Version classiqueVersion mobile

Désir n’a repos

 | 
Florence Bouchet
, 
Danièle James-Raoul

Femmes, féminin et féminité

Féminin / Masculin-Neutre : questions de genres en langue française

Danièle James-Raoul

Texte intégral

1La question du genre des mots concerne la vie de la cité, non seulement la sociologie ou la politique, mais aussi la grammaire et la linguistique. Elle mérite qu’on s’y intéresse dans l’histoire de la langue : la diachronie permet de comprendre en effet pourquoi, depuis quelques décennies, cette question est revenue de façon brûlante sur le devant de la scène, objet d’une attention particulière de la part des mouvements féministes, suscitant en retour les gorges chaudes de nombre de blogueuses et de blogueurs qui trouvent absolument ridicules les combats menés pour féminiser le français de France.

  • 1 Éliane Viennot a posté depuis peu sur le site de la SIEFAR des éléments d’études concernan (...)

2L’idée fondamentale dans notre langue d’un genre grammatical fort, masculin, opposé à un genre grammatical faible, féminin, demande pourtant à être reconsidérée, recontextualisée. Ne serait-ce qu’un rapide aperçu en hommage à Danielle Bohler, qui m’a, entre autres, naguère associée aux travaux de la SIEFAR (Société internationale des Études sur les Femmes de l’Ancien Régime), remet en perspective dans notre français actuel le problème syntaxique des accords au masculin et le problème lexical de la non-féminisation – ou de la féminisation difficile, lente – des noms de métiers, titres, grades et fonctions : c’est permettre de mieux comprendre les débats, les combats, les enjeux contemporains, c’est souligner que la situation actuelle n’a pas existé de toute éternité, qu’elle n’est donc pas forcément immuable ni ne se doit de valoir pour une loi pérenne1.

En bas latin, discrimination ou non-discrimination des fonctions selon les genres

3Tout commence avec le bas latin qui simplifie mais aussi transforme de manière essentielle l’opposition des genres telle que celle-ci existait en latin classique.

4En latin classique, il existait trois genres pour les substantifs : masculin, féminin et neutre. Même s’il y avait des exceptions, les noms étaient dans leur immense majorité bien individualisés par des désinences différentes et des déclinaisons qui les faisaient varier en cas (c’est-à-dire selon leur fonction) et en nombre. Les grammairiens latins ne semblent pas très sensibilisés à une problématique d’opposition des genres, ils n’abordent pas spécialement la motivation des genres : cette question retient fort peu leur attention, ce qui suggère qu’elle est banale ou sans intérêt pour lors. De fait, les animés sont assez bien individualisés par des désinences spécifiques différentes, notamment - us/-a (comme filius/filia), et des suffixes, parmi lesquels, entre autres, -tor/-trix (par exemple, imperator/imperatrix, auctor/auctrix en bas latin), -os/-otissa (par exemple, sacerdos/sacerdotissa). Tout au plus, les traités de grammaire se bornent-ils à enregistrer quelques chausse-trappes, qui font ressembler certains noms féminins à des masculins ou des neutres (comme glycerium, humus, les nom d’arbres), et réciproquement (par exemple, murena est masculin, comme poeta, agricola, nauta), ou qui amènent à désaccorder en genre substantif et adjectif. Dans sa vaste somme de l’Institution oratoire, Quintilien n’aborde ainsi que trois fois, brièvement, la question ; c’est dire que celle-ci est de peu d’importance pour lui :

  • 2 Quintilien, Institution oratoire. Livre I, éd. et trad. J. Cousin, Paris, Les Belles Lettr (...)
  • 3 Id., Institution oratoire. Livres VIII et IX, éd. et trad. J. Cousin, Paris, Les Belles Le (...)

Nec statim diligentem putabo qui promiscua, quae epicoena dicuntur, ostenderit, in quibus sexus uterque per alterum apparet, aut quae feminina positione mares aut neutrali feminas significant, qualia sunt « Murena » et « Glycerium ». (Institution oratoire, I, 4, 242)
Soit : « Et je ne considérerai pas d’emblée comme un maître diligent celui qui parlera sans distinction des noms qu’on appelle épicènes, où un seul genre vaut pour l’un et pour l’autre sexe, ou encore de ceux qui, en dépit de la désinence féminine du nominatif, désigne des mâles ou, avec une désinence neutre, des êtres féminins, tels que Murena et Glycerium. »
[…] cum deprensum est « lepus » et « lupus » similia positione quantum casibus numerisque dissentiant, ita respondent non esse paria, quia « lepus » epicoenon sit, « lupus » masculinum, quamquam Varro in eo libro, quo initia Romanae urbis enarrat, lupum feminam dicit, Ennium Pictoremque Fabium secutus. (Ibid., I, 6, 12) Soit : « […] quand on a saisi combien les mots lepus et lupus, qui se ressemblent au nominatif, diffèrent dans la flexion et dans le nombre, [des érudits] répliquent qu’ils ne sont pas strictement équivalents, puisque lepus est épicène, tandis que lupus est masculin, bien que, dans le livre où il traite des origines de Rome, Varron écrive lupus femina [un loup femelle], à l’imitation d’Ennius et de Fabius Pictor. »
Fiunt ergo et circa genus figurae in nominibus ; nam et « oculis capti talpae » et « timidi dammae » dicuntur a Vergilio, sed subest ratio, quia sexus uterque altero significatur, tamque mares esse talpas dammasque quam feminas certum est ; et in verbis, ut « fabricatus est gladium » et « inimicum poenitus es » […]. (Ibid., IX, 3, 63)
Soit : « Donc, on peut trouver, à propos des noms, des figures qui portent sur le genre, car Virgile dit : oculis capti talpae et timidi dammae, mais la raison est que, dans ce cas, l’un et l’autre sexe sont exprimés par le même mot, car il est certain que talpa et damma désignent aussi bien le mâle que la femelle ; de même, dans les verbes : ainsi fabricatus est gladium et inimicum poenitus […]. »

5À l’époque impériale, au moins sur le sol de la Gaule, trois modifications morpho-syntaxiques, essentielles pour l’histoire de la langue à venir, se font jour :

  • le genre neutre disparaît pour les substantifs, qui sont, à quelques exceptions près (comme corpus, tempus, pectus), reversé dans le genre masculin, avec une éventuelle adaptation désinentielle (balneum et vinum sont refaits en *balneus et *vinus) ;
  • les flexions se réduisent à deux, celle du cas des sujets, sur la morphologie du nominatif, et celle du cas des compléments, sur celle de l’accusatif ;
  • les désinences sont partiellement revues de manière à différencier nettement en cas presque tous les masculins qui ne l’étaient pas et, au contraire, à uniformiser en cas tous les féminins qui ne l’étaient pas. Désormais, ce qui caractérise le genre masculin, c’est l’opposition en cas, c’est le fait d’être sujet ou objet de l’action ; ce qui importe pour le genre féminin, c’est l’opposition en nombre, unitaire ou pluriel, tandis que l’opposition casuelle, marque des fonctions, est dorénavant massivement masquée.

6De manière évidente, ces nouveautés morphologiques nous donnent une nouvelle perception des genres avec l’émergence d’un genre fondamentalement agissant, le masculin, et d’un genre, sinon fondamentalement inerte, du moins pour lequel être agent ou être patient, c’est tout un : tel est dorénavant le genre grammatical féminin.

