Version classiqueVersion mobile

La déforestation dans le monde tropical

 | 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Conclusion. Déforestation et développement

Texte intégral

1Revenons au principal constat : entre 15 et 20 M ha de forêt tropicale disparaissent chaque année et l’on ne voit guère de signe indiquant un endiguement de cette dynamique catastrophique.

I. ÉCHAPPER AUX IDÉOLOGIES ?

2Face à cela, deux types d’attitudes idéologiques sont fréquemment adoptées par les différents interlocuteurs.

A. Idéologie coloniale-néocoloniale, hégémonie économique et culturelle

3Tout d’abord celle que l’on pourrait qualifier en poussant le trait de « coloniale », « néocoloniale » ou « occidentale » selon les cas, et parfois liée aux intérêts des multinationales, ayant des appétits face aux espaces forestiers. Elle consiste à laisser entendre que la déforestation, par le biais des exploitations abusives de l’agriculture itinérante sur brûlis, de la pratique des feux de brousse récursifs, des fronts pionniers, des exploitations forestières (scieries), etc., est le lait de paysans irresponsables, à comportement de prédateurs et qui saccagent leur milieu de vie sans aucun souci de l’avenir. S’y ajoute un discours (contradictoire avec ce qui précède) exigeant l’exploitation de la ressource forestière, mais cette fois par le biais de sociétés d’exploitation (souvent étrangères et utilisant la complicité de nationaux influents) sous le prétexte d’exporter et de dégager des capitaux, ces derniers devant servir au développement du pays tout en fournissant des emplois. Bien que la réalité montre que ce n’est pas exact, finalement ce discours est bien relayé par les autorités des pays en voie de développement. En effet ces dernières protestent, souvent avec véhémence, contre les exigences de protection des organisations écologistes (par lois on concède la création de « parcs nationaux » ou de « réserves de nature ») et ceci au nom d’un développement nécessaire, lequel passerait forcément par l’exploitation à outrance des ressources forestières et foncières. Leur meilleur atout (démagogique) est de dire que les populations paysannes n’auraient pas d’autre choix (voir les débats du Congrès de Rio de 1992), ce qui est d’ailleurs vrai dans le contexte politico économico-social actuel. Ce faisant les bourgeoisies locales montrent parfaitement que leurs intérêts immédiats ont souvent partie liée à ceux des multinationales. Ensemble, elles trouvent leur intérêt dans la situation actuelle, et ne cherchent guère d’autres alternatives, bien au contraire. Bref, cette attitude revient en schématisant, à opposer développement et environnement. Le discours est le suivant :

4si l’on veut se développer il faut exploiter sans tenir compte des problèmes d’environnement, lesquels sont un luxe de pays riches que l’on ne peut se permettre.

5Ce discours est celui adopté par les autorités brésiliennes, indonésiennes ou africaines qui, depuis longtemps, font fi des intérêts des populations locales, la course au développement servant d’alibi au sacrifice de ces populations (et notamment des amérindiens d’Amazonie), et au massacre de la forêt. Le développement des immenses plantations de canne à sucre au Brésil, s’inscrit au contraire dans une logique absurde mais profitable à une oligarchie foncière et scandaleusement rapace : les grands propriétaires encouragent dans un premier temps les pionniers sans terre et misérables à défricher la forêt pour y pratiquer diverses cultures vivrières puis après quelques années (les sols ayant perdu de leur fertilité) les en chassent sous différents prétextes pour y développer un élevage extensif. Enfin, dans un certain nombre de cas, l’élevage cède la place aux grandes plantations de canne à sucre indirectement subventionnées par le développement des carburants « écologiques » à base d’alcool ! La monoculture de la canne, notoirement surproductrice, remplace l’écosystème forestier sans pour autant satisfaire les besoins essentiels de l’immense majorité des paysans, tout en hypothéquant sérieusement l’avenir y compris celui des métropoles urbaines envahies de déracinés (Saõ Paulo). Il est vrai qu’elle est à la base de l’enrichissement éhonté d’une petite oligarchie de grands propriétaires fonciers.

