Version classiqueVersion mobile

Désir n’a repos

 | 
Florence Bouchet
, 
Danièle James-Raoul

Normes, histoire et anthropologie

Regards croisés sur Constantinople : témoignage et fiction chez Villehardouin et Clari

Estelle Doudet

Texte intégral

  • 1 Constantinople, qui symbolise d’abord la permanence de la Chrétienté antique dans le monde (...)

1Constantinople, Byzance, Istanbul : autant de noms pour désigner, à travers les siècles, celle que ses habitants nomment la Vasileousa Polis, la Ville Souveraine de l’est de la Méditerranée. À partir du XIe siècle, Constantinople nourrit dans les esprits occidentaux une mythologie mêlant les traits de Jérusalem, la ville sainte, à ceux de Babylone, la cité condamnée1. Cette évolution, contemporaine des Croisades, l’est aussi de l’épanouissement d’expressions vernaculaires, le roman puis les premières chroniques en prose.

  • 2 Voir J. Richard (éd.), L’esprit de la croisade, Paris, Le Cerf, 1969 ; Id., Histoire des c (...)

2Les expéditions croisées à la conquête de la Terre Sainte n’ont pas eu pour premier but le renouvellement des contacts avec Constantinople. Mais la route de la Palestine, qu’elle soit terrestre ou maritime, met les pèlerins en relation avec l’Empire byzantin. Alliés potentiels puisque chrétiens, les Grecs orthodoxes sont aussi ennemis en puissance des desseins catholiques. Les liens ambigus qui se tissent entre les nations d’Orient et d’Occident, du XIe au XIIIe siècle, exacerbent les tensions. Les Byzantins se méfient de Latins soupçonnés de tentatives de prises de pouvoir sur les possessions grecques. Les Latins construisent des légendes contrastées, dorée et noire, sur la riche Constantinople et sa population fourbe2.

  • 3 Le voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople, éd. P. Aebischer, Genève, Droz, (...)
  • 4 Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, Paris, Champion, coll. « CFMA » 84, 1982.
  • 5 Voir la translatio studii et imperii de la Grèce à la France évoquée dans Chrétien de Troy (...)
  • 6 C. Croizy-Naquet, Thèbes, Troie et Carthage : poétique de la ville dans le roman antique a (...)
  • 7 Pour l’évolution de la description dans les arts poétiques et les romans en ancien françai (...)
  • 8 « Le spectacle des merveilles, surtout byzantines, constitue une manne inépuisable pour le (...)

3La réalité des Croisades coïncide avec le développement du thème oriental dans la jeune littérature française. Le Voyage de Charlemagne narre le pèlerinage impérial à travers les capitales symboliques que sont Rome, Jérusalem et Constantinople3. C’est dans cette ville que Chrétien de Troyes fait naître Alexandre et que son fils Cligès réclame le trône4. Dans les textes contemporains de la deuxième croisade, la cité incarne l’origine de la culture intellectuelle et du pouvoir politique de l’Occident5. Davantage peut-être que les chansons de geste, qui portent leur attention aux figures de l’altérité, les premiers romans français interrogent des lieux urbains, Troie, Thèbes, Rome, reconstruits à travers le fantasme de la capitale byzantine6. Monde d’ordre et d’abondance, Constantinople sollicite chez les écrivains un arsenal rhétorique fondé sur la description7. Le paysage urbain offre une trame interprétative à l’histoire narrée : les monuments soulignent le passage des temps, symbolisent l’ordre et les valeurs de la société féodale, palais, moustiers, quartiers commerçants. Cité de l’engin, voire de la magie, elle est enfin un réservoir de « merveilles ». Tel est le paradoxe à la source du roman d’expression française : un univers de fiction s’édifie à partir d’un espace réel reconfiguré en mythe8.

  • 9 D. Queller et Th. Madden, The Fourth Crusade [1977], Philadelphia, University of Pennsylva (...)
  • 10 Un portrait de groupe a été esquissé par J. Longnon, Les Compagnons de Villehardouin. Rech (...)

41204 : après l’échec de la troisième croisade, une nouvelle expédition franco-vénitienne est détournée vers l’Empire grec, alors plongé dans des querelles de succession9. Prêtant secours à la famille déchue d’Isaac II, les Croisés assiègent la ville. Chevaliers ou clercs, nombre de ces hommes ne connaissent de Constantinople que sa fiction, véhiculée par les chansons de geste et les romans en langue d’oïl qui forment l’essentiel de leur culture littéraire10. La rencontre, assez brutale, permet l’émergence d’une historiographie vernaculaire en prose, opposée à la fiction en octosyllabes ou en décasyllabes. La « verité » est au centre de cette écriture de terrain qui se nourrit, pour la première fois, du témoignage oculaire :

  • 11 Robert de Clari, La Conquête de Constantinople, éd. et trad. J. Dufournet, Paris, Champion (...)

Chis qui i fu et qui le vit et qui l’oï le tesmongne, Robers de Clari, li chevaliers, et a fait mettre en escrit le verité, si comme ele [Constantinople] fut conquise ; et ja soit chou que il ne l’ait si belement contee le conqueste, comme maint boin diteeur l’eussent contee, si en a il toutes eures le droite verité contee, et assés de verités a en teutes qu’il ne peut mie toutes ramembrer11.