En langue médiévale, la force naissante du genre masculin

7La langue médiévale hérite ses systèmes de déclinaisons bicasuelles (cas sujet/cas régime) de ces modèles. L’immense majorité des noms masculins est fondamentalement caractérisée au singulier par le morphème -s au cas sujet, le morphème -ø au cas régime ; au pluriel, c’est le contraire pour tous les masculins, avec une désinence -ø au cas sujet et un -s au cas régime. L’immense majorité des noms féminins, quant à elle, est de son côté caractérisée par un - e final, qui n’est pas muet à cette époque, et, pour ce type de déclinaisons, les deux cas sont confondus dans une même forme au singulier ; tous les féminins ont une seule forme de pluriel en -s, identique pour les sujets et les compléments, quel que soit le type de leur déclinaison.

  • 4 Ch.-T. Gossen, Grammaire de l’ancien picard, Paris, Klincksieck, 1976, p. 121.
  • 5 G. Zink, Morphologie du français médiéval, Paris, PUF, 2000, p. 67.

8L’opposition de genres entre le masculin et le féminin est cependant neutralisée en ce qui concerne l’emploi des déterminants et des pronoms personnels dans les colorations dialectales picardes du nord de la France et, à un moindre degré, wallonnes de l’est4 : pour des raisons phonétiques au cas régime puis, par analogie, au cas sujet, les formes communes individualisées au féminin par un -a (la, ma, ta, sa, etc.) sont remplacées par des formes en - e (le, me, te, se, etc.). Il s’ensuit une sorte de « déclinaison unigenre5 », pour reprendre les mots de Gaston Zink, puisque les formes considérées n’indiquent plus le genre, alors que c’est une fonction essentielle du déterminant que de souligner ou de désambiguïser la fonction et le genre du nom en compensant éventuellement les défaillances de la déclinaison. Mais, parce que ce sont les formes de masculin offertes dans la langue commune qui sont utilisées pour les deux genres, cette caractéristique dialectale impose en surface une couleur masculine à la langue ; le genre masculin devient une sorte d’archigenre qui prend, sinon le pouvoir, du moins le dessus linguistique.

9Dans la langue commune, par ailleurs et pour d’autres raisons, notamment d’ordre phonétique, se dessine, à partir du XIIIe siècle, la tendance de remplacer le pronom personnel régime indirect féminin li par son homologue masculin lui, forme unique qui s’imposera pour finir en moyen français.

10Si ces particularités trouvent à s’épanouir dans la langue commune, c’est parce qu’elles exploitent une évidence morphologique essentielle des masculins, qui s’amplifie dans la langue commune à partir des XIVe-XVe siècles : le genre masculin est un genre moins marqué dans sa forme que le genre du féminin ; il est donc, comme tel, d’un maniement plus simple dans l’usage. La ruine des déclinaisons entraîne en effet le plus souvent la conservation des formes de cas régime et l’élimination des formes de cas sujet. S’opère ainsi une sorte de renversement morphologique de ce qui existait dans l’ancien français classique et faisait la spécificité du masculin ; par excellence, ce genre devient un genre non-marqué : cette caractéristique d’une désinence  va, par sa simplicité même, se révéler être une force. Le neutre, en effet, qui subsiste en langue française au singulier, uniquement pour quelques pronoms et pour les adjectifs qui sont leurs satellites dans la phrase, est lui aussi un cas non marqué ; dans l’évolution de la langue, ce genre devient ainsi morphologiquement tangentiel au masculin et, à vrai dire, similaire à lui, sauf exceptions.

  • 6 N. Catach en tire une évidence didactique : dans l’apprentissage lexical et orthographique (...)

11La forme du masculin singulier en acquiert communément un caractère générique – puisqu’employé dans le discours pour deux genres –, qui s’oppose au caractère spécifique du féminin, genre marqué. C’est en moyen français que les adjectifs uniformes, héritiers des adjectifs épicènes, sont progressivement éliminés au profit de la réfection d’adjectifs terminés par un -e : fort, tel, vaillant sont refaits en forte, telle, vaillante, tandis que l’usage de grant au féminin résiste un peu mieux, mais s’effacera bientôt, au XVIe siècle, devant celui de grande, etc. Dans le principe, on pourrait croire que la féminisation d’un adjectif masculin au moyen du morphème -e est un processus très simple ; en réalité, dans la pratique de la langue, il n’en est rien. Dès cette époque, la connaissance théorique de la forme masculine ne permet pas toujours, en synchronie, de trouver quelle est la forme du féminin correspondant : il n’existe pas de systématisation opérable à partir des mêmes finales de mots. Ainsi à sec et grec correspondent respectivement sèche et grecque, à gros et gris correspondent grosse et grise. En langue française, le masculin ne donne pas, morphologiquement, le féminin ; c’est plutôt l’inverse qui est vrai, par suppression du -e final et adaptation phonético-graphique6.

Où l’archigenre masculin s’impose syntaxiquement à l’époque classique

12Les formes que l’on pourrait se hasarder à appeler de masculin-neutre vont dès lors s’imposer progressivement dans la syntaxe au détriment des formes du féminin. Sans doute, le fait que celles-là s’emploient plus aisément que celles-ci a joué dans une évolution toujours orientée, assurément, par cette loi linguistique essentielle qui est celle du moindre effort. C’est l’époque classique qui, on le sait, impose pour une bonne part les règles destinées à normer la langue, parmi lesquelles celle qui veut que le masculin l’emporte grammaticalement sur le féminin. Mais cette suprématie grammaticale, que l’on aurait pu croire simplement imposée par la facilité d’emploi et le caractère neutralisant des formes masculines, est nouvellement défendue et justifiée idéologiquement. On peut citer par exemple le carme Léon de Saint-Jean, dit Jean Macé, qui, au milieu du XVIIe siècle, est l’un des plus explicites sur le sujet :

  • 7 Jean Macé, Methode universelle pour apprandre facilemant les langues, pour parler puremant (...)

Dans les Declinaiƒons, qui diuiƒent comme en certaines claƒƒes tous les Noms ; on conƒidere outre les deux nombres, dont je viens de parler, les Genres, & les Cas. De ƒorte que tout ce que ie conçoi eƒtre fort & agiƒƒant, ainƒi que fait vne vertu mâle, je le mets ƒous le Genre maƒculin, comme ƒont les noms d’Homme, homo : de Fleuue, fluuius, & c. Si les noms que je conçoi, reƒƒamblent à quelque choƒe de plus mol, paƒƒif, receuant & contenant, je les appele Feminins ; la Ville, Vrbs : la Muƒe, Muƒa, & c. Si en quelque Langue ils embraƒƒent tous les deux, ils ƒont de commun Genre : Homo, Princeps, Dux. & c. Et s’ils s’accommodent à tous, on les nomme de tous genres. Encore qu’a dire vray, ces diƒtinctions ƒont la pluƒpart arbitraires ; & quaƒi ƒans autre raiƒon, que de l’autorité & de l’vzage7.

  • 8 « Nous manquoit-il un mot ? on eut dit qu[e les Ecrivains de Port Royal] avoient un plein (...)

