Version classiqueVersion mobile

Désir n’a repos

 | 
Florence Bouchet
, 
Danièle James-Raoul

Imaginaire et symbolique

Le blanc, le bleu et le tanné

Beauté, harmonie et symbolique des couleurs à l’aube des temps modernes

Michel Pastoureau

Texte intégral

1Longtemps peu diserts, sinon muets, les textes didactiques se font bavards sur les couleurs à la fin du Moyen Âge. Non seulement les encyclopédies et les traités proprement scientifiques (d’optique notamment), mais aussi les herbiers et les recueils de pharmacopée, les ouvrages sur les pierres précieuses, les livres de médecine, les traités d’alchimie, les manuels de liturgie, voire les simples réceptaires destinés aux peintres et aux teinturiers. Qu’il s’agisse de l’arc-en-ciel, des fleurs, des pierres, de la messe, des pigments ou des urines, le discours sur les couleurs devient foisonnant. D’autant qu’à cette littérature il faut ajouter les textes normatifs portant sur le corps et le vêtement : miroirs des princes et traités d’étiquette curiale, livres des manières et des usages mondains, lois somptuaires et décrets vestimentaires, sermons ou diatribes des moralistes, observations et remarques des chroniqueurs.

2Les textes littéraires ne sont pas en reste qui parfois multiplient les notations colorées ou, pour certains, se plaisent à disserter sur la hiérarchie et la symbolique des couleurs. La lyrique courtoise et les romans de chevalerie des XIIe et XIIIe siècles n’étaient guère prolixes en la matière ; seule l’héraldique naissante introduisait un peu d’horizon coloré dans un paysage où la lumière jouait un rôle bien plus important que la couleur. Ce n’est plus le cas à la fin du Moyen Âge. Les poètes et les romanciers aiment parler des couleurs, de leur beauté, de leurs significations ; ce faisant, ils ajoutent une dimension esthétique et affective au discours technique des textes scientifiques et normatifs. L’historien dispose pour cette période d’une documentation lui permettant de cerner les préférences ou les rejets et d’étudier les associations, les hiérarchies, les correspondances. À l’époque féodale, les jugements sur la beauté ou la laideur de telle ou telle couleur relevaient surtout de considérations morales, religieuses ou sociales. Le beau, c’était presque toujours le convenable, le tempérant, l’habituel. Certes, le plaisir purement esthétique de la contemplation existait, mais il concernait essentiellement les couleurs de la nature, les seules vraiment belles, pures, licites et harmonieuses parce qu’elles étaient l’œuvre du Créateur. À l’aube des temps modernes, il en va autrement. Les couleurs fabriquées de main d’homme peuvent elles aussi être séduisantes, et le chercheur est plus à même de distinguer celles qui plaisent au regard ou que l’on dote d’une symbolique valorisante, de celles que l’on juge disgracieuses et qui sont chargées d’une réputation négative.

Le Blason des couleurs

  • 1 Sur les traités de blason de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne, voir C. Boudreau, (...)
  • 2 Le pourpre – substantif masculin dans la langue du blason – est une couleur héraldique rare et d’ap (...)

3Sur ces terrains, cependant, ce ne sont ni les textes littéraires ni les ouvrages savants ou didactiques qui fournissent la documentation la plus riche : ce sont les traités de blason. Ils sont nombreux au XVe siècle et dans la première moitié du XVIe, d’abord en France et en Angleterre, plus tard dans les Pays-Bas bourguignons, plus tard encore en Allemagne, en Espagne, en Italie1. Certains ont été compilés par des hérauts d’armes, c’est-à-dire par des professionnels des armoiries, qui tentent d’expliquer – de manière parfois fort confuse – les principes qui régissent la composition et le port des armoiries. D’autres ont pour auteurs des juristes, des peintres, des maîtres verriers, des polygraphes ; leur propos est plus vaste et plus encyclopédique. Mais dans les deux cas, ce qui frappe le lecteur, c’est la place considérable accordée aux couleurs, souvent plus de la moitié de l’ouvrage, parfois la presque totalité. À les lire, ces traités confirment que l’héraldique est d’abord un système chromatique. Les sept couleurs du blason sont le plus souvent présentées dans un ordre hiérarchique, de la plus « honorable » à la plus « vile » : or (jaune), argent (blanc), gueules (rouge), azur (bleu), sable (noir), sinople (vert) et pourpre (violet)2, pour reprendre ici le vocabulaire héraldique du moyen français. Mais beaucoup d’auteurs vont plus loin et parlent également d’autres couleurs, étrangères au blason (gris, brun, orangé), voire de nuances particulières (pers, inde, fauve, roux, tanné, incarnat). Bien au-delà des seules questions techniques touchant aux armoiries, ils dissertent sur l’origine et la fabrication des couleurs, sur leur histoire, leurs significations, leur beauté ou leur laideur et, surtout, sur les correspondances qu’elles entretiennent avec les métaux, les planètes, les pierres précieuses, voire avec les âges de la vie, les jours de la semaine, les mois de l’année, les saisons, les éléments, les tempéraments.

  • 3 G. Saffroy, Bibliographie généalogique, héraldique et nobiliaire de la France, Paris, G. Saffroy, 1 (...)
  • 4 Ibid., no 2012-2013. Une édition nouvelle du Blason des couleurs serait bienvenue. Force est de rec (...)

4Exemplaire est à cet égard Le Blason des couleurs, traité attribué à un héraut d’armes célèbre en son temps : Jean Courtois, dit « le héraut Sicile », titre de son office au service du roi René d’Anjou puis du roi d’Aragon Alphonse V. Né vers 1380 près de Mons, en Hainaut, il mourut en 1437 ou 1438. Vers la fin de sa vie, il composa en français ce traité où les couleurs occupent la presque totalité du propos et qui nous a été conservé par une vingtaine de manuscrits et plusieurs imprimés3. À dire vrai, le héraut Sicile est seulement l’auteur de la première moitié du livre, intitulée De la manière de blasonner les couleurs en armoiries. Un demi-siècle plus tard, un auteur anonyme, peut-être originaire de Lille ou de Bruxelles, lui ajouta une seconde partie, plus développée et dissertant non plus sur les couleurs du blason et la composition des armoiries, mais sur les livrées et la symbolique des couleurs vestimentaires. L’ouvrage prit alors un nom plus complet, Le Blason des couleurs en armes, livrées et devises. Il connut un succès considérable : imprimé à Paris dès 1495, il l’était de nouveau en 1501, puis six fois encore jusqu’en 1614. Entre-temps, il avait été traduit ou adapté dans différentes langues (italien d’abord, puis allemand, néerlandais, castillan)4. Son influence fut grande en différents domaines, notamment littéraire et artistique. Certains auteurs et imagiers le suivirent à la lettre et mirent en scène des personnages vêtus selon le code des couleurs proposé par ce petit ouvrage. D’autres, au contraire, se moquèrent de sa symbolique simpliste, qui leur semblait parfaitement gratuite. Ainsi Rabelais à propos de la livrée de Gargantua :

  • 5 F. Rabelais, Gargantua, Paris, 1535, chap. I.

