Version classiqueVersion mobile

La déforestation dans le monde tropical

 | 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Chapitre VII. Les déstabilisations écologiques et sociales, prise de conscience et solutions

Texte intégral

1La surexploitation d’une ressource naturelle comme la forêt par des comportements « prédateurs » a donc comme conséquences des phénomènes d’appauvrissement, de fragilisation et de destruction des milieux et des sociétés. Les effets écologiques sont complexes, avec des interfaces interconnectés et de courantes rétroactions (Figure 8). La prolifération des impacts a engendré des changements pour certains irréversibles comme la disparition d’espèces animales ou végétales, parfois même d’ethnies, la latéritisation, la perte de terre, la disparition de certains modes de gestion, etc. La déforestation engendre de multiples problèmes socio-économiques, en particulier la perte de ressources provenant d’arbres rares et l’érosion des sols susceptible de provoquer à son tour des dégâts dans l’agriculture et dans l’habitat.

2La Banque Mondiale a estimé que Madagascar doit payer pour la déforestation et l’érosion un coût compris entre 100 et 300 M dollars par an, soit de 5 à 15 % du P.N.B. du pays ! Par absence de respect de l’environnement on sait aujourd’hui qu’un certain développement agricole peut s’annuler de lui-même. La déforestation pose des problèmes économiques certes, et non seulement d’éthique écologique (préservation de la biodiversité, BARBAULT, 1994), mais aussi de développement et d’alimentation, de droit foncier et de conservation, de pouvoir et de décentralisation, de coopération internationale (SANDBUKT, 1995).

3Les géographes ont depuis longtemps abordé la production agricole dans le contexte des milieux, en relevant leurs interférences par le biais de la lecture de paysages agraires, mais ils sont restés esseulés. Aujourd’hui, les progrès accomplis par les sciences de la nature et par les sciences humaines (ethnologie, sociologie, économie, démographie etc.) permettent de reprendre cette question avec de nouvelles perspectives. Les changements végétaux, l’érosion des sols, leur dégradation ou leur perte de fertilité doivent être étudiés à différentes échelles, depuis la parcelle jusqu’à la région en passant par le terroir.

4Depuis quelques années en Afrique et à Madagascar, et dans d’autres régions du tiers-monde, il semble que des efforts de conscientisation aient été effectués : promulgation de Chartes de l’environnement et mise en œuvre de Plans d’Action Environnemental (P.A.E.). Il s’agit en quelque sorte d’inclure l’aspect environnement dans toutes les activités de développement et dans cette optique de développement, les questions de l’environnement devraient relancer les études de géographie physique et les études agraires. Mais déjà il convient de réfléchir et de proposer des solutions possibles, sans oublier les concepts clefs pour la restauration : éthiques, scientifiques et esthétiques. Ces concepts doivent être soucieux de la diversité génétique et de la stabilité environnementale, du respect des aspects économiques et de loisirs, tout en ménageant les générations futures et en gérant les impacts non intentionnels comme la variabilité des climats, la susceptibilité au changement, la vulnérabilité, l’élasticité des milieux et la fonction de seuil, etc. Cette tâche est difficile, mais est du devoir des Géographes tropicalistes. Un plan pour sauver les forêts tropicales est-il encore possible et réaliste ?

I. LE REBOISEMENT EN ESPÈCES LOCALES

5Puisque la dégradation du couvert végétal apparaît si néfaste, l’idée d’une interdiction ou d’une réglementation vient aussitôt à l’esprit. Mais d’une part cette idée n’est pas nouvelle (elle date d’avant la colonisation), et ne peut être efficace que si l’on peut la faire appliquer. À Madagascar par exemple, la dégradation de l’environnement préoccupait les responsables du pays dès le xviiie siècle. Au temps du Roi Andrianampoinimerina, furent promulgués des textes législatifs concernant la protection des forêts (rassemblés dans le Code des 305 articles) : par exemple l’abattage des arbres était soumis à autorisation. La coercition n’est pas souhaitable et les tentatives de persuasion ont largement échoué à ce jour.