S’il reconnaît in fine que le choix des genres est, la plupart du temps, arbitraire, le grammairien associe néanmoins les genres masculins et féminins à des qualités de force ou de faiblesse et, de manière plus originale, distingue des noms pour lesquels ces qualités sont réunies et par là-même neutralisées. La dénomination employée de genre commun, héritée du latin, affirme précisément dans son propos ce que masque son équivalent actuel de genre neutre : il s’agit d’un genre qui est neutralisé, parce que commun aux deux autres, adéquat pour le féminin comme pour le masculin, un genre épicène ou « androgyne8 ». La position de Jean Macé sur ce point est intéressante, quand il considère qu’un homme au sens d’un humain, mais aussi, de façon plus originale et personnelle, un prince, un chef sont, indépendamment de leur genre grammatical masculin de surface, des noms d’animés épicènes référant aussi bien à des hommes qu’à des femmes et, par là, de genre commun.

13Cette réflexion sur les genres va agiter les esprits du temps et se focaliser sur quelques points, dès lors abordés de manière récurrente dans les grammaires.

  • 9 C’est du moins le cas dans le corpus que j’ai dépouillé.
  • 10 Elle est attestée dans ses Remarques sur la langue françoise, op. cit., à plusieurs repris (...)
  • 11 S. Dupleix, Liberté de la langue françoise dans sa pureté, Paris, Denys Bechet, 1651, In-4 (...)
  • 12 C. Irson, Nouvelle methode pour apprendre facilement les principes et la pureté de la lang (...)
  • 13 P. D. Bouhours, Remarques nouvelles sur la langue françoise [1675], Paris, George & Loüis (...)
  • 14 D. Vairasse d’Allais, Grammaire Méthodique contenant en abrégé les Principes de cet art et (...)
  • 15 L.-A. Alemand, Nouvelles observations, ou Guerre civile des François, sur la langue, Paris (...)
  • 16 N. Andry de Boisregard, Réflexions, ou Remarques critiques sur l’usage present de la langu (...)
  • 17 Académie française [Thomas Corneille], Observations de l’Académie Françoise sur les Remarq (...)

141. D’abord, la question est posée de savoir quel est le genre des noms animés qui, originellement féminins, passent par dérivation impropre dans des emplois où ils réfèrent aussi bien à des femmes qu’à des hommes. Pour résoudre cette difficulté, les grammairiens avancent, en les liant, deux types d’arguments. L’un est d’ordre linguistique : en français, on emploie le masculin pour les noms indéclinables dépourvus de référence sexuée, comme personne, gens ; à la suite de Vaugelas, aucun grammairien ne reprend9 l’analyse précédemment citée de Jean Macé du genre commun pour ces mots. L’autre est d’ordre éthique et moral : le genre masculin est le plus noble des deux genres. Cette affirmation, que le Corpus des grammaires enregistre pour la première fois sous la plume de Vaugelas10, revient tel un leitmotiv dans les traités postérieurs de Scipion Dupleix11, Claude Irson12, du Père Bouhours13, de Denis Vairasse d’Allais14, Louis-Augustin Alemand15, Nicolas Andry de Boisregard16 jusqu’à trouver place dans les Observations que formule Thomas Corneille pour l’Académie française17. Les exemples problématiques sont ainsi examinés avec constance et attention par les grammairiens du XVIIe siècle ; certains d’entre eux sont très hésitants à faire passer les mots considérés d’un genre à un autre selon que le référent de ces animés est une femme ou un homme :

  • 18 C. Favre de Vaugelas, Remarques sur la langue françoise utiles à ceux qui veulent bien par (...)

Perƒonne. Ce mot a deux ƒignifications, & deux genres differens ; & cette difference, pour eƒtre ignorée de quelques-vns, fait qu’ils n’oƒent s’en ƒeruir, & qu’ils l’éuitent comme vn écueil, ne ƒçachant s’il le faut faire maƒculin ou feminin. Il ƒignifie donc, l’homme & la femme tout enƒemble, comme fait homo en Latin, & en ce ƒens il eƒt touƒiours feminin. […] Il ƒignifie auƒƒi le nemo des Latins, le nadie des Eƒpagnols, & le niƒƒuno des Italiens, & ce que les vieux Gaulois diƒoient, nully, c’eƒt à dire, nulle perƒonne, ny homme ny femme. En ce ƒens il eƒt indeclinable, & n’a point proprement de genre, ny de pluriel ; mais il ƒe ƒert tousjours du genre maƒculin, à cauƒe de la reigle qui veut que les mots indeclinables n’ayant point de genre de leur nature, s’aƒƒocient tousjours d’vn adjectif maƒculin, comme de celuy qui eƒt le plus noble18.

  • 19 S. Dupleix, Liberté de la langue françoise dans sa pureté, op. cit., p. 464.

Ailleurs, chez Scipion Dupleix par exemple, le genre masculin est recommandé plutôt que le genre féminin, parce qu’étant « le genre le plus excellent19 »…

152. Dans le même esprit, une identification genrée gagne la dénomination des phonèmes, et on oppose notamment le -e labial, dit féminin, qui est en train de s’amuïr dans la prononciation du XVIIe siècle, et le -e fermé, pourvu d’un accent aigu, dit masculin, toujours en alléguant des raisons idéologiques :

  • 20 P. de La Touche, L’art de bien parler françois, qui comprend tout ce qui regarde la gramma (...)

Le prémier e, eƒt celui qu’on nomme bref, muet obƒcur, ou feminin. Tous ces diférens noms lui ont été donnés, parce qu’il ƒe prononce ƒi vîte, & ƒi foiblement qu’à peine ƒe fait-il entendre. Quelques Auteurs l’apèlent auƒƒi e François, à cauƒe qu’il n’y a point de Langues où il ƒoit d’un ƒi grand uƒage que dans la Françoiƒe.
Le ƒecond e eƒt apelé fermé, parce qu’en le prononçant on ferme plus la bouche ; que lorsqu’on prononce les autres. On lui donne auƒƒi le nom de maƒculin, à cauƒe que le ƒon en eƒt beaucoup plus fort, & plus marqué que celui du féminin20 .

  • 21 L. Meigret, Le traité de la grammaire française [1550], éd. F.-J. Hausmann, Tübingen, Gunt (...)
  • 22 D. Vairasse d’Allais, Grammaire Méthodique…, op. cit., p. 133.

163. Ensuite, l’emploi euphonique des possessifs masculins mon, ton, son devant un substantif féminin commençant par une voyelle ou une h muette (mon inclination, mon amie, mon heure) pose à son tour explicitement la question logique du genre ou de sa neutralisation : peut-on dire que le déterminant est en ce cas véritablement masculin ? Ne faut-il pas plutôt parler de genre commun ? Un siècle plus tôt, Meigret s’était prononcé sur ce problème : pour lui, alors, indéniablement, les possessifs mon, ton, son devant nom féminin étaient féminins21. Cette analyse est abandonnée et ne reparaît dans aucune autre grammaire de notre corpus ; tout au plus, Vairasse d’Allais parle en ce cas de solécisme nécessité « pour la douceur du langage22 », mais sans être plus explicite. Sur la question du genre du possessif en -on, de forme masculine, Vaugelas ne tranche pas et stoppe court l’analyse :

  • 23 C. Favre de Vaugelas, Remarques sur la langue françoise…, op. cit., p. 351.

De quelque façon qu’il ƒe face, il ƒuffit de ƒçauoir qu’il ƒe fait ainƒi, & il n’importe gueres, ou point du tout, que ce ƒoit pluƒtoƒt d’vne maniere que de l’autre23.

  • 24 Propos repris p. 342.
  • 25 C. Favre de Vaugelas, Remarques sur la langue françoise…, op. cit., p. 351. « Par mignardi (...)