Les couleurs de Gargantua furent le blanc et le bleu. J’entends bien que lisant ces mots vous dictes que blanc signifie foy et bleu, fermeté […]. Mais qui vous dict que blanc signifie foy et bleu fermeté ? Un livre, dictes-vous, trepelu [très peu lu], qui se vend par les bisouars [étalages de librairie] au titre Le blason des couleurs. Qui l’a faict ? Quiconques il soit, en ce a esté prudent qu’il n’y a poinc mis son nom5.

  • 6 Le Blason des couleurs en armes, livrées et devises, éd. cit. H. , p. 77-78.

5Le continuateur du héraut Sicile propose en effet des couleurs pour chaque état de la société et chaque âge ou circonstance de la vie ; ses choix s’appuient sur les « vertus, propriétés et significations » de ces couleurs. Le blanc est bien la couleur de la foi et de la fidélité ; le bleu, celle de la loyauté et de la fermeté. Associées, ces deux couleurs forment une livrée qui convient pour un homme « courtoys et saige […], loyal en amour et en amictié »6. Que Rabelais ait choisi une telle livrée pour l’intempérant Gargantua est évidemment une provocation. D’autant que la livrée blanche et bleue, portée par un jeune homme ou une jeune fille, signifie « vertueuse jeunesse » !

  • 7 Ibid., p. 77-126.

6Notre auteur recommande en effet certaines associations, en déconseille d’autres. Prenons pour exemple le vert, qui est « délectable à la vue » et qui « signifie gaicté et plaisir ». Il doit être porté par les jeunes gens « joyeux et libres, en souvenir des chevaliers qui allaient jadis menant leurs aventures sous cette couleur », et par les jeunes filles « fiancées mais pas encore nouvelles mariées ». Lorsqu’elles auront pris époux, elles ne porteront le vert qu’en « ceintures, jarretières et autres choses de peu ». Les personnes de grand âge, quant à elles, ne choisiront jamais le vert, couleur de la jeunesse, mais le tanné (fauve), le violet et le noir. Si l’on souhaite associer le vert à une autre couleur, mieux vaut éviter le rouge et le bleu : « le bleu avecques le vert et le vert avecques le rouge sont livrées fort communes, et guerre ne sont belles ». En revanche, « gris et verd est belle livrée » et « verd et incarnat [rose], plus belle encore ». Associé au violet, le vert signifie « espérance amoureuse trompée » ; au jaune, « désordre et folie » ; au noir, « tous les chagrins du monde ». Dans le cas d’une livrée trichrome, « verd, jaulne et viollet signifie jouyr d’amours à tout jamais7 ».

7Telles sont quelques-unes des significations que notre auteur prête aux couleurs et aux relations qu’elles entretiennent entre elles. Son propos s’appuie ici sur des considérations à la fois héraldiques, esthétiques et symboliques. Ce faisant, il est pleinement de son temps. La plupart des traités de blason des XVe et premier XVIe siècles procèdent de la même façon. Pour l’historien, le problème est de savoir quels sont leurs liens avec les pratiques réelles de la couleur et les codes vestimentaires véritables.

  • 8 Olivier de la Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’Arbeaumont, Paris, Renouard, 1884, t. II, p.  (...)

8À lire certains chroniqueurs, ces liens semblent avoir été étroits. Olivier de La Marche, par exemple, rapporte dans ses Mémoires comment en 1466 le jeune Henri de Wurtemberg, s’estimant trompé par Philippe le Bon qui lui avait promis son aide dans un conflit l’opposant à son frère aîné, passa devant le duc de Bourgogne avec toute sa suite vêtue de jaune pour montrer qu’il avait été trahi et marquer son hostilité au duc. Ce que Philippe le Bon comprit parfaitement, comme le souligne La Marche : « et fut ainsy le duc adverty que c’estoit contre luy8 ». Ce langage des couleurs, sur lequel les traités de blason, les livres des manières et la poésie contemporaine nous donnent de nombreuses informations, n’est donc pas que théorique ou littéraire. Il a aussi, dans la société princière du Moyen Âge finissant et dans les cercles humanistes des années 1500, des prolongements concrets, notamment dans les codes vestimentaires.

9C’est pourquoi il ne faut pas se joindre à Rabelais et traiter par le mépris ce discours chromatico-symbolique qui nous semble relever davantage d’un imaginaire débridé que d’observations pertinentes. Non seulement l’imaginaire n’est jamais coupé de la réalité – il en est même une des composantes essentielles – mais ce type de littérature exerce une influence certaine sur la société véritable. Ce que nous dit, par exemple, Le Blason des couleurs à la fin de sa seconde partie, dans une sorte de résumé de tout ce qui a précédé, est à la fois un reflet et un modèle des codes, des goûts et des usages vestimentaires de la fin du XVe siècle en milieu curial et patricien :

  • 9 Le Blason des couleurs, éd. cit. H. Cocheris, p. 116-117.

Le vert sur l’homme signifie gayeté et plaisance […] ; sur les enfans, jeunesse ; sur la femme, amours ; et en l’art de paincture resjouist les aultres couleurs. Le jaulne sur l’homme est jouyssance et richesse ; sur la femme, jalousie ; sur les enfans, petites follies […]. Le rouge, sur l’homme, couraige ; sur la femme, maulvaise teste ; sur les enfans, appétit de jouer […]. Le blanc, sur l’homme, honnesteté ; sur la femme, chasteté ; sur les enfans, virginité […]. Le bleu, sur l’homme, science ; sur la femme, courtoysie ; aux enfans, engin subtil […]. Le violet sur l’homme et la femme est desloyaulté […]. Le gris, aux hommes, soucy ; sur les femmes, espérance ; sur les enfans, impuissance […]. Le noir partout signifie simplicité et aspreté de vie9.

Plus loin, les dernières phrases du livre se présentent comme les questions et les réponses d’un catéchisme :

  • 10 Ibid., p. 125-126.

« Quelle couleur esse qui est la plus belle et la plus vive ?
– C’est le rouge.
Quelle couleur esse qui est la plutost effacée ?
– C’est l’incarnat, et au contraire le rouge se defface le moins.
Quelle couleur esse qui est la plus layde ?
– C’est le tanné10. »

Hiérarchies et correspondances

  • 11 C. Boudreau, L’héritage symbolique des hérauts d’armes, op. cit., I, p. 494-503.
  • 12 R. Mellinkoff, « Judas’s Red Hair and the Jews », Journal of Jewish Art, IX, 1982, p. 31-46 ; M. Pa (...)
  • 13 J. André, Étude sur les termes de couleur dans la langue latine, Paris, Klincksieck, 1949, p. 80-81
  • 14 E. C. Evans, « Physiognomics in the Ancient World », dans Transactions of the American Philosophica (...)
  • 15 L’étymologie du verbe tanner est incertaine et controversée, mais dans la langue française du XIIIe(...)

