Version classiqueVersion mobile

Désir n’a repos

 | 
Florence Bouchet
, 
Danièle James-Raoul

Normes, histoire et anthropologie

Nom et non-sens

Le discours de l’image parlante sur les sceaux du Moyen Âge occidental (xiie-xiiie siècles)

Brigitte Miriam Bedos-Rezak

Texte intégral

1Chez celle qui s’est si souvent et avec tant de bonheur penchée sur l’imaginaire de l’écriture, les images que suscitent l’inscription du nom sur le sceau ne pourront qu’éveiller une curiosité déjà quelque peu assouvie. Toutefois, et pour en avoir expertement sondé les profondeurs elle-même, Danielle Régnier-Bohler sait à quel point tout retour à cette mine qu’est la civilisation médiévale révèle des filons inattendus, qu’il s’agit pour l’historienne toujours friande de trésors moins d’exploiter que de suivre. Même si l’exploration poursuivie dans le cadre de cet essai relève d’un parcours labyrinthique, elle se veut hommage à une médiéviste dont les travaux jalonnent un itinéraire fécond.

  • 1 B. Bedos-Rezak, When Ego was Imago. Signs of Identity in the Middle Ages, Leiden, Brill, 2011.
  • 2 Sur ce sceau, voir infra note 27.
  • 3 M. Bourin (dir.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, t. 1, Tours, Université de Tours, 19 (...)

2La médiatisation des rapports sociaux telle qu’elle se met en place dans le courant du XIe siècle en Europe occidentale se fonde sur la mise en signe de l’identité personnelle. L’individu s’accessoirise : nom de famille, emblèmes, sceaux, armoiries, insignes de pèlerinages, autant de marqueurs qui signalent la personne et circulent à sa place. Cette concomitance chronologique se double, dans le cas du sceau, d’un cumul matériel, puisque cet objet rassemble prénom, nom, et image, et en organise l’opération référentielle selon la logique tactile et indiciaire de l’empreinte1. La technique de l’empreinte, toutefois, pour conséquente et synthétisante qu’elle soit, n’épuise pas les activités signifiantes que stimule la présence conjuguée sur le sceau d’un texte et d’une image. Si l’on considère un sceau laïque du début du XIIe siècle, par exemple celui de Gérard, comte de Gueldre et de Boulogne (vers 1180)2, la légende : sigillum ierardi comitis gelrie et bolonie affirme qu’il s’agit du sceau du comte, et l’image, typiquement un guerrier à cheval, évoque le statut socio-fonctionnel du possesseur du sceau. Ainsi, le texte indique l’état d’appartenance du sceau à un propriétaire, et l’image, l’appartenance sociale de ce propriétaire. De cet emboitage serré, il ressort que le fait d’appartenir caractérise tant le signe que son possesseur, lesquels partagent ainsi, au niveau représentationnel, la caractéristique d’exister sur le mode de la métonymie. Mais il existe des sceaux, pour s’en tenir à l’espace franco-anglais des XIIe et XIIIe siècles, sur lesquels le rapport entre texte et image quitte ce parallélisme de l’appartenance. Sur ces sceaux, texte et image se conjuguent mutuellement pour former une image parlante, ou une parole imagée – le fait de donner la parole à l’image plutôt que l’image à la parole en dit long sur notre culture occidentale –, au terme de laquelle l’image met en scène un jeu de mots portant sur une partie du texte, dans la plupart des cas une ou plusieurs syllabes tirées du surnom du possesseur du sceau. Sur ces sceaux parlants, l’image sigillaire dirige donc l’attention sur la présence d’un nom de famille. Une telle situation encourage à poser la question : quel traitement le surnom reçoit-il sur le sceau, étant bien reconnu que l’usage de ces deux marqueurs d’identité se met en place à peu près au même moment au sein de la société occidentale (XIIe-XIIIe siècle)3 ?

  • 4 R. Laurent, Les sceaux des princes territoriaux belges du Xe siècle à 1482, 2 t. en 3 vol., Bruxell (...)
  • 5 Ibid., p. 358 (no 5).
  • 6 Ibid., p. 359-360, 361 (no 10-11).
  • 7 Ibid., p. 363 (no 28).
  • 8 Le Roman de Tristan et Iseut (milieu du XIIe siècle), cité par P. Beck, « Discours littéraires sur (...)
  • 9 J.-Y. Tilliette, « Sémantique du nom de personne dans le Haut Moyen-Âge (VIe-XIIe siècle », dans P. (...)

3Le sceau fait dès son apparition une place quasi-systématique au surnom dans le texte de la légende. Dans nombre de cas, le surnom sigillaire diffère de celui, ou de ceux, utilisés dans la titulature des actes. Ainsi, Baudoin II, comte de Hainaut (1076-1098), a pour légende sigillaire : [+]sigillum balduini comitis de montis, alors que la titulature des chartes données en son nom porte : Balduinus, Balduini junioris comitis ac Richeldis comitissae filius, Hainacensium et Valentianensium nec non et Duacensium et Austrovantensium simul comes4. Baudoin IV de Hainaut (1120-1171) est comes Hainoensis sur son sceau, et comes Montensis sive Hainoensis dans ses actes5. Son successeur Baudoin V (1171-1195) se fait graver un nouveau sceau lorsqu’il devient marquis de Namur, lequel le dit marchio Namucensis, comes Hainoensis, titulature reprise à l’identique dans les actes6. Au XIIIe siècle encore, les noms de famille restent multiples, variables, et à la merci des tribulations géo-politiques. Ainsi, lorsque Jean d’Avesnes (1247- 1304) devient comte de Hainaut, il se fait graver un sceau approprié : sigillum Iohannis de Avesnis comitis Haynonie, qu’il conserve toutefois lorsqu’il devient comte de Hollande, de Zélande, et seigneur de Frise. Mais dans les actes, il sera alors Jean par la grâce de Dieu, comte de Hainaut, de Hollande et de Zélande, et seigneur de Frise7. Ainsi, lorsque l’usage du sceau est documenté de façon continue pour les membres d’un même lignage, il s’avère que l’élément stable dans le système de dénomination à deux éléments, nom et surnom, est le nom personnel. Cette constatation souligne le caractère sélectif de la titulature sigillaire en matière de surnom. L’affaire n’est pas de moindre importance puisque le sceau, à l’encontre des chartes, reproduira à l’identique la dénomination choisie, fondant peut-être par là même l’idée que parmi les noms de famille en usage, l’un en particulier se doit d’être relativement fixe et effectif en toutes circonstances. L’image parlante, du fait même qu’elle s’élabore à partir du nom de famille irait bien dans ce sens, mais elle est relativement rare sur les sceaux du Moyen Âge central et, de plus, elle s’introduit en faux par rapport à l’axe signifiant de l’image sigillaire, laquelle tend à se référer à la personne du sigillant, qu’elle catégorise selon le statut, la fonction, ou l’environnement. L’image parlante, elle, marche en circuit fermé, créant des axes référentiels intra-sigillaires dont l’analyse devrait permettre un regard croisé sur la façon dont l’imposition du sens à un signe d’identité passe par le relais d’un autre signe. L’image parlante sigillaire fait un investissement sémantique dans le nom de famille, tout comme si l’on cherchait à faire définir par ce dernier une réalité qu’il ne fait en réalité que désigner. Et pourtant, les textes médiévaux, tant littéraires que grammaticaux et théologiques, foisonnent de situations où le nom dit bien l’essence de la personne ; ainsi Tristan, « et comme tu es venu sur terre par tristesse, tu auras nom Tristan »8. Mais il s’agit du prénom9. Le sceau du Moyen Âge central, lui, manipule en grande majorité le surnom et ce dans un contexte juridique et administratif où l’engagement passe par l’impression des nom et prénom dont il est le support. La pratique sigillaire développe une pragmatique particulière du nom alors même que le sceau en articule les enjeux cognitifs, linguistiques, et sémiotiques. Ces enjeux, il les traite sur le mode du jeu, le jeu de mots et d’images auquel se prêtent certains noms de famille. Faire parler le nom, est-ce lui faire dire la renommée, le désir, la nostalgie ; est-ce l’intégrer au sein d’un réseau qui permette le tissage de liens entre sa forme et son signifié ; est-ce de ce fait lui faire exprimer l’anxiété qui s’attacherait à la réalisation que la connaissance du nom ne mène pas à la connaissance des choses ; est-ce le tourner en dérision, et avec lui la lourdeur croissante de l’apparat administratif ? Autant de questions soulevées par le discours anthroponymique et iconographique du sceau parlant, auxquelles nous nous proposons d’apporter quelques éléments de réponse.