6Les notions de ressources non renouvelables, de capital nature, de pollution, voire d’investissement et d’entretien, etc., ne peuvent donc être prises en compte, au nom d’une urgence plus impérative, celle de la satisfaction de besoins immédiats pour le plus grand nombre ou de l’enrichissement rapide de quelques uns. Pourquoi donc remettre en cause une situation qui, dans l’immédiat, permet encore aux populations rurales de survivre (et de se soulager, pour les classes dominantes, d’une certaine pression sociale), et aux oligarchies de profiter à plein des dernières ressources forestières ?

B. Idéologie tiers-mondiste ou néo-rousseauiste

7À l’opposé, toute une littérature que nous qualifierons à la fois de « tiers-mondiste » et de « néo-rousseauiste » attribue tous les maux actuels des pays en voie de développement à des causes exogènes et notamment à l’intervention occidentale sous ses différentes formes, d’abord directe par le biais des colonisations, puis plus indirecte par le biais des réseaux financiers, commerciaux, politiques et plus rare ment industriels. En clair, avant les chocs culturels induits par la rencontre de civilisations différentes, nombre de pays tropicaux au raient vécu dans une harmonie parfaite avec un développement d’agricultures savantes et de modes de production parfaitement intégrés dans des milieux naturels peu soumis à des altérations à la fois légères et temporaires. D’où un grand nombre d’écrits, souvent de qualité, relatifs aux « sagesses paysannes » et à leurs savoir-faire (LEACH M. et MEANS R., 1996 ; no « Environnement et développement », C.O.M.. 1997). Et l’on croit souvent que la civilisation moderne a l’apanage des nuisances écologiques, si bien que beaucoup souhaitent (du moins le disent) revenir au prétendu respect avec lequel nos Anciens auraient entretenu la nature. Le jardin d’Éden a succédé dans la mythologie occidentale à l’Âge d’or, époque bénie où les hommes auraient vécu en parfaite harmonie avec leur milieu naturel. Cette utopie est maintenant bien mise à jour par de nombreux travaux de géoarchéologie, menés par exemple dans la Grèce ancienne (RUNNELS, 1995). À partir de là, le pas est vite franchi consistant à affirmer que les crises environnementales actuelles du monde tropical ont été importées de l’extérieur et donc que l’on doit absolument exonérer les populations locales de toute responsabilité quant à ces dernières. Nombre d’O.N.G. ont succombé à cette tentation et diffusent cette idée bien pratique aussitôt reprise par les intelligentsia nationales :« si cela va mal, c’est la faute aux pays riches occidentaux et à leurs multinationales ; nous n’avons pas de leçon à recevoir des pays occidentaux qui sont les plus grands pollueurs de la planète ; qu’attendent-ils donc pour financer des programmes de développement seuls susceptibles de résoudre les problèmes des paysanneries ? ».

8C’est bien sûr oublier le rôle de complicité des bourgeoisies nationales souvent au pouvoir depuis de nombreuses décennies, et évoqué ci-dessus. Ces dernières s’emparent de cet alibi pour perpétuelles exploitations en toute quiétude, tout en se donnant une certaine bonne conscience

C. Réalisme et prise en compte des données naturelles endogènes

9Une véritable gestion de l’environnement ne pourra être entreprise que lorsque les véritables enjeux auront été dégagés de cette « idéologie » pseudo-écologique, souvent bureaucratique et véhiculée par nombre d’acteurs (O.N.G., Églises, partis politiques, syndicats, associations locales, etc.).

