Version classiqueVersion mobile

La déforestation dans le monde tropical

 | 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Lexique

Texte intégral

1Accrétion : d’une façon générale, augmentation de volume d’un corps par adjonction de matière extérieure ; ici peut se traduire également par engraissement sédimentaire.

2Al : symbole chimique de l’aluminium

3Albedo : se définit ici comme l’ensemble des radiations réfléchies par la surface terrestre.

4Alcalis : hydroxydes d’un métal alcalin ; ex soude ou potasse.

5Altérité : terme général désignant le résidu d’altération d’une roche ; les altérités, partie décomposée de la roche se distinguent de la partie vivante et plus superficielle qui constitue le sol.

6Amorphisation : hydroxydes d’un métal alcalin ; ex. : soude ou potasse.

7Architecture : disposition, structure de quelque chose.

8Arènes : résidu meuble d’une roche.

9Argilanes : accumulations d’argiles à l’échelle microscopique dans un profil ou un sédiment.

10Bactéries : l’activité des bactéries dans un sol est souvent associée à des concentrations d’éléments chimiques métalliques ou non (Fe, S, N, Ca...). Les ferrobactéries se nourrissant de fer et provoquant des concrétions ferrugineuses. Les sulfatobactéries font de même avec le soufre et les nitrobactéries avec l’azote.

11Baiboho : sols alluviaux récents, profonds, humides et fertiles qui peuvent être régulièrement inondés par les crues de saison des pluies, et dans lesquels se maintient, en saison sèche, une nappe phréatique peu profonde.

12Biocénose : ensemble des organismes vivant dans un même lieu appelé biotope.

13Biodégradation : destruction d’un produit biodégradable.

14Biomasse : masse de matière vivante par unité de surface.

15Biotope : habitat ou micro-habitat d’une biocénose.

16Bioturbation : modification de la structure* (voire de la texture*) d’un sol par l’action des êtres vivants ; on parle de pédoturbation par les lombrics par exemple.

17B.P. : Before Present signifie avant 1950 dans les dates établies par 14C, date de la calibration du rapport 14C/12C dans l’atmosphère et qui sert de référence aux laboratoire ; par exemple 1000 ans BP= 1 000 ans avant aujourd’hui (1950).

18Bûchage : collecte de bois de chauffe.

19C-3 : les graminées tropicales (en particulier dans les savanes) ont des teneurs en 13C de la matière organique centrées vers - 13 pour mille.

20C-4 ; les autres plantes, dont toutes les essences arborées, ont des teneurs en 13C de la matière organique centrées vers - 27 pour mille.

21Catena : terme de morphopédologie* désignant une succession et une association de sols dépendant de la topographie (par exemple de la plaine à la montagne).

22C.E.C. : capacité d’échange cationique dans un sol.

23CH 4 : méthane.

24Chablis : arbre déraciné ou cassé par le vent.

25Chaleur latente : chaleur libérée par un changement d’état physique.

26Classement : paramètre indiquant le tri granulométrique d’un sédiment qui est fonction de la capacité des agents de transport.

27Clastes : petits fragments de roches.

28Climatomètre : enregistreur de paramètres climatiques dans un sol ou un sédiment. Les concrétions par exemple enregistrent certains paramètres du climat comme l’activité CO2 en relation avec l’activité thermique, des sols et de la végétation...

29Colloïdes : particules très petites (quelques micromètres) de substances diverses restant suspendues dans l’eau en fonction de la tension superficielle de celle-ci, de sa viscosité, et de la charge électrique des particules.

30Compactage (compaction) : évolution vers un état compact par l’action naturelle du tassement des sols ou des roches au cours du temps.

31Compétition : mise en concurrence simultanée de plusieurs individus pour obtenir divers avantages.

32Compétitivité : caractère de ce qui est compétitif.

33Complantées : technique agraire de cultures sous couverts plantés d’arbres nourrissant le sol ou le protégeant contre l’érosion pluviale ou éolienne et servant d’ombrelle thermique.

34Contaminations solides : particules atmosphériques (éoliennes ou volcaniques) ou turbides qui alimentent les sols ou les sédiments et sont des traceurs du fonctionnement des paysages. Les contaminations servent souvent de chaîne de nutrition aux bactéries ou de vecteur aux maladies.

35Convection (activité convective) : courants lents dus à des différences de densité provoquées par des différences de température à l’intérieur d’un sol.