Comme tous les autres grammairiens, Thomas Corneille établit avec certitude au nom de l’Académie cet usage, mais sans aborder la question épineuse du genre problématique24. Quant à la bizarrerie qui consiste à dire tantôt mon amie, mon amour et tantôt m’amie, m’amour, avec élision du possessif féminin, Vaugelas allègue une différence sémantique, qui ne touche que ces deux noms, à sa connaissance : l’élision concernent les noms en appellatifs hypocoristiques, « des termes de caresses25 », précise-t-il.

174. Avec un retentissement bien plus important, la masculinisation de la langue se pose à propos de la règle de proximité (ou règle de voisinage) : l’ancien usage, qui remontait au grec ancien et au latin, et qui était encore en vigueur en ancien et en moyen français, est remis en question. Il consistait à accorder, d’une part, le genre et le nombre de l’adjectif avec celui du plus proche des noms qu’il qualifiait, ou, d’autre part, le verbe avec le plus proche de ses sujets. L’adjectif épithète, s’il déterminait plusieurs noms, s’accordait en genre et en nombre avec le plus rapproché d’entre eux. L’accord de l’adjectif attribut, si les sujets étaient des noms de personnes de genres féminin et masculin, se faisait plutôt au masculin pluriel ; toutefois il pouvait aussi se faire, avec souplesse, au féminin ou au singulier si telles étaient les caractéristiques du sujet le plus proche, le verbe d’état, dans ce cas, s’accordant lui aussi avec le sujet le plus proche. De façon générale, le verbe pouvait s’accorder, s’il avait plusieurs sujets, soit avec l’ensemble des sujets, soit avec le sujet le plus proche. En vertu de cette règle, contrairement à l’usage actuel, le féminin et le singulier pouvaient donc l’emporter sur le masculin et le pluriel. Au XVIe siècle, ce type d’accord était encore fréquent, comme, par exemple, sous la plume d’Agrippa d’Aubigné :

« Portant à leur palais bras et mains innocentes » (Les Tragiques, III, v. 203)

Encore au XVIIe siècle, chez Racine, on observe de pareils accords, aux côtés des nouveaux usages normés au masculin pluriel. Par exemple, en 1691, dans Athalie :

« Surtout j’ai cru devoir aux larmes, aux prières,
consacrer ces trois jours et ces trois nuits entières » (I, 2, v. 195-196)

ou encore, dans la même pièce :

« Armez-vous d’un courage et d’une foi nouvelle » (IV, 2, v. 1269).

18Mais cette règle de proximité est cependant l’objet de discussions : Malherbe la désapprouve, tandis que Vaugelas la concède, n’y est pas complètement opposé, en raison de son enracinement, non seulement dans toutes les langues, mais aussi en particulier à la Cour, ce qui indique le bon usage pour lui :

  • 26 C. Favre de Vaugelas, Remarques sur la langue françoise…, op. cit., p. 83-84.

le genre maƒculin eƒtant le plus noble, doit predominer toutes les fois que le maƒculin & le feminin ƒe trouuent enƒemble ; mais l’oreille a de la peine à s’y accommoder, parce qu’elle n’a point accouƒtumé de l’ouir dire de cette façon, & rien ne plaiƒt à l’oreille, pour ce qui eƒt de la phraƒe & de la diction, que ce qu’elle a accouƒtumé d’oüir. […] Or qu’il ƒoit vray que l’on parle ainƒi d’ordinaire dans la Cour, ie l’aƒƒeure comme y ayant pris garde ƒouuent26 […].

Pour Vaugelas, la plus grande noblesse du masculin pour justifier l’accord est cette fois contrebalancée par l’importance de l’euphonie de la langue et le poids des habitudes, difficiles à modifier, à contrecarrer. En dépit de la confirmation par l’Académie de cet usage, la suite de l’histoire, ne va pas s’inscrire dans cette souplesse et, on le sait, le masculin va l’emporter grammaticalement sur le féminin. Les autres grammairiens, comme par exemple l’historiographe du roi et conseiller d’État Scipion Dupleix en 1651, sont d’ailleurs dès cette époque plus tranchés :

  • 27 S. Dupleix, Liberté de la langue française dans sa pureté, op. cit., p. 396.

Trois substantifs, dont le premier est masculin, et les autres deux féminins, quel genre ils demandent. Parce que le genre masculin est le plus noble, il prévaut tout seul contre deux ou plusieurs féminins, quoiqu’ils soient plus proches de leur adjectif27.

  • 28 P. D. Bouhours, Remarques nouvelles sur la langue françoise, op. cit., p. 5.

Le Père Dominique Bouhours, qui se veut pourtant sur bien des points le continuateur de Vaugelas, déclare en 1675, que « lorsque les deux genres se rencontrent, il faut que le plus noble l’emporte28 », étant entendu que, comme l’explicitera le grammairien Nicolas Beauzée en 1767, « le genre masculin est réputé plus noble que le féminin à cause de la supériorité du mâle sur la femelle. » C’est à cette époque que la règle de proximité sort complètement de l’usage : dorénavant, le masculin primera sur le féminin dans l’accord syntaxique, le pluriel s’imposera plutôt que le singulier dès lors qu’il y a plusieurs sujets.

19Parce que cet usage de l’accord de l’adjectif a été fondé sur une vision idéologique inégalitaire des genres grammaticaux, certains mouvements féministes ont réclamé depuis peu, pour servir l’égalité entre femmes et hommes, le rétablissement de cette règle de proximité dans l’accord du genre. Conscient des présupposés qui ont guidé l’abandon de cette règle, l’Office québécois de la langue française préconise aujourd’hui d’adopter une variante de l’ancienne règle de proximité qui concilie en douceur dans de nouveaux usages la force de la norme et la nécessité de prendre en compte les analyses féministes. Le masculin continue de l’emporter grammaticalement sur le féminin (on ne dira pas : « *l’étudiant et l’étudiante inscrites »), mais on placera de préférence, dans une succession de substantifs de genres différents, le nom masculin en dernier, au plus près de l’adjectif qui s’accordera avec lui. On dira ainsi : « l’étudiante et l’étudiant inscrits » plutôt que « l’étudiant et l’étudiante inscrits » : l’adjectif restant au masculin pluriel, le nom masculin doit être le plus près de lui, tout simplement.

205. L’accord de l’adjectif dans une structure comparative ayant un sujet de sexe différent du sujet principal est aussi examiné avec soin dans les grmmaires du XVIIe siècle. Un homme peut-il dire à une femme « Je suis plus beau que vous » ou bien une femme peut-elle dire à un homme : « Je suis plus vaillante que vous » ? Que faut-il dire ? Avec quel référent accorder l’adjectif ? Avec celui qui parle ou bien avec celui à qui l’on s’adresse ? Sur ce point, Vaugelas offre une réponse de Normand :

[…] cette façon de parler eƒt bonne. On reƒpond, qu[e cette façon de parler] ne ƒe peut pas dire abƒolument mauuaiƒe, mais qu’elle n’eƒt pas fort bonne auƒƒi, & qu’il la faut euiter en ƒe ƒeruant d’vne autre phraƒe, comme j’ay plus de beauté que vous, j’ay plus de courage que vous ; Autrement il faudroit dire, pour parler regulierement, je ƒuis plus beau que vous n’eƒtes belle, & je ƒuis plus vaillante, que vous n’eƒtes vaillant […].