6Sans abandonner pour autant l’idée d’une réglementation il nous apparaît plus judicieux d’essayer de reboiser. Il appartient aux pouvoirs publics de montrer la voie en effectuant des actions de démonstration respectant la vocation des sols et en choisissant les essences les plus intéressantes (ombrage, bois, fertilisation du sol, nourriture, etc.). On sait maintenant que les méthodes extensives, voire expéditives, de culture suppriment les arbres, mais aussi que les sociétés agraires les mieux enracinées à leurs terroirs construisent de véritables parcs arborés (Afrique de l’Ouest, Rwanda, Burundi). L’arbre utile est épargné, encouragé, entretenu et façonné. En Afrique tropicale l’arbre s’insère dans le champ dont il est un partenaire de production et une garantie de survie (PELISSIER, 1980). Le reboisement et la réhabilitation des anciens défrichements, tels les monka* de la Côte Ouest de Madagascar, sont sans doute une alternative à considérer. Une telle voie permettrait de ne plus faire entrer en concurrence forêt et élevage, mais la tâche est immense : les boisements artificiels ne représentent que 1.5 % de la province de Tananarive. Les différents projets récents (par exemple le projet « Gestion et Protection des forêts ») ou anciens (projets de la F.A.O. ou de boisement des Tempoketsa* notamment) sont restés inopérants. À Madagascar on peut estimer que pour un arbre planté 100 autres sont détruits.

7Parmi ces nouvelles formes d’exploitation des forêts, il est évidemment possible d’améliorer les pratiques sylvicoles, comme c’est le cas des actions de l’International Tropical Timber Organization (ITTO) créé en 1987. Une production durable de bois n’est certes pas pour demain, car demeure le problème de la régénération : les parcelles de Curua Una au Brésil, qui datent de 1955, montrent que certaines espèces se régénèrent après coupes comme Goupia glabra, et que les méthodes d’ouverture de layons sont intéressantes sur le long terme. L’introduction des espèces à croissance rapide n’a pas toujours donné par contre, les résultats escomptés (Albizzia falcata, Eucalyptus deglupta, Gmelina arborea ou Anthocephalus chinensis). Même en terme de rentabilité, les grands projets de reboisement en espèces nouvelles ne sont pas évidents à mener, tant est complexe l’écosystème forestier. Ainsi, à 350 km à l’ouest de Belem, au Brésil, l’entreprise Jari a entrepris 13 000 km2 de plantations d’abord à Gmelina, puis après un échec lié à une inadaptation aux conditions édaphiques, à Eucalyptus deglupta et Pinus caribea. Cela a coûté plus de 3 M de dollars pour l’achat des terres, 1 milliard pour l’ensemble du projet avec une scierie et une papeterie flottante de 400 M de dollars. Au total, en 1983, l’ensemble de la réalisation n’avait rapporté que 0.2 % au propriétaire, Daniel Ludwig, et seulement 0,8 % à l’état du Brésil qui avait injecté en plus 280 M de dollars.

8La reforestation a été le principal programme de la F.A.O. durant les décennies passées et le restera à l’avenir (MUTHOO, 1985) avec le Tropical Forestry Action Plan (FISHER, 1995). Entre 1975 et 1985, la F.A.O. a investi en Afrique 8 M de dollars dans des plantations industrielles et 5 M dans la foresterie pour le bois de feu. Mais d’une façon générale, les efforts de reboisement sont loin de compenser les destructions : le ratio de reboisement/déboisement entre 1981 et 1985, pour 37 pays d’Afrique, était de 1/29. En Inde le ratio est tellement faible qu’il est déficitaire de 1,3 M ha par an. Même les Parcs naturels, théoriquement protégés, subissent de nombreuses atteintes. En Asie tropicale (16 pays) le ratio est de 1/4,5 et en Amérique tropicale (23 pays) de 1/10,5. Sur l’ensemble de 76 pays tropicaux les reboisements ne représentaient en 1985 que 17 M ha, contre 11,5 en 1980, contre près de 12 M ha déboisés chaque année durant la même période (NEWMAN, 1990).