10Nous n’irons pas plus loin dans la caricature tant il est vrai que ce chemin nous entraînerait très vite sur la voie d’une polémique à la fois facile et stérile (tant la question des rapports Nord-Sud est complexe). Notre opinion est simplement de dire que tant que ces deux attitudes persisteront, c’est à dire que tant que l’on raisonnera en terme de culpabilité et d’opposition environnement-développement, aucun progrès dans la réflexion, et surtout dans l’action, ne pourra être accompli. La réalité c’est que pendant que nombre de beaux esprits et d « experts » de tous bords débattent et s’exonèrent à bon compte par la culpabilisation des autres, 15 à 20 M ha de forêt disparaissent par an avec les conséquences qui en découlent. Dès lors pour agir, il faut rester le plus possible objectif, c’est à dire réaliste et scientifique, le principal problème étant l’intégration des Études entre elles, principalement de celles qui portent sur le milieu naturel et de celles qui sont relatives aux aspects humains.

11Cela consiste dans un premier temps à développer nos connaissances du milieu écologique, des groupes humains qui y vivent ainsi que des systèmes de mises en valeur pratiqués. Par exemple, il faut s’efforcer d’évaluer de façon précise les superficies forestées et déforestées (c’est maintenant possible grâce à l’imagerie satellitaire), puis de tenter (tant que cela est possible) de dresser l’inventaire des ressources animales, végétales et humaines (vaste programme qui ne sera vraisemblablement pas réalisé par inconscience face aux enjeux, manque d’intérêt de nos politiques et de l’opinion publique, manque de chercheurs et de ressources financières).

12Dans un deuxième temps il faudrait établir un diagnostic sur la nature et la sévérité des contraintes, mais aussi déterminer les tendances évolutives. Il faut ainsi, non seulement comprendre pourquoi il y a déforestation et ce qui se passe sur le plan naturel, mais aussi en conséquence sur les plans socio-économique et culturel pour les populations concernées. Les pages qui précèdent montrent qu’un énorme travail reste à faire dans ce domaine. Ce n’est que lorsqu’on aura une idée des processus que des esquisses de solutions pourront être proposées et testées.

13Enfin, cela passe par des propositions de solutions c’est à dire d’alternatives aux situations actuelles. Mais nous pouvons penser qu’il n’y aura pas de développement harmonieux des pays tropicaux en voie de développement si la question environnementale en est exclue. La protection de l’environnement ne doit pas être considérée comme un luxe qui serait uniquement l’affaire des pays riches, mais au contraire comme une condition nécessaire et inhérente au développement des pays tropicaux. Or le problème le plus grave est celui de l’urgence : des dégâts, d’ores et déjà irréversibles, ont été effectués, et de nombreuses hypothèques sur l’avenir ont été prises.

14La plupart du temps les divers projets relatifs à l’environnement ou au développement sont élaborés par des instances avec l’aide des diverses disciplines scientifiques à tendance naturaliste, ou bien relatives aux sciences humaines (rarement les deux à la fois). Dans les deux cas les rapports intervenant entre nature et société sont négligés. Tout aménagement doit prendre en compte les facteurs écologiques, sociaux et économiques (BUSCHBACKER, 1990). Il est d’ailleurs paradoxal que les géographes soient la plupart du temps absents de ces programmes alors que par essence la discipline géographique s’attache à l’analyse de ces rapports. Le recours à cette discipline devrait permettre une meilleure coordination et mieux utiliser des concepts maîtrisés et usités par les géographes depuis longtemps et que certains semblent découvrir, en vue surtout d’obtenir un monopole sur les programmes financés qui touchent à l’Environnement.

15Les projets sont aussi trop souvent entachés de visées technocratiques et fonctionnalistes. Ils sont effets d’une culture hégémonique basée presque exclusivement sur l’économique et un possibilisme utopique de type prométhéen où le travail est une mission divine visant à une maîtrise optimale de la nature. L’homme est supposé dominer la nature et le symbolique n’aurait aucune valeur économique (DE BOECK et DEVISCH, 1995). L’être humain serait exclusivement homo economicus et entrepreneur bourgeois, la production matérielle unique projet, alors que les rapports de parenté constituent le cœur des civilisations africaines. Cette production d’une culture est une vision d’efficacité toute relative quand on examine les effets de la déforestation et les incapacités d’assumer toutes les conséquences écologiques et sociales des innovations agro-économiques. Nombre d’activités visant la modernisation, la croissance et la libération, entraînent une dépendance et une paupérisation croissante des populations. Argent, capital, marchandises, consommation, compétition, plus-value, croissance, notion linéaire du temps — minutage, planification, prospection — forment l’arsenal conceptuel du Développement qui prétend fournir des solutions et inspire des stratégies. Cette vision urbaine occidentale, prive des groupes humains de leur sagesse, de leurs richesses et représente une Idéologie normative et impérialiste (DE BOECK et DEVISCH, 1995).