  • 29 J. Macé, Methode universelle…, op. cit., p. 193.
  • 30 Académie française [T. Corneille], Observations de l’Académie Françoise sur les Remarques (...)
  • 31 P. de La Touche, Art de bien parler françois…, op. cit., p. 236-237.
  • 32 S. Dupleix, Liberté de la langue française dans sa pureté, op. cit., p. 128-130.

L’idéal, dans ce type de structure comparative, ajoute-t-il pour finir, est de choisir un adjectif du genre commun, c’est-à-dire épicène, terminé au masculin par un - e. Pour Jean Macé29, les phrases proposées sont incorrectes et il faut recourir à une autre tournure qui fait intervenir le nom correspondant ; Scipion Dupleix, suivi ultérieurement par l’Académie française30 et Pierre de La Touche31, affirme en revanche que la phrase proposée ne pose pas de problème grammatical et qu’elle contribue à la richesse de la langue32.

216. C’est aussi à cette époque que la règle d’accord du participe passé employé avec avoir, telle qu’elle a été formulée par Clément Marot au XVIe siècle, est définitivement adoptée. Aujourd’hui, qui d’entre nous ne peine pas sur certains accords délicats de participes passés ? Si l’écrit s’accommode encore fort bien, sous la plume des lettrés, de la réflexion suscitée pour savoir comment accorder le participe en question, le débit rapide de la chaîne parlée occasionne de très nombreuses fautes, y compris chez ces mêmes lettrés : l’accord du participe passé employé avec avoir tend alors de plus en plus, me semble-t-il, à ne plus être respecté à l’oral quand le COD féminin est placé avant le verbe conjugué ; pareillement, l’accord des verbes pronominaux au féminin (avec le sujet, avec le réfléchi, selon que le réfléchi est COD ou non, selon que la pronominalisation est lexicalisée ou non…) n’est plus pratiqué communément. Il est aisé de prendre en défaut les locuteurs qui trébuchent au quotidien sur les participes forts, ceux dont le féminin fait sonner la consonne latente [t] ou [s] : « *Cette fleur, je l’ai pris dans le vase qui est sur le meuble d’entrée » ; « *Claire s’est surpris à rêver, après avoir été pris de malaise ». L’oralité est certes plus clémente puisqu’elle dissimule la finale des participes passés faibles pour des cas du type « elles se sont succédé, elles se sont battues »… De manière évidente, la grammaire, trop compliquée, est à son tour simplifiée en faveur de formes neutralisées, masculines en surface, qui vont à l’encontre des revendications féministes actuelles.

La féminisation des mots

La motivation des genres en question

  • 33 « Les substantifs nominaux y sont, nous le voyons, répartis en deux groupes distincts et b (...)
  • 34 J. Damourette & É. Pichon, Des mots à la pensée…, op. cit., p. 361.

22L’indo-européen ne connaissait qu’une opposition entre genre animé et genre inanimé ; l’opposition entre genre masculin et genre féminin est une opposition secondaire caractéristique du groupe des animés, humains ou non humains, qui naît dans l’évolution linguistique ultérieure. Cette opposition grammaticale est, pour une grande partie des substantifs concernés, fondée sur la réalité extra-linguistique de leur référent ; pour ces mots, les genres grammaticaux masculin et féminin réfèrent au sexe de l’animé et coïncident avec lui. En ce qui concerne les animés humains et les animaux dits « supérieurs », il existe une forte tendance à ce que Damourette et Pichon appellent dans leur jargon la sexuisemblance du genre33. Pour ces grammairiens, « le problème sémantique est de savoir ce qu’est pour le psychisme du locuteur français la sexuisemblance34 » : le genre grammatical faisant partie du signifié est porteur d’un imaginaire socio-culturel sexué qu’il traduit et contribue à construire tout à la fois. La question grammaticale des genres telle qu’elle s’est posée à l’époque classique en témoigne de manière patente, comme nous avons pu le voir.

23En français, l’opposition peut être de plusieurs types, parmi lesquels on retiendra :

  • une opposition lexicale. Ex. : femme/homme, bru/gendre, tante/oncle, jument/ cheval ;
  • une opposition flexionnelle (comme pour les adjectifs, avec adjonction d’un -e au féminin, ce qui peut entraîner la sonorisation de la consonne latente sourde présente à la finale du masculin ou son redoublement). Ex. : veuve/veuf, chatte/ chat, mineure/mineur, sultane/sultan, lion/lionne ;
  • une opposition dérivationnelle (à l’aide de suffixes variables en genres, dont certains sont amphibologiques, comme le suffixe -eur, qui possède quatre formes différentes au féminin. Ex. : -euse/-eur (coiffeuse/coiffeur), -trice/-teur (actrice/ acteur), -eresse/-eur (enchanteresse/enchanteur), -eure/-eur (mineure/mineur) ;
  • une opposition appuyée sur un substantif classificateur. Ex. une femme philosophe/un philosophe, une femme médecin/un médecin, une femme pasteur/un pasteur, une sage-femme/un homme sage-femme.

24Quelques remarques s’imposent. La situation est à l’évidence très compliquée en français par rapport à ce que présentent d’autres langues (on peut penser à la simplicité qui règne en allemand avec le suffixe -in qui suffit à féminiser nombre de noms masculins). On a cité le cas du suffixe de forme -eur au masculin. Dans l’usage qui tend à s’imposer aujourd’hui dans la langue française, professeure a définitivement éliminé professeuse, mais auteure se dit aussi bien qu’autrice… On pourrait aussi mentionner le cas où la consonne finale est redoublée ou non devant le -e du féminin (une sultaneune paysanne), au fait que si certains suffixes sont majoritairement orientés par un genre, il ne s’agit que de tendances : la couleur/l’honneur, la bonté/le parenté (genre masculin en ancien français). On notera qu’il n’existe pas de suffixes démarcateurs de l’animé ; les suffixes sont communs aux animés et aux inanimés (pour lesquels le genre est arbitraire) : on citera par exemple, pour le français moderne, un aspirateur, une broyeuse, une cicatrice. Par ailleurs, l’opposition en genre peut aussi ne pas être marquée par le substantif qui est alors épicène. Parfois, un déterminant permet de lever l’ambiguïté (un/une enfant, un/une élève, un/une libraire) ; parfois non : une girafe et un oiseau sont aussi bien mâles que femelles. Ce dernier cas est en particulier répandu chez les animaux et, jusqu’à l’époque classique, nombre de ces noms ont connu des genres fluctuants qui retiennent l’attention des grammairiens pendant des pages et des pages, comme un ou une aigle, fourmi, panthère, sphinx. Enfin, les cas de non-coïncidence entre le genre grammatical et le sexe du référent sont également fort nombreux, comme une estafette, une vigie, une sentinelle, qui peuvent avoir pour référents des hommes.