10Que le tanné, c’est-à-dire la nuance fauve du brun, soit considéré comme la plus laide des colorations, n’a ici rien d’étonnant. Non seulement d’autres traités de blason et différents textes parlant de la symbolique des couleurs expriment exactement la même idée11 mais surtout, d’une manière plus générale, ce tanné du XVe siècle est l’héritier direct du roux de l’époque féodale, couleur abominable que les textes littéraires et les images associent alors aux menteurs, aux hypocrites, aux prostituées, aux femmes perfides et à tous les traîtres de la Bible, des chansons de geste et des romans courtois. Tous ont une chevelure ou une pilosité rousse, notamment Caïn, Dalila, Judas, Ganelon, Agravain, Mordret12. De même, dans les milieux cléricaux, le mot rufus est une injure des plus courantes – c’était déjà le cas dans la Rome antique13 – et tous les traités de physiognomonie présentent les hommes roux comme des êtres faux, rusés et cruels, à l’image du goupil, de Fauvel ou du Malin14. À la fin du Moyen Âge, le terme tanné, emprunté au vocabulaire des corroyeurs, des pelletiers et des teinturiers15, remplace parfois l’adjectif roux, mais il s’agit bien de la même nuance de couleur. Une nuance qui réunit en elle les aspects négatifs du rouge (orgueil, luxure, violence, colère) et les aspects négatifs du jaune (jalousie, mensonge, perfidie), et qui en outre se laisse contaminer par le brun, couleur sombre, sale et déplaisante.

  • 16 M. Pastoureau, Bleu. Histoire d’une couleur, Paris, Le Seuil, 2000, p. 49-84.

11Que le tanné soit la plus laide des couleurs est donc dans l’ordre habituel des hiérarchies. En revanche, que le rouge soit présenté comme la plus belle est plus inattendu, du moins à cette date. Ce n’est pas l’opinion générale des traités de blason de la fin du Moyen Âge, ni celle des peintres ou des poètes, encore moins celle des moralistes ou des auteurs des législations somptuaires. Au rouge beaucoup préfèrent désormais le bleu, dont la soudaine et spectaculaire promotion commence au XIIe siècle et perdure fort avant dans l’époque moderne16, et surtout le blanc, couleur liturgique du Christ et de la Vierge, symbole de pureté, d’innocence, de franchise, d’éclat et de gloire. Hiérarchiquement, le blanc devance souvent le bleu et le rouge, non seulement sur le plan de l’honneur mais aussi sur celui de la beauté. Toutefois, l’or vient parfois perturber ce classement car pour les artistes et les encyclopédistes, l’or n’est pas seulement une matière et une lumière, c’est aussi une couleur. Dès lors, est-il possible de lui refuser la prééminence ?

12Primauté de l’or ou primauté du blanc ? Les auteurs des traités de blason sont partagés. S’ils s’appuient uniquement sur le vocabulaire et les traditions héraldiques ils font de l’or la première des couleurs, devant l’argent, le gueules, l’azur, le sinople et le sable. Au contraire, s’ils délaissent ce vocabulaire, s’ils oublient la distinction technique entre métaux et couleurs, ils proposent un ordre hiérarchique plus conforme à la symbolique générale : blanc, bleu, rouge, vert, jaune, noir, violet. Le blanc retrouve la première place, et le jaune – qui dans le petit monde du blason correspond à l’or – un rang plus modeste. Nous l’avons dit, on n’aime guère le jaune à la fin du Moyen Âge, c’est la couleur de Judas et de la Synagogue, des chevaliers félons et des traîtres de toute espèce.

  • 17 Au Moyen Âge, le seul domaine quelque peu négatif associé au blanc est celui de la peur. Ailleurs, (...)

13Cette dichotomie entre l’or et le jaune se retrouve dans les correspondances que ces mêmes traités établissent entre les couleurs, les vices et les vertus. L’or est toujours pris en bonne part et n’est associé qu’à des vertus. Le jaune, en revanche, est ambigu, plus souvent négatif que positif, et donc associé à plusieurs vices ou péchés : jalousie, envie, fausseté, trahison. Mais l’or et le jaune sont une seule et même couleur, et dans un discours sur la symbolique des couleurs, il est impossible de parler des deux à la fois. Selon que tel ou tel auteur aura choisi de nommer cette couleur or ou jaune, il l’associera tantôt à des vertus, tantôt à des vices. Le même problème se pose pour l’argent et le blanc : c’est une seule et même couleur pour les traités de blason. Mais les mots ne poussent pas ici la symbolique à faire le grand écart : l’argent comme le blanc sont toujours positifs et valorisants17.

  • 18 Voici la liste des traités que j’ai dépouillés, en m’appuyant sur les recensements de G. Saffroy (c (...)

14Attardons-nous quelque peu sur la question des correspondances. Les couleurs du blason ne sont pas seulement associées à des vertus ou à des vices. D’autres domaines, éléments ou entités leur sont attachés et occupent une place importante dans les ouvrages qui parlent de l’emblématique ou de la symbolique des couleurs entre la fin du XIVe siècle et le milieu du XVIe siècle. Limitons nos remarques aux traités de blason et présentons un tableau des principales correspondances établi à partir de quatorze d’entre eux, rédigés en latin ou en français entre 1350 et 155018. En ce domaine, les nuances ne comptent pas, et les couleurs fonctionnent comme des catégories abstraites, presque comme de purs concepts. Elles sont au nombre de sept et forment, comme tout septénaire, un ensemble parfait.

1. BLANC (argent)

vertus : foi, pureté, virginité, innocence, franchise, sagesse

vice :

pierre : perle

métal : argent

planète : Lune

zodiaque : Vierge, Poissons

jour : lundi

âge de la vie : petite enfance

élément : air

tempérament : flegmatique

saison : hiver

2. BLEU (azur)

vertus : foi, loyauté, fidélité, constance, paix, sagesse, prudence

vices : paresse, sottise

pierre : saphir

métal : étain

planète : Jupiter

zodiaque : Verseau, Vierge, Balance

jour : jeudi

âge de la vie : enfance

élément : air (XVIe s. seulement)

tempérament :

saison :

3. ROUGE (gueules)

vertus : charité, force, justice, courage, noblesse, largesse

vices : orgueil, colère, luxure, violence

pierre : rubis

métal : cuivre

planète : Mars

zodiaque : Bélier, Lion

jour : mardi, samedi

âge de la vie : maturité (force de l’âge)

