Version classiqueVersion mobile

Désir n’a repos

 | 
Florence Bouchet
, 
Danièle James-Raoul

Imaginaire et symbolique

« Cil qui de sa fille fist sa mere » : fortune d’une formule paradoxale dans quelques textes narratifs des xiie et xiiie siècles

Bénédicte Milland-Bove

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Cist jorz vos soit liez et joieus,
Ce doint icil glorieus pere
Qui de sa fille fist sa mere1. »

Ce salut adressé à Gauvain par les deux reines du Conte du Graal ne semble que l’une des variantes possibles des nombreuses formules de bénédiction pouvant être utilisées pour saluer un interlocuteur. Peut-on cependant penser que Chrétien l’a choisie par hasard, alors que le séjour du neveu du roi Arthur au Château de la Roche Champguin marque l’entrée dans un monde féminin où nombre des principes régissant la succession des générations, l’alliance matrimoniale et les liens de parenté, semblent en proie au dérèglement ? Si fugitive qu’elle soit, la formule interagit avec son contexte.

La désignation de la Vierge comme mère et fille – le paradoxe s’élargit parfois d’un terme quand elle est dite également épouse – de Dieu est présente dans des textes théologiques, liturgiques ou dévotionnels anciens2. Il n’est donc pas étonnant qu’elle fasse son apparition dans des textes en roman des XIIe et...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search