36Couverture : recouvrement d’un massif calcaire par des produits non calcaires (nappes de charriage ou d’épandage) souvent peu perméables et dont la compresse humide est facteur d’altération et de karstification.

37Cu : symbole chimique du cuivre.

38Cutanes (coiffes, revêtements, enduit) : accumulations de matériel fin dans un sol. On distingue des cutanes d’argiles ou de limons, de fer ou de calcite.

39Cycle phénologique : (de phen = paraître) cycle des variations saisonnières.

40Décantation : processus de sédimentation par densité des dépôts fins lors de l’inondation.

41Décidues : qualifie la forêt à feuilles caduques ou forêt caducifoliée.

42Désaturation : processus aboutissant à la formation d’un sol désaturé c’est à dire dans lequel il existe une proportion plus ou moins importante d’ions H+ parmi les ions fixé (ex : sols lessivés, podzols).

43Domestication : action de domestiquer. Rendre domestique une espèce sauvage.

44Échelle : suite de degrés de niveaux différents se succédant progressivement.

45Écosystème : unité élémentaire de la biosphère constituée par une partie de l’espace qui présente un caractère d’homogénéité. Au sein d’un écosystème se déroule une série de cycles étroitement liés.

46Édaphiques (conditions) : les facteurs édaphiques sont ceux qui dépendent des propriérés du sol et des roches sous-jacentes à l’égard des êtres vivants.

47Effet de serre : effet de réchauffement lié à la présence de certains gaz dans l’atmosphère comme le gaz carbonique.

48Endémisme : caractère des organismes vivants dont l’aire est localisée sur un seul territoire quelle que soit l’étendue de ce dernier.

49Enregistreur : milieu assurant la sauvegarde des informations sur le fonctionnement de l’environnement* ; une dépression, un lac, un poljé, une cavité enregistrent un certain nombre de paramètres et assurent un tranfert de l’information au cours du temps. Cette fonction « boîte noire » est nécessaire pour toutes les études des environnements anciens.

50Environnement (s.s.) : ensemble des données naturelles ou artificielles qui conditionnent la vie et la survie des espèces vivantes, dont l’homme.

51Epidémiologie : étude des facteurs déterminant la fréquence et la distribution des maladies.

52Eutrophisation : apport exagéré d’éléments nutritifs dans une formation aquatique conduisant à un développement végétal (ou animal) incompatible avec la dynamique de cette formation, notamment en diminuant les possibilités de réoxygénation. Les nitrates et les phosphates sont les principaux responsables de l’eutrophisation.

53Évapotranspiration : diffusion de vapeur d’eau dans l’atmosphère à partir d’une surface végétalisée. L’évapotranspiration dépend du climat, de l’hydrologie du sol, et des particularités des plantes.

54Fente : forme de retrait dans un matériau ; leur forme donne des indications à la fois sur la texture (contenu en argile), sur les processus (dessication / hydromorphie) et sur les étapes (fentes ramifiées indiquant plusieurs générations).

55Ferrallitique (sol) : sol rouge, jaune ou violet tropical humide riche en fer et alumine, et pauvre en silice, pouvant évoluer en croûte dure (cuirasse ferrallitique). La plupart des sols ferrallitiques sont des paléosols car dans la zone tropicale humide actuelle ne se forment que des podzols tropicaux.

56Ferrobactéries : voir bactéries.

57Fersiallitique (sol) : sol rouge méditerranéen ou tropical sec à saisons contrastées riche en hydroxydes de fer et d’aluminium (ne donne pas de croûte).

58Filtre : dispositif permettant de séparer divers éléments.

59Fonction transfert : fonction de conservation et d’enregistrement des conditions du milieu. Les sédiments d’un lac par exemple enregistrent des informations sur le climat local et la pluviométrie.

60Forêt dense ou sempervirente : du latin semper (= toujours) et virente (verte). Forêt tropicale humide dont les frondaisons sont jointives, pluristrates et à sous-bois obscur. Elle s’étend surtout dans les cuvettes amazonienne et congolaise.

61Forêt galerie : forêt dense qui forme de longues bandes de part et d’autre d’un cours d’eau de savane.

