Version classiqueVersion mobile

La déforestation dans le monde tropical

 | 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Table des planches photographiques

Texte intégral

Planche I

Photographie 1 — Abattage industriel dans une exploitation australienne en Papouasie-Nouvelle Guinée (cliché J.-F. Pernette).

Photographie 2 — Les feux de brousse ont une extension continentale à l’échelle de l’Afrique de l’Ouest comme le montre cette composition colorée (image satellitaire LANDSAT).

Photographie 3 — Après l’incendie les sols sont couverts de cendres fertilisantes pour un enrichissement temporaire des sols, mais ces derniers s’exposent aussitôt à la violence des pluies tropicales (cliché J.N. Salomon).

Photographie 4 — Un exemple des cultures sur brûlis : le « tetikala » des Masikoro du Sud-ouest de Madagascar, au dépens de la forêt sèche primaire (cliché J.-N. Salomon).

Planche II

Photographie 5 — La reconquête des zones dégradées par la perte des sols est très difficile. Seuls quelques heliophytes parviennent à s’installer sur ce « savoka » (végétation secondaire de reconquête) de l’île Sainte Marie à Madagascar (cliché J.-N. Salomon).

Photographie 6 — Défrichement pionnier dans un village de colons du Sud-Ouest du Cameroun (cliché S. Pomel).

Photographie 7 — Conséquence de la perte de la protection du manteau forestier : érosion des altérités et développement des lavaka (ravins d’érosion) sur les Hauts Plateaux de l’Imerina à Madagascar (cliché J.N. Salomon).

Photographie 8 — La forte turbidité des cours d’eau apparaît somme une conséquence directe de la perte en sols des bassins versants suite à la déforestation : cas de la Betsiboka à Madagascar (cliché J.-N. Salomon).

Planche III

Photographie 9 — Effet des bombes et des défoliants utilisés par l’armée américaine sur les forêts marécageuses du Viêt-Nam (cliché anonyme).

Photographie 10 — Versant oriental des Andes vénézuelienes. Après déboisement pour commercialiser le bois, un brûlis profond permet le développement d’un élevage extensif (cliché G. Réaud-Thomas).

Photographie 11 — Andes orientales du Venezuela. Maison en lisière forestière. Premier plan : culture du manioc et brûlis récent. Derrière la maison brûlis actuel faisant reculé l’orée forestière. Dans quelques années, les sols épuisés seront livrés à l’élevage extensif (cliché G. Réaud-Thomas).

Photographie 12 — Un exemple de forêt ombrophile : le Massif d’Ambre, Nord de Madagascar, (cliché J.-N. Salomon).

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search