9De nombreux gouvernements encouragent ou laissent faire les déboisements, car cela représente une échappatoire temporaire aux difficultés économiques. De plus les politiques de reboisement sont délicates à mettre en œuvre pour des raisons de coût, d’acceptation des populations et de choix des espèces, surtout en zone sèche. Les eucalyptus et les filaos, grands consommateurs d’eau sont des échecs dans les tentatives d’afforestation en zone sèche. Pire, les phréatophytes* sont susceptibles d’assécher les nappes phréatiques subaffleuran tes comme l’ont montré les malheureuses tentatives de boisement du Nord chilien. En Tanzanie, l’Eucalyptus a échoué parce qu’il n’avait qu’une seule utilisation pour les Massaï (le bois de feu) et que les villageois étaient peu associés (MNZAVA. 1985). Même les arbres d’implantation ancienne, comme le Nem sahélien à usages multiples (Azcidirachia indica) introduit de l’Inde et du Myanmar, demeurent fragiles malgré leur intérêt (CIESLA, 1993). Les pépinières forestières sont délicates à maintenir, mais on observe des réussites dans les villages de pêcheurs du Malawi, avec des espèces prisées pour leur combustion lente ou leur fumet (Albizia zimmermanni, Pericopsis angolensis ou Acacia seyal). Le projet mené entre 1989 et 1992 était intégré à la pêche et à l’aquaculture (MAGFAD) et avait pour garanties une gestion communautaire (MILLS, 1994). La foresterie urbaine et périurbaine représente une option intéressante au Sahel (SENE, 1993). Comme toutes les autres tentatives, elle nécessite la participation des habitants, une approche intégrée qui tienne compte des sexes, des droits de propriété, la perception et l’organisation des communautés, l’évolution des technologies (BURCH et GROVE, 1992)

10La foresterie entre dans une nouvelle ère où il n’est plus simplement question de restaurer le milieu et les capacités de régénération des sols (SARLIN, 1963-a et b), mais avant tout de restaurer le tissu social avec l’introduction d’espèces, si possible locales, adaptées aux potentialités et aux besoins. L’aménagement des forêts pourrait même être envisagé pour piéger et conserver le CO2 atmosphérique. On estime que le reboisement dans les régions tropicales a valeur de rétention moyenne du carbone de 65 t C/ha. contre 56 en zone tempérée, avec un coût moyen de 450 $/ha contre 357 ; l’agroforesterie tropicale produirait une moyenne de 95 t C/ha pour un coût de 454 $/ha (SCHROEDER et al., 1993).

11Il faut cependant être réservé face à ces évaluations dont le bilan est loin d’être établi, les issues douteuses et les rétroactions complexes. Les initiatives endogènes plus réalistes, pour l’instant, d’échelle plus réduite, semblent préférables aux grands projets technocratiques.

II. LA LUTTE CONTRE LE MORCELLEMENT ET L’ÉMIETTEMENT

12De très nombreuses études (notamment en Amérique centrale et en Amazonie) montrent bien que la disparition des forêts tropicales va de pair avec les multiples déchirements qui se produisent dans le rideau forestier. Les forêts tropicales sont alors frappées d’un véritable processus d’insularisation qui s’accompagne de la disparition en masse de très nombreuses espèces végétales. Lorsque la forêt a été morcelée par les attaques anthropiques en « îlots forestiers », sa disparition s’accélère rapidement car les habitats des animaux disséminateurs (oiseaux, rongeurs, singes, fourmis, etc.) deviennent trop restreints : ceux-ci disparaissent ou migrent (s’ils le peuvent) et les possibilités de régénération par dissémination des graines deviennent très faibles. Par exemple en Amérique centrale le palmier noir Astrocaryum standleyanum est lié à la présence des agoutis. Sur des fragments de forêt trop petits en surface, de l’ordre de quelques hectares, pour supporter une population stable d’agoutis, le palmier ne se régénère plus et tend à disparaître (FORGET, 1994). Inversement, plus une forêt est grande, plus elle renferme d’espèces et a de chances de pouvoir résister à un stress ou une agression.

13En Amazonie vénézuélienne les études des possibilités de reconstitution ont permis de distinguer trois types selon les atteintes anthropiques : coupes de la forêt par l’homme (exploitation directe de la ressource en bois) ; essartages pour des exploitations agricoles temporaires ; enfin défrichage avec des engins lourds (type bulldozers) et mise à nu.

14Après une perturbation de faible intensité (coupe ou chute d’arbre individuel) apparaît un vide de l’ordre de 50 à 200 m2 dans la canopée. Par cette ouverture le sol reçoit la lumière cl les mécanismes de régénération restent intacts et opérationnels car celle-ci provient à 50 % des graines (les 50 autres, des rejets et des plantules). Dans la trouée dégagée, la végétation croît rapidement et repousse. La forêt résiste donc aux altérations naturelles ou anthropiques de faible intensité.