62Forêt sèche : forêt dont la strate arborescente est normalement assez dense. Les troncs sont massifs et les couronnes larges. Les feuilles sont le plus souvent petites et caduques. Le sous-bois est encombré d’arbustes xéromorphes et la state herbacée est maigre.

63Fulviques (acides) : acides organiques présents dans les sols.

64Géophage : organisme qui se nourrit en mangeant de la terre.

65Géosystème : ensemble des données naturelles qui conditionnent la vie dans un paysage, avec ses compartiments (amont-aval) et ses agents (sols-végétation-eau).

66Gigatonne : million de tonnes.

67Gondwana : (continent de) du nom d’une région du Dekkan (Inde). Masse continentale d’un seul tenant du Carbonifère au Trias et maintenant dissociée en plusieurs morceaux (Brésil, Afrique, Madagascar. Inde Australie, Antarctique).

68Grain : un des constituant d’un sol défini par sa taille et s’opposant à la matrice*. Dans les sols les grains constituent le squelette composé d’un ou plusieurs minéraux différents.

69Granoclassement : terme de granulométrie désignant la répartition de la taille des éléments par lits dans un sédiment.

70Grégaires (espèces) : individus de même espèce ayant tendance à se regrouper.

71Grumeleuse (texture) : texture d’un sol dans lequel de petits amas très réguliers sombres sont présents. En général il s’agit souvent d’une aglutination par la matière organique* des éléments fins.

72Hadley (cellule de) : cellule de circulation de l’air dans la haute atmosphère en région tropicale.

73Héliophytes : plantes demandant beaucoup de lumière et adaptées à un fort ensoleillement.

74Homométriques (éléments) : éléments ayant tous la même taille.

75Horizon : en pédologie, couche de sol plus ou moins parallèle à la surface et se différenciant des autres couches par ses caractères et ses propriétés : épaisseur, couleur, texture, structure, cohésion, caractéristiques chimiques, biologiques et minéralogiques.

76Humus : colloïde organique du sol ; fraction décomposée et transformée de la matière organique. S’emploie souvent pour désigner la matière organique globale.

77Hydrolyse : décomposition chimique d’un corps sous l’action de l’eau. C’est un processus important de la pédogenèse et de l’altération.

78Hydromorphie : caractérise les lieux humides, par exemple les fonds de dépressions mal drainés (sols hydromorphes). Les horizons hydromorphes sont souvent caractérisés par une accumulation d’argiles et l’apparition des tâches de fer sous forme réduite (gris, bleu ou vert).

79Hygrophile : en biogéographie : qui aime l’humidité.

80Impluviomètre : désigne un réceptacle naturel (ex : dépression) qui enregistre le régime pluviométrique par le dépôt de sédiments ; en ce cas le taux de sédimentation est directement en relation avec les paramètres climatiques et le bilan évaporatoire du secteur.

81Indicateur : éléments dans un sol ou un sédiments qui caractérisent les conditions exactes de fonctionnement du milieu. Les lits répétitifs de charbons de bois ou de cendres sont indicateurs de feux et d’incendies intentionnels. Il existe des indicateurs* spécifiques du fonctionnement climatique et des actions anthropiques. L’étude des indicateurs fiables est l’un des domaine de recherche en pleine expansion.

82Inondation : phénomène exceptionnel de mise en eau qui permet la décantation* des sédiments fins contenus dans les eaux.

83Lamines : système de sédimentation pelliculaire dans les dépôts de décantation. Les lamines sont souvent organisées en doublet qui caractérisent les régimes saisonniers. L’étude des lamines permet de caractériser les saisons lors de la mise en place du dépôt.

84Latérisation : processus amenant la formation de latérite (sol ferralitique).

85Limniques (dépôts) : caractérise les dépôts se formant dans un lac (la limnologie est la science des lacs).

86Litière : en pédologie il s’agit de la couche supérieure de l’horizon. Elle est constituée de débris végétaux non ou très peu décomposés.

87Macrorestes : restes végétaux (tissus, graines, bois, phytolithaires*. charbon de bois* etc...) qui sont conservés dans les sols et qui donnent des indications sur les plantes cultivées (carpologie), les bois brûlés (anthracologie*) et donc des indications à la fois climatique et de domestication des paysages par l’homme.

88Mangrove : formation arborescente composée de palétuviers et caractéristique des littoraux lagunaires et vaseux de la zone intertropicale.