25Pour les inanimés, la répartition en genres grammaticaux est parfaitement arbitraire et le comparatisme des langues se charge bien de le mettre en évidence. Le soleil et la lune se traduisent aussi bien par the sun (masc.) et the moon (fém.) en anglais, que par die Sonne (fém.) et der Mond (masc.) en allemand. Cet arbitraire s’est, là encore, parfois traduit dans l’histoire par des genres non fixés, variables – douteux, diront les grammairiens de l’époque classique –, les mots étant tantôt masculins et tantôt féminins jusqu’à l’aube des temps modernes siècle : un ou une absinthe, affaire, doute, pleurs, insulte, œuvre, rencontre, revanche, risque, etc. La situation était commune dans la langue médiévale : dent, affaire, archeveschié, comté, rivage, etc. Ménage, dans ses Observations sur la langue françoise, parues en 1675, propose une liste qui occupe 32 pages ; celle donnée deux décennies plus tard par Pierre de La Touche est nettement plus restreinte, signe d’une normativité accrue dans le temps écoulé :

Liƒte des Noms qui ƒont du genre commun dans la même ƒignification : m ƒignifie maƒculin, & f féminin. La lettre que je mets la prémiére marque que le genre qu’elle ƒignifie eƒt le meilleur, & quand c’eƒt une grande lettre cela veut dire que ce genre-là eƒt le meilleur de beaucoup.

  • 35 P. de La Touche, Art de bien parler françois…, op. cit., p. 122.

Abƒinthe, f. m. ; Alcove, m. f. ; Amour, f. m. ; Automne, f. m. ; Bronze, M. f. ; Cloaque, M. f. ; Couple, F. m. ; Echange, M. f. ; Enigme, F. m. ; Epiƒode, M. f. ; Flaƒque, m. f. (piéce de l’afût d’un canon.) ; Foudre, F. & m. dans le ƒens propre. ; Goître, f. m. ; Groupe, m. f. ; Holocauƒte, m. f. ; Horoƒcope, F. m. ; Hymne, f. m. ; Idile, f. m. ; Idole, f. m. ; Inƒulte, F. m. ; Litre, F. m. ; Ofertoire, F. m. ; Opuƒcule, M. f. ; Oratoire, M. f. ; Orge, F. m. ; Orgue, F. m. toujours féminin au plurier. ; Paralaxe, F. m. ; Pivoine, (oiƒeau) f. m. ; Riƒdale, F. m. ; Riƒque, M.f. ; Sphinx, M.f. ; Tariere, F. m35.

Pour la plupart de ces substantifs, le genre a été fixé de manière unilatérale selon les préférences indiquées alors dans les différents traités de l’époque classique ; il suffit de reprendre les noms de la liste précédente établie par La Touche. Pour quelques-uns des noms au genre fluctuant, la variation en genre a été reversée dans une différenciation sémantique, en outre éventuellement accompagnée de spécifications d’emplois (la présence et la place d’un adjectif, par exemple). On distinguera ainsi la couplele couple ; la foudrele foudre ; l’amourmes belles amours ; les gensles vieilles gens, etc.

Le principe d’un genre générique remis en question

26L’hégémonie grammaticale du genre masculin s’explique certes pour les raisons historiques que j’ai rappelées précédemment, notamment sa capacité à s’employer d’une manière générique, tendant vers le neutre. Mais, parce que ce type d’emplois a été aussi assorti de sexisme, il est aujourd’hui, sinon récusé, du moins dénoncé. Il l’est d’autant plus que la domination masculine au plan grammatical est, dans l’usage, naturelle et comme transparente ou insensible, au point de faire oublier que cet appareillage syntactico-sémantique est aussi un cadre organisateur de la pensée, qui est anthropologique, sociétal, politique et économique et qui n’a pas toujours existé.

27Dans la langue médiévale, les noms masculins avaient des correspondants féminins presque systématiques pour toutes les fonctions : il suffit de tourner les pages des dictionnaires ou de lire les textes pour s’en rendre compte. On se souvient tous de la belle heaulmière vantée par François Villon ; l’accompagnent en cortège les noms inventeure, chirurgienne, commandante, mairesse, chanteresse, venderesse, abbesse, chanoinesse, diaconesse, papesse, prêtresse… Sans doute, certains noms féminisés désignent-il souvent les épouses de ceux qui exercent tel métier ou telle fonction : c’est possible pour mairesse, colonelle, présidente, clergesse, diaconesse. Mais cela n’est pas une obligation, les textes sont parfois insuffisamment précis sur ce point pour que l’on puisse trancher. Les mots aussi évoluent : la doctoresse, par exemple, qui désigne jusqu’au XVIIIe siècle, dans les romans de Rousseau et de Diderot, « l’épouse du chirurgien », prend le sens de « femme exerçant la médecine » au siècle suivant. La féminisation des mots n’a cependant jamais été systématique ni faite sur un seul modèle. Déjà au XVIIe siècle, on trouve de belles pages sur la question, appuyées sur les pratiques langagières, par exemple chez Ménage :

S’il faut dire, en parlant d’une femme, Poëte, ou Poëteƒƒe ; Philoƒophe, ou Philoƒopheƒƒe ; proprietaire, ou propriétaireƒƒe ; dépoƒitaire, ou dépoƒitaireƒƒe. CHAPITRE LXXXXVI.
MR de Méziriac, qui eƒtoit de l’Académie Françoiƒe, a dit Poëteƒƒe ; C’eƒt cette meƒme Rhodopis, qui fut douée d’une ƒi rare beauté, qu’ayant eƒté menée du depuis en Ægypte, elle donna de l’amour à Charaxus, frére de la Poëteƒƒe Sappho. C’eƒt dans la Vie d’Eƒope. Pierre de Bourdeille, Abbé de Brantoƒme, a dit Poëte. Elle ƒe meƒloit d’eƒtre Poëte : & compoƒoit des vers. C’eƒt dans ƒon Diƒcours de Marie Stuart, Reine d’Ecoƒƒe. M. de Balzac, à l’endroit cy-deƒƒus rapporté à la page 369. eƒt auƒƒi pour Poëte. Ie diray, dit-il, pluƒtoƒt que Mademoiƒelle de Gournay eƒt Poëte, que Poëteƒƒe, & Philoƒophe ; que Philoƒopheƒƒe. Pour moi, je dirois auƒƒi pluƒtoƒt Mademoiƒelle de Gournay eƒt Poëte, que Mademoiƒelle de Gournay eƒt Poëteƒƒe : La Reine d’Ecoƒƒe ƒe meƒloit d’eƒtre Poëte, que la Reine d’Ecoƒƒe ƒe meƒloit d’eƒtre Poëteƒƒe. Mais je dirois pluƒtoƒt la Poëteƒƒe Sapho, & la Poëteƒƒe de Gournay, que la Poëte Sapho, & la Poëte de Gournay. Et je dirois auƒƒi pluƒtoƒt une Poëteƒƒe, qu’une Poëte. Mais comme ces mots de Poëteƒƒe, & de Poëte au féminin, ne ƒont pas uƒitez, il eƒt bon de les éviter.
Pour ce qui eƒt du mot de Philoƒophe au genre féminin, il eƒt ƒuffiƒamment uƒité, pour ne point faire difficulté de s’en ƒervir.
Il faut dire, au féminin, propriétaire & dépoƒitaire, & non pas propriétaireƒƒedépoƒitaireƒƒe.
Devancier : devanciére. CHAPITRE LXXXXVII.
Nous pourions nous paƒƒer du mot de devancier : car nous avons predéceƒƒeur, qui eƒt plus beau & plus uƒité. Mais nous ne ƒaurions nous paƒƒer de celui de devanciére : car prédéceƒƒeur n’a point de féminin. On ne dit point prédéceƒƒerice.