élément : feu

tempérament : sanguin

saison : été

4. VERT (sinople)

vertus : espérance, beauté, amour, joie

vices : inconstance, désordre, avarice, folie

pierre : émeraude

métal : mercure

planète : Vénus, Mercure

zodiaque : Taureau, Gémeaux

jour : mercredi, vendredi

âge de la vie : jeunesse

élément : eau

tempérament :

saison : printemps

5. JAUNE (or)

vertus : fertilité, richesse, noblesse

vices : jalousie, envie, hypocrisie, félonie,

pierre : béryl, topaze

métal : or

planète : Soleil

zodiaque :

jour : dimanche

âge de la vie :

élément :

tempérament : bilieux (colérique)

saison : été, automne

6. NOIR (sable)

vertus : humilité, tempérance, dignité, autorité

vices : désespoir, mélancolie, méchanceté, cruauté, impiété

pierre : diamant

métal : fer

planète : Saturne

zodiaque : Sagittaire, Capricorne

jour : vendredi

âge de la vie : sénescence

élément : terre

tempérament : mélancolique

saison : hiver

7. VIOLET (pourpre)

vertu : prudence, largesse

vices : fausseté, ruse, maléfice

pierre : améthyste

métal : plomb

planète : Mercure (rare)

zodiaque : Scorpion

jour : vendredi, samedi

âge de la vie : vieillesse

élément :

tempérament :

saison :

15Ce tableau appelle quelques commentaires. Toutes les cases ne sont pas remplies car s’il y a bien plusieurs septénaires, correspondant presque mécaniquement aux sept couleurs, il n’a que quatre saisons, quatre tempéraments, quatre éléments. Pour certaines catégories, il existe des variantes d’un traité de blason à l’autre, et parfois des différences avec les encyclopédies, les recueils d’emblèmes et de devises, les ouvrages d’alchimie et d’astrologie. J’ai donné ici priorité aux traités de blason. Au reste, mis à part le cas très fluctuant des jours de la semaine, ces différences sont peu nombreuses.

Les couleurs d’un poète

16Dans les années 1500, la beauté et la hiérarchie des couleurs restent fortement influencée par ce qu’en dit le blason, y compris dans le milieu des peintres et dans celui des poètes. Les couleurs forment plus un langage qu’une harmonie. Toujours signifiantes, elles sont associées à des vertus ou à des vices, à des sentiments et des émotions, à des classes d’âge, à des catégories sociales, à des intentions morales, à des règles de vie. L’esthétique compte moins que la symbolique, et les plaisirs de l’œil s’effacent devant les considérations éthiques et sémantiques.

  • 19 On trouvera le texte de ce poème à la fin du présent article.
  • 20 Sur Jean Robertet et son œuvre : P. Champion, Histoire poétique du XVe siècle, Paris, Champion, 192 (...)

17Un élégant poème de Jean Robertet (v. 1435-1502), mis en forme vers la fin de sa vie, L’exposition des couleurs, nous en fournit à la fois une clef et un témoignage exemplaire19. L’auteur est un grand commis de l’État : d’abord au service des ducs de Bourbon, il sert ensuite les rois de France, Louis XI, Charles VIII, Louis XII, remplissant différentes fonctions diplomatiques et administratives. Mais c’est aussi un écrivain de premier plan, ami de Charles d’Orléans, de Georges Chastellain, de Jean Molinet, traducteur de Pétrarque, poète lui-même participant à la plupart des aventures littéraires de son temps. On le considère comme un des plus habiles « rhétoriqueurs » de la cour de France20. L’exposition des couleurs n’est pas son œuvre la plus originale mais c’est un poème bien tourné, qui intéresse notre propos à plusieurs titres. Composé de dix quatrains et d’un envoi, il passe en revue neuf couleurs, énonce leurs principales caractéristiques, souligne les liens qui les unissent, rappelle les vices ou les vertus dont elles sont l’attribut, et conclut en leur associant un type moral ou social. Ces neuf couleurs sont dans l’ordre : le blanc, le bleu, le rouge, le gris, le vert, le jaune, le violet, le tanné et le noir. Le dixième quatrain est consacré au riolépiolé, coloration bariolée, faite de rouge, de noir et de blanc. C’est la couleur de « Faux Semblant », c’est-à-dire des hypocrites.

  • 21 Notons que le bleu est la seule couleur du poème dont le nom transformé en nom propre est mis au fé (...)
  • 22 Sur le gris symbole d’espérance à la fin du Moyen Âge, voir le bel article d’A. Planche, « Le gris (...)
  • 23 Poème édité par Alice Planche dans l’article cité à la note précédente.

18L’ordre dans lequel sont exposées les couleurs et leurs propriétés est non pas neutre mais hiérarchique. En tête, vient le blanc, symbole d’humilité et de modestie ; curieusement, c’est la seule couleur dont le nom n’est pas transformé en nom propre mais reste précédé de l’article défini : « Le Blanc », et non pas « Blanc » comme on trouve plus loin « Rouge », « Vert », etc. Après le blanc vient le bleu, qui signifie loyauté et qui, pour cette raison, doit être placé tout près du blanc21. Ce sont les couleurs les plus vertueuses : elle occupent les deux premières places. Le rouge – autrefois la première des couleurs, la couleur « par excellence » – n’arrive ici qu’en troisième position : c’est l’attribut de la victoire et de la gloire mais aussi de l’orgueil ; contrairement au blanc et au bleu, il n’est pas entièrement positif. La quatrième place du gris peut étonner, sauf si l’on sait que le XVe siècle est pour le gris une période de grande promotion : souvent désigné comme contraire du noir, couleur d’affliction, il est presque toujours pris en bonne part et porteur d’espérance22. Plusieurs poètes de la fin du Moyen Âge lui ont consacré des vers pleins d’estime, à commencer par Charles d’Orléans, auteur vers 1430, alors qu’il est prisonnier en Angleterre, d’un joli poème intitulé Le gris de l’espoir23.

  • 24 Je remercie mon amie B. Buettner de toutes les informations qu’elle m’a communiquées concernant les (...)

19Après le gris vient le vert. Jean Robertet le place au milieu de sa palette et en fait une couleur non pas d’espérance ou d’amour – ce qui aurait été banal – mais de joie. Il lui donne pour référent l’émeraude et non pas l’herbe ou le feuillage, peut-être parce qu’à la fin du Moyen Âge les pierres précieuses bénéficient d’un prestige considérable, l’émeraude et le diamant particulièrement24. Cela dit, associer le vert à l’émeraude et affirmer qu’employé comme devise ou livrée, il ne convient que pour une personne joyeuse n’a rien de très original. Cela laisse entendre que le vert est une belle couleur, jeune, vive, gaie, dynamique, toutes qualités bien connues. En revanche, affirmer qu’il convient mal d’associer le vert au noir est plus insolite : « Mal seant suis avec noire couleur ». Robertet n’est cependant pas le seul à faire une telle remarque : quelques années plus tôt, le continuateur du héraut Sicile voyait dans la juxtaposition du vert et du noir l’expression de « tous les chagrins du monde ». Mais ni lui ni Robertet ne précisent les raisons du discrédit d’une telle association. Pourquoi le vert et le noir ne s’accorderaient-ils pas ? Le vert, placé au milieu de l’axe des couleurs, est-il trop éloigné du noir pour lui être associé ? Ou bien, au contraire, du point de vue héraldique et emblématique, en est-il trop proche ? Il est difficile de répondre, la symbolique des couleurs à l’aube des temps modernes se situant loin de nos propres logiques et sensibilités.

