Version classiqueVersion mobile

C’était demain : anticiper la science-fiction en France et au Québec (1880-1950)

 | 
Patrick Bergeron
, 
Patrick Guay
, 
Natacha Vas-Deyres

Partie IV. Journaux, revues et cinéma

Aux origines des genres : la fiction de Georges Méliès (1861-1938) ou le cinématographe dans tous ses états. Gros plan sur Le Voyage dans la Lune

Patricia Crouan-Véron

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À Thomas Crouan

Le Voyage dans la lune de Georges Méliès a été projeté pour la première fois en France en 1902. En 2011, ce même film a ouvert le festival de Cannes avant d’entamer un véritable tour du monde1. Cette version restaurée2 était accompagnée d’une bande son très contemporaine puisqu’elle était signée par le groupe français Air, notamment connu pour ses bandes originales des films de Sofia Coppola, Virgin Suicides, Lost in Translation, Marie-Antoinette3. Que s’est-il passé pendant les cent dix ans qui ont séparé ces deux projections ? Impossible de conter, ici, l’histoire de cette restauration de 260 mètres de pellicule, soit 13375 photogrammes mais il faut savoir qu’elle est aussi incroyable que celle de son génial réalisateur, G. Méliès. Mon propos est d’essayer de comprendre en quoi Méliès peut être considéré comme « un dieu caché de la science-fiction », pour reprendre le titre du précédent Eidôlon consacré à la science-fiction française des années 1950 à 2010....

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search