Sceaux parlants : essai de typologie

  • 10 Ont été systématiquement dépouillés les inventaires suivants : A. L. d’Anisy, Recueil des sceaux no (...)
  • 11 J. Jalouneix a consacré, sous la direction de M. Pastoureau, sa thèse de l’École pratiques des haut (...)
  • 12 Voir par exemple, infra, le cas de la famille des Donjon, en Île-de-France.

4Sans prétendre ni à l’exhaustivité ni à la statistique, le corpus ici rassemblé repose sur un dépouillement des sceaux utilisés dans l’espace anglo-normand et franco-flamand des XIIe et XIIIe siècles10. La préférence a été donnée à l’image parlante, inscrite à même le champ du sceau, plutôt qu’aux armoiries parlantes. Pour la période considérée, la distinction est mineure car les seaux parlants sont, il faut bien le dire, rares. La mode héraldique se prête plus fortement au calembour à la fin du Moyen Âge et particulièrement en terres d’Empire, donnant ainsi de façon téléologique l’impression que l’héraldique médiévale est toute estampée de calembours11. Tel n’est pas le cas sur les sceaux laïques des XIIe et XIIIe siècles. En fait, bien des noms qui pourraient donner voix à l’image, tels Bosc, Châtenay, Le Coq, Le Mont, Louvel, Martel, Rivière restent bien souvent iconographiquement muets. Au sein d’une même famille, certains membres feront parler leur nom alors que d’autres s’en abstiendront12.

5D’un point de vue sociologique, les figures parlantes apparaissent assez timidement sur les sceaux de dynastes, mais sont plus libéralement utilisées par les membres de la noblesse locale et chevaleresque, par les tenanciers libres, et par les villes.

  • 13 L. Douët d’Arcq, Collection de sceaux, op. cit., t. 2, no 5126 p. 291, en date de 1293. Notons qu’e (...)
  • 14 G. Demay, Sceaux de la Normandie, op. cit., no 61 p. 10, en date du début du XIIIe siècle. Si Herbe (...)
  • 15 G. Demay, Sceaux de la Normandie, op. cit., no 85 p. 13, XIIe siècle ; la légende, en latin, se lit (...)

6D’un point de vue iconographique, l’image parlante se fabrique de plusieurs façons. L’une consiste à fonder la représentation visuelle sur la valeur phonétique et sémantique du nom de famille. Ainsi, Pierre Le Jumel, bailli de Lille, a deux jumeaux sur son sceau13. Notons immédiatement que Pierre était peut-être lui-même un jumeau, auquel cas l’image renvoie mimétiquement et au sigillant et au signifié de son nom ; elle est synonyme d’une caractéristique qui lui est propre. L’image parlante, ce faisant, respecte l’intégrité du nom de famille, mais l’investit de sens en le transformant en nom commun. Le même procédé se retrouve sur le sceau de Gautier des Agneaux, chargé de deux agneaux dans le champ14, ou sur celui de Philippe des Authieux, lequel a pour image deux autels15. Toutefois, cette iconographie parlante des agneaux et des autels est différente de celle des jumeaux, en ce sens que si la relation au nom est bien de l’ordre de l’homophonie voire de l’homonymie, le contenu sémantique se coule moins facilement au moule de la synonymie dans la mesure où l’être humain n’est pas un jumeau de la même façon qu’il est un agneau ou un autel. À la condition intrinsèque de la gémellité fait face la contingence d’un trait de caractère (doux comme un agneau), de l’occupation (éleveur d’agneaux, constructeur ou donneur d’autels), ou de la résidence (située près d’agneaux en pâture), pour ne citer que quelques possibilités d’interprétation. L’image, en de tels cas, limite sa relation mimétique au signifié du nom de famille, et crée par là même les rapports linguistiques de contiguïté sur lesquels repose la valeur sémantique du nom en tant que nom de famille approprié. Dans le cadre d’un tel arrangement, c’est le nom qui est représenté, mimant un rapport de signification étymologique avec son porteur.

  • 16 J. A. Goodall, « The Use of the Rebus on Medieval Seals », art. cit., p. 457, et W. de Gray Birch, (...)

7Lorsque seules l’homophonie ou l’homonymie, pour autant que l’on puisse en juger, permettent d’imager le nom sur le sceau, image et nom de famille ont alors des modes signifiants différents. Ainsi, le contre-sceau de Roger de Lacy est orné d’une dentelle (lacy)16. Certes, le rapport phonétique donne un sens au nom, mais en un mouvement sémantique qui ne mène guère à une étymologie explicative du nom et de son possesseur. Du coup, le nom en tant que nom propre paraît vidé de sens, réduit à l’état d’étiquette arbitrairement imposée.

  • 17 J. A. Goodall, « The Use of the Rebus on Medieval Seals », art. cit., p. 457, XIIe siècle.
  • 18 L. Douët d’Arcq, Collection de sceaux, op. cit., t. 2, no 5818 p. 389, en date de 1243 et B. Bedos- (...)
  • 19 J. A. Goodall, « The Use of the Rebus on Medieval Seals », art. cit., p. 457, en date de 1259.

8En une autre tournure, également de l’ordre du phonétique, le nom de famille est découpé en morceaux syllabiques, et l’image prend appui sur une ou plusieurs syllabes. Soit elle démantèle le nom propre et l’écorche en partie. Ainsi, le sceau de John de Bersull exhibe un ours (bear) dans le champ17 ; la ville de Capdenac porte en contre-sceau une tête (cap) d’homme18. Soit elle prend en compte toutes les syllabes et forme un rébus : sur le sceau de Simon de Fishburne, un poisson (fish) nage dans un ruisseau (burn en écossais)19. Ce type d’image parlante repose sur l’homophonie, au terme de laquelle image et nom de famille renvoie au signifié des noms communs.

Le nom propre à l’épreuve de l’image parlante

9Cette typologie, pour rudimentaire qu’elle soit, suggère plusieurs remarques. Ce qui frappe en tout premier lieu, c’est le fait que le recours à l’image parlante se présente comme une réflexion sur le statut linguistique du nom de famille, lequel semble incertain. Plusieurs solutions sont proposées mais elles ont toutes pour dénominateur commun la traductibilité du nom propre, et sa motivation, c’est-à dire qu’il s’agit, systématiquement, de lui donner une valeur sémantique. Tout semble se passer comme si le nom ne faisait pas sens de lui-même.

  • 20 B. Mora, « Jeux de mots et de noms dans les inscriptions de la France médiévale », dans P. Beck (di (...)
  • 21 Cette méthode continue de faire couler beaucoup d’encre. Parmi une bibliographie abondante, citons  (...)
  • 22 B. Mora, « Jeux de mots et de noms dans les inscriptions de la France médiévale », art. cit., no 75 (...)
  • 23 Ibid., no 85 p. 64 : « jadis et à juste titre nommé Grace de Dieu, c’est-à-dire Jean ».
  • 24 Ibid., no 126-131, p. 71-72.
  • 25 Ibid., no 126, 131, p. 71-72.