20Après le vert viennent quatre couleurs plus négatives que positives. Le jaune, signe de jouissance et d’insouciance, est ambivalent, ambigu même. Nous retrouvons ici la dichotomie entre l’or et le jaune, le premier positif, le second négatif. Le violet, porté par les traîtres, à l’image de Ganelon, le félon de la Chanson de Roland (« Vestu en fut le traistre Ganellon »), est une couleur infâme. Jean Robertet, comme la plupart des auteurs de son temps, fait de ces deux couleurs des couleurs mixtes : le jaune est un mélange de rouge et de blanc (« De rouge et blanc entremeslez ensemble ») ; le violet, un mélange de noir et de rouge. De telles définitions nous étonnent, mais il faut se souvenir que, dans les années 1500, le spectre est inconnu (et le restera jusqu’aux découvertes de Newton) et que le vieil ordre aristotélicien des couleurs constitue, encore et toujours, le classement de base : blanc-jaune-rouge-vert-bleu-violet-noir. Le vert, comme dans notre poème, se situe au milieu de l’axe, et le jaune trouve bien sa place entre le blanc et le rouge : Robertet ici n’innove en rien et, fort justement, comme la plupart des savoirs de son temps, fait du jaune un mélange de blanc et de rouge.

  • 25 À la fin du XVe siècle, toutefois, quelques auteurs s’amusent à mettre en compétition le noir et le (...)

21Après le violet vient le « tanné », nuance située entre le roux et le brun. Nous avons vu comment l’auteur de la seconde partie du Blason des couleurs en faisait « la plus laide de toutes les couleurs ». Robertet ne va pas aussi loin mais il voit dans le tanné une coloration changeante et peu solide, pleine d’incertitude et d’ennui (« je porte ennuy en couverte pencée »). Pire est le noir, cité en avant-dernière position, juste avant l’étrange riolé-piolé. Il est totalement négatif : déplaisant, triste, obscur, violent, signe de deuil, de colère ou mélancolie (alors considérée comme une maladie), il déplaît à tout le monde25. Nous sommes ici très loin du noir majestueux et luxueux, omniprésent dans les cours royales et princières du XVe siècle, et plus encore du noir humble et tempérant du vêtement monastique.

  • 26 Le poème de Jean Robertet nous a été conservé par plusieurs manuscrits. L’un d’entre eux (Paris, Bn (...)

22Jean Robertet termine son poème par un envoi : il invite chaque prince à construire sa « devise » selon les couleurs de son choix et nous apprend que lui-même a opté pour le blanc et le bleu… exactement comme le fera Rabelais pour celle de Gargantua quelques décennies plus tard. Priorité aux couleurs non pas les plus belles mais les plus vertueuses26 !

Venise, capitale de la couleur

23Les traités de blason ne sont donc en rien des textes isolés : non seulement ils exercent une forte influence sur la création littéraire mais ils ont de nombreux épigones, parfois fort loin de l’héraldique. La première moitié du XVIe siècle est en effet une période de grande production d’ouvrages consacrés à la beauté, à l’harmonie ou à la signification des couleurs. Beaucoup sont restés manuscrits et dorment encore dans le silence des bibliothèques. Mais ceux qui furent imprimés, notamment à Venise, connurent, comme Le Blason des couleurs, un vrai succès de librairie.

  • 27 Imprimé à Venise chez Bernardino Vitalis en 1528, il fut réimprimé dès l’année suivante, puis deux (...)
  • 28 Édition moderne par P. Barrochi, Scritti d’arte del Cinquecento, Venezia, Ricciardi, 1971, tome II, (...)
  • 29 P. Pino, Dialogo di pittura, Venezia, 1548 ; édition moderne par E. Camasasca, Milano, Rizzoli, 195 (...)
  • 30 L. Dolce, Dialogo dei colori, Venezia, 1557. J’ai utilisé la deuxième édition au titre plus long et (...)
  • 31 Les axes Venise-Nuremberg, Venise-Milan-Lyon et Venise-Cologne-Bruges sont essentiels pour ce qui c (...)
  • 32 F. Brunello, L’arte della tintura nella storia dell’umanita, Vicenza, Pozza, 1968 ; Id., Arti e mes (...)
  • 33 Édition et étude par S. M. Evans et H. C. Borghetty, The « Plictho » of Giovan Ventura Rosetti, Cam (...)

24Quittons donc la France pour l’Italie et citons pour exemples quatre publications vénitiennes du XVIe siècle, plusieurs fois réimprimées : Antonio Telesio, De coloribus libellus (1528)27 ; Fulvio Pellegrini Morato, Del significato dei colori (1535)28 ; Paolo Pino, Dialogo di pittura (1548)29 ; Lodovico Dolce, Dialogo dei colori (1557)30. Que ces ouvrages spécialement consacrés à la couleur aient été publiés à Venise par des auteurs natifs de la cité des doges ou bien exerçant une activité dans cette ville, n’est nullement un hasard. Du XIVe siècle jusqu’au XVIIIe, Venise est la capitale européenne de la couleur. C’est une ville commerçante où les matières colorantes arrivent de fort loin, avant d’être redistribuées dans toute l’Europe occidentale31. C’est aussi une ville d’art, où les peintres sont nombreux et, pour certains, prestigieux : les Bellini, Giorgione, Titien, Tintoret, Véronèse. Dans les débats qui opposent les partisans du dessin et ceux du coloris, les Vénitiens accordent toujours la primauté à ce dernier. Venise est en outre une ville où la teinture est reine. Aucune ville européenne ne possède un aussi grand nombre d’ateliers, étroitement spécialisés par matières textiles, par couleurs et par colorants. On ne teint pas la laine et la soie dans les mêmes officines, et si l’on est teinturier de bleu on n’a pas licence pour teindre en rouge ni en jaune. Les teinturiers de rouge sont eux-mêmes répartis en teinturiers de garance, de graine (kermès), de brésil : la profession est soigneusement divisée et contrôlée32. C’est du reste à Venise qu’a été imprimé en 1540 le premier manuel de teinturerie, le célèbre Plichto de Giovanni Ventura Rosetti, maintes fois réédité jusqu’à la fin du XVIIIe siècle33.