Trois textes majeurs puisent leur inspiration de la quatrième croisade : celui du grand baron Geoffroy de Villehardouin, dont la rédaction daterait de 1207 ; celui de Robert de Clari, chevalier qui dicterait ses souvenirs entre 1208 et 1216 ; celui du clerc Henri de Valenciennes, continuateur de Villehardouin s’inspirant d’Ernoul de Giblet, un observateur oriental, et dont le texte aurait été écrit entre 1209 et 1216. La vision des grands, celle des hommes du rang, celle des intellectuels : à l’origine de ce que l’on considère comme un nouveau genre se trouvent des auteurs qui illustrent en quelque sorte les trois états de la société féodale.

  • 12 L’étude de G. Jacquin, Le Style historique dans les récits français et latins de la quatri (...)
  • 13 S. Marnette, « The experiencing self and the narrating self in medieval French chronicles  (...)
  • 14 De l’étude d’E. Faral, « Geoffroy de Villehardouin : la question de sa sincérité », Revue (...)

5Depuis la redécouverte des Conquestes de Constantinople par Villehardouin et Clari, trois champs de recherche ont concentré l’essentiel des analyses : l’étude linguistique et stylistique de témoins parfois déroutants12 ; la définition de la conscience auctoriale développée par des rédacteurs laïcs13 ; la discussion du statut des textes, sources historiques ou formes littéraires14. Ces orientations convergent vers les mêmes problèmes. Si l’on considère en effet que la voix des soldats que furent Villehardouin et Clari corrige l’imaginaire des clercs, leurs textes apparaissent comme un terrain de tension entre une expérience vécue et les fictions qui peignaient alors Constantinople. En d’autres termes, la prose historique, fondée sur les « choses vues » par les acteurs de la quatrième croisade, naîtrait en renversant le paradoxe romanesque. Après une écriture de la fiction reconfigurant un lieu réel, viendrait une écriture du réel, qui, sous le choc produit par le contact avec la même cité, parviendrait à s’arracher de la fiction et à prendre son autonomie. La dialectique impressionne, d’autant qu’elle se trouverait à l’origine de deux champs de savoir que les universitaires, depuis le XIXe siècle, pensent différents.

  • 15 A. Pauphilet, « Robert de Clari et Villehardouin » (1928) et « Sur Robert de Clari » (Roma (...)
  • 16 P. Noble, « The importance of Old French chronicles as historical sources of the fourth cr (...)
  • 17 S. Kinoshita, Medieval Boundaries : rethinking difference in Old French Literature, Philad (...)
  • 18 Voir les mises au point de B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médié (...)

6Villehardouin et Clari sont un bel exemple du goût de l’histoire littéraire pour les tandems d’écrivains. Au stratège aristocrate répond le chevalier homme de troupe ; à l’analyste politique le touriste enthousiaste ; à la rigueur historienne la fantaisie émerveillée. Ces contrastes, popularisés d’A. Pauphilet à A. Micha, ont été assouplis par les études de J. Dufournet et nuancés par les chercheurs depuis trente ans15. On admet désormais que les deux Conquestes ont une qualité égale en tant que sources historiques16. On accepte aussi de voir dans ces deux laïcs les porte-parole d’une culture chevaleresque modelée par les chansons de geste et les romans et ne méconnaissant pas les ressources rhétoriques de ces genres. Si cette nouvelle doxa est aujourd’hui partagée, elle s’exprime encore souvent en termes de « contraintes » (de l’enregistrement mémoriel face au réel) et de « libération » (hors des schémas fictionnels), comme en témoigne une étude récente17. Demeure ainsi prégnante l’opposition entre histoire et littérature, malgré l’anachronisme de cette perspective18. Notre hypothèse est que l’écriture historique en prose française, si on veut voir là sa naissance, se nourrit d’œuvres de fiction, exploitant les stratégies stylistiques, les topoi et les attentes qu’elles ont créées chez le lectorat ; qu’elle s’en nourrit d’une façon qui permet aux rédacteurs d’affirmer leur position sur un sujet particulièrement brûlant au début du XIIIe siècle : la « verité » et la « fable ». La description de Constantinople est l’un de ces topoi. Qu’ont « vu » de la ville les deux croisés ?

7Ce n’est pas l’une des moindres surprises de sa Conqueste : Geoffroy de Villehardouin y passe presque entièrement sous silence la présentation de la ville. Un bref paragraphe montre d’abord, non Constantinople, mais le regard que les Croisés en débarquant posent sur elle :

  • 19 Geoffroy de Villehardouin, La Conquête de Constantinople, éd. J. Dufournet, Paris, GF-Flam (...)

Or poez savoir que moult esgarderent Constentinoble cil qui onques mes ne l’avoient veüe, car il ne pooient cuidier que si riche vile peüst estre en tout le monde19.

L’évocation se fonde sur divers éléments de l’écriture « merveilleuse » : difficulté de croire ce que l’on voit ; évocation par les pluriels et les tours emphatiques ; exaltation devant la grandeur de la tâche : « onques si grant afaire ne fu empris de tant de gens puis que le monde fu estoré » (ibid). Au cours du récit, la cité n’est décrite qu’à travers cette rhétorique de l’esquive ou de pareilles descriptions déceptives. Le narrateur note à plusieurs reprises qu’elle est avant tout le lieu qui concentre la richesse du monde, renvoyant à sa configuration fictionnelle la plus habituelle :

  • 20 Geoffroy de Villehardouin, La Conquête de Constantinople, éd. cit., § 192, p. 138.