10Soulignons que le sceau est loin d’être le seul support à recevoir des images parlantes. Aux XIIe et XIIIe siècles, les épitaphes, par exemple, sont parfois accompagnées d’images parlantes sur le nom, tandis que leur texte lui-même est truffé de jeux de mots sur la dénomination du défunt20. Les épitaphes permettent, mieux que le sceau auquel son modèle réduit interdit une longue inscription, de constater une différence assez importante entre le traitement textuel du nom et son traitement iconographique. Dans l’épitaphe, la rhétorique textuelle porte aussi bien sur le prénom que sur le surnom. De plus, au nombre des procédés visant à la valorisation du nom, se trouve la méthode étymologique chère à Isidore de Séville21. Ainsi l’épitaphe (1126) de Didier (Desiderius), abbé de Saint-Pierre, donne : hic pater insignis doctrina […] / in desideriis fuit omni mente supernis / hinc Desiderius merito nomen fuit ejus /22. L’influence isidorienne se fait encore plus sentir dans l’épitaphe (1217) de Jean, seigneur de Montmiral : […] olim jure dei gracia nomen ei (id est Johannes)23. Isidore de Séville rattache Johannes à son origine hebraïque, Yohanan (וֹחנן’), qu’il traduit correctement en latin par gratia Dei. Toutefois, dès que les épitaphes se font iconographiquement parlantes, c’est le surnom qui est illustré, et ce à partir du sens qui est le sien en tant que nom commun24. Par exemple, l’épitaphe de Bérenger Colomb (XIIIe siècle) porte une colombe, celle de Raimond des Pontons (1292), trois ponts à quatre arches25.

  • 26 B. Fraenkel, La signature, op. cit., p. 143.

11En un autre contexte à dimension identitaire, celui des seings manuels de notaires, nous sommes une fois de plus en présence d’un signe iconographique auquel il arrive d’entretenir un rapport phonétique avec le surnom, et un rapport homonymique avec le notaire. Ainsi, en 1275, le notaire Jean Pommier a pour seing une branche de pommier26. Comme sur le sceau et les épitaphes, c’est l’image qui ordonne le sens du surnom, au prix d’une manipulation lexicale qui donne à ce surnom un interprétant, le pommier, lequel n’est pas Jean Pommier même s’il s’élève dans le jardin de ce dernier. De ce jeu de passe-passe, il ressort que la valeur du nom en tant que dénotation d’un individu passe par l’établissement, non d’une étymologie essentialiste, mais d’un ensemble de connotations liées à la valeur expressive et pragmatique du signe. En d’autres termes, le surnom et son image témoignent d’une prise de conscience au terme de laquelle on en vint à considérer que la dénomination relevait du langage et non de l’ontologie.

12La littérature des XIIe et XIIIe siècles offre aussi nombre de situations où les diverses méthodes déployées pour donner un sens au patronyme révèlent et une conception du langage qui s’écarte de l’étymologie essentialiste et une attitude expérimentale à l’égard de la pragmatique du nom. Nous y reviendrons.

Image parlante et linguistique du nom

  • 27 Dès 1975, Frank Barlow remarquait que les boules héraldiques des Boulogne constituaient un jeu de m (...)
  • 28 Sceau d’Ida, L. Douët d’Arcq, Collection de sceaux, op. cit., t. 1, no 1058 p. 434 (empreinte de 12 (...)
  • 29 La littérature consacrée au jeu de mots en général et dans les textes médiévaux en particulier est (...)

13De bien des façons, l’image parlante du nom remet en cause le nom lui-même. Prenons par exemple les boules (tourteaux) des comtes de Boulogne27, telles qu’elles figurent sur les sceaux de la comtesse Ida (morte en 1216) et sur ceux de son deuxième mari, Gérard, comte de Gueldre (mort en 1183)28. L’image de la boule fragmente le nom, lui impose une division phonétique qui en réarrange l’ordonnance grammaticale et syllabique, et introduit par là même une démultiplication du sens de la légende29. Le sceau en reçoit une épaisseur tant textuelle que visuelle, où se démarquent les étapes intermédiaires dans l’interprétation du patronyme. En tant que lieu où se négocie l’enjeu signifiant du nom, le sceau crée une situation de similarités phoniques qu’il traite comme s’il s’agissait de rapports signifiants ; mais ce faisant il sacrifie l’intégrité du nom. Le nom en son entier se trouve du coup privé de sens.

14L’exemple des seaux comtaux de Boulogne offre un cas extrême dans la mesure où le jeu de mots opéré sur une partie du nom mène à une forme, voire un objet, la boule, qui se laisse difficilement lire de façon telle qu’elle entretienne un rapport signifiant avec la personne qu’elle désigne. L’image parlante assigne au patronyme une fonction de désignation, qu’elle sépare bien de la fonction sémantique.

  • 30 L. Douët d’Arcq, Collection de sceaux, op. cit., t. 1, no 2030, p. 566. Pierre n’est pas champenois (...)
  • 31 Paris, Archives nationales, S 2110, no 23.
  • 32 Charte scellée de 1201, Paris, Archives nationales, S 22249 no 64 ; L. Douët d’Arcq, Collection de (...)
  • 33 Le fait n’est toutefois pas établi avec certitude. G. Estournet est d’avis que les seigneurs du Don (...)
  • 34 Sur le passage de l’étymologie-origine à l’étymologie-histoire, voir les remarques de W. D. Redfern (...)

15Plus nombreux sont les sceaux sur lesquels l’image parlante semble articuler la pertinence du nom dans son rapport au porteur ; la nature de ce rapport, toutefois, reste à définir. Sur le sceau de Pierre du Donjon (1225)30, le procédé rhétorique de l’annomination suscite la forme de l’image parlante. Le sceau en effet exhibe un magnifique donjon, dominant une enceinte crénelée et encadré de deux fleurs de lis. La légende se lit : + sigillum petri del dongion, alors que la titulature de l’acte porte Petrus de Dongeone31. La forme vernaculaire du nom l’a emporté sur le sceau. Il en va de même pour le frère de Pierre, Baudoin du Donjon, seigneur d’Yerres (Essonne), lequel est intitulé Balduinus de Dongione dans la charte scellée d’une empreinte qui a pour inscription : sigillum balduini de duniu32. Le sceau de Baudoin, toutefois ne porte pas de donjon. Dans l’état actuel de nos connaissances, seul Pierre opte pour cette image parlante sigillaire. La redondance du donjon-nom et du donjon-image produit le mot donjon, dont l’acception propre devient, littéralement, l’acception imagée du nom. L’image parlante opère là dans le domaine de l’analogie, et le nom, du coup, se trouve investi de références physiques fort différentes, Pierre et donjon. Dans la figure parlante, le nom de personne se présente comme ayant pour référent autre chose que la personne dénommée. Une première conclusion s’impose : l’image du donjon révèle la polysémie du nom de famille, le fait qu’il puisse se prêter à l’énoncé de plusieurs vérités, toutes égales entre elles. Mais ce n’est pas là la seule conclusion possible. À regarder de près l’image sigillaire du donjon, il s’avère que le mur de cet édifice est construit de grosses pierres fort apparentes. Nous n’avons pas seulement affaire à un donjon mais à un donjon de pierres. Le nom entier du sigillant a été mis en rébus, faisant de l’iconographie du sceau une représentation sur-individualisée. Cela pourrait expliquer, en partie, que seul parmi les membres de son lignage Pierre se soit doté d’une telle image. Nous avons donc là l’indication que l’image se veut identificatrice, en un procès qui joue de la polysémie et du prénom et du nom de famille. Celle-ci permet de conjecturer un mode métonymique, lequel à son tour suggère qu’à un certain moment de son histoire, le lignage des Donjon se serait vu chargé de la garde du donjon de Corbeil33. Ainsi le donjon ferait bien partie de leurs propriétés, tant à titre de terre que de caractéristique. Mais la présence du rébus sur le sceau de Pierre, fils cadet, ne fait pas œuvre étymologique au sens où l’entendaient Isidore de Séville et ses émules. Car le lien entre « Pierre du Donjon » et « donjon de pierre » relève d’une relation intra-linguistique de contiguïté (homophonie, paronymie) qui précède la signification. Le jeu de mot visuel viserait donc à dire l’identité en exploitant les propriétés et opérations pré-sémantiques du langage, lesquelles comme nous venons de le voir mènent ici à la métonymie, voire au mythe. De par sa mimique de la métonymie, l’image parlante représente le nom comme faisant partie de la personne, de son histoire et de sa parenté. Nous avons ici affaire moins à un souci étymologique de l’origine qu’à une entrée de l’histoire dans le nom34.