15Les fronts pionniers temporaires, ou l’agriculture itinérante, en traînent le plus souvent une perturbation d’intensité moyenne (coupe et brûlage de la biomasse végétale) car ensuite les parcelles sont abandonnées. Ici la coupe concerne 0,5 à 2 ha, si bien que le rayonnement solaire augmente tellement que beaucoup de plantes fanent et meurent (par contre la coupe stimule la production de rejets). La coupe a ainsi un effet assez bénéfique comparable au rôle du chablis dans la régénération. Quant au brûlage il réduit considérablement le potentiel de régénération des rejets et tue de nombreuses graines. La reconstitution est lente et se fait en plusieurs étapes : bourgeonnement des troncs survivants ; pousse des pyrophytes et arbres pionniers provenant des rares graines ayant survécu ; lutte entre plantes cultivées et plantes sauvages pour les nutriments libérés par le brûlage, d’autant plus qu’après 2 ou 3 ans de « nettoyage » par les paysans de la végétation spontanée, la composition des rejets se modifie notablement. Il est très visible que les sarclages fréquents épuisent la réserve de rejets des arbres de la forêt d’origine et diminuent les espèces ligneuses ; par contre les herbacées et les héliophytes sont favorisées. Après abandon, les herbacées envahissent donc la parcelle, puis au bout d’une année environ les espèces ligneuses commencent à pousser et à faire de l’ombre aux herbes. Ces arbustes proviennent surtout des graines des espèces bordant la clairière. Si la parcelle a été défrichée pour planter des arbres fruitiers, la reconquête est plus rapide car les chauves-souris et les oiseaux vont se percher sur les arbres abandonnés et ceux-ci protègent les plantes sous-jacentes de l’ensoleillement. De plus, ils assurent un apport en nutriments par la décomposition des feuilles mortes et des matières végétales. Finalement la biomasse totale vivante (aérienne et souterraine) s’accumule très lentement : sur ces parcelles d’agriculture itinérante. Différents calculs permettent d’estimer qu’il faut 140 à 200 ans pour que la biomasse d’une parcelle agricole défrichée, puis abandonnée, revienne au niveau de la biomasse de la forêt saine initiale. On retiendra de cela qu’un défrichement de grand ampleur et d’un seul tenant est plus préjudiciable à la forêt qu’un défrichement de surface équivalente mais effectué sous forme de clairières restreintes.

16Après une forte perturbation avec déboisement par des engins lourds et mise à nu totale des sols (routes, camps militaires, etc.) la destruction de la couche superficielle entraîne la disparition de presque toutes les plantules, troncs et racines, et toutes les graines ainsi que presque tous les éléments nutritifs disponibles. Bref, tous les mécanismes de reconstitution de la végétation sont détruits. Dix ans après un abandon la zone n’a presque pas évolué : les uniques plan tes récentes sont quelques herbes et petits arbustes. La biomasse végétale n’atteint pas 2 t/ha (à comparer avec celle de la forêt primaire : 300 t/ha). À cette vitesse il faudrait plusieurs siècles pour retrouver une forêt adulte. Des perturbations de ce type créées au début du siècle pour le tracé d’une voie ferrée en Amazonie brésilienne sont encore visibles sur les photographies aériennes les plus récentes. Que doit-on penser du mythe de la forêt tropicale envahissant tout à peine défrichée et menaçant les installations humaines et notamment les pistes en terre ? Ceci n’est vrai que dans les minces layons que tracent à la machette quelques explorateurs en quête de moustiques !

17À travers ces deux exemples américains, il apparaît donc souhaitable que les forêts actuelles, ou les zones protégées au niveau national, aient la plus grande taille possible avec une grande continuité (au moins de plusieurs dizaines de milliers d’hectares, ce que la plupart des fragments forestiers actuels n’atteignent pas). Tout aménagement radical (au bulldozer) doit être évité dans la mesure du possible, et, si l’on ne peut faire autrement, il convient de reproduire au plus près l’évolution naturelle c’est-à-dire d’éviter les perturbations lourdes et prolongées (les rotations et les jachères sont utiles). Il est sage de substituer aux arbres non directement utiles à l’homme, des arbres utiles (ce que certains paysans africains pratiquent de façon empirique depuis longtemps), et de combiner les cultures de plantes utiles à biotopes complémentaires, sans pour autant oublier que la forêt tropicale recèle en elle-même de multiples ressources. Finalement une meilleure connaissance des biocénoses forestières et des pratiques traditionnelles demeure encore d’actualité, avant que forêts et peuples ne meurent.