Et poez savoir que maint de ceuls de l’ost alerent veoir Costentinoble, et les riches palés et les autres eglyses dont il y avoit tant, et les granz richeces que onques tant en une vile n’en ot. Des saintuaires ne convient il mie parler, car autant en avoit il en cel jour en la vile conme ou remanant dou monde20

Le pillage de la ville, qui pourrait être l’occasion de préciser le regard, fait resurgir le leitmotiv. L’impossibilité de dire est parallèle à l’affirmation d’un témoignage oculaire.

  • 21 Id., § 250, p. 172.

Et fu si granz li gaains que nus n’en sauroit dire la fin, d’or et d’argent et de vesselement, de pierres precieuses, de samiz et de dras de soie, et de robes veres et grises et ermines et de touz les chiers avoirs qui onques fussent trouvez en terre. Et bien tesmoigne Josfroi de Villehardouin, li mareschaus de Champaigne, en son escrit par verité que, puis que le siecle fu estoré, ne fu tant gaaignié en nule vile21.

Le lecteur moderne pense déceler un hiatus entre le désir d’affirmer la vérité de la « chose vue » et une description soit esquivée, soit énumérative et topique. Plutôt qu’incapacité de l’écrivain non-professionnel, on a analysé ce trait comme un signe de l’indifférence du stratège à la réalité urbaine ou comme un indice du mépris dans lequel l’analyste tiendrait les topoi romanesques dont se délectent ses contemporains. Nous proposons d’y lire une conséquence de l’acte d’écriture lui-même. Dans un livre qui recueille la mémoire du maréchal tout en reforgeant l’événement pour des lecteurs à venir, Constantinople existe essentiellement en tant que lieu (commun) de discours. Son évocation mobilise les stratégies rhétoriques que le rédacteur sait efficaces : l’énumération paratactique ou la description dérobée, accompagnements habituels de la « merveille » urbaine. Le fait que, dans les fictions narratives du XIIe siècle, les villes orientales se modèlent sur le fantasme de Constantinople impose ce choix.

8On a remarqué que, peu loquace sur l’espace, la Conqueste est diserte sur la population de la ville. Le rédacteur a alors à sa disposition les évaluations morales de la société byzantine répandues dans les textes cléricaux occidentaux, ainsi qu’un art du portrait collectif et individuel mis au point notamment dans les chansons de geste. Des chefs militaires aux civils, les Byzantins de Villehardouin correspondent assez bien à ce que dit d’eux une mythologie partagée par les clercs et les chevaliers latins : ils sont trompeurs, lâches, félons. Si l’un d’entre eux s’engage, par une loyauté remarquable, aux côtés du neveu du maréchal, son fils, peu après la disparition de l’ami, trahit les Latins, comme si mauvais sang ne pouvait mentir :

  • 22 Id., § 326, p. 214.

Einsi comme les aventures avienent si conme Diex veult, maladie si prist le Grec et fina et morut. Et li filz au Grec se revela contre Josfroi de Vileharduyn et retrest ; et retornerent li chastel qu’il avoit gaaignié contre lui22.

  • 23 Pour cette notion, J-M. Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Le Seuil, 1999, p. 198-23 (...)
  • 24 Geoffroy de Villehardouin, La Conquête de Constantinople, éd. cit., § 271, p. 184.

Le témoignage entérine donc les modélisations fictionnelles et vice-versa23. Cette convergence sert à justifier la conquête des territoires impériaux dont Villehardouin a été un des principaux bénéficiaires. Les Francs apparaissent, au fil du récit, comme les maîtres légitimes de la Ville Souveraine, que ni sa population ni ses chefs ne méritent : « Or oez se ceste gent devoient terre tenir qui si grant cruauté fesoient li uns a l’autre24 ». Il importe donc assez peu que Constantinople, déjà intégrée à l’identité imaginaire des Occidentaux et revendiquée comme capitale d’un Empire Latin, soit une « chose vue ». Locus à l’altérité familière, la ville est évoquée (et cachée) par une rhétorique rodée dans les expressions fictionnelles contemporaines et qui participe à la stratégie politique de l’œuvre mémorielle.

  • 25 G. Jacquin, « Robert de Clari, témoin et conteur », dans J-C. Aubailly et alii (dir.), Et (...)
  • 26 J. Dufournet établit un lien avec les prêches de l’époque dans son édition citée de Robert (...)
  • 27 G. Gougenheim, quatre analyses lexicales dans Études de grammaire et de vocabulaire frança (...)
  • 28 Une comparaison thématique a été entreprise par J. Dufournet, « Robert de Clari, Villehard (...)