  • 35 Telle est la fourchette graphique que révèlent les données rassemblées par H. Thomas, « Portrait of (...)
  • 36 Mala bestia se traduit par « bête féroce », « bête méchante ». La famille des Malebisse et le rôle (...)
  • 37 Le sceau de Richard Malebisse, un équestre aux armes, ne porte pas d’armoiries, W. de Gray Birch, C (...)

16Le sceau parlant des seigneurs de Malebisse (Yorkshire, Angleterre) permet un autre repérage de la conscience langagière qui semble avoir présidé à l’élaboration des sceaux parlants au cours des XIIe et XIIIe siècles. D’origine normande, les Malebisse étaient possessionnés de larges territoires sis aux alentours de York et de Lincoln. La graphie de leur patronyme, stabilisée en Malebisse, reste très fluctuante tout au cours du XIIe siècle. Les formes latines oscillent entre Mala Bestia et Mala Bissa, tandis qu’en langue vernaculaire se trouvent Malbys, Malebys, Malebis, Malbisse, Malebisse35. À un membre de ce lignage, Richard II (vers 1155-1209/1210), revient le triste honneur d’avoir largement participé au massacre des Juifs d’York (1190). Les chroniques contemporaines se firent fort de dénoncer les coupables d’une telle atrocité. Richard, en particulier, est dit bien mériter son patronyme de mala bestia36. Mais lorsque, quelques générations plus tard, un Malevisse porte des armoiries sur son sceau, la figure, parlante, est celle d’une biche (bissa)37.

  • 38 Le contraste entre brute et biche est suffisant pour mesurer le sens de l’image parlante, mais il n (...)

17L’image parlante sur les sceaux des Malebisse donne ainsi un démenti à la réputation ancestrale ; elle épure ce que le patronyme avait de négatif tant au niveau sémantique qu’historique. Elle accomplit cette métamorphose, de la bête en biche, grâce à une série de glissements phonétique et linguistique qui révèlent la fragilité (et la flexibilité) du surnom, une fragilité liée au fait qu’il est à la dérive sémantiquement, et par conséquent la proie de tout ce qui peut lui communiquer un sens, y compris les artifices du phonétisme. Pour les chroniqueurs hostiles à la brutalité de Richard, son patronyme prononcé d’une certaine façon dit bien le caractère haineux du personnage ; pour ceux qui préfèrent flatter la famille, une autre prononciation permet d’évoquer la douceur et la grâce de la biche38. Du fait de son flou linguistique, le patronyme est source d’imagination, comme l’illustre si bien la figure parlante.

  • 39 G. Demay, Inventaire des sceaux de la Normandie, op. cit., no 710 (1259) et no 711 (1275), p. 711. (...)

18Un dernier exemple permettra, non d’en finir avec la question, mais d’illustrer le rapport crucial – et non surprenant – qu’entretient l’image parlante avec la parole. En 1259 et 1275, deux femmes répertoriées sous le nom d’Alice la Blonde font chacune une donation en faveur de l’abbaye de Jumièges par acte scellé de leur sceau39. Le statut social de ces femmes, à coup sûr modeste, n’est pas connu, non plus que le lien de parenté qui les lie entre elles – à supposer qu’il ne s’agisse pas de la même personne. Sur le sceau de 1259, se lit +saaliz la londe et se voit une fleur de lis accompagnée de trois étoiles. Sur le sceau de 1275, se lit +saaliz la blo(n) de et se voit un navire gréé, dont le mât porte une flamme. Est-ce aller trop loin que de concevoir le scénario suivant : une famille devient connue par un sobriquet qui évoque une relation à l’eau, à l’onde. Et l’apostrophe de s’élider pour former le terme londe, qui appelle l’article défini la. Sur ces entrefaites, le potentiel homophonique du nom, La Londe, se conjugue avec la couleur des cheveux d’Alice, et donne La Blonde. Le navire sigillaire toutefois, joue sur la forme antérieure du nom, comme s’il s’agissait d’arrêter les glissements que lui font subir la prononciation, la traduction, la mise à jour, bref, tout ce qui touche à la pratique du langage en contextes particuliers.

  • 40 C. Hempelmann, C. F. and A. C. Samson, « Visual Puns : Descriptive or false analogy ? », dans D. At (...)

19Qu’il s’agisse des Boulogne, Donjon, Malebisse, ou La Blonde, l’image parlante du sceau, en tant que translitération visuelle du nom, passe par la voix, par le son. Le tandem son-image éclipse en quelque sorte la relation du mot à la chose, en ce sens qu’il lui substitue des rapports mimétiques aux termes desquels le signifié du nom est une image, fondée sur la phonétique de ce nom ou d’une de ses syllabes. De cette relation sonore, l’image parlante fait une relation signifiante. Le sens du nom procède de l’image ; il ne la fonde ni ne la précède. L’image est le maillon qui relie nom, son, et sens. Le recours à l’image fait ressortir une perception linguistique particulière. Le nom propre, pour faire sens, doit passer par les sens, l’ouïe et la vue. Entre le son du mot, par exemple biche, et sa valeur conceptuelle, il n’existe pas de relation intrinsèque, comme le prouve le fait qu’en anglais, par exemple, le terme employé pour désigner une biche est hind ; mais la consonance entre bestia et bissa permet un glissement sémantique. Par ailleurs, l’image d’une biche ressemblera toujours à une biche car le mode signifiant de l’image opère par la ressemblance40. Ce qui revient à dire, dans le cas du sceau parlant, que sans l’appui de connotations le nom serait incapable de renseigner, un point sur lequel nous sommes revenue à plusieurs reprises au cours de cet essai. Il est temps de s’y attarder quelque peu.

  • 41 Chrétien de Troyes, Perceval ou Le Roman du Graal (1182-1190), cité dans P. Beck, « Discours littér (...)
  • 42 Jean Renart, Guillaume de Dole ou le Roman de la Rose (vers 1215), cité dans P. Beck, « Discours li (...)
  • 43 Chrétien de Troyes, Perceval ou Le Roman du Graal (1182-1190), cité dans P. Beck, « Discours littér (...)
  • 44 R. Hanning analyse les nouveaux usages et discours patronymiques qui se rencontrent dans la littéra (...)

20Le sceau parlant, tout comme l’épitaphe et le seing manuel, propose une méthode particulière pour atteindre à la signification du patronyme. Particulière en ce sens qu’elle se démarque d’autres méthodes en cours, comme en témoigne la littérature contemporaine. Celle-ci, dans les passages qu’elle consacre au fait de nommer, donne une explication du surnom qui en fait une description de son porteur. Ainsi, « je suis le fèvre de ce village des Mares, seigneur, et n’ai d’autre nom… »41 ; ou encore : « Tous les habitants du pays l’appellent Guillaume de Dole, bien qu’il ne soit pas maître de la ville. — Pourquoi utilise-t-il donc ce nom ? — Parce qu’il habite tout près, dans un manoir. Dole donne à son surnom plus d’éclat que le nom d’un simple village : c’est de sa part bon sens plus que tromperie »42 ; et pour conclure ce trop bref échantillonnage : « N’ayez longuement compagnon, en chemin ou en logis, que vous ne demandiez son nom car par le nom on connaît l’homme »43. Tous ces exemples articulent une croyance en la qualité mimétique du langage, une qualité qui sur les sceaux parlants est l’apanage de l’image, une image qui embrouille le sens car elle repose sur une double entente. Le traitement du surnom dans le cas de Guillaume de Dole, toutefois, rejoint les manipulations du sceau parlant : il s’agit moins de tirer du nom origine, étymologie, et ontologie que de lui donner bon sens44.

  • 45 J.-J. Lecercle, La violence du langage, op. cit., p. 193-195 ; R. Guiette, « L’invention étymologiq (...)

21Ainsi, ce flou conceptuel prend à partie les théories isidoriennes et leurs retombées philosophiques et linguistiques. Il ne les supprime pas mais il en déplace les principes, en particulier le fondement ontologique des signes linguistiques dans les choses, et la stratégie qui en découle d’asseoir la vérité des choses et des mots sur leur origine45. Faut-il en conclure que l’apparition du nom propre dans la culture médiévale ne pouvait s’accommoder d’une théorie étymologique du langage ?