Comme on le voit ici, l’emploi d’un nom épicène désambiguïsé par l’article est tantôt récusé (cas de poète) tantôt accepté (cas de philosophe ou de propriétaire) pour les deux genres ; cela tient au contexte syntaxique, selon que le nom est attribut du sujet ou sujet précisé par une apposition ou qu’il est précédé d’un article défini ou indéfini. Mais un signifiant proprement féminin s’impose dans l’usage, dès lors que le correspondant masculin terminé par une consonne est clairement identifié comme tel, comme étant masculin.

  • 36 A. Évain, « Histoire d’autrice de l’époque latine à nos jours », Semeion, Travaux de sémio (...)
  • 37 Dans toute la base Frantext, on recense cinq occurrences d’auteure, enregistrées entre 199 (...)

28Le combat mené aujourd’hui pour la féminisation des mots n’est donc pas contemporain et certaines formes de féminin sont très instables et supportent des variations nombreuses dans notre langue, bien plus qu’en québécois. Le nom écrivaine, concurrencé par femme écrivain (reconnu par l’Académie en 1932), est en passe de s’implanter dans l’usage commun actuel. Une auteur ou une femme auteur sont présents depuis le XVIIe siècle (une auteur étant utilisé dans un sens ironique) ; le nom autrice est attesté dès le XVIe siècle et employé jusqu’à l’époque moderne36 ; il cohabite depuis peu avec le nom auteure37, en dépit des propos acides tenus le siècle dernier sur le sujet par Jules Renard :

  • 38 Jules Renard, Journal [1905], Paris, Gallimard, 1960, p. 959.

Les femmes cherchent un féminin à « auteur » : il y a « bas-bleu ». C’est joli, et ça dit tout. À moins qu’elles n’aiment mieux « plagiaire » ou « écrivaine38 ».

  • 39 Femme, j’écris ton nom, dir. B. Cerquiglini, Nancy, CNRS-INaLF, 1999, p. 7 ; en ligne sur (...)

29Sans doute, la féminisation va-t-elle encore souvent de pair avec une dépréciation sémantique ou des connotations péjoratives stigmatisant un défaut ou une sexualité envisagée au plan moral, qui n’affectent pas les mots correspondants masculins : rapporteur/rapporteuse, maître/maîtresse, professionnel/professionnelle, entraîneur/entraîneuse, coureur/coureuse, galant/galante, sorcier/sorcière, etc. : les exemples ne manquent pas. « Cette dépréciation redouble [aussi parfois] la hiérarchie des fonctions sociales occupées par les hommes et les femmes : le couturier est un créateur, la couturière une petite main39 ». La féminisation qui existe de longue date pour certains noms ne porterait ainsi pas la même valorisation que celle qui existe pour le nom masculin correspondant.

30Il n’empêche ! Dès 1986, dans une circulaire du 11 mars signée de Laurent Fabius, était souligné le fait que « l’accession de femmes de plus en plus nombreuses à des fonctions de plus en plus diverses est une réalité qui doit trouver sa traduction dans le vocabulaire » ; il convenait donc de se conformer aux féminisations des noms de fonction, de grade ou de titre, dans les textes réglementaires, et dans tous les documents officiels émanant des administrations et établissements publics de l’État. Jamais abrogée, cette circulaire ne fut guère appliquée jusqu’au jour où, en 1998, elle fut réactivée par une nouvelle circulaire de Lionel Jospin : des femmes appartenant à son gouvernement avaient décidé de revendiquer d’être appelées la ministre et non le ministre. Dès lors, Madame le… commença à reculer devant Madame la… Une commission fut ainsi créée, pour réfléchir à la féminisation des noms, sans toujours trouver de solutions d’ailleurs : elle se contenta par exemple de la présence de déterminant pour certains mots comme une médecin, une marin. La Documentation française fit paraître en juin 1999 le guide Femme j’écris ton nom, donnant la liste des noms officiellement féminisés. Mais ce fut contre l’avis de l’Académie dont le service du dictionnaire avait antérieurement réagi par une note du 4 février 1999 révélant une véritable hostilité à la féminisation des noms.

  • 40 Académie Française, Dictionnaire, note de service du 4 février 1999.

Quand bien même un mot serait correctement formé, il peut ne pas trouver sa place dans l’usage40.

Certains académiciens dénièrent aux pouvoirs publics le droit de légiférer en matière linguistique, et, acceptant du bout des lèvres la féminisation des noms de métiers, considérèrent que les noms de fonctions et de titres devaient conserver le genre masculin, surtout quand il s’agissait de fonctions incarnant l’autorité de la République…

31La féminisation des mots est aujourd’hui plus empêchée ou décriée par des blocages sociologiques que par des contraintes linguistiques. En fait, la plupart des mots féminisés, loin d’être des néologismes farfelus, viennent des siècles passés. Il ne s’agit que de ressusciter des usages pour le moins paradoxalement tombés en désuétude. Les nouveautés semblent parfois ridicules. Nos aïeules, quand elles enlevèrent leurs corsets et commencèrent à porter des pantalons suscitèrent de même les quolibets, en même temps que celles d’entre elles qui étaient parisiennes s’exposaient à l’ordonnance du préfet de Police de Paris du 16 Brumaire de l’an IX (c’est-à-dire du 7 novembre 1800) qui réglementait le port du pantalon pour les femmes et imposait à celles voulant s’habiller en hommes de se présenter à la préfecture de police pour y être autorisées, l’autorisation en question étant accordée uniquement pour motif médical. Cette ordonnance a été abrogée tout récemment, le 31 janvier 2013…

32Que ces questions soient aujourd’hui sur la sellette mérite l’intérêt : le genre masculin n’est finalement un genre fort, dans la langue française, que parce qu’il est un non-genre, un genre neutre ou plutôt comme neutralisé ; le genre féminin n’est un genre faible que relativement, parce qu’il est un genre spécifique, marqué, donc difficile d’emploi. Éviter une rédaction ou une manière de parler trop épicène, trop friande d’un masculin générique qui peut tenir à distance une partie des interlocutrices ou des destinatrices visées, a des vertus, sans conteste, ne serait-ce que celle d’individualiser le propos, de faire reconnaître la diversité, de la faire accepter comme telle, aussi. La France tend depuis peu à rattraper le retard qu’elle a pris dans ce domaine de la féminisation des discours, sans doute autant pour des raisons idéologiques ou politiques que pour des faits proprement linguistiques, voire typographiques.

Notes

1 Éliane Viennot a posté depuis peu sur le site de la SIEFAR des éléments d’études concernant ce point en s’appuyant sur les textes du XVIe au XXIe siècle ; voir la Guerre des mots sur <http://www.siefar.org/>. Au moment où l’ouvrage Desir n’a repos va paraître, plus de deux ans après la rédaction de cet article, vient d’être également publié : E. Viennot, Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Petite histoire des résistances de la langue française, Paris, Éditions iXe, 2014.