9La déception que le lecteur peut ressentir face aux ellipses de Villehardouin disparaît à la lecture de Robert de Clari. Son talent de conteur a parfois fait désigner le Picard comme l’un des « premiers ethnographes en langue française » ou, moins audacieusement, comme un voyageur dont le regard s’est posé assez précisément sur la Constantinople de 120425. À la différence de Villehardouin dont les objectifs politiques sont manifestes, le texte de Clari ne présente guère d’orientation idéologique autre que la traditionnelle détestation des Grecs, assimilés aux Sarrasins ennemis des Latins, et le blâme contre les responsables militaires (les « rikes »), point de vue caractéristique des « povres » dont le chevalier faisait partie et que l’on retrouve sous les plumes cléricales de l’époque26. L’autre trait saillant de sa Conqueste est une construction déroutante, qui a suggéré à certains critiques l’hypothèse d’une rédaction en plusieurs étapes27. L’œuvre mobilise en effet des topoi discursifs (formulaires d’incipit et d’explicit par exemple) inspirés des chroniques en vers. Ces éléments encadrent divers passages plus ou moins bien articulés, l’histoire des empereurs byzantins, celle du frère de Boniface de Montferrant, la description des monuments de Constantinople, l’aventure épique de Pierre de Bacheux, etc28. Il s’agit peut-être moins d’un texte – au sens étymologique de tissage – que d’un ensemble composite, marqué par de forts décrochages stylistiques et lexicaux.

  • 29 En 1204, l’économie de la ville était en crise, certains de ses monuments dégradés. Cette (...)

10Dans les rues de la capitale byzantine, Robert de Clari se révèle un touriste à l’attention fluctuante. Il place son évocation lors du deuxième siège lorsque les Latins entrent pour piller la ville, mais parle d’œuvres d’art qu’il n’aurait pu voir que lors du premier contact entre Grecs et Latins29. La cohérence stylistique des dix paragraphes de sa description (§ 82 à 92) repose sur l’usage intensif du lexique de la « merveille », ainsi que sur des tournures présentatives inlassablement répétées :

Si trouva on tant de riqueches es palais que trop (§ 82, p. 170) ;
Et si trova on de le vesteure Nostre Dame […] et tant d’autres rikes saintuaires ilec, ne le vous porroie mie aconter ne dire le verité (§ 83, p. 172) ; Et estoit chis palais si rike et si nobles que on ne le vous saroit mie descrire ne aconter (ibid, p. 174)…

Selon la logique des descriptions urbaines en usage dans les romans antiques du XIIe siècle, la ville se dévoile d’abord comme un espace circulaire, bordé de murailles qui dominent l’océan. En son cœur se trouvent « palais » et « moustiers », symboles de sa « rikeche » :

  • 30 Robert de Clari, La Conquête de Constantinople, éd. cit., § 84, p. 174.

Li pelerin esgarderent la grandeur de le vile, et les palais, et les riques abeïes et les riques moustiers et les grans merveilles qui estoient en le vile30.

Rien d’inattendu dans les monuments décrits, les palais et Sainte-Sophie, lieux communs de l’imperium politique et spirituel byzantin. On sait que la description des premiers, au § 83, pose problème : alors qu’elle commence avec les richesses du palais de Boucoléon, elle se finit par celles du palais des Blachernes. Lacune de la rédaction, défaillance mémorielle ou rédaction qui privilégie ici la synthèse thématique ?

  • 31 Id., § 82-83, p. 170-174.

Si estoit li palais de Bouke de Lion si rikes et si fais com je vous dirai. […] Si en avoit une que on apeloit le Sainte Capele […] Or avoit encore autres saintuaires en chele capele que nous vous aviemes evliés a dire […] en chel Palais de Blakerne31.

  • 32 H. Legros, « Constantinople, la mirable cité », dans D. Boutet et alii (dir.), Plaist vos (...)

Palais et églises du centre sont suivis par diverses « merveilles », selon une logique du « mirable » préférée à un parcours urbain précis, comme en témoignent les ouvertures de paragraphes par l’expression « ailleurs en la chité »32. Les éléments décrits ont en commun non seulement leur nature de mirabilia, mais aussi leur notoriété dans les fictions en langue d’oïl. S’arrêtant devant Sainte-Sophie, le narrateur détaille une colonne de marbre sur laquelle se dresse une statue équestre :

  • 33 Robert de Clari, La Conquête de Constantinople, éd. cit., § 86, p. 177-178.

Seur chele pierre si avoit un empereeur jeté de coivre, seur un grant cheval de coivre, qui tendoit se main vers paienisme ; et avoit letres seur lui escrites que ja li Sarrasin n’aroient triwes de li […] et disoient li Griu que chou estoit Eracles li empereres33.

  • 34 Elle apparaît au centre de la cité dans le ms. d’Oxford, Bodleian Library, Canon. Misc. Gr (...)

Ce monument, topos de l’illustration de Constantinople dans les manuscrits d’Europe de l’Ouest jusqu’à la fin du Moyen Âge34, est la colonne de Justinien. La Conqueste de Clari l’identifie faussement avec l’image d’Héraclius. Que cette information ait été fournie ou non au visiteur par un « Griu », elle ne peut surprendre un lecteur de langue d’oïl amateur de fictions. La description de la statue qui glorifie Éracle, héros byzantin qui rendit la Sainte Croix à Jérusalem et réunifia l’Empire romain sous son égide, est en effet le couronnement du célèbre roman hagiographique de Gautier d’Arras, rédigé pour la famille de Champagne pendant la deuxième croisade :

  • 35 Gautier d’Arras, Éracle, éd. G. Raynaud de Lage, Paris, Champion, coll. « CFMA » 102, 1976 (...)

