Version classiqueVersion mobile

Désir n’a repos

 | 
Florence Bouchet
, 
Danièle James-Raoul

Normes, histoire et anthropologie

« Nul n’est trop bon sans mesure » : réflexions sur un idéal éthique problématique

Florence Bouchet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La formule de Jean Gerson1 citée ci-dessus énonce que la mesure est indispensable à la bonté ; mais elle peut aussi laisser entendre que l’absence de mesure dans l’exercice de la bonté risque d’invalider cette dernière. Si le vocabulaire témoigne bien de la place cardinale de la mesure dans l’arsenal éthique du Moyen Âge, la définition de la notion, et encore plus son application, s’avèrent problématiques. De la mensura latine, l’ancien français mesure, attesté dès 1080, conserve le sens matériel de mesurage, d’évaluation, ou de quantité, dimension, degré qui résulte de cette opération. À partir d’une quantité fixée comme étalon apparaît l’idée plus abstraite d’une norme validée socialement, et sa conséquence morale : la modération, en tant qu’elle obéit à cette norme. Les locutions a mesure, par mesure expriment elles aussi la convenance, la conformité à un principe posé en référence. Les locutions se multiplient en moyen français2, toujours centrées sur les notions de quantité, de...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search