Version classiqueVersion mobile

Désir n’a repos

 | 
Florence Bouchet
, 
Danièle James-Raoul

Imaginaire et symbolique

« Un manicaretto troppo buono » : les saveurs de la trahison dans Decameron IV, 9

Peter Kuon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les nouvelles de la quatrième journée du Decameron traitent « di coloro li cui amori ebbero infelice fine1 ». La neuvième, racontée par Filostrate, le roi de la journée, surpasse les précédentes parce que, dit-il, « da piú furono coloro a’ quali ciò che io dirò avvenne e con piú fiero accidente che quegli de’ quali è parlato2 ». Étant donné que le récit facétieux, privilège de Dioneo, qui figure à la dernière et dixième position de la journée, prend le contre-pied des histoires d’amour tragiques, c’est elle, la neuvième, qui met le point final à une série de nouvelles qui cherchent à émouvoir.

Le narrateur, par sa première phrase, transporte ses auditeurs et ses auditrices de l’année de la peste noire à Florence, en 1348, au début du XIIIe siècle quand le Languedoc était sous l’influence du roi d’Aragon et la civilisation provençale à son apogée. Une fois de plus, Boccace emmène le public citadin et marchand de son époque dans un Moyen Âge lointain, quelque peu exotique, avec ses dam...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search