Gentement est l’image assise
et faite l’ont par tel devise
que jamais jor ne dequerra ;
la pert et tos jors pais parra.
De biel tor est et doit bien estre :
Vers Paienisme tent se destre,
et fait sanlant de manecier
Et de l’onor Diu porcacier35.

La proximité des deux descriptions n’implique pas une réécriture directe ; elle indique cependant que l’innutrition romanesque est importante dans la rédaction de Clari. Ses « choses vues » semblent surtout des « choses à voir », des legendae.

  • 36 « Du reste de la description de Constantinople, il n’y a, ce me semble, que peu de chose à (...)

11Les mirabilia byzantines décrites par le voyageur sont en effet de deux sortes. Une partie d’entre elles fascinent par leur capacité de guérison physique : c’est par exemple le fameux buhotiaus fixé sur la porte de Sainte-Sophie et qui sauve de l’empoisonnement qui le sollicite (§ 88). La majorité livrent des prophéties que le narrateur interprète. Les premiers lecteurs critiques de Clari, amusés par sa fantaisie herméneutique, l’ont mise parfois sur le compte d’un guide local qui aurait égaré le Franc36. Ce qui frappe aujourd’hui, c’est que la métropole saisie par le regard de Clari est saturée d’inscriptions, à l’instar des lieux que visitent les héros romanesques des XIIe et XIIIe siècles. Toutes disent la même chose à qui sait les lire : l’arrivée des nouveaux maîtres de l’Empire, les Latins.

  • 37 Robert de Clari, La Conquête de Constantinople, éd. cit., § 92, p. 182.

Et quant che fu avenu, si ala on warder et muser en ches colombes, si trova on que les letres, qui estoient escrites seur les nes pourtraites, disoient que de vers Occident venroient une gent haut tondue a costeles de fer, qui Constantinoble conquerroient37.

  • 38 Le flou chronologique, premier ou deuxième siège, qui entoure la description urbaine a une (...)
  • 39 L’expression est de J. Dufournet, éd. cit. de Robert de Clari, p. 11.

Le bric-à-brac des mirabilia urbaines révèle une certaine cohérence thématique : les promesses de guérison physique par les unes rejoignent l’annonce du salut politique par les autres. La citation précède de peu dans la narration la section qui montre l’élection du nouvel empereur, désigné parmi les vainqueurs38. Ainsi l’écriture merveilleuse chez Clari, avec ses répétitions, sa narration « de bric et de broc39 », ses erreurs et sa forte imprégnation romanesque, rejoint-elle l’argumentation générale de Villehardouin : la légitimité de la conquête latine est inscrite de toute éternité sur les murs de la capitale grecque.

  • 40 Aujourd’hui conservé à Copenhague, Bibliothèque Royale, ms. 487.

12La relation qu’entretiennent les témoignages historiographiques avec les fictions narratives de leur temps suscite un certain nombre de questions sur des textes dont la célébrité continue à masquer le statut problématique. C’est particulièrement le cas de Robert de Clari, dont l’œuvre est recueillie dans un unique manuscrit, certainement réalisé à l’abbaye de Corbie autour de 130040. La découverte de cet ouvrage vers 1850 a entraîné une nouvelle perception de la quatrième croisade et, au cours du XXe siècle, la réévaluation des autres historiographes qui l’ont évoquée. Si on considère que Clari offre un rare témoignage de terrain, reflétant les valeurs et la culture de la petite chevalerie, la Conqueste de Villehardouin comme la compilation d’Henri de Valenciennes se positionnent comme des œuvres plus intellectuelles, et dans une certaine mesure, moins authentiques.

  • 41 Voir G. Boudon, « Robert de Clari en Aminois, chevalier, autour d’une chronique de la quat (...)
  • 42 Aleaume de Clari est l’un des héros de la Conqueste, dont la vaillance est soulignée au § (...)
  • 43 Les quatre autres œuvres qui accompagnent la Conqueste dans le ms. 487 sont les récits d’u (...)
  • 44 J. Dufournet, éd. cit. de Robert de Clari, p. 11.
  • 45 « Robillard de Clari » apparaît sur l’inscription de la croix-reliquaire de Corbie (J. Duf (...)
  • 46 Son nom n’apparaît qu’à l’explicit.