  • 46 Ainsi, selon Isidore de Seville, agnus est un agneau parce qu’il agnoscit (reconnaît) sa mère, cité (...)
  • 47 H. R. Bloch, « Étymologies et généalogies : théories de langue, liens de parenté, et genre littérai (...)
  • 48 Ainsi Anselme de Bec, Abélard, Guillaume de Conches et son disciple Pierre Hélie (J. Murphy, Rhetor (...)

22Pas vraiment car, que nous ayons affaire à une analyse étymologique ou à une image parlante, le but reste le même, découvrir au nom une signification. Ce qui à son tour implique que même sous régime isidorien, il s’agissait d’assurer que les noms aient un sens quoi qu’il arrive. Mais là où la méthode isidorienne postulait que la connaissance du monde était inscrite de façon consubstantielle dans les mots, qu’il s’agissait de déchiffrer46, la méthode de l’image parlante postulait que la connaissance du monde était un effet des procédés linguistiques. À partir du XIIe siècle, comme en témoignent les positions grammairienne, logicienne, puis modiste, il s’opère conceptuellement une atténuation de la relation entre les mots et les choses de telle sorte que le langage, d’un point de vue théorique, tend vers l’autoréférentiel47. Dans un tel climat culturel, l’usage croissant du surnom au niveau pratique aggrave la mise sur la sellette du langage dans son rapport à l’être. Car d’un point de vue pragmatique, le surnom se prête à toutes sortes de manipulations. De ce fait, il montre bien que le sens que l’on attend de lui est bien différent de la simple opération référentielle, par laquelle il dénote ou désigne un individu particulier. Cette distinction cruciale entre sens et référence, signification et désignation, ne laisse pas les maîtres indifférents. Nombreux en effet sont ceux qui se posent la question de savoir comment le nom signifie48.

23Dans la pratique, c’est le sceau parlant qui apporte des éléments de solution. Produit d’une manipulation consciente au niveau de l’image comme de la langue il aurait, semble-t-il, un triple but : motiver le nom propre ; relier des éléments perçus comme n’entretenant pas les rapports explicites que l’on attendait d’eux ; exploiter les ambiguïtés du système linguistique (polysémie, paronymie, homophonie) pour asseoir le « re-nom ».

Image en marge

  • 49 Dans le cas du sceau, l’image est marginale vis-à-vis du texte de la charte et centrale vis-à vis-d (...)
  • 50 L. Kendrick, The Game of Love. Troubadour Wordplay, p. 109-115. Sur les images dans les marges, voi (...)

24Même tout à fait préliminaire, une conclusion ne se doit pas de démarrer sur une question. Et pourtant, une telle démarche se justifie car la question en question n’en finit pas de voltiger autour des propos ici tenus. Pourquoi l’image ? Jusqu’ici, nous nous en sommes plutôt tenue aux aspects linguistiques du sceau parlant, à leur dimension sémiotique et sensorielle, en une analyse qui a toutefois fait ressortir le rôle de l’image dans le traitement et la réception du patronyme. La teneur de ce rôle s’alimente d’un dispositif organisationnel qui associe l’image sigillaire à d’autres images parlantes, avec qui elle partage plusieurs caractéristiques. L’une est affaire d’emplacement : le sceau pend au bas de la charte, les drôleries foisonnent en marge des manuscrits. Ces images sont placées en marge de l’écrit principal49. Elles en garantissent, glosent, ou subvertissent le texte, et se font par là-même équivoques quant au sens à prêter aux mots, mais leur mise en scène de l’instabilité sémantique ne porte pas atteinte à l’autorité du texte principal50. Elles en accroissent le potentiel signifiant, et aussi la performance.

  • 51 Dans son édition des Chartes des comtes de Saint-Pol (XIe-XIIIe siècle), Brepols, Turnhout, 2008, p (...)
  • 52 Ainsi Jean de Garlande donne dans son De arte prosaica ou Parisiana Poetria (ca. 1230) la formule s (...)
  • 53 Ergo si quis hanc elemosinariam cautionem delere quoquo modo temptaverit, deleatur nomen ejus de me (...)
  • 54 Les travaux consacrés à l’ars memoriae au Moyen Âge sont copieux ; on trouvera des synthèses pionni (...)
  • 55 M. Carruthers, Book of Memory, op. cit., p. 28, où sont donnés plusieurs exemples. Ainsi, pour se r (...)
  • 56 M. Carruthers, « Moving Images in the Mind », dans J. F. Hamburger et A.-M. Bouché (dir.), The Mind (...)
  • 57 Voir par exemple J. Frońska, « Memory and the Making of Images : A Case of a Legal Manuscript », Ma (...)

25Par « performance », j’entends ici la capacité d’un texte à rester en mémoire. La fonction mémorielle de la charte écrite est, surtout au XIIe siècle, affirmée de façon explicite dans les préambules51, puis, selon certains dictatores, dans les clauses de validation52. La clause finale d’un acte en faveur de l’abbaye de Jumièges, laquelle menace le violateur du don fait aux moines de voir son nom effacé de la mémoire divine, dit bien et l’enjeu du motif et sa relation au nom53. Tant au niveau terrestre que céleste, il s’agissait de rendre le nom mémorable. Pour ce faire, l’emploi de schémas visuels comme aide-mémoire s’inscrirait tout à fait dans les stratégies mnémotechniques développées à partir du XIIe siècle, sur la base de méthodes héritées de l’antiquité54. Celles-ci recommandent de se faire une image mentale de la chose ou du mot à se remémorer, et de construire cette image par le biais d’un jeu de mots ou d’une homophonie, de façon à ce qu’elle puisse être vue et lue55. Ainsi, il s’agissait moins de faire une image ressemblante qu’une image d’ordre instrumental et épistémologique, utile à l’intellect, et donc à la mémoire, puisque se rappeler impliquait une activité mentale, celle de voir ou de lire56. La mesure dans laquelle ce processus mnémotechnique a pu influencer la manufacture d’images physiques est confirmée par la présence de ces marginalia iconographiques, dont les drôleries fondées sur des calembours, pour irrévérencieuses qu’elles puissent paraître, n’en étaient que plus actives en tant qu’aide-mémoire57. Le sceau parlant s’inscrit bien dans ce processus cognitif, rendant le nom mémorable alors même qu’il en médiatise la motivation sémantique.

  • 58 « Merci à Dieu d’être ce que je suis (XIIIe siècle) », J. A. Goodall, « The Use of the Rebus on Med (...)

26Nous nous sommes beaucoup attardée sur la valeur linguistique et épistémologique du sceau parlant, et ce au détriment d’une dimension d’autant plus fondamentale qu’elle est élusive : celle de l’humour. Sur son sceau, John, fils de Ralph Borham, montre un sanglier (boar) entouré de la légende : gratia dei sum id quod sum58. Nous lui laissons le dernier mot.

Notes

1 B. Bedos-Rezak, When Ego was Imago. Signs of Identity in the Middle Ages, Leiden, Brill, 2011.

2 Sur ce sceau, voir infra note 27.

3 M. Bourin (dir.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, t. 1, Tours, Université de Tours, 1990.

4 R. Laurent, Les sceaux des princes territoriaux belges du Xe siècle à 1482, 2 t. en 3 vol., Bruxelles, Archives générales du Royaume, 1993, t. 1/2, p. 356 (no 1).

5 Ibid., p. 358 (no 5).

6 Ibid., p. 359-360, 361 (no 10-11).

7 Ibid., p. 363 (no 28).

8 Le Roman de Tristan et Iseut (milieu du XIIe siècle), cité par P. Beck, « Discours littéraires sur l’anthroponymie (VIe-XVIe siècle) », dans Id. (dir.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, t. IV. Discours sur le nom : Normes, usages, imaginaires (VIe-XVIe siècles), Tours, Publications de l’Université de Tours, 1997, p. 121-161, à la p. 136. Le cas se rencontre aussi pour Frêne (Marie de France), Ibid., p. 137 et d’autres, Ibid., passim.