16La gestion des forêts et l’agriculture faisaient partie d’un champ social et culturel bien spécifique et étaient enracinées dans une histoire et une écologie déterminées. Les acteurs locaux devancent toujours en expertises les « experts » étrangers, souvent économistes, ces Diafoirus des temps modernes (BARE, cité par DE BOECK, 1995). L’assistance technique néglige les modèles de développement autocentrés, comme les problèmes de disettes ou de violence qui sont autant de résistances au développement exogène. Les Ahouan de Côte d’ivoire ont abandonné le projet gigantesque de culture du riz non irrigué, car les nouveaux terroirs collinaires étaient déconnectés du contact avec le sol ancestral des forêts où se cultivent sous couvert, tubercules, caféiers et cacaoyers. Comme monoculture en terrain déboisé, le riz empêche le reboisement et donc les esprits garants de la fécondité. Le rôle des acteurs locaux est capital : n’oublions pas que les Nuer et les Dinka pasteurs traditionnels ont rejoint l’armée de libération du Soudan ! Les grands projets de développement font surtout des choix relevant d’agendas politiques plutôt que de possibilités et de besoins endogènes. Les hégémonies économiques internationales y interfèrent au détriment du développement autocentré en créant de véritables extra-territoires qui échappent aux paysans (cas des expropriations pour les plantations agro-industrielles des multinationales). N’est-il pas significatif que l’OIBT (Organisation Internationale des Bois Tropicaux) elle-même suggère, entre autres, le prélèvement rationnel du bois d’œuvre et plus particulièrement la foresterie communautaire ?

II. LES RÉELS PROBLÈMES ET LES STRATÉGIES ALIMENTAIRES

17Les problèmes de survie sont souvent bien éloignés de ces débats d’experts et d’idéologues, car le but est avant tout pour ces paysanneries de vivre et donc de manger. N’oublions pas la leçon des Chinois pour qui « bonjour » est synonyme de « as-tu mangé » ?

18Les stratégies alimentaires sont intéressantes car elles manifestent les relations du corps social avec les milieux écologiques et des difficultés à tous les projets de développement. Un exemple démonstratif est l’action de la SOGUIPAH, société exerçant en Guinée, gérant des plantations d’hévéas et qui, pour cela, a été amenée à soustraire près de 20 000 ha aux communautés paysannes avec une rupture définitive des équilibres des systèmes de production traditionnels. La société en compensation a été amenée à développer un programme d’aménagement des bas-fonds pour la riziculture. La majeure partie de la population a acquis des casiers rizicoles aux rendements cinq fois supérieurs à ceux du riz de montagne permettant de couvrir les besoins alimentaires des familles tandis que les parcelles paysannes plantées en hévéas et en palmiers procurent des ressources monétaires appréciées. Du coup la pression sur les terres des versants a été allégée, certaines terres ont été mises en jachère et se reforestent naturellement mais aussi en bois utiles (fraké, framiré) plantés par les paysans. Cette expérience montre qu’une intensification de l’agriculture, et portant sur la satisfaction des besoins immédiats, peut enclencher le cycle vertueux de protection du patrimoine naturel. Sait-on que, contrairement à une idée souvent propagée par les mouvements écologistes, les forêts tempérées, pourtant en concurrence avec l’agriculture la plus moderne de la planète, ont vu leurs superficies s’accroître de 5 % entre 1980 et 1990 et que certaines régions du centre de la France qui avaient moins de 20 % de forêts avant la guerre de 1914-1918, en ont maintenant plus de 70 % ?