III. LA GESTION DES FEUX PRÉCOCES ET DES LÉGUMINEUSES DANS LES SYSTÈMES PASTORAUX ET LES NOUVELLES FORMES D’ÉLEVAGE

18En savane on ne peut dissocier le feu du fonctionnement de l’écosystème : il évite l’accumulation des litières et favorise les tapis herbacés ; par ailleurs il détruit plus de la moitié de la faune non ailée. Nous avons vu ses avantages et ses inconvénients, ceux-ci étant à terme prépondérants. Il convient donc, sinon de supprimer le feu de brousse, du moins de le limiter. Une interdiction pure et simple, même suivie de sanctions, apparaît utopique tant que le paysan-éleveur l’utilisera pour « franchir » la saison sèche. La limitation des feux pourrait être présentée comme une alternative, un moindre mal, mais pour cela il faudrait le consensus des éleveurs généralement peu sensibilisés aux argumentations de l’administration. Il demeure que le minimum de gestion concerne l’interdiction des feux tardifs qui laissent peu de chances de reconstitution et favorisent l’exportation des matières utiles lors des premières tornades ou au début de la mousson.

19Dès lors, le seul moyen logique est de proposer une alternative aux éleveurs, de leur présenter une solution de remplacement agréée par eux. Une des solutions possibles est l’introduction massive d’espèces fourragères de substitution permettant aux troupeaux d’attendre les premières pluies et le recru végétal. À Madagascar des espèces introduites telles que Stylosathes guyanensis et Stylosanthes humilis, deux légumineuses, ont donné de bons résultats expérimentaux. On pourrait ainsi améliorer les pâturages naturels ou mieux constituer des pâturages artificiels. Une autre solution serait de prévoir les rotations dans la pâture : celle-ci serait mieux utilisée et les bouses ainsi concentrées constitueraient un apport en matière nutritive, le seul en définitive. Mais ceci suppose un minimum d’enclosure et de surveillance. Rappelons cependant que, de façon extravagante, la production de bétail, avec seulement un animal par hectare, et souvent de faible qualité, reste une des activités les moins rentables. Dans ce domaine les généticiens pourraient améliorer les races du bétail local.

20En forêt humide on commence à bien connaître les ressources de la vie sauvage qui assurait une part importante de l’alimentation, un supplément nécessaire à l’agriculture sur brûlis. Au Sarawak, ce déclin a accompagné la limitation de la chasse avec la politique des sanctuaires (Pares) menée depuis 1956 et 1958. Avec la baisse du nombre des espèces liée aux exploitations forestières, en 10 ans on est passé de 54 kg/personne/an avant exploitation à 18 après. Les 60 000 fusils du Sarawak consomment encore 2 M de cartouches par an (6 t de poudre) et abattent surtout des daims (entre 60 à 90 % des bêtes tuées) et des porcs sauvages qui représentaient en 1984-85, 32 % des produits de chasse. La viande de chasse représente actuellement environ 7 % de l’ensemble des viandes consommées et avec le développement de la conservation, la commercialisation du porc sauvage et du daim sauvage, ces viandes représentent 4 M de dollars et 18000 m3 (entre 9,4 et 26,5 t) de viande sauvage/an, soit 12 kg/personne/an.

21L’élevage de gros bétail se heurte à d’importants problèmes phytosanitaires et surtout demeure à faible rendement ; seul le petit bétail paraît adapté (cochons, volailles). De nombreuses espèces locales réussissent assez bien (tapir, cervidés, crocodiliens. Bos bateng, Hydrochoerus hydrochaeris, tortues...). L’iguane vert réussit au Pa nama et la pisciculture est souvent une alternative bien connue.

IV. L’AGROFORESTERIE ET LES MOSAÏQUES RURALES : UN ARSENAE TRADITIONNEL ET DE NOUVEAUX CONCEPTS DE PAYSAGE

22Le bilan des dégâts et l’évolution des politiques agraires ont permis de tirer des enseignements. Il convient d’abord de limiter les plantations monospécifiques, de restaurer les systèmes traditionnels, et de responsabiliser les villageois. Les exemples traditionnels sont légion, comme les jardins forestiers d’Indonésie, parmi les plus beaux paysages domestiqués de la planète, comme les « agricultures à trois dimensions » décrits par HALLE (1993) et qui affirme : « Renouer avec les agro-forêts c’est refermer la parenthèse coloniale en matière d’agriculture coloniale ». Des solutions originales existent dont il convient de tirer les enseignements ; parmi les curiosités pédagogiques, les jardins flottants des Chan, ethnie majoritaire du nord du Myanmar. Dans la région du lac Inlet, les jacinthes d’eau et légumes sont cultivés sur des radeaux de bambous coiffés de mottes de limons.

