Version classiqueVersion mobile

C’était demain : anticiper la science-fiction en France et au Québec (1880-1950)

 | 
Patrick Bergeron
, 
Patrick Guay
, 
Natacha Vas-Deyres

Partie III. Figures et genres de la conjecture

L’incubation totalitariste dans la littérature d’anticipation française de l’entre-deux-guerres : le cas exemplaire de La fin d’Illa de José Moselli

Alexandre Marcinkowski

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Peu d’auteurs français d’anticipation scientifique semblent avoir été conscients de la puissance de l’État incarné par un seul individu ou par une oligarchie aux méthodes radicales pour le contrôle des masses, au moment même où survenait le totalitarisme, dans l’Europe de la première moitié du XXe siècle. Il faut rappeler que l’empreinte traumatique de la guerre de 1914- 1918, la révolution bolchevique, la confrontation idéologique et militaire entre communisme et fascisme, le rôle toujours croissant de la technologie, ont laissé des traces durables et visibles d’une profonde désillusion dans certains récits dystopiques. L’idée d’un XXe siècle incapable de réaliser, par le Progrès, le bonheur social va modifier les consciences. Et plus encore, l’idée d’une science toute-puissante, désormais synonyme de destruction, qui tombe aux mains d’un individu peu scrupuleux et avide de pouvoir absolu.

Tout au long du XIXe siècle, le mythe du savant fou, revigoré par la légende prométhéenne, est...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search