  • 34 G. Saffroy, Bibliographie généalogique, héraldique et nobiliaire de la France, op. cit., I, no 2012 (...)

25Venise, en effet, est depuis 1465 une ville d’imprimerie très active. On y publie chaque année un grand nombre de livres dans tous les domaines des lettres et du savoir. Les couleurs sont du nombre, qu’il s’agisse de teinture, de peinture, de vêtement, d’esthétique ou de symbolique. Une traduction italienne du Blason des couleurs du héraut Sicile y est publiée en 1525 ; une autre, en dialecte vénitien, en 1535 ; toutes deux sont réimprimées plusieurs fois jusqu’à la fin du XVIe siècle et, comme en France, exercent une influence certaine sur les discours concernant les couleurs34.

  • 35 Voir J. Gage, Couleur et culture. Usages et significations de la couleur de l’Antiquité à l’abstrac (...)

26Des quatre ouvrages cités plus haut le plus instructif pour notre propos est sans doute celui de Fulvio Pellegrini Morato (1483-1548), humaniste ami des peintres. Il fait certes de nombreux emprunts au Blason des couleurs, récemment traduit, mais sur différents points il prend ses distances avec le discours normatif du blason et les codes sociaux du costume. Notamment lorsqu’il explique qu’en matière de création picturale l’œil est plus important que l’esprit, et que la beauté des couleurs l’emporte non seulement sur la perfection du trait mais même sur les vertus ou les significations qu’on leur attribue. L’esthétique avant la symbolique : assurément, c’est là une rupture considérable par rapport aux systèmes de valeurs médiévaux. Morato conseille à ses amis peintres plusieurs associations uniquement destinées à susciter le plaisir de l’œil et des sens et non pas à satisfaire l’esprit ou la morale. Selon lui, les plus belles combinaisons sont le noir avec le blanc, le bleu avec l’orangé, le gris avec le fauve (leonato), le vert clair avec la couleur chair (incarnato) et le vert foncé avec le « fameux brun de Sienne35 ».

  • 36 Pline, Histoire naturelle, XXXV, 12 et XXXVI, 45.
  • 37 Sur le « chromoclasme » des grands réformateurs protestants, M. Pastoureau, « La Réforme et la coul (...)
  • 38 J. W. Gœthe, Farbenlehre. Historischer Teil, éd. G. Ott, t. 4, Stuttgart, Verlag Freies Geisteslebe (...)

27Instructif est également le petit traité latin d’Antonio Telesio (1482-1534), qui enseigne la rhétorique et les belles-lettres à Venise entre 1527 et 1529. Lui aussi est influencé par le Blason des couleurs, mais il ignore tout de l’héraldique et tient un discours plus philologique que symbolique. Admirateur de Virgile, d’Ovide, de Pline, il met en valeur la richesse du vocabulaire latin, analyse 114 termes de couleur et souligne la difficulté qu’il y a à les traduire. Il insiste également sur l’impossibilité, quelle que soit la langue, de nommer la couleur du ciel, celle de la mer, celle des yeux (des hommes comme des animaux) et, d’une manière plus générale, « tout ce qui se situe entre le bleu et le vert ». Dans un chapitre final, il propose différents classements des couleurs. Sur le plan moral, il distingue, comme le faisait déjà Pline dans son Histoire naturelle36, les couleurs sages (colores austeri) des couleurs frivoles (colores floridi). Dans le premier groupe, il place le blanc, le noir, le gris et le brun ; dans le second, toutes les autres. Une telle distinction morale aurait certainement plu aux grands réformateurs protestants, tous ennemis des couleurs vives ou trop voyantes37. Trois siècles plus tard, elle retiendra l’attention de Gœthe qui la citera et la commentera dans les annexes de sa monumentale Farbenlehre (1810)38. Sur le plan esthétique, Telesio oppose les couleurs qui plaisent au regard (colores suaves) à celles qui lui sont désagréables et semblent souillées (colores sordidi). Parmi les premières, le rose – qu’il juge « la plus belle des couleurs » – le blanc, l’orangé (luteus), le bleu ciel et le pourpre (purpureus), lequel – comme souvent à Venise – n’est nullement un violet mais un rouge foncé. Au nombre des secondes, le roux, le noir terne (ater), la plupart des bruns et, ce qui est plus inattendu, le bleu foncé.

  • 39 P. Pino, Dialogo…, op. cit., p. 47-54 et 62-73.
  • 40 Sur les idées esthétiques de Lodovico Dolce en matière de peinture, M. Roskill, Dolce’s Aretino and (...)

28Les dialogues de Paolo Pino (1534-1565) et de Lodovico Dolce (1508- 1568), deux auteurs pleinement vénitiens, amis des peintres, familiers de l’atelier de Titien, ne s’intéressent guère à la morale, peu à l’héraldique, davantage à la symbolique et beaucoup à l’esthétique. Pino met l’accent sur les problèmes rencontrés par les peintres pour reproduire les couleurs de la nature, non seulement celles de la végétation mais aussi celles du ciel, de la mer, du feu. Il développe aussi l’idée que des pigments très chers ne font pas nécessairement de belles couleurs. La beauté est dans le savoir-faire et le génie de l’artiste. En ce domaine, il vante la supériorité des Vénitiens sur les Florentins, « médiocres dans la gamme des verts »39. Dolce, polygraphe infatigable, qui a « écrit dans tous les genres sans exceller dans aucun » (Gœthe) s’attarde à définir ce qu’est une couleur – matière, lumière, sensation, vocable – et à expliquer la notion d’harmonie. Cette dernière doit s’appuyer sur des contrastes de coloration et de saturation et non pas sur des nuances de même couleur, mais ces contrastes doivent être modérés. Il cite comme harmonie parfaite la juxtaposition du vert, du rose et du gris. Comme Telesio et comme Morato, il fait du rose la plus séduisante des couleurs, qu’il s’agisse des pétales d’une fleur ou de la carnation d’une jeune fille40.

29À l’aube des temps modernes, à Venise, de nouvelles sensibilités commencent à se mettre en place qui ne soumettent plus la beauté des couleurs à leur dimension éthique, sociale ou symbolique mais au seul plaisir des yeux. Elles vont peu à peu gagner toute l’Europe.

