Version classiqueVersion mobile

Désir n’a repos

 | 
Florence Bouchet
, 
Danièle James-Raoul

Femmes, féminin et féminité

Figures de femmes dans le Roman de Brut de Wace

Laurence Mathey-Maille

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mult i ad poi femes senz vice
E senz racine d’avarice1

Insérée dans l’histoire du célèbre roi Leir2, soumis à l’ingratitude de ses filles aînées, cette sentence de Wace condamne le caractère impitoyable de Gonorille, dont la cruauté n’a d’égal que le mépris à l’encontre de son vieux père. La tournure proverbiale de ces deux vers3 signifie-t-elle pour autant que, dans le Roman de Brut, composé en 1155, la femme est l’incarnation universelle du vice et du péché ? Une lecture attentive de l’histoire bretonne de Wace – œuvre charnière entre la matière antique et la matière de Bretagne – devrait permettre de mesurer combien l’image négative de la femme est bien loin de l’emporter. Un rapide examen du relevé des personnages féminins établi par Glyn S. Burgess dévoile d’emblée les multiples qualités de celles que Wace qualifie, presque invariablement, de « beles », « curteises » et « gentes »4. Et sur les cinquante-cinq femmes nommées dans le Brut, nombreuses sont les figures d’ex...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search