p. 348.

26 Geoffroy de Monmouth ignore la sainteté d’Hélène et la tradition qui lui attribue l’invention de la vraie croix.

27 Roman de Brut, v. 8575, qui qualifie Ygerne. Voir aussi Guenièvre qui « Bele esteit e curteise e gente » (v. 9647) ou Estrild « qui mult fu bele / Ne poeit hoem suz ciel trover / Plus bele de li […] (vers1320-1322) ou encore la sœur de Peanda, roi de Mercie, « Mult bele / Gente e curteise damisele » (v. 14389-14390).

28 A. Petit, Naissances du roman, op. cit., chap. 7 « Les portraits », p. 551. L’une de ces fonctions est de susciter le désir masculin. Sur les portraits dans les romans antiques, voir aussi C. Croizy-Naquet, Thèbes, Troie et Carthage, Poétique de la ville dans le roman antique, Paris, Champion, 1994, chap. III, p. 155 sq.

29 À propos de la belle Estrild, Wace supprime même la comparaison introduite par Geoffroy de Monmouth, Candorem carnis ejus nec inclitum ebur nec nix recenter candens nec lilia ulla vincebant : « La blancheur de son teint ne le cédait en éclat ni à l’ivoire précieux, ni à la neige fraîchement tombée, ni à aucun lys », Historia regum Britanniae, chap. 24.

30 Historia regum Britanniae, chap. 68. Genvissa est Genoïs dans le Brut.

31 Promise au roi du Danemark, la fille du roi de Norvège tente ainsi d’échapper à un mariage forcé avec le Breton Brenne : « La dame ert assez bele e gente / Mais li plaiz li desatalente » (v. 2439-2440).

32 Historia regum Britanniae, chap. 15.

33 Sur cette rime et ses enjeux, voir C. Croizy-Naquet, Thèbes, Troie et Carthage, Poétique de la ville dans le roman antique, op. cit., p. 330-360.

34 Voir aussi v. 13042 : Modred, « Ki sa femme e s’onur teneit ».

35 Une analyse des motifs merveilleux dans le Brut conduit à la même conclusion. Voir notre article « Le Roman de Brut de Wace à l’épreuve du merveilleux », communication au colloque international Motifs merveilleux et poétique des genres au Moyen Âge, Université de Montréal, 31 mai-2 juin 2007, à paraître dans les Actes du colloque.

36 G. Duby, Dames du XIIe siècle, op. cit., t. 1, p. 190.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search