9 J.-Y. Tilliette, « Sémantique du nom de personne dans le Haut Moyen-Âge (VIe-XIIe siècle », dans P. Beck (dir.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, op. cit., t. IV, p. 3-22, en particulier p. 7-8, où il est clair que, dans les textes hagiographiques, lesquels n’ont pas été ici pris en considération, la stratégie étymologisante se porte également sur le prénom.

10 Ont été systématiquement dépouillés les inventaires suivants : A. L. d’Anisy, Recueil des sceaux normands et anglo-normands, Caen, chez l’auteur, 1834 ; G. Demay, Inventaire des sceaux de l’Artois, Paris, Imprimerie nationale, 1877 ; Id., Inventaire des sceaux de la Picardie, Paris, Imprimerie nationale, 1875 ; Id., Inventaire des sceaux de la Normandie, Paris, Imprimerie nationale, 1881 ; J. A. Goodall, « The Use of the Rebus on Medieval Seals and Monuments », The Antiquaries Journal, 83, 2003, p. 448-471 ; des sondages furent effectués dans L. Douët d’Arcq, Collection de sceaux, 3 vol., Paris, Plon, 1863-1868.

11 J. Jalouneix a consacré, sous la direction de M. Pastoureau, sa thèse de l’École pratiques des hautes études aux armes parlantes : Les armes parlantes du XIIe au XXe siècle (2002, PARIS-EPHE 4, 2 Ms 374). En attendant la publication de ce travail, et pour toute bibliographie complémentaire, voir M. Pastoureau, « Du nom à l’armoirie. Héraldique et anthroponymie médiévale », dans P. Beck (dir.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, op. cit., t. IV, p. 83-105, repris à quelques détails près dans Id., « Les armoiries parlantes », Revue de la Bibliothèque nationale de France, 18, 2004, p. 36-45 et Id., « Le nom mis en image : Les armoiries parlantes XIIe-XVIIe siècle, » dans Ch. Heck (dir.), Lecture, représentation et citation : l’image comme texte et l’image comme signe (XIe-XVIIe siècle), Université Charles de Gaulle-Lille 3, 2007, p. 69-115 ; B. Fraenkel, La signature. Genèse d’un signe, Paris, Gallimard, 1992, p. 268-271.

12 Voir par exemple, infra, le cas de la famille des Donjon, en Île-de-France.

13 L. Douët d’Arcq, Collection de sceaux, op. cit., t. 2, no 5126 p. 291, en date de 1293. Notons qu’en 1314, Hugues Le Jumeau, sergent de la prévôté de Beauquesne, a aussi des jumeaux sur son sceau (G. Demay, Inventaire des sceaux de l’Artois, op. cit., no 1669 p. 180).

14 G. Demay, Sceaux de la Normandie, op. cit., no 61 p. 10, en date du début du XIIIe siècle. Si Herbert d’Agneaux, Ibid., no 62 p. 10, est apparenté à Gautier, les agneaux en sont venus à constituer les armoiries de cette famille. La légende de ces sceaux est détruite.

15 G. Demay, Sceaux de la Normandie, op. cit., no 85 p. 13, XIIe siècle ; la légende, en latin, se lit : + sigill(um) philippi de altaribus.

16 J. A. Goodall, « The Use of the Rebus on Medieval Seals », art. cit., p. 457, et W. de Gray Birch, Catalogue of Seals in the Department of Manuscripts in the British Museum, t. 3, London, William Clowes & Sons, 1894, no 11198, en date de 1179-1211.

17 J. A. Goodall, « The Use of the Rebus on Medieval Seals », art. cit., p. 457, XIIe siècle.

18 L. Douët d’Arcq, Collection de sceaux, op. cit., t. 2, no 5818 p. 389, en date de 1243 et B. Bedos-Rezak, Corpus des sceaux français du Moyen Âge. I : Les sceaux de villes, Paris, Imprimerie nationale, 1980, no 168 bis p. 155.

19 J. A. Goodall, « The Use of the Rebus on Medieval Seals », art. cit., p. 457, en date de 1259.

20 B. Mora, « Jeux de mots et de noms dans les inscriptions de la France médiévale », dans P. Beck (dir.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, op. cit., t. IV, p. 49-75.

21 Cette méthode continue de faire couler beaucoup d’encre. Parmi une bibliographie abondante, citons : W. Belardi, L’etimologia nella storia della cultura occidentale, 2 vol., Roma, Il Calamo, 2002 ; H. R. Bloch, « Étymologies et généalogies : théories de langue, liens de parenté, et genre littéraire au XIIIe siècle », Annales ESC, 5, 1981, p. 946-962 ; E. R. Curtius, « L’étymologie considérée comme forme de pensée », dans La littérature européenne et le Moyen Âge latin, trad. J. Bréjoux, 2 vol., Paris, Presses Pocket, 1986, t. 2, p. 317-326 ; D. Del Bello, Forgotten Paths. Etymology and the Allegorical Mindset, Washington, The Catholic University of America, 2007 ; G. Genette, Mimologiques, Paris, Seuil, 1976 ; R. Guiette, « L’invention étymologique dans les lettres françaises au Moyen Âge », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 11, 1959, p. 273-285 ;,J.-Y. Tilliette, « Sémantique du nom de personne », art. cit., p. 5-11.
En ce qui concerne le nom propre, l’interprétation d’Isidore de Séville s’en tient aux noms des divinités mythologiques et des personnages bibliques. Pour ces derniers, il paraphrase le Liber interpretationum hebraicorum nominum de Jérôme (J.-Y. Tilliette, « Sémantique du nom de personne », art. cit., p. 6-8).

22 B. Mora, « Jeux de mots et de noms dans les inscriptions de la France médiévale », art. cit., no 75 p. 62 : « Cet abbé au savoir insigne […] se consacra de tout son intellect aux désirs les plus élevés, ce qui lui fit mériter d’avoir pour nom Désir ».

23 Ibid., no 85 p. 64 : « jadis et à juste titre nommé Grace de Dieu, c’est-à-dire Jean ».

24 Ibid., no 126-131, p. 71-72.

25 Ibid., no 126, 131, p. 71-72.

26 B. Fraenkel, La signature, op. cit., p. 143.

27 Dès 1975, Frank Barlow remarquait que les boules héraldiques des Boulogne constituaient un jeu de mots, C. Morton, « Pope Alexander II and the Norman Conquest, » Latomus, 34, 1975, p. 367.
Je laisserai de côté pour le moment, quitte à la reprendre ailleurs, la question épineuse des modalités d’usage que subirent les boules sur les monnaies, étendards et sceaux des comtes et comtesses de Boulogne au cours des XIe et XIIe siècles. Dans l’état actuel des recherches, la situation se présente comme suit. Les monnaies forgées à Boulogne par le comte Eustache II (mort vers 1088) et ses descendants portent des boules combinées avec d’autres emblèmes, notamment la croix, L. Deschamps des Pas, « Étude sur les monnaies de Boulogne », Revue de numismatique, 1885, p. 278-291. A. Bridgeford, « Was Count Eustace II of Boulogne the Patron of the Bayeux Tapestry », The Journal of Medieval History, 25, 1999, p. 155-185, souligne à la page 181 que ce motif numismatique est courant sur les monnaies du Haut Moyen Âge, y compris celles frappées par Guillaume le Conquérant pour la Normandie. H. Tanner, Families, Friends, and Allies : Boulogne and Politics in Northern France and England, 879-1160, Leiden, Brill, 2004, p. 250, note également que ce motif de la croix cantonnée de boules est loin d’être propre aux comtes de Boulogne et se rencontre dans l’empire sur les monnaies ottoniennes et en France sur celles de Richard de Normandie, Baudoin de Flandres et Jean de Ponthieu. Il est indéniable cependant que les boules ont une présence soutenue dans l’ensemble de la production monétaire frappée à Boulogne par les comtes éponymes.
La présence sur la broderie de Bayeux d’un gonfanon aux boules porté par Eustache II, comte de Boulogne (M. Pastoureau, « Du nom à l’armoirie », art. cit., p. 38-39), ne fait pas tout à fait l’unanimité. En 1821, Charles Stothard stipulait pour la première fois l’existence de lettres au-dessus de la figure pointant vers Guillaume le Conquérant, alors que celui-ci lève la visière de son heaume pour se faire reconnaître de ses soldats qui le croyaient morts (scène n° 55). Stothard proposa pour lecture Eustacius et identifia la figure ainsi nommée comme étant Eustache de Boulogne (A. Bridgeford, « Was Count Eustace II of Boulogne the Patron of the Bayeux Tapestry », art. cit., p. 180). Eustache porte une bannière dont l’emblème, une croix fichée cantonnée de quatre boules, rappelle en tous points celui qui apparaît sur ses monnaies. Le cavalier de la scène 51, qui, lui, est tout à fait anonyme (identifié par M. Pastoureau, Ibid., comme étant Eustache de Boulogne), et dont l’étendard de lance porte trois boules, ferait partie de la retenue du comte de Boulogne (A. Bridgeford, Ibid., p. 176). Le fait que le comte Eustache II de Boulogne ait pu être un des rares protagonistes à avoir été identifié sur la broderie de Bayeux continue de faire l’objet d’interprétations stimulantes : Sh.A. Brown, « The Bayeux Tapestry : Why Eustace, Odo, and William », Anglo-Norman Studies, 12, 1998, p. 7-28 ; A. Bridgeford, « Was Count Eustace II of Boulogne the Patron of the Bayeux Tapestry », art. cit.