89Matière organique : éléments décomposés d’organismes vivants (surtout végétaux) riches en carbone qui se forme à la surface du sol et donne un horizon d’humus. Bactéries* et microfaune contribuent par leur digestion à transformer la litière en humus. Les particules transitent ensuite dans les eaux et se retrouvent piégées dans les sédiments.

90Matrice (ou masse basale, masse de fond) : désigne le matériau fin qui remplit les interstices entre les grains et qui se dépose en même temps qu’eux dans les sols.

91Mélanisées (matières) : caractérise les matières organiques* brûlées dans un sol : la métallisation est une minéralisation de la matière organique et en particulier des composés organiques de fer qui deviennent hydrofuges (repoussant l’eau) et stables.

92Mesophile : organisme vivant dont les besoins en eau (dans le sol) et en humidité sont modérés. Ex. : la forêt mésophile.

93Métapédogenèse : phase extrême de transformation d’un sol par des processus poussés dans lesquels la végétation joue un rôle secondaire.

94Mg : symbole chimique du magnésium.

95Micromorphologie : discipline d’analyse non destructive étudiant des sols ou des sédiments à l’échelle microscopique. La micromorphologie fait appel aux notions de géométrie dans l’espace et essaye de reconstituer les conditions du dépôt et les évolutions sur place.

96Micropédologie : étude de l’organisation (structure et texture) du sol à l’échelle microscopique.

97Microséquence : succession ordonnée suivant la microstructure et pouvant se répéter ; les microséquences indiquent des succession ou des rythmes dans les conditions de dépôt.

98Morphopédologie : partie de la géomorphologie étudiant les sols en rapport avec l’organisation du relief (voir notion de catena). La morphépédologie intègre le fonctionnement colluvial du sol et les notions de chrono-catena (séquences de sol en profondeur) et de bio-catena (relation sols-plantes).

99Mosaïque : tissu agraire complexe en relation avec une parfaite connaissance des potentialités végétales et pédologiques et des conditions écologiques et climatiques.

100Mousson : la mousson est un phénomène climatique dynamique saisonnier de franchiment du front intertropical (FIT) au-delà de l’équateur. La mousson tropicale malaise d’été est ainsi la pénétration de l’air océanique humide en Asie du Sud-Est et en Chine du sud. C’est ce phénomène qui étend la « zone tropicale » (s.l.) bien au-delà des limites intertropicales en Asie. La mousson d’été alterne avec une mousson d’hiver fabriquée par l’expansion de l’anticyclone centré sur le massif de l’Himalaya.

101Munsell (code) : code couleur raisonné qui caractérise un sol ou un sédiment en intensité de teintes et en chroma. Les couleurs sont des indicateurs de composition chimique : la couleur rouge caractérise la présence de fer oxydé — hématite (le fer réduit étant marqué par des teintes grises, bleues ou vertes) ; le noir ou le gris, marquent la teneur en matière organique ; le blanc indique la teneur en roche calcaire ou en carbonates ; le jaune signifie la présence de limons ou de certains type de fer (goethite).

102N2O : oxyde d’azote, un des composés gazeux des sols.

103Nébulosité : elle exprime la proportion de ciel couvert de nuages.

104Nécrose : mortification, gangrène d’un tissu.

105Néogenèse : transformation chimique aboutissant à la formation d’un autre minéral.

106Néolithique : période récente (depuis un peu plus de 10 000 ans) qui caractérise la domestication des paysages par les sociétés humaines, avec plusieurs avancées techniques caractéristiques : agriculture, arboriculture, élevage, artisanats etc...

107Néolithisation : phénomène de domestication des paysages et d’apparition d’une agriculture plus intensive qui remplace peu à peu les stades de chasse ou de cueillette.

108Néphéliniques (pluies) : (gr. nephelé = nuage). Pluies liées à la saturation des nuages.

109Nitrates : sels de l’acide nitrique. Il existe des nitrates de soude ou de potasse naturels (guano des chauve-souris ou des oiseaux) ou artificiels (nitrates de chaux et nitrates d’amoniaque). Les nitrates sont des engrais remarquables et sont utilisés pour fabriquer la poudre (salpêtre). Ils sont souvent fixés par certaines plantes qui fonctionnent avec le gaz azote.