13La vie de Robert de Clari est assez mal connue41. Humble chevalier ayant participé de 1202 à 1205 à la croisade sous le commandement de son seigneur Pierre d’Amiens, il en a rapporté des reliques et les a offertes à l’abbaye de Corbie. Le célèbre centre intellectuel était voisin de ses terres. Peut-être Robert a-t-il eu l’occasion de le fréquenter grâce à son frère Aleaume de Clari, clerc qui a combattu brillamment à Constantinople et qui est devenu chanoine à Amiens42. Robert, donateur de reliques dont les liens avec le milieu clérical sont attestés, est-il aussi celui qui offrit à un scribe de l’abbaye de conserver le récit de ses aventures orientales ? C’est probable. Le texte que nous possédons, dans un manuscrit rassemblant des compilations historiques43, est-il l’œuvre d’un « autodidacte qui a voulu être un historien44 » ? On se heurte ici à plusieurs faits perturbants. Au cours du XIIIe siècle, la plupart des laïcs qui pratiquent l’historiographie sont des hommes jouissant d’un statut social élevé, comme Geoffroy de Villehardouin ou Jean de Joinville. L’humble Picard est le seul quidam dont l’essai nous soit parvenu. Son auctoritas de témoin, attestée par le don des reliques à l’abbaye45, a-t-elle compensé la modestie de sa position, soulignée par l’absence de son nom dans la liste des croisés qui ouvre la rédaction46 ? D’autre part, la persona d’auteur que les critiques ont tenté de reconstituer à partir du texte est assez complexe, d’autant que les jugements portés sur elle ont évolué. Loin du « naïf » dont l’apparente spontanéité ravissait les premiers lecteurs modernes, Clari est aujourd’hui considéré comme le représentant d’une chevalerie à la culture honnête mais mal pourvue en moyens discursifs qui permettaient aux intellectuels ou à la haute aristocratie de (se) dire avec subtilité. Son point de vue politique sur le haut commandement de la croisade reflète sans doute celui des « povres » chevaliers ; mais il était aussi répandu chez les clercs. Ses connaissances littéraires ne sont pas négligeables, lui qui cite Troie, Alexandre ou Éracle, et sait construire des descriptions à partir de réminiscences des gestes et des romans contemporains. Son regard de témoin est fluctuant. Il n’évoque pas, autrement que cavalièrement, Zara, Corfou, d’autres cités qu’il a traversées ; mais il « voit » Constantinople, ce qu’il faut y voir, ce qu’il faut y lire. Son art narratif déroute, moins parce qu’il est parfois maladroit que parce qu’il est souvent composite. Quelle fut alors la part du « petit chevalier » dans la rédaction de la Conqueste ? Le texte qui nous est parvenu est-il l’expression d’un individu, d’un milieu, d’un croisement de trajectoires – un témoin laïc, des clercs copistes – dans les scriptoria amiénoises ? Autant de pistes qu’il peut être intéressant de laisser ouvertes face à un témoignage qui n’a pas fini d’étonner.

  • 47 « Le récit de Robert de Clari en apparaît d’autant plus vivant, plus riche de ces notation (...)

14L’expédition de 1204, détournée de Jérusalem à Constantinople, n’a pas fait entrer cette ville dans la littérature d’expression française. Avant ce contact militaire qui laissera la cité exsangue pour longtemps, la Valiseousa Polis a dominé les esprits occidentaux en tant que modèle des cités dans lesquelles le récit de fiction vernaculaire a trouvé un premier cadre. Depuis la découverte des textes contemporains de la quatrième croisade, il semble entendu que la confrontation des Latins à la réalité byzantine a entraîné une rupture dans l’art narratif. Issue de témoignages oculaires, soutenue par un nouvel instrument, la prose, l’historiographie émergerait face au roman, expression d’hommes de terrain laïcs se dégageant de la culture des intellectuels. Dialectique séduisante, mais trop simple ? Chez Villehardouin, le mythe littéraire reconnaissable dans l’ellipse descriptive est une manière de justifier l’annexion dont le maréchal fut l’un des maîtres d’œuvre. Chez Clari, la ville détaillée semble prouver la spontanéité du regard porté sur elle, de même que la véracité du discours prouverait la justesse d’une description que l’on sait pourtant modelée de fiction. Le témoin représente-t-il alors le nouvel « historien » du XIIIe siècle ? Sa fantaisie lui donne-t-elle le tempérament d’un « romancier47 » ? Ces questions valent peut-être qu’on les pose, puisqu’elles soulignent la complexité de ce que l’ancien français nommait verité. Les regards croisés du témoignage et de la culture fictionnelle dans les œuvres des XIIe et XIIIe siècles incitent à assouplir nos habitudes herméneutiques et à croiser en retour les savoirs de l’histoire et de la littérature.

Notes

1 Constantinople, qui symbolise d’abord la permanence de la Chrétienté antique dans le monde méditerranéen, devient pour les hommes de l’époque féodale un Paradis oriental, synonyme d’abondance, de luxe et de luxure. Voir A. Ducellier, « Une mythologie urbaine : Constantinople vue d’Occident au Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome, XCVI / 1, 1984, p. 405-424.

2 Voir J. Richard (éd.), L’esprit de la croisade, Paris, Le Cerf, 1969 ; Id., Histoire des croisades, Paris, Fayard, 1996.

3 Le voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople, éd. P. Aebischer, Genève, Droz, coll. « Textes littéraires français », 115, 1965. Pour une lecture mythographique, J. Grisward, « Paris, Jérusalem, Constantinople dans le Pèlerinage de Charlemagne. Trois villes, trois fonctions », dans D. Poirion (dir.), Jérusalem, Rome, Constantinople, l’image et le mythe de la ville, Paris, Presses de la Sorbonne, 1986, p. 75-82.

4 Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, Paris, Champion, coll. « CFMA » 84, 1982.

5 Voir la translatio studii et imperii de la Grèce à la France évoquée dans Chrétien de Troyes, Cligès, op. cit., v. 28-33, p. 2.

6 C. Croizy-Naquet, Thèbes, Troie et Carthage : poétique de la ville dans le roman antique au XIIe siècle, Paris, Champion, coll. « Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge », 30, 1994.