Annexe

Jean Robertet
L’exposition des couleurs
(d’après BnF. ms. fr. 24461, fol. 110-114 et Arsenal ms. 5066, fol. 108-112)
Le Blanc
Entre toutes couleurs suis la premiere
Humilité signiffie et simplesse,
Dont le lys blanc est des fleurs la maistresse :
Saincte Escripture en donne foy planiere.
Bleue
Et moy qui suis de coulleur celestine,
Dont fin azur a son pris et valleur,
Signiffiant loyaulté pour meilleur,
Je doy au blanc par droit estre voisine.
Rouge
Rouge ne doit des autres couleurs moindre
Soy repputer, car il monstre victoire,
Pompe, orgueil, arrogant veyne gloire,
Qui ne peult hault et bas ne veult descendre.
Gris
Je qui suis gris signiffie esperance,
Coulleur moyenne de blanc et noir meslée ;
Et soye seulle ou à autre assemblée,
Le moyen tiens en commune actrempence.
Vert
A l’esmeraulde ressemble precieuse,
Me delectant en parfaicte verdeur ;
Mal seant suis avec noire couleur
Et n’appartiens qu’à personne joyeuse.
Jaulne
De rouge et blanc entremeslez ensamble,
Ma coulleur est ressemblant à soucie ;
Qui joyra d’amours ne se soussie,
Car il me peult porter se bon luy semble.
Violé
Je suis de noir et rouge composée
Coulleur viollée ainsi m’appelle l’on.
Vestu en fut le traistre Gannellon,
Dont par le monde encor suis diffamée.
Tanné
Je porte ennuy en couverte pencée,
Car ma coulleur est de sorte terrestre,
De faitz et ditz qui doubteux peuvent estre,
Je suis changeant et de peu de durée.
Noir
Je signiffie dueil et merencolie,
Desplaisance, tristesse, aspre courroux ;
Obscure noire coulleur desplaist à tous ;
Qui son cueur taint en moy fait grant folie.
Riolépiolé
Et moy qui suis riolé piolé,
Broille meslé de rouge, noir et blanc,
Comparé suis de sorte à Faulx Semblant,
Qui a maint homme destruit et afollé.
L’acteur
Prince, qui veult porter coulleur diverse
En devise, cecy luy peult valloir ;
Chascun choisisse et preigne à son vouloir :
Quant est à moy, j’ay prins la blanche et perse.

Notes

1 Sur les traités de blason de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne, voir C. Boudreau, L’héritage symbolique des hérauts d’armes. Dictionnaire encyclopédique de l’enseignement du blason ancien (XIVe-XVIe siècle), Paris, Le Léopard d’or, 2006, 3 vol. ; T. Hiltmann, Spätmittelalterliche Heroldskompendien. Referenzen adeliger Wissenskultur in Zeiten gesellschaftlichen Wandels : Frankreich und Burgund, 15. Jahrhundert, München, Oldenbourg, 2011.

2 Le pourpre – substantif masculin dans la langue du blason – est une couleur héraldique rare et d’apparition tardive : on n’en trouve guère trace avant la fin du XIIIe siècle. C’est en outre, contrairement à la pourpre antique et à la pourpre byzantine, une couleur peu valorisante. Avant de l’assimiler au violet, plusieurs hérauts d’armes voyaient dans le pourpre le mélange de toutes les couleurs, c’est-à-dire une sorte de gris. Voir M. Pastoureau, Traité d’héraldique, 2e éd., Paris, Picard, 1993, p. 101-103.

3 G. Saffroy, Bibliographie généalogique, héraldique et nobiliaire de la France, Paris, G. Saffroy, 1968, t. I, no 1999-2020.

4 Ibid., no 2012-2013. Une édition nouvelle du Blason des couleurs serait bienvenue. Force est de recourir à la vieille édition de H. Cocheris publiée à Paris, chez A. Aubry en 1860. Cette édition, médiocre, a été établie à partir des imprimés et non pas des manuscrits, or les variantes sont nombreuses entre les uns et les autres.

5 F. Rabelais, Gargantua, Paris, 1535, chap. I.

6 Le Blason des couleurs en armes, livrées et devises, éd. cit. H. , p. 77-78.

7 Ibid., p. 77-126.

8 Olivier de la Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’Arbeaumont, Paris, Renouard, 1884, t. II, p. 207. Ce passage est commenté par J. Huizinga, L’automne du Moyen Âge, Paris, Payot, 1975, p. 288.

9 Le Blason des couleurs, éd. cit. H. Cocheris, p. 116-117.

10 Ibid., p. 125-126.

11 C. Boudreau, L’héritage symbolique des hérauts d’armes, op. cit., I, p. 494-503.

12 R. Mellinkoff, « Judas’s Red Hair and the Jews », Journal of Jewish Art, IX, 1982, p. 31-46 ; M. Pastoureau, « L’homme roux. Iconographie médiévale de Judas », Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Le Seuil, 2004, p. 197-212.

13 J. André, Étude sur les termes de couleur dans la langue latine, Paris, Klincksieck, 1949, p. 80-81.

14 E. C. Evans, « Physiognomics in the Ancient World », dans Transactions of the American Philosophical Society, n. s., vol. 59, 1969, p. 5-101.

15 L’étymologie du verbe tanner est incertaine et controversée, mais dans la langue française du XIIIe siècle, le participe passé tanné est déjà utilisé comme adjectif de couleur pour qualifier certains tons de brun ou les colorations proches du « brûlé ». Il n’est pas impossible qu’au XVe siècle, l’adjectif, devenu synonyme de « roux foncé », ait pris une nuance nettement péjorative, d’autant que le verbe tanner, à côté de son sens technique, est chargé de sens figurés dépréciatifs : « user », « fatiguer », et plus tard « harceler ».

16 M. Pastoureau, Bleu. Histoire d’une couleur, Paris, Le Seuil, 2000, p. 49-84.

17 Au Moyen Âge, le seul domaine quelque peu négatif associé au blanc est celui de la peur. Ailleurs, il est toujours pris en bonne part. Même du côté de la mort, le blanc est positif : il est signe de résurrection.

18 Voici la liste des traités que j’ai dépouillés, en m’appuyant sur les recensements de G. Saffroy (cité note 3) et de C. Boudreau (cité note 1) : Bartolo de Sassoferato, De insignis et armis (v. 1350-1355) ; Johannes de Bado Aureo, Tractatus de armis (v. 1390-1395) ; Le livre des armes (anonyme, v. 1410) ; Le Livre de Bannyster (anonyme, v. 1430-1440) ; héraut Sicile et continuateur, Le Blason des couleurs en armes, livrées et devises (v. 1435 et v. 1485- 1490) ; Clément Prinsault, Le Blason des armes (version courte : v. 1445-1450 ; version longue : v. 1480)) ; héraut Hongrie, Traité de blason (v. 1460-1480) ; Jean Le Fèvre de Saint-Remy, Avis de Toison d’or sur le fait d’armoiries (1464) ; Traité du Jouvencel (anonyme, v. 1470-1500) ; Traité de blason et du bestiaire héraldique, (anonyme : BNF, ms. fr. 14357, v. 1490) ; Traité de l’Argentaye (anonyme, v. 1482-1492) ; Jean Le Féron, Le Grand blason d’armoiries (1520) ; Jacques Le Boucq, Le noble blason des armes (v. 1540-1550) ; Jean Le Féron, Le simbol armorial (1555).