110Nodules : éléments à limite nette, avec une ségrégation des composants qui le différencie du matériau encaissant et contenant des débris de squelette*. Les nodules sont souvent caractérisés par leur forme ramassée plutôt arrondie. Les nodules peuvent se former in situ, être légèrement déplacés ou venir d’ailleurs.

111Nutriments : aliments susceptible d’être assimilé directement pour la faune ou les bactéries* dans un sol, un sédiment ou des eaux. On pense trop souvent que la nutrition de l’activité biologique est basée sur une consomation d’éléments en solution alors que les nutriments sont principalement solides (voir turbides et poussières).

112Ombrophile : organisme vivant adapté à une forte humidité. Ex : la forêt ombrophile.

113O.P.S. : Organisation Pelliculaire de Surface dans un sol. Ces organisations minimales par des processus biotiques, chimiques, minéralogiques ou granulométriques sont essentielles pour expliquer la fixation ou la déstabilisation des sols.

114Oxydation : de façon générale, il s’agit de la perte en électrons d’un atome et plus particulièrement ceux d’oxygène, ou bien d’un apport en hydrogène, dans une substance. C’est un mécanisme important de l’altération se traduisant souvent par une coloration rouge des sols.

115Paléoclimatologie (paléoclimats) : discipline qui étudie les climats du passé à partir des enregistreurs* et des indicateurs* naturels. L’étude des carottes glaciaires ou océaniques a permi de faire un grand pas en ce domaine en permettant d’établir des courbes des paléotempératures avec les cycles de variation des isotopes de l’oxygène, du plomb, du soufre, du carbone etc... Actuellement les recherches s’orientent vers l’étude des paléoclimats enregistrés dans les sédiments continentaux.

116Paléopédologie : étude des anciens sols ou paléosols. Les vrais paléosols se distinguent des sols enterrés par la connaissance de leur durée d’évolution et la faible action de l’effet cumulatif du temps sur leur transformation (sols intervolcaniques par exemple).

117Pathologie : science des causes, des symptômes et de l’évolution des maladies.

118pCO2 : pression partielle en gaz carbonique (exprimée en %).

119Pédofaune : faune située dans les sols qui contribue au turn over* et à la maturation et à la transformation de la matière organique*, ainsi qu’à la remontée en surface de matières fines (cas des termites).

120Pédostructures : structures et types d’organisation des éléments d’un sol à l’échelle microscopique.

121Pellet : terme anglais qui désigne une pelote fécale de forme sphérique contenant le la m.o.

122pH : échelle de 1 à 10 de mesure des interactions entre la solution et les constituants organo-minéraux d’un sol : l’acidité est caractérisée par un pH compris entre 2 et 6,5 et la basicité par un pH en général supérieur à 7.

123Phanérogames : plantes se reproduisant par des fleurs et des graines.

124Phréatique (zone) : partie profonde d’un sol, d’un sédiment ou d’un réseau karstique émergé dont la porosité* est occupé par l’eau de la nappe. Cette eau stagnante à faible vitesse de déplacement conduit à la formation de ciments.

125Phréatophytes : végétaux puisant l’eau dont ils ont besoin dans la nappe phréatique et généralement dotés de racines profondes.

126Phytochories : caractères de dissémination des espèces végétales ; certaines sont zoochores car dispersées par les animaux, d’autres par le vent (anemochorie).

127Phytolites ou phytolithaires : petits éléments siliceux de plantes (tiges et feuilles) rencontrés dans les sols. Les tests siliceux sont souvent les seuls restes végétaux conservés dans les sols tropicaux très altérants et lessivants. Les phytolithaires sont de remarquables fournisseurs de silice* dans ces sols et ils contribuent certainement à la dynamique particulière de la silice, à l’acidité des nappes, à la pédogénèse ferrallitique* et à la néogenèse des silicates.

128Phytopathologie : étude des maladies des plantes.

129Plasma : partie mobilisable ou ayant été mobilisée et réorganisée et/ou concentrée par des processus pédologiques. Le plasma comprend tous les matériaux minéraux ou organiques, de la taille des colloïdes pouvant être solubles mais qui ne sont pas liés aux grains* du squelette*.

130Plasmique (structure) : structure amorphe de la matière minérale, sans orientation, visible au microscope.

131Plinthite : désigne un horizon argileux bariolé versicole en tâches de plusieurs types de fer et de manganèse, caractéristique de certains sols tropicaux humides.