7 Pour l’évolution de la description dans les arts poétiques et les romans en ancien français, D. James-Raoul, « La description en question dans les arts poétiques au tournant des XIIe et XIIIe siècles », Médiévales, XXIV, 2002, p. 52-63 et Chrétien de Troyes, la griffe d’un style, Paris, Champion, coll. « NBMA » 81, 2007, p. 685-727.

8 « Le spectacle des merveilles, surtout byzantines, constitue une manne inépuisable pour les auteurs. Le modèle par excellence est Constantinople, véritable objet de fascination. […] Le savoir sur un réel donné est implicite, avant tout inséparable d’une volonté d’émerveiller et de séduire. », C. Croizy-Naquet, Thèbes, Troie et Carthage : poétique de la ville dans le roman antique au XIIe siècle, op. cit., p. 282-283. La notion de configuration fictionnelle est empruntée à P. Ricœur, Temps et Récit, II, Paris, Le Seuil, 1984.

9 D. Queller et Th. Madden, The Fourth Crusade [1977], Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1997. Sur la déviation vers Constantinople, A. Frolow, Recherches sur la déviation de la quatrième croisade vers Constantinople, Paris, PUF, 1955.

10 Un portrait de groupe a été esquissé par J. Longnon, Les Compagnons de Villehardouin. Recherches sur les croisés de la quatrième croisade, Genève, Droz, 1978.

11 Robert de Clari, La Conquête de Constantinople, éd. et trad. J. Dufournet, Paris, Champion, coll. « Classiques Champion du Moyen Âge », 14, 2004, p. 212, explicit. Les citations sont issues de cette édition ; on peut la compléter par l’édition de P. Noble, Edinburgh, Société Rencesvals, coll. « British Rencesvals Publications », 3, 2005.

12 L’étude de G. Jacquin, Le Style historique dans les récits français et latins de la quatrième croisade (Lille/ Paris-Genève, ANRT/Champion-Slatkine, 1986) représente une charnière dans ces études, recueillant les acquis des chercheurs antérieurs (P. Dembowski, E. McNeal, J. Beer, U. Detges) et ouvrant, entre autres, sur les analyses narratologiques de S. Marnette.

13 S. Marnette, « The experiencing self and the narrating self in medieval French chronicles », dans V. Greene (dir.), The Medieval Author in Medieval French Literature, New York/Basingstoke, Palgrave MacMillan, coll. « Studies in Arthurian and Courtly Cultures », 2006, p. 117-136 ; M. Bratu, L’émergence de l’auteur dans l’historiographie médiévale en prose française, Ph.D. inédit, New York University, 2007.

14 De l’étude d’E. Faral, « Geoffroy de Villehardouin : la question de sa sincérité », Revue historique, CLXXVII, 1936, p. 530-582, à celle de P. Noble, « The importance of Old French chronicles as historical sources of the fourth crusade and the early Latin empire of Constantinople », Journal of Medieval History, XXVII, 2001, p. 399-416.

15 A. Pauphilet, « Robert de Clari et Villehardouin » (1928) et « Sur Robert de Clari » (Romania, 57, 1931, p. 289-311), réunis dans Le Legs du Moyen Âge, études de littérature médiévale, Melun, Librairie d’Argences, 1950 ; Robert de Clari, La Conqueste de Constantinople, éd. Ph. Lauer, trad. et intro. A. Micha, Paris, UGE, coll. « 10/18 », 1991 ; J. Dufournet, Les Écrivains de la quatrième croisade : Villehardouin et Clari, Paris, Société d’édition d’enseignement supérieur, 1973.

16 P. Noble, « The importance of Old French chronicles as historical sources of the fourth crusade and the early Latin empire of Constantinople », art. cit.

17 S. Kinoshita, Medieval Boundaries : rethinking difference in Old French Literature, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, coll. « The Middle Ages Series », 2007.

18 Voir les mises au point de B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier-Montaigne, 1980.

19 Geoffroy de Villehardouin, La Conquête de Constantinople, éd. J. Dufournet, Paris, GF-Flammarion, 2004, § 128, p. 102. Cette édition, que nous utilisons, prend pour base le manuscrit B (Paris, BnF, ms. fr. 2137). Pour une transcription du ms. O (Oxford, Bodleian Library, ms. fr. 4972), généralement considéré comme meilleur, on peut consulter l’éd. E. Faral, Paris, Les Belles Lettres (CHFMA, 18-19), 2 vol., 1938-1939.

20 Geoffroy de Villehardouin, La Conquête de Constantinople, éd. cit., § 192, p. 138.

21 Id., § 250, p. 172.

22 Id., § 326, p. 214.

23 Pour cette notion, J-M. Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Le Seuil, 1999, p. 198-230. Les relations idéologiques entre les Conquestes et le Lancelot en prose ont été étudiées par R. Hartman, La Quête et la Croisade, New York, Postillion Press, 1977.

24 Geoffroy de Villehardouin, La Conquête de Constantinople, éd. cit., § 271, p. 184.

25 G. Jacquin, « Robert de Clari, témoin et conteur », dans J-C. Aubailly et alii (dir.), Et c’est la fin pour quoy sommes ensemble, Hommage à J. Dufournet, Paris, Champion, 1993, t. II, p. 747-757.

