Version classiqueVersion mobile

Désir n’a repos

 | 
Florence Bouchet
, 
Danièle James-Raoul

Femmes, féminin et féminité

La dame au bûcher ?

La réponse d’Antoine de la Sale à Christine de Pizan

Dominique Demartini

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Et si cy commenceray la fin de ce compte, priant, requerant et suppliant a toutes dames et demoiselles, bourgeoises et aultres, de quelque estat que soient, que toutes pren[d]ent exemple a ceste sy [tres]noble dame oyseuse, qui par druerie se perdit, et veuillent bien penser au dit commun qui dist : « Oncques ne fut feu sans fumee, tant fust il soubz terre parfont1 ».

C’est sur cet avertissement aux dames qu’Antoine de la Sale achève en 1456 son Jean de Saintré, avant l’adresse finale à Jean de Calabre auquel il dédie son ouvrage. Il s’agit de prémunir les femmes de toutes les conditions contre le sort de Belle Cousine, la noble dame qui entreprit l’initiation amoureuse et chevaleresque du Petit Jean de Saintré et qui, une fois son chevalier parti en expédition militaire, se consola auprès d’un abbé bien gaillard. Le roman est construit autour de ce retournement qui détourne l’histoire chevaleresque et courtoise des amours de la dame et de Saintré vers l’esthétique du fabliau. Jean d...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search