2 Quintilien, Institution oratoire. Livre I, éd. et trad. J. Cousin, Paris, Les Belles Lettres, 2003, t. I.

3 Id., Institution oratoire. Livres VIII et IX, éd. et trad. J. Cousin, Paris, Les Belles Lettres, 2003, t. V.

4 Ch.-T. Gossen, Grammaire de l’ancien picard, Paris, Klincksieck, 1976, p. 121.

5 G. Zink, Morphologie du français médiéval, Paris, PUF, 2000, p. 67.

6 N. Catach en tire une évidence didactique : dans l’apprentissage lexical et orthographique des adjectifs à de jeunes enfants, il serait préférable de donner d’abord la forme du féminin et ensuite la forme du masculin. (L’orthographe française, Paris, Nathan, 1986, p. 217-218)

7 Jean Macé, Methode universelle pour apprandre facilemant les langues, pour parler puremant et escrire nettemant en françois, Paris, 1651, p. 51-52 ; disponible sur Grand corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue (XIVe-XVIIe siècles, dir. B. Colombat, J.-M. Fournier, W. Ayres-Bennet, Classiques Garnier numérique, 2011

8 « Nous manquoit-il un mot ? on eut dit qu[e les Ecrivains de Port Royal] avoient un plein pouvoir de la Nation pour le faire & on le voyoit incontinent ƒur les rangs ƒans aucune des preparations, ny des adouciƒƒemens que nos Grammairiens demandent, les regimes les plus inoüis paroiƒƒoient être en uƒage depuis longtemps par la hardieƒƒe avec laquelle il les employoient, les genres n’étoient plus en ƒeureté, ils faiƒoient tous les jours plus de metamorphoƒes que les Dieux de la Fable n’en ont jamais fait, ils n’avoient qu’à dire, un mot maƒculin devenoit d’abord feminin ; un autre paƒƒoit promptement & le plus ƒouvent ƒans neceƒƒité de ce dernier genre au premier ; & enfin quand il leur plaiƒoit ils en faiƒoient des Androgines, ce qu’en terme de Grammaire Françoiƒe, on appelle du genre commun. » (L.-A. Alemand, Nouvelles observations, ou Guerre civile des François, sur la langue, Paris, Jean-Baptiste Langlois, 1688, in-12°, p. 462)

9 C’est du moins le cas dans le corpus que j’ai dépouillé.

10 Elle est attestée dans ses Remarques sur la langue françoise, op. cit., à plusieurs reprises : p. 7, 83, 84, 381.

11 S. Dupleix, Liberté de la langue françoise dans sa pureté, Paris, Denys Bechet, 1651, In-4°, p. 437, 696.

12 C. Irson, Nouvelle methode pour apprendre facilement les principes et la pureté de la langue françoise contenant plusieurs traitez [1656], Paris, Pierre Baudouin, 1662, in-8°, p. 88.

13 P. D. Bouhours, Remarques nouvelles sur la langue françoise [1675], Paris, George & Loüis Josse, 1692 (3e éd.), in-12°, p. 5.

14 D. Vairasse d’Allais, Grammaire Méthodique contenant en abrégé les Principes de cet art et les règles les plus nécessaires à la langue française, Paris, 1681, in-12°, p. 123.

15 L.-A. Alemand, Nouvelles observations, ou Guerre civile des François, sur la langue, Paris, Jean-Baptiste Langlois, 1688, in-12°, p. 61.

16 N. Andry de Boisregard, Réflexions, ou Remarques critiques sur l’usage present de la langue françoise [1689], Paris, Laurent d’Houry, 1692 (2e éd.), in-12°, p. 238.

17 Académie française [Thomas Corneille], Observations de l’Académie Françoise sur les Remarques de M. de Vaugelas, Paris, Jean-Baptiste II Coignard, 1704, in-4°, p. 9, 97, 98, 376.

18 C. Favre de Vaugelas, Remarques sur la langue françoise utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire, Paris, Desprez, 1647, in-12°, le 8 octobre 1647, p. 6-8.

19 S. Dupleix, Liberté de la langue françoise dans sa pureté, op. cit., p. 464.

20 P. de La Touche, L’art de bien parler françois, qui comprend tout ce qui regarde la grammaire, & les façons de parler douteuses [1696], t. I, Amsterdam, Wetsteins & Smith, 1730, in-12°, p. 77, aussi p. 4.

21 L. Meigret, Le traité de la grammaire française [1550], éd. F.-J. Hausmann, Tübingen, Gunter Narr, 1980, p. 61, § 39.

22 D. Vairasse d’Allais, Grammaire Méthodique…, op. cit., p. 133.

23 C. Favre de Vaugelas, Remarques sur la langue françoise…, op. cit., p. 351.

24 Propos repris p. 342.

25 C. Favre de Vaugelas, Remarques sur la langue françoise…, op. cit., p. 351. « Par mignardise », dira S. Dupleix, Liberté de la langue françoise dans sa pureté, op. cit., p. 141.

26 C. Favre de Vaugelas, Remarques sur la langue françoise…, op. cit., p. 83-84.

27 S. Dupleix, Liberté de la langue française dans sa pureté, op. cit., p. 396.

28 P. D. Bouhours, Remarques nouvelles sur la langue françoise, op. cit., p. 5.

29 J. Macé, Methode universelle…, op. cit., p. 193.

30 Académie française [T. Corneille], Observations de l’Académie Françoise sur les Remarques de M. de Vaugelas, op. cit., p. 452-453.

31 P. de La Touche, Art de bien parler françois…, op. cit., p. 236-237.

32 S. Dupleix, Liberté de la langue française dans sa pureté, op. cit., p. 128-130.

33 « Les substantifs nominaux y sont, nous le voyons, répartis en deux groupes distincts et bien définis. Les uns (chien, évêque, sang, dragon, foin, couvent) sont masculins, c’est-à-dire expriment des substances de sexe masculin ou comparées par la langue à des êtres mâles ; les autres (vie, filles, femmes) expriment des substances du sexe féminin ou comparées par la langue à des êtres femelles. Le répartitoire qui établit ces deux groupes a reçu de nous le nom de répartitoire de sexuisemblance. » (J. Damourette & É. Pichon, Des mots à la pensée : Essai de Grammaire de la Langue Française 1911-1927, Paris, Éditions d’Artrey, 1968-1983, t. 1, p. 347). Voir aussi F. H. Baider, « Notices historiques : iconisation sociologique, effacement linguistique, récursivité lexicographique », dans D. Aquino-Weber, Sara Cotelli, Andres Kristol (dir.), Sociolinguistique historique du domaine gallo-roman : enjeux et methodologies, Bern, Peter Lang, p. 107-129.

34 J. Damourette & É. Pichon, Des mots à la pensée…, op. cit., p. 361.

35 P. de La Touche, Art de bien parler françois…, op. cit., p. 122.

36 A. Évain, « Histoire d’autrice de l’époque latine à nos jours », Semeion, Travaux de sémiologie, n° 6, Femmes et langues, dir. A.-M. Houdebine, février 2008, p. 53-62 ; URL : <http://www.siefar.org/la-guerre-des-mots/bibliographie.htm>.

37 Dans toute la base Frantext, on recense cinq occurrences d’auteure, enregistrées entre 1994 et 2008 sous la plume d’H. Cixoux, B. Groult et J. Roubaud, contre sept occurrences d’autrice, attestées du début du XVIe siècle à aujourd’hui, les deux dernières occurrences, de la fin du XIXe siècle (R. de Gourmont) et de la fin du XXe siècle (C. Hagège), intervenant dans des textes commentant justement leur emploi, promu ou récusé.

38 Jules Renard, Journal [1905], Paris, Gallimard, 1960, p. 959.

39 Femme, j’écris ton nom, dir. B. Cerquiglini, Nancy, CNRS-INaLF, 1999, p. 7 ; en ligne sur le site de l’ATILF : <http://atilf.fr/spip.php?article209>.

40 Académie Française, Dictionnaire, note de service du 4 février 1999.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search