26 J. Dufournet établit un lien avec les prêches de l’époque dans son édition citée de Robert de Clari, La Conquête de Constantinople, p. 16-17.

27 G. Gougenheim, quatre analyses lexicales dans Études de grammaire et de vocabulaire français, Paris, Picard, 1970 ; P. Dembowski, La Chronique de Robert de Clari, étude de langue et de style, Toronto, Toronto University Press, 1963.

28 Une comparaison thématique a été entreprise par J. Dufournet, « Robert de Clari, Villehardouin et Henri de Valenciennes, juges de l’empereur Henri de Constantinople. De l’histoire à la légende », Mélanges de littérature du Moyen Âge au XXe siècle offerts à Jeanne Lods, Paris, ENSJF, « Collection de l’École normale supérieure des jeunes filles » 10, 1978, p. 183-202 ; Id. « Villehardouin et Clari, juges de Boniface de Montferrat », Revue des langues romanes, LXXIX, 1969, p. 29-58.

29 En 1204, l’économie de la ville était en crise, certains de ses monuments dégradés. Cette réalité n’apparaît jamais dans les témoignages de Villehardouin et de Clari. Cf. A. Ducellier et M. Balard (dir.), Constantinople (1054-1261), tête de la Chrétienté, proie des Latins, capitale grecque, Paris, Autrement, coll. « Mémoires », 1996.

30 Robert de Clari, La Conquête de Constantinople, éd. cit., § 84, p. 174.

31 Id., § 82-83, p. 170-174.

32 H. Legros, « Constantinople, la mirable cité », dans D. Boutet et alii (dir.), Plaist vos oïr bone cançon vallant ? Mélanges F. Suard, Villeneuve d’Ascq, Presses de l’université de Lille, 1999, t. I, p. 527-536.

33 Robert de Clari, La Conquête de Constantinople, éd. cit., § 86, p. 177-178.

34 Elle apparaît au centre de la cité dans le ms. d’Oxford, Bodleian Library, Canon. Misc. Gr. 378, fol. 84 r° (XVe s.).

35 Gautier d’Arras, Éracle, éd. G. Raynaud de Lage, Paris, Champion, coll. « CFMA » 102, 1976, p. 200, v. 6499-6506.

36 « Du reste de la description de Constantinople, il n’y a, ce me semble, que peu de chose à dire. On y voit assez bien le promeneur ébaubi, guidé par quelqu’un qui lui donne, des édifices de la ville, des explications toutes pleines de la fantaisie et de la crédulité populaire ; sans doute un de ces Francs déjà installés dans la ville et qui, après l’usurpation de Murzuphle, refluèrent vers l’armée assiégeante », A. Pauphilet, « Sur Robert de Clari », art. cit., p. 309-310.

37 Robert de Clari, La Conquête de Constantinople, éd. cit., § 92, p. 182.

38 Le flou chronologique, premier ou deuxième siège, qui entoure la description urbaine a une certaine efficacité puisqu’il permet cet effet signifiant.

39 L’expression est de J. Dufournet, éd. cit. de Robert de Clari, p. 11.

40 Aujourd’hui conservé à Copenhague, Bibliothèque Royale, ms. 487.

41 Voir G. Boudon, « Robert de Clari en Aminois, chevalier, autour d’une chronique de la quatrième croisade (1200-1206) », Bulletin de la Société des antiquaires de Picardie, XIX, 1895-1897, p. 700-734 ; Id. « Documents nouveaux sur la famille de Robert de Clari », BSAP, XX, 1899, p. 372-379.

42 Aleaume de Clari est l’un des héros de la Conqueste, dont la vaillance est soulignée au § 56. Sa double qualité de clerc et de témoin a peu attiré l’attention de la critique sur le rôle qu’il aurait pu jouer dans le projet et la rédaction du texte.

43 Les quatre autres œuvres qui accompagnent la Conqueste dans le ms. 487 sont les récits d’un ménestrel de Reims sur la première croisade, le De Excidio Troiae dans la traduction de Jean de Flixecourt, la chronique du Pseudo-Turpin et le Livre des Proverbes de Pierre Alphonse. Inscrits pour la plupart dans le contexte des croisades, ils insistent sur l’importance de l’auctoritas et sur la véracité de l’historiographie en prose.

44 J. Dufournet, éd. cit. de Robert de Clari, p. 11.

45 « Robillard de Clari » apparaît sur l’inscription de la croix-reliquaire de Corbie (J. Dufournet, éd. cit. de Robert de Clari, p. 11). Un esprit sceptique pourrait également imaginer un compilateur soucieux d’auctoritas indiquant à l’explicit de sa rédaction le nom d’un croisé donateur lisible par tous au sein de l’abbaye. Un tel « mirage des sources » n’est pas étranger à la culture cléricale des XIIe et XIIIe siècles.

46 Son nom n’apparaît qu’à l’explicit.

47 « Le récit de Robert de Clari en apparaît d’autant plus vivant, plus riche de ces notations du réel qui d’ailleurs sont ordinairement l’affaire des romanciers plus que des historiens » (A. Pauphilet, « Sur Robert de Clari », art. cit, p. 233, repris par J. Dufournet, éd. citée de Robert de Clari, p. 33).

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search