19 On trouvera le texte de ce poème à la fin du présent article.

20 Sur Jean Robertet et son œuvre : P. Champion, Histoire poétique du XVe siècle, Paris, Champion, 1923, t. 2, p. 288-307 ; M. Zsuppan (éd.), Jean Robertet. Œuvres, Paris/Genève, Minard/Droz, coll. « Textes littéraires français », 159, 1970.

21 Notons que le bleu est la seule couleur du poème dont le nom transformé en nom propre est mis au féminin : « Bleue ». Est-ce parce qu’il s’agit de la couleur iconographique de la Vierge ?

22 Sur le gris symbole d’espérance à la fin du Moyen Âge, voir le bel article d’A. Planche, « Le gris de l’espoir », Romania, t. 94, 1973, p. 289-302. Voir aussi M. Pastoureau, « Noir, gris, blanc. Trois couleurs en mutation à la fin du Moyen Âge », dans P. Charron et M. Boudon-Machuel (dir.), Aux limites de la couleur. Monochromie et polychromie dans les arts (1300-1650), Turnhout, Brepols, 2011.

23 Poème édité par Alice Planche dans l’article cité à la note précédente.

24 Je remercie mon amie B. Buettner de toutes les informations qu’elle m’a communiquées concernant les pierres, leur valeur et leur hiérarchie à la fin du Moyen Âge.

25 À la fin du XVe siècle, toutefois, quelques auteurs s’amusent à mettre en compétition le noir et le tanné pour déterminer quelle est la couleur la plus détestable. Le noir n’est pas toujours perdant. Voir par exemple Le Débat de deux demoiselles, l’une nommée la Noire et l’autre la Tannée, dans A. de Montaiglon (éd.), Recueil de poésies françaises des XVe et XVIe siècles, Paris, P. Jannet, 1855, t. 5, p. 264-304.

26 Le poème de Jean Robertet nous a été conservé par plusieurs manuscrits. L’un d’entre eux (Paris, BnF, ms. fr. 24461) est un recueil de dessins variés, dont un grand nombre du peintre Jean Hey (le « Maître de Moulins ») probablement destinés au vitrail et à la tapisserie. Les dessins sont accompagnés de poèmes (notamment de Henri Baude), de devises, de proverbes, de citations latines, de sonnets de Pétrarque, etc. Ce recueil, compilé en Bourbonnais et datable des années 1500-1510, a appartenu à la famille Robertet. Il est bien connu et a fait l’objet d’une longue étude de Nicole Reynaud dans le catalogue de l’exposition Quand la peinture était dans les livres, Paris, Bibliothèque nationale, octobre 1993-janvier 1994, p. 354-355, n° 197. Une copie de ce manuscrit, moins soignée, en a été faite quelques années plus tard : Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5066. Le poème de Jean Robertet y est transcrit aux folios 108-112. Comme dans le manuscrit de la BnF, plusieurs figures féminines peintes accompagnent le texte : elles personnifient chacune des dix couleurs et portent une robe de la teinte concernée. En outre, chaque personnification est accompagnée du nom d’une vertu ou d’un vice et tient dans la main un objet symbolique. Blanc : humilité et lis ; Bleu(e) : loyauté et nuée ; Rouge : orgueil et sceptre ; Gris : espérance et palme ; Vert : joie et perroquet ; Jaune : jouissance et bouquet de fleurs ; Violet : trahison et serpent ; Tanné : ennui et flabellum ; Noir : deuil et chapelet ; Riolé-piolé : faux-semblant et girouette. Je remercie mon amie Claire Lesage qui m’a signalé ce manuscrit et a facilité mon travail à la Bibliothèque de l’Arsenal.

27 Imprimé à Venise chez Bernardino Vitalis en 1528, il fut réimprimé dès l’année suivante, puis deux fois encore avant la mort de l’auteur en 1534. Lazare Baïf, ambassadeur à Venise, rapporta en France un exemplaire de l’ouvrage et le fit connaître autour de lui. Robert Estienne l’imprima à Paris en 1549. Une édition moderne en a récemment été proposée par M. Indergand et C. Viglino, Paris, Presses de l’École Estienne, 2010.

28 Édition moderne par P. Barrochi, Scritti d’arte del Cinquecento, Venezia, Ricciardi, 1971, tome II, p. 217-276.

29 P. Pino, Dialogo di pittura, Venezia, 1548 ; édition moderne par E. Camasasca, Milano, Rizzoli, 1954.

30 L. Dolce, Dialogo dei colori, Venezia, 1557. J’ai utilisé la deuxième édition au titre plus long et au propos plus développé : Dialogo nel quale si ragiona della qualità, diversità e proprietà dei colori, Venise, 1565.

31 Les axes Venise-Nuremberg, Venise-Milan-Lyon et Venise-Cologne-Bruges sont essentiels pour ce qui concerne la circulation des pigments, des matières colorantes et des savoirs qui les accompagnent. Voir M. B. Hall (éd.), Color and Technique in Renissance Painting. Italy and the North, London, J. J. Augustin, 1987.

32 F. Brunello, L’arte della tintura nella storia dell’umanita, Vicenza, Pozza, 1968 ; Id., Arti e mestieri a Venezia nel medioevo e nel Rinascimento, Vicenza, Pozza, 1980 ; M. Pastoureau, « Les teinturiers médiévaux. Histoire sociale d’un métier réprouvé », Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, op. cit., p. 173-196.

33 Édition et étude par S. M. Evans et H. C. Borghetty, The « Plictho » of Giovan Ventura Rosetti, Cambridge (Mass.) et London, MIT Press, 1969. Voir aussi, pour ce qui concerne les recueils de recettes et les manuels de teinturerie compilés à Venise mais restés manuscrits, G. Rebora, Un manuale di tintoria del Quattrocento, Milano, Giuffrè, 1970.

34 G. Saffroy, Bibliographie généalogique, héraldique et nobiliaire de la France, op. cit., I, no 2012 et 2013.

35 Voir J. Gage, Couleur et culture. Usages et significations de la couleur de l’Antiquité à l’abstraction, Paris, Thames & Hudson, 2008, p. 119-120.

36 Pline, Histoire naturelle, XXXV, 12 et XXXVI, 45.

37 Sur le « chromoclasme » des grands réformateurs protestants, M. Pastoureau, « La Réforme et la couleur », Bulletin de la Société d’histoire du Protestantisme français, t. 138, juill.-sept. 1992, p. 323-342.

38 J. W. Gœthe, Farbenlehre. Historischer Teil, éd. G. Ott, t. 4, Stuttgart, Verlag Freies Geistesleben, 1986, p. 142-156.

39 P. Pino, Dialogo…, op. cit., p. 47-54 et 62-73.

40 Sur les idées esthétiques de Lodovico Dolce en matière de peinture, M. Roskill, Dolce’s Aretino and Venetian Art Theory of the Cinquecento, London/New York, New York University Press, 1968.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search