28 Sceau d’Ida, L. Douët d’Arcq, Collection de sceaux, op. cit., t. 1, no 1058 p. 434 (empreinte de 1201) ; sceau de Gérard, comte de Gueldre et de Boulogne, G. Demay, Sceaux de l’Artois, op. cit., no 26 p. 6 (empreinte d’environ 1181). Le témoignage des sceaux concernant le port des boules reste fragmentaire, du fait que la sigillographie des comtes de Boulogne n’a pas encore fait l’objet de recherches systématiques. Le seul exemplaire à ce jour connu du sceau d’Eustache III de Boulogne (mort vers 1125) est trop effacé pour en permettre la lecture (H. Tanner, Families, Friends, and Allies, p. 165 note 159). Il en existe un dessin au Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, Ms. Lat. 5480, p. 279, publié par P. Bony, Un siècle de sceaux figurés, 1135-1235, Paris, Le Léopard d’or, 2002, fig. 18 : ni l’écu ni le gonfanon ne semblent porter les boules. Guillaume, petit-fils d’Eustache III et comte de Boulogne de 1153 à 1159, ne fait pas non plus état des boules (tourteaux) sur son sceau, W. de Gray Birch, Catalogue of Seals in the Department of Manuscripts in the British Museum, t. 2, London, William Clowes & Sons, 1892, no 5899 p. 278. Je tiens ici à exprimer ma gratitude à Tracy Wilkinson, archiviste du Collège St John de l’Université de Cambridge (Angleterre) ; grâce à son extrême amabilité, il m’a été possible d’étudier les documents scellés du sceau de Marie, sœur et héritière de Guillaume à la tête du comté de Boulogne, conservés à St John (D 46.27, 1182, et D 46.58, non daté). Le sceau de Marie ne comporte aucun motif héraldique et la légende porte : sigillum marie filie stephani regis anglie. Sur ces documents, voir H. Tanner, Families, Friends, and Allies, p. 203. Le professeur Heather Tanner a bien voulu me communiquer une description du sceau de Mathieu d’Alsace (mort en 1173), époux de Marie, comtesse de Boulogne ; qu’elle en soit ici remerciée. Le sceau de Mathieu d’Alsace (Archives de la cathédrale de Cantorbury, Cartae Antiquae F132) porte un équestre aux armes dépourvu de toute figure emblématique. Les boules-tourteaux en revanche sont bien visibles sur les sceaux d’Ida, fille de Marie et de Mathieu, et de Gérard (voir supra, au début de cette note). Signalons finalement que les boules n’apparaissent pas sur les sceaux des époux successifs d’Ida, ni sur ceux de ses descendants, ni sur le sceau de la ville de Boulogne.

29 La littérature consacrée au jeu de mots en général et dans les textes médiévaux en particulier est vaste. M’ont été particulièrement utiles : J. Culler (dir.), On Puns. The foundation of Letters, Oxford, Blackwell, 1988 ; K. Davis, « Signature in Translation », dans Dirk Delabastita (dir.), Traductio : Essays on Punning and Translation, Namur, Presses universitaires, 1997, p. 23-43 ; L. Duisit, Satire, Parodie, Calembour. Esquisse d’une théorie des modes dévalués, Sarratoga, amna Libri, 1978 ; L. Kendrick, The Game of Love. Troubadour Wordplay, Los Angeles, University of California Press, 1988, ici p. 34-35 ; J.-J. Lecercle, La violence du langage, Paris, Presses Universitaires de France, 1996 ; J. Pollack, The Pun also Rises, New York, Penguin, 2011 ; W. D. Redfern, All Puns Intended. The Verbal Creation of Jean-Pierre Brisset, Oxford, Legenda, 2001 ; W. D. Redfern, Puns. More Senses than One, 2e éd., London, Penguin, 2000.

30 L. Douët d’Arcq, Collection de sceaux, op. cit., t. 1, no 2030, p. 566. Pierre n’est pas champenois (J.-L. Chassel (dir.), Sceaux et usage de sceaux. Images de la Champagne médiévale, Paris, Somogy, 2003, p. 122, 124) mais appartient au lignage francien des Donjon de Corbeil (-Essonnes), seigneurs d’Yerres (Essonne). Sur cette famille, voir G. Estournet, « Les chevaliers du Donjon, III. Famille de Corbeil », Annales de la Société historique et archéologique du Gâtinais, 38, 1926, p. 29-64, 75-135 ; la notice consacrée à Pierre du Donjon débute à la p. 88 ; son sceau est décrit à la p. 95.

31 Paris, Archives nationales, S 2110, no 23.

32 Charte scellée de 1201, Paris, Archives nationales, S 22249 no 64 ; L. Douët d’Arcq, Collection de sceaux, op. cit., t. 1, no 2029, p. 566.

33 Le fait n’est toutefois pas établi avec certitude. G. Estournet est d’avis que les seigneurs du Donjon tiraient leur patronyme du fait qu’ils eurent la charge du donjon de Corbeil, et qu’ils imposèrent ce nom de donjon aux fiefs qu’ils tenaient à Soisy-sur-Seine [sous-Étiolles] et à Vaux-sur-Essonne, « Les chevaliers du Donjon, III. Famille de Corbeil », p. 30. En revanche, les éditeurs du Cartulaire de Notre-Dame des Vaux de Cernay, t. 1, Paris, Plon, 1857, p. 191-192, avaient jugé invraisemblable l’hypothèse étymologique du donjon de Corbeil, initialement avancée par le Père Anselme, et avaient assigné pour origine au patronyme le fief du Donjon sis à Soisy-sur-Seine.

34 Sur le passage de l’étymologie-origine à l’étymologie-histoire, voir les remarques de W. D. Redfern, All Puns Intended, op. cit., p. 14.

35 Telle est la fourchette graphique que révèlent les données rassemblées par H. Thomas, « Portrait of a Medieval Anti-Semite : Richard Malebisse », The Haskins Society Journal, 5, 1993, p. 1-15, et un sondage rapide des ouvrages suivants : J. Burton (éd.), The Cartulary of Byland Abbey, Woodbridge, The Boydell Press, 2004 ; W. Farrer (éd.), Early Yorkshire Charters, t. 3, Edinburg, Ballantyne, 1916 ; L. C. Loyd et D. M. Stenton (éd.), Sir Christopher Hatton’s Book of Seals, Oxford, Clarendon Press, 1950.

36 Mala bestia se traduit par « bête féroce », « bête méchante ». La famille des Malebisse et le rôle de Richard dans la destruction de la communauté juive de York ont fait l’objet d’une mise au point récente : H. Thomas, Vassals, Heiresses, Crusaders : The Gentry of Angevin Yorkshire, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1993, p. 63 et Id., « Portrait of a Medieval Anti-Semite », art.cit.

