Version classiqueVersion mobile

C’était demain : anticiper la science-fiction en France et au Québec (1880-1950)

 | 
Patrick Bergeron
, 
Patrick Guay
, 
Natacha Vas-Deyres

Partie II. Anticiper la science-fiction en France

« Malheur suprême » : la perception du socialisme révolutionnaire dans la première science-fiction française

Une stratigraphie du milieu du xixe siècle aux années 1920

Jean-Guillaume Lanuque

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans nombre de récits appartenant à la première science-fiction française, le socialisme comme la révolution sont des thèmes récurrents, soit de manière explicite, soit comme des événements liés à la fin d’un monde. Ils apparaissent déjà dans Le Monde tel qu’il sera, d’Émile Souvestre, puis chez Rosny aîné, Maurice Couvreur, Théo Varlet ou Jacques Spitz, pour ne citer que quelques auteurs. Au point de nous questionner sur la centralité de cette thématique : la science-fiction de cette époque est-elle, ainsi que Raphaël Colson et André-François Ruaud le défendent1, une littérature d’accoutumance à la modernité, le socialisme étant alors synonyme d’archaïsme ? Ou bien la critique souvent sans concession de celui-ci doit-elle être comprise comme rejet d’une forme de modernité, voire de la modernité prise comme totalité ? Rappelons que par modernité, nous entendons les changements intervenus en Europe entre le XVe et le XVIIe siècles, et considérablement approfondis avec la révolution i...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search