19Un autre aspect, trop négligé, est que les stress alimentaires étaient traditionnellement gérés par la tenure mobile des terres, un système de travail réduit, la gestion de micro-environnements, des stratégies informelles et un pouvoir patriarcal ou matriarcal (POTTIER, in DEVISCH, 1995). Sous cet angle (mais bien d’autres encore) le tôle des femmes a toujours été trop peu sollicité dans les projets de développement.

20Il existe des exemples multiples des mécanismes stratégiques alimentaires. Les Luunda du Zaïre pratiquent des formes complexes de commensalités, de diète, de production des aliments, de division sexuelle et de calendrier du travail. Il existait avant intervention, de véritables stratégies matrimoniales et de relations entre les sexes pour la gestion de la faim et de la productivité en temps de crise (DE BOECK, in DEVISCH et al., 1995). En cas de famine, les cultures africaines se souciaient souvent plus de la survie culturelle que de l’inanition. Chez les Ntomba du lac Tumba au Zaïre, les famines sont de plus en plus liées à la gabegie de l’élite dominante. Les ruptures écologiques, démographiques, économiques et socioculturelles ont engendré des malnutritions et l’abandon des pratiques des échanges différés qui étaient jugées préférables au stockage (PAGEZY, in DEVISCH et al., 1995). Chez les pasteurs Turkana du Kenya, les interventions coloniales, puis l’ingérence de l’administration ont rendu la population totalement dépendante de l’aide alimentaire pour sa survie (BEKE, in DEVISCH et al., 1995). Lors de la famine de 1920 au Rwanda, les interventions européennes ont provoqué des perturbations durables, ruptures de solidarité et du tissu social. L’impact durable de cette crise alimentaire sur les modes de vie et de production traditionnels semble fortement lié à l’intervention dans le jeu social classique d’un acteur exogène apportant des paramètres inconnus (CORNET, in DEVISCH et al., 1995). L’obligation coloniale à cultiver manioc et caféiers, en partie sur des terres réservées aux cultures traditionnelles, l’obligation des plantations alignées ont provoqué la suppression des cultures associées. Ces transformations ont ébranlé les relations des paysans mandais avec leur milieu et modifié le mode de survie mis au point au fil du temps pour composer avec un contexte écologique fragile et une production précaire

III. RÉPONSES PAYSANNES ET RÉPONSES ENDOGÈNES : POUR UNE ETHNOCONSERVATION ET DES PROJETS LOCAUX ET DURABLES

21En Asie des moussons, en Afrique tropicale, en Amérique latine, les dépendances structurelles des politiques agricoles et la non prise en compte du savoir-faire paysan, menacent la survie des sociétés. Faute d’assise dans la logique lignagère, les politiques agricoles fondées sur un modèle de développement rural extraverti sont incohérentes. Du fait de l’absence d’une prise en compte de la logique culturelle susceptible d’opérer une intégration sociale, les projets de développement échouent (LAPIKA, in DEVISCH, 1995).

22Il convient de retrouver les catalyseurs du développement dans des modèles en grande partie endogènes. L’harmonie cosmique, le calendrier cérémoniel, les pouvoirs attribués au sexe ou à l’âge, peuvent représenter autant de ressources de créativité dans ses rapports avec l’écosystème et dans ses relations sociales, qu’ils ont constitué de freins. À la différence des notions de besoin et d’utilité, celles des valeurs de base et de principes structurants sont moins entachées de références matérialistes, bourgeoises, occidentales. Cet ordre social et cosmologique est surtout efficace lors d’une crise. Cette philosophie humorale est vivement à prendre en compte, mais la grille est propre à chaque culture. Les solutions proposées sont trop souvent des solutions exogènes et ne prennent en compte ni les générations futures, ni la conservation des patrimoines écologique et ethnique. Par exemple la Banque pour le Développement de l’Afrique a financé une toute qui traverse l’une des dernières mangroves de Côte d’ivoire et envisage de créer des scieries sur 800 000 ha de la forêt des Pygmées au Congo (REPETTO. 1990). Il convient de revenir à des conceptions plus réalistes et plus intégrées, à des stratégies endogènes dans lesquelles la fonction forêt retrouve ses fonctions écologique, nutritive, mais également sociale et religieuse, en échappant au mythe de la croissance continue, au mirage du progrès qui ne bénéficie qu’à un petit nombre, à la folie des aménagements qui finiront bien par évacuer la plupart des ethnies et minorités humaines, ne se pliant pas au modèle dominant, de leurs niches écologiques.