37 Le sceau de Richard Malebisse, un équestre aux armes, ne porte pas d’armoiries, W. de Gray Birch, Catalogue of Seals in the Department of Manuscripts in the British Museum, t. 2, no 6194 p. 317. Le fils de Richard, John Malebisse, use également d’un sceau équestre non armorié, L. C. Loyd et D. M. Stenton (éd.), Sir Christopher Hatton’s Book of Seals, no 461, p. 320. En 1328, le sceau héraldique de Guillaume Malebys contient trois têtes de biches, W. de Gray Birch, Catalogue of Seals in the Department of Manuscripts in the British Museum, t. 3, no 11530, p. 223.

38 Le contraste entre brute et biche est suffisant pour mesurer le sens de l’image parlante, mais il n’exclut pas le symbolisme chrétien, fondé sur le Psaume 42, 1, pour qui la biche évoque piété et désir de Dieu.

39 G. Demay, Inventaire des sceaux de la Normandie, op. cit., no 710 (1259) et no 711 (1275), p. 711. Demay les range toutes deux sous le patronyme Blonde alors que l’une est appelée sur son sceau aaliz la londe, et l’autre : aalis la blo(n) de. Vers 1236, Nicolas de La Londe a pour sceau une pierre gravée entourée de la légende : + sigillum nicolai de lalunda, L. Douët d’Arcq, Collection de sceaux, t. 1, no 2607 p. 640.

40 C. Hempelmann, C. F. and A. C. Samson, « Visual Puns : Descriptive or false analogy ? », dans D. Attardo and S. Popa (dir.), New approaches to the Linguistics of Humor, Galati, Editura Academic, 2007, p. 180-196, à la p. 183.

41 Chrétien de Troyes, Perceval ou Le Roman du Graal (1182-1190), cité dans P. Beck, « Discours littéraires sur l’anthroponymie (VIe-XVIe siècle) », art. cit., no 35, p. 139.

42 Jean Renart, Guillaume de Dole ou le Roman de la Rose (vers 1215), cité dans P. Beck, « Discours littéraires sur l’anthroponymie (VIe-XVIe siècle) », art. cit., no 57, p. 141.

43 Chrétien de Troyes, Perceval ou Le Roman du Graal (1182-1190), cité dans P. Beck, « Discours littéraires sur l’anthroponymie (VIe-XVIe siècle) », art. cit., no 37, p. 139.

44 R. Hanning analyse les nouveaux usages et discours patronymiques qui se rencontrent dans la littérature du XIIe siècle, « Uses of Names in Medieval Literature », Names : Journal of the American Name Society, 14, 1968, p. 325-327, aux p. 331-333, 335-336.

45 J.-J. Lecercle, La violence du langage, op. cit., p. 193-195 ; R. Guiette, « L’invention étymologique dans les lettres françaises au Moyen Âge », art. cit., note à la p. 279 que pour les penseurs médiévaux (Marbode, Hildebert de Lavardin, Guillaume d’Auvergne), l’étymologie avait une valeur de connaissance théorique, mais qu’elle ressortissait aussi au rang de la rhétorique, et figurait donc parmi les lieux de l’invention.

46 Ainsi, selon Isidore de Seville, agnus est un agneau parce qu’il agnoscit (reconnaît) sa mère, cité dans W. Redfern, All Puns Intended, op. cit., p. 15.

47 H. R. Bloch, « Étymologies et généalogies : théories de langue, liens de parenté, et genre littéraire au XIIIe siècle », art. cit. ; I. Rosier, « La théorie médiévale des Modes de signifier, » Langages, 65, 1982. p. 117-127 ; J.-Y. Tilliette, « Sémantique du nom de personne », art. cit., p. 12-14.

48 Ainsi Anselme de Bec, Abélard, Guillaume de Conches et son disciple Pierre Hélie (J. Murphy, Rhetoric in the Middle Ages. A History of Rhetorical Theory from Saint Augustine to the Renaissance, Berkeley, Presses de l’Université de la Californie, 1981, p. 153, et J.-Y. Tilliette, « Sémantique du nom de personne », art. cit., p. 3, 15-19).

49 Dans le cas du sceau, l’image est marginale vis-à-vis du texte de la charte et centrale vis-à vis-du texte de la légende. En tant que signe de validation, le sceau comme le seing et la signature appartiennent au bas de la page, à ce que B. Fraenkel appelle la « zone de turbulence graphique », La signature, op. cit., p. 145.

50 L. Kendrick, The Game of Love. Troubadour Wordplay, p. 109-115. Sur les images dans les marges, voir M. Camille, Images on the Edge : The Margins of Medieval Art, Cambridge, Presses de l’Université de Harvard, 1992 ; L. Randall, Images in the Margins of Gothic Manuscripts, Berkeley, Presses de l’Université de la Californie, 1966.

51 Dans son édition des Chartes des comtes de Saint-Pol (XIe-XIIIe siècle), Brepols, Turnhout, 2008, p. 52, J.-F. Nieus remarque que, jusqu’en 1202, un sur six des actes comtaux évoque la nécessité de coucher par écrit les transactions afin de contrer la faiblesse de la mémoire humaine.

52 Ainsi Jean de Garlande donne dans son De arte prosaica ou Parisiana Poetria (ca. 1230) la formule suivante pour les litterae memoriales : ob cujus rei memoriam […] sigillo nostro presente littere sigillantur, L. Rockinger, Briefsteller und Formelbücher des eilften bis vierzehnten Jahrhunderts, 2 vol., München, G. Franz, 1863-1864, t. 1, p. 509. Jean portait un intérêt particulier à la mémoire, au stockage comme au rappel de l’information, et dans son De arte prosaica, il fait un compte-rendu du chapitre que le Ad Herennium, traité de rhétorique composé vers 86-82 av. J.-C., consacre à la mémoire (M. Carruthers, The Book of Memory. A Study of Memory in Medieval Culture, Cambridge, Presses de l’Université de Cambridge, 1990, p. 123-128). Le sceau est métaphoriquement associé au travail de la mémoire depuis Platon ; B. Bedos-Rezak, When Ego was Imago, op. cit., p. 142.

53 Ergo si quis hanc elemosinariam cautionem delere quoquo modo temptaverit, deleatur nomen ejus de memoria Dei… (XIe siècle), Chartes de l’abbaye de Jumièges, t. 1, J.-J. Vernier (éd.), Rouen/ Paris, Lestringant/Picard, 1916, p. 132.

54 Les travaux consacrés à l’ars memoriae au Moyen Âge sont copieux ; on trouvera des synthèses pionnières dans F. A. Yates, The Art of Memory, Chicago, Presses de l’Université de Chicago, 1966, et M. Carruthers, The Book of Memory, op. cit.

55 M. Carruthers, Book of Memory, op. cit., p. 28, où sont donnés plusieurs exemples. Ainsi, pour se rappeler le nom « Pyrilampes », on le rattachera à un bûcher (pyr) et à une lampe ; et Ibid., p. 105, 122-128, 135-137, 221. Le pouvoir de l’image parlante à renforcer la mémoire est reconnu de nos jours, F. Abed, « Visual Puns as Interactive Illustrations : Their Effects on Recognition Memory », Metaphor and Symbolic Activity, 9/1, 1994, p. 45-60.

56 M. Carruthers, « Moving Images in the Mind », dans J. F. Hamburger et A.-M. Bouché (dir.), The Mind’s Eye. Art and Theological Argument in the Middle Ages, Princeton, Presses de l’Université de Princeton, 2006, p. 287-305, à la p. 288.

57 Voir par exemple J. Frońska, « Memory and the Making of Images : A Case of a Legal Manuscript », Manuscripta 54/1, 2010, p. 1-20.

58 « Merci à Dieu d’être ce que je suis (XIIIe siècle) », J. A. Goodall, « The Use of the Rebus on Medieval seals », art. cit., p. 459 (XIIIe siècle) ; à la même époque Richard Porcelli a pour image sigillaire un pourceau et pour légende : sigillum porcelli (« sceau du pourceau ») ; ainsi le jeu de mots n’exclut pas la rime, ibid. (XIIIe siècle).

Auteur

Département d’Histoire-New York University

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search