23Les voies de l’agroforesterie sont complexes, mais le rôle des arbres dans les communautés rurales ne peut plus être ignoré. Ce concept d’agroforesterie serait relativement nouveau en tant que science et technique d’exploitations agricoles incluant la culture des arbres et arbustes fournissant fruits, noix, fibres, substances médicinales et bois de chauffe (PERSSON. 1986). Cependant il faut noter que les pratiques sont anciennes et seul un « ethnocentrisme scientifique » a permis de les ignorer aussi longtemps et de les mépriser de façon aussi irrationnelle. À Java, avec des densités de 1500 hab/km2, les agroforêts représentent le système le plus intensif, le plus économe, le plus rationnel qui soit (HALLE, 1993). De magnifiques systèmes existent dans de nombreuses régions tropicales (Cameroun, Côte-d’Ivoire, Mexique, Chine, Polynésie...) de cultures associées ou de monocultures élaborées, sous des gestions sociales connaissant les phytopratiques. Ces sociétés agraires pratiquaient bien avant la lettre les défenses biologiques (cas des associations épuratrices des rizières à base de fougères et d’algues dénitrifiantes à Java).

24De nombreux objectifs peuvent être associés aux agroforêts : production de bois de feu ou de bois pour d’autres usages ; boisements villageois ; restauration de la végétation arborée « naturelle ». La nourriture du paysan s’en trouve améliorée comme ses conditions de vie. Ces objectifs doivent s’adapter à l’évolution des situations réelles, politique, sociale, économique et culturelle de chaque population concernée.

25En Afrique et à Madagascar, mais souvent aussi en Amérique latine et en Asie du sud-est, les femmes pratiquent la plupart des activités agricoles et se chargent de la gestion et de la collecte des ressources naturelles. Elles sont souvent aussi les maîtresses des marchés tropicaux, lieux privilégiés de vie, d’échanges et de culture. Toutes les actions doivent prendre en compte cette composante essentielle, car les femmes du Tiers Monde sont en outre un facteur de modernité. La sylviculture promulguée par les O.N.G., au Kenya, au nord-Soudan, au sud-Zimbabwe, au sud-est Botswana ou au nord-Cameroun intègrent cette composante essentielle (WILLIAMS, 1992). Malgré les obstacles liés à l’absence de mobilité ou de temps des femmes, l’accès limité à l’information, au crédit, à la propriété des terres, le succès des O.N.G. qui agissent avec des femmes est souvent probant.

26Il faut donc prendre en compte les connaissances locales en matière d’agroforesterie traditionnelle et associer les agriculteurs et pasteurs aux décisions d’aménagement. Lorsqu’il ne l’a plus, il faut redonner au paysan le sens de l’importance de l’arbre et l’initier à de nouvelles techniques. La création et le développement d’un corps de vulgarisateurs apparaît nécessaire dans ce but. Celui-ci devra planter des essences à croissance rapide, dans la mesure du possible d’origine locale, pour assurer un approvisionnement plus fiable en bois de feu (les Eucalyptus ou les Pins ne sont pas toujours la bonne solution), ou bien encore intégrer des plantes fixatrices d’azote, tout en faisant œuvre éducatrice auprès des paysans. Ainsi Acacia mangium Acacia auriculiformis et Acacia crassicarpa sont utilisables pour régénérer les anciennes cocoteraies (DUPUY et N’GUESSAN KANGA, 1991).

27Afin de contribuer à la stabilité et à la productivité des agroécosystèmes, les techniques de protection des cultures doivent répondre à un certain nombre de critères et en premier lieu figure évidemment leur capacité à sauvegarder les ressources naturelles et humaines, des milieux productifs. On parle souvent pour désigner cette capacité, de protection « intégrée » des cultures (integred pest management). Englobant cette notion de lutte intégrée, le concept d’« agriculture durable » (sustainable agriculture) affirme que la pérennité de la production agro-pastorale dépend du maintien et de l’entretien des ressources, la notion de ressources étant prise au sens le plus général possible : les forêts, les sols et leurs nutriments, les réserves hydriques, les cultures et les populations rurales. Un agro-système devient plus ou moins durable, c’est à dire capable d’être productif au long terme. Une classification des milieux (y compris forestiers) fondée sur la notion de productivité immédiate ne convient plus : il est nécessaire de prendre en considération la notion de renouvellement de la ressource telle que nous l’avons définie ci-dessus. La notion d’agriculture ou de foresterie durable n’a pas la prétention de fournir de solutions immédiates, mais plutôt un canevas facilitant la résolution des problèmes que posent les interactions entre les différents composants des systèmes complexes que sont les agro-systèmes.