132Podzol : sol gris d’aspect cendreux, caractérisé par des horizons lessivés et un pH acide.

133Polycyclique : matériau avec superposition ou imbrication de cycles se répétant : cycle sisonnier, cycle sédimentation / pédogenèse, cycle chimique / cycle biologique, cycle glaciaire / interglaciaire, cycle mousson* humide / mousson sèche, etc.

134Polygénique : matériau dont l’origine complexe ne peut s’expliquer que par la répétitivité de cycles ou de phases différentes.

135Polysaccharides : type de sucres fabriqués par les racines.

136Poussières : éléments solides transportés par voie atmosphérique et alimentant les sols et les dépôts. Les volcans, les déserts, les marges des calottes glaciaires sont de grands fournisseurs de poussières. Les poussières sont indicateurs des pollutions urbaines ou de l’érosion des sols. De nombreux éléments sont ainsi restitués aux océans par les continents et à d’autres zones climatiques.

137Progradation : pour un delta, avancée progressive vers le large par alluvionnement.

138Protoculture : premier stade de culture de plantes chez les populations de la Préhistoire.

139Pyroclimax : climax conditonné par la fréqence des incendies.

140Pyrophytes : végétaux adaptés à la fréqence des feux.

141Pyrotolérant : végétal susceptible de survivre à des feux s’ils ne sont pas trop fréquents ou trop intenses.

142Quartz : cristal commun de SiO2 qui compose bon nombre de roches sédimentaires (grès), cristallines (granités, quartzites) ou métamorphiques (schistes cristallins). Le quartz peut recristalliser lors de l’altération de roches et donner des croûtes.

143Ray, shifting cultivation, tavy, jinga, tetikala, loudang ou milpa : agriculture sur brûlis.

144Recrû : rejets qui se forment spontanément après la destruction ou l’exploitation d’une coupe de bois.

145Réduction : en chimie, réaction dans laquelle on enlève l’oxygène à un corps qui en contient.

146Refuge : zone de survie* qui sert de forteresse naturelle pendant les périodes d’insécurité (guerres, troubles sociaux). Les refuges sont des entités naturelles spécifiques. Ils ont permis le développement d’un irrédentisme puissant, une sorte d’endémisme social ou ethnique.

147Resaturation : propriété d’un sol à récupérer son pouvoir de saturation, i-e de capacité de dissolution et d’absorption.

148Rétention : immobilisation d’un corps qui se trouve alors conservé.

149Rétroaction : effet rétroactif (synonyme : Feed-back).

150Revêtement : voir cutanés, enduit, voile.

151Rhexistasie : phase de déséquilibre (climatique et/ou tectonique) provoquant la destruction du couvert végétal et des sols (par opposition à la biostasie = équilibre de la végétation et des sols). Les périodes de rhexistasie sont surtout caractérisées par l’érosion alors que les biostasies permettent le développement de sols.

152Ripisylve : bordure boisée des cours d’eau ; cette usine végétale possède un système racinaire développé qui sert de fixateur, de filtreur et d’épurateur pour les paysages. La suppression des ripisylves a des conséquences catastrophiques dans la baisse des fonctions épuratrices. Ne pas confondre avec la forêt-galerie.

153S : symbole chimique du soufre.

154Satuconcentration : concentration en éléments fins par saturation des horizons superficiels d’un sol.

155Sciaphytes : végétaux adaptés à une faible lumière, à l’ombre.

156Sclérophylle : plante à feuillage coriace et dur, vernis en surface.

157Secondaire (ère) : deuxième partie des temps géologiques d’une durée d’environ 160 millions d’années.

158Semi-décidue : en partie décidue. Décidue : relative aux plantes dont les feuilles tombent selon un rythme saisonnier.

159Sempervirente : se dit d’une forêt dont le feuillage ne se renouvelle pas selon un rythme saisonnier et qui apparaît toujours verte.

160Seringueros : forestiers de l’Amazonie collecteurs du latex de l’hévéa.

161Silice : SiO2 présent sous forme cristallisée de quartz, microstrallisée d’opale* ou de calcédoine et de silice +/-amorphe. La silice entre dans la composition de nombreuses roches sédimentaires, métamorphiques, cristallines ou volcaniques et son rôle est fondamental dans la dynamique de la fabrication des squelettes vivants. Dans les sols tropicaux la silice participe abondament à la néogenèse des silicates et à l’acidité des profils.

162Silts : terme anglais désignant les limons fins (4 à 62 microns).

163Solum : ensemble des horizons fonctionnels (en général les horizons A et B) de la partie vivante d’un sol, considéré comme un organisme.

164Soudure (faire la) : satisfaire aux besoins des consommateurs à la fin d’une période comprise entre deux récoltes.

165Soufre : élément naturel présent sous forme oxydée et entrant dans la composition de nombreux corps (sulfates et sulfures) dont le gypse et la pyrite. Présent dans des veines de charbon sulfureux, il est l’un des contaminants majeurs en aérosols et en poussières et provoque des irritations des muqueuses respiratoires.

166Squelette (ou grains* du squelette) : au microscope le squelette désigne l’ensemble des éléments (grains de roches, fossiles...) séparés ou noyés par un ciment. Le squelette d’un sol est composé des grains individuels, assez stables, mais facilement déplacés, concentrés, redistribués, de taille supérieure aux colloïdes.

167Stratification : disposition des couches ou des étages. Il y a stratification lorsque des couches de nature différente se superposent.

168Structure : organisation d’un sol marquée par des ensembles géométriques souvent visibles à l’œil nu. On distingue une structure en plaquettes ou polyhédrique qui indique la teneur en argiles et des structures motteuses ou grumeleuses indicatrices des teneurs en matière organique.

169Sulfato-bactéries : voir bactéries.

170Survie : ensemble des stratégies face au milieu dans des conditions extrêmes. Dans le monde rural, la survie procède d’une utilisation parfaite des conditions du milieu et de l’invention de techniques adaptées aux ressources. Les montagnes sont des milieux de survie exceptionnels et sont les témoins d’une longue histoire enclavée.

171Sylvigenèse : ensemble des conditions de la formation et du développement de la forêt.

172Tavy : culture itinérante sur brûlis sur la côte Est de Madagascar.

173Tempoketsa. Vastes plateaux savanisés du centre-nord de Madagascar.

174Tephra (tephrochronologie) : les tephra sont des éléments volcaniques éjectés lors des grandes éruptions comme autant de signatures de chaque volcan. Les volcans expulsent sur plusieurs centaines voire milliers de km, plusieurs km3 de produits. La téphrochronologie est la discipline qui étudie ces traceurs chronologiques et le déplacement des masses d’air (fonctionnement des saisons, des vents et des moussons).

175Texture : mode d’agencement des composants minéraux élémentaires dans un sol ou un sédiment. La texture est synonyme de granulométrie, texture argileuse, limoneuse, sableuse, limono-argileuse, sablo-argileuse, argilo-sableuse, sablo-limoneuse, etc.

176Thermocline : limite nette de température dans un milieu aquatique (lac, mer...).

177Troposphère : étage de l’atmosphère au contact de la terre. La troposphère se divise en atmosphère libre supérieure à 3 km, peu turbulente, et une atmosphère géographique entre le sol et 3 km.

178Turbide : composant solide fin dans les eaux. La charge est un indicateur des déstabilisations du milieu durant les périodes d’agression climatique ou anthropique et renseigne sur la couverture végétale, les sols et la pollution. De nombreux éléments sont composés de charbon de bois, de reliquats de sols, de tissus végétaux et de particules métalliques (billes de carbone émis par les voitures, déchets des industries).

179Turn over : fonction de renouvèlement de la m.o. dans les horizons superficiels d’un sol, liée principalement à l’activité de la pédofaune. L’enfouissement des horizons de surface dans les sols tropicaux est surtout dûe à la faune du sol.

180Usufruit : droit d’utiliser et de jouir des fruits d’un bien dont la propriété appartient à un autre.

181Varvés (sédiments) : caractérisent des dépôts rythmés, les couples de lamines ayant généralement une signification annuelle (alternance saisonnière).

182Verse : accident de végétation par lequel les tiges sont couchées à terre. Les causes peuvent être variées : climat, maladies, piétinement.

183Vertique (structure) : horizon d’engorgement dans un sol, avec accumulation d’argile et apparition de formes de contraintes. Un vertisol est un sol situé à l’aval, en mileu confiné ou engorgé, riche en argiles gonflantes (mont-morillonites).

184Voile : fine pellicule d’algues qui fixent la surface d’un sol.

185Zn : symbole chimique du zinc.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search