Version classiqueVersion mobile

C’était demain : anticiper la science-fiction en France et au Québec (1880-1950)

 | 
Patrick Bergeron
, 
Patrick Guay
, 
Natacha Vas-Deyres

Partie III. Figures et genres de la conjecture

Trois configurations du « voyage dans la causalité » dans la science-fiction française (Première moitié du xxe siècle)

Jean-Loup Héraud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On connaît les voyages dans le temps et l’espace comme une source inépuisable de variations dans les romans de science-fiction. C’est le cas par exemple de la mise en scène des paradoxes temporels inaugurés par Barjavel dans Le Voyageur imprudent (1943), mais aussi de l’extension des dimensions de notre monde à la quatrième dimension, de l’exploration des espaces galactiques, des voyages dans l’infiniment grand comme dans l’infiniment petit.

Jacques Spitz propose à travers l’intrigue de L’Œil du purgatoire publié en 19451 d’inaugurer une « troisième catégorie » : « Mais oui ! Pourquoi ne ferait-on pas des voyages dans la causalité2 ? » et de continuer ironiquement : « Tu voyages dans la causalité ? Eh bien, tu m’enverras des cartes postales3… ».

Le corpus choisi couvre trois domaines de la causalité étrangère à la causalité habituelle de notre monde : ceux des lois biologiques du vieillissement, des lois physiques de la gravité, des lois d’un progrès technologique sans faille dans les...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search