28De nombreuses expériences heureuses existent déjà dans le monde (Costa Rica, Chine, Inde, Nigeria, Philippines, Brésil, etc.) dont il est possible de s’inspirer. La régénération des forêts indiennes a par exemple fortement bénéficié des expériences en partenariat (POFFENBERGER et SINGH, 1992). Pour les terres en pente, l’agroforesterie paraît souvent adaptée aux petits parcellaires, comme ceux expérimentés par une ONG aux Philippines, avec une culture de plantes annuelles et permanentes entre deux double haies d’essences fixant l’azote (TACIO. 1992), ou un système associant des rideaux d’arbres et des graminées pour un pâturage contrôlé sur les pentes des Shiwalik sur les contreforts de l’Himalaya en Inde (KRISHAN DHAR. 1994). Les techniques anti-érosives associées aux plantations d’Acacia albida représentent un système ancien et praticable dans toutes les zones sèches (CATINOT, 1974). En zone humide, la culture en couloir est sans doute la plus souple, la plus efficace et la plus largement applicable des innovations en matière d’agriculture écologique (RAINTREE, 1986). Les voies de l’agroforesterie sont complexes et les systèmes intensifs traditionnels ont été mis au point dans des régions soumises depuis longtemps à la pression démographique, ce qui témoigne de leur efficacité. La mise en valeur de terres marginales est quelquefois une solution, mais les systèmes d’utilisation montrent une tendance à des fuites dans le cycle des éléments nutritifs entre le sol et la végétation. Une niche agroforestière comporte trois éléments : un rôle fonctionnel, une place dans le paysage et un moment dans le cycle biologique et intéresse tous les compartiments du géo-bio-ethno-système. La pratique de la taungya intégrale de type « villages forestiers » de Thaïlande est associée aux jachères enrichies, aux cultures en couloirs, aux plantations interstitielles d’arbres, voire aux véritables systèmes arboricoles, mais nécessite la sécurité des tenures (RAINTREE, 1986).

29Le problème est encore plus complexe dans les zones sèches du fait des interactions agro-pastorales qui nécessitent des systèmes d’exploitation mixtes, face à des systèmes pastoraux souvent fortement structurés et résistants. Sur les terres de parcours, la propagation des légumineuses par les troupeaux est un exemple à appliquer, d’autant que la pratique du fourrage (Prosopis et Acacia tortilis) est connue de certaines populations. Les sociétés pastorales, comme toutes les sociétés rurales africaines, peuvent être associées à l’identification des arbres polyvalents les plus appropriés et à la gestion des terroirs et des réserves de terre. Un plan d’aménagement des forêts d’Afrique du Nord par exemple, ne peut réussir sans intégrer la chèvre à la forêt dans un système de pâturage contrôlé (PAPANASTASIS, 1986). De plus en plus souvent les plans forestiers tropicaux (C.O.F.O. de la F.A.O.) prennent en compte ces données ; c’est le cas d’un projet agroforestier dans le Haut Atlas marocain, des reboisements de terres marginales en Chine ou de l’installation permanente des cultivateurs itinérants en Thaïlande (C.O.F.O., 1994). Le cultivateur itinérant a tout intérêt à adopter des techniques de productivité rationnelles : gibier, noix, fruits peuvent rapporter 1000 dollars/ha/an sans dégrader la forêt ; l’élevage d’animaux domestiques, de tortues, de poissons, peuvent rapporter 20 fois cette somme, alors que le pâturage extensif sur les zones boisées fournit un maigre montant de 47 dollars/ha/an (NEW MAN. 1990).

30La conception de modèles de paysages qui composent avec une mosaïque d’utilisations et de potentialités doit donc réintégrer les arsenaux traditionnels des savoirs paysans, tels qu’ils existent encore dans les parcs et les paysages végétaux domestiqués du Cameroun où l’on observe des exemples intéressants de réintroduction par décision du gouvernement, des broussailles de rotation à base de Combrétacées (CAI, 1983).