23Les projets sont souvent trop ambitieux et submergés par tous les problèmes évoqués ci-dessus. Leur impact apparaît alors comme négatif et compromet de ce fait l’avenir de nouveaux programmes. Les problèmes plus que les solutions sont globaux, mais les réalités sont locales (SANDBUKT, 1995). Il conviendrait mieux à notre sens de consacrer ses efforts à quelques exemples bien choisis, mais condamnés à réussir pour servir ensuite d’exemple. Des solutions existent déjà qui doivent nous permettre de garder quelque optimisme, s’appuyant à la fois (et non en opposant) sur le savoir-faire traditionnel et la recherche scientifique. Citons un exemple : les recherches actuelles menées par l’ORSTOM sur l’arbre sahélien Acacia albida bien connu des paysans pour ses multiples fonctions — il abrite les cultures vivrières sous couvert, sert au reboisement et fournit du fourrage — et qui, en symbiose avec des bactéries, fixe de l’azote dans les sols. Mieux, la décomposition de ses feuilles sur le sol enrichit celui-ci et augmente les rendements des cultures qui s’y trouvent durant la saison des pluies justement (TAHIR et al, 1994). L’amélioration par des procédés génétiques de ces propriétés pourrait être très favorable à cet arbre tout en étant des plus utiles aux paysans.

24La notion de réserve de la biosphère paraît intéressante car une réserve de la biosphère doit concilier diverses fonctions : renforcer la protection des écosystèmes et la mise en valeur des ressources. Elle n’est donc pas une zone vouée exclusivement à la conservation de la nature puisqu’elle doit assurer un rôle de développement pour la population locale. Encore faudrait-il que ces réserves fonctionnent : au Brésil dans la réserve de la biosphère de Juréia (État de Saõ Paulo) la loi interdit aux habitants leurs activités traditionnelles (chasse, pêche, coupe du bois).

25En matière de politique d’environnement et de développement, la prise de décision revient en dernier ressort au politique, encore faut-il que celui-ci soit averti, éclairé et conscient des enjeux en cours. Dans le cas de la déforestation dans le monde tropical ils sont à la fois fondamentaux et... urgents ! En 1995 les forêts occupaient 3,5 milliards d’hectares, soit 26 % de la totalité des terres émergées, mais ce capital naturel est grignoté au fil des années. Plus que le feu ou les maladies, les plus grands ennemis de la forêt restent la pauvreté et la pression démographique. Au cours des prochaines décennies la conversion des terres forestières à des usages agricoles devrait se poursuivre et sur sa lancée (entre 1970 et 1994, elle a progressé de 36 %) la consommation mondiale de bois sera toujours soutenue.

26Notre planète continuera de perdre ses forêts tropicales même si, selon la F.A.O., le rythme de la déforestation diminue : elle n’aurait été plus que de 14 millions d’ha/an entre 1990 et 1995. C’est pourquoi le rythme de la déforestation des pays tropicaux, même s’il ralentit, aboutira à une grande catastrophe écologique mondiale. Dans un monde trop souvent régi par les lois du libéralisme le plus sauvage, on a souvent tendance à oublier que la fin du tiers-mondisme n’a pas fait disparaître le tiers-monde. Faute d’un minimum de conscientisation et de solidarité, les hommes toucheront un jour les dividendes de leur indifférence : qu’il s’agissent de famines, de flux migratoires incontrôlés ou de nouvelles catastrophes écologiques, plus graves encore peut-être que celle à laquelle nous assistons.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search