31Auparavant, il faudrait établir une législation fondée sur une connaissance scientifique des milieux et des groupes sociaux qui les exploitent. Cela passe par une analyse des systèmes agricoles traditionnels (défrichement-brûlis, extraction des ressources forestières, élevage extensif) cl de leurs modifications. Il faut bien prendre conscience que certains instruments de protection de la nature, en altérant les modes d’exploitation des ressources naturelles, l’organisation de l’espace et l’organisation sociale, peuvent devenir des facteurs d’aggravation d’une économie paysanne en grande partie autarcique et déjà en proie à de multiples difficultés. Un changement du droit foncier est indispensable, mais cela implique une stabilité sociale des pratiques forestières (BUTTOUD, 1994).

Figure 7 : Les pratiques de gestion traditionnelle sont mises en évidence sur ce bloc-diagramme des champs liés à l’agriculture sur brûlis sous couvert des forêts humides (pays Bamvélé-Ouest de Bertoua-Sud Cameroun) (d’après Pomel et Schulz, 1994).

32En fait pour arriver à l’agroforesterie il existe deux voies : intégrer les arbres dans les systèmes agricoles, ou intégrer (voire réintégrer) les agriculteurs à la forêt (RAINTREE, 1986).

V. LA PROTECTION DE LA BIODIVERSITÉ ET LA CRÉATION DE RÉSERVES BIOLOGIQUES

33L’appauvrissement biologique de la planète s’est considérablement accéléré en un siècle ; or la plupart des espèces animales et végétales se situent en forêt. On estime aujourd’hui que 4 000 à 6 000 espèces disparaissent chaque année à cause du déboisement. 7 % des espèces végétales auront cessé d’être avant la fin du siècle. Au rythme de la déforestation actuelle des millions d’espèces auront disparu en l’an 2000, des richesses insoupçonnées seront gaspillées à jamais dont certaines auraient pu être utiles à l’homme : aliments, fibres, résines, gommes, huiles essentielles, plantes d’agrément ou médicinales. Quantité d’espèces sont d’un intérêt reconnu en médecine. Dans toute l’Amazonie pousse Struchnos toxifera dont les racines sécrètent le fameux curare connu depuis longtemps des aborigènes. Or le curare peut être bénéfique dans le traitement de l’épilepsie et du tétanos.

34Récemment (The Times du 15 septembre 1995) la presse a attiré l’attention sur les travaux du Pr. Geoff FOLKARD de l’Université de Leicester relatifs à un arbre originaire du nord de l’Inde Moringa oleifeira. Les graines de cet arbre auraient, en attirant bactéries et virus puis en les enkystant, la particularité de filtrer l’eau sale. Broyées et mélangées aux solutions boueuses puisées pour les besoins domestiques, elles permettraient ainsi d’obtenir en quelques heures une eau parfaitement potable et ce à un coût défiant toute concurrence (comparé à celui de nos produits chimiques en usage dans nos pays développés tel le sulfate d’aluminium). Une expérience de plantation effectuée près de la ville de Nsanje (Malawi) aurait donné des résultats à la hauteur des espérances. De plus, les feuilles et les fleurs de Moringa oleifeira sont riches en protéines et en vitamines et la plante contient une huile végétale aux applications multiples. L’enjeu de cette découverte est considérable : l’épuration des eaux dans les pays en développement et indirectement les problèmes sanitaires liés au choléra, à la typhoïde, à l’hépatite B et aux gastro-entérites.

35À Madagascar, la pervenche rose (Catharanthus roseus) synthétise deux alcaloïdes très efficaces contre la maladie de Hodgkin et la leucémie. Le marché de ces deux substances est supérieur à 650 M de FF par an. Cinq autres espèces de Catharantus poussent à Madagascar mais sont menacées de disparition par destruction de leur habitat. Le caoutchouc liane était encore exploité vers 1945 (RAJERIARISON, 1994). À Madagascar, le patrimoine biologique est particulièrement riche : il comporte environ 12 000 espèces végétales qui ont évolué sur place, abritant 80 % de vertébrés endémiques. Mais toutes les espèces utiles pour la médecine sont très loin d’avoir été identifiées. Ce patrimoine végétal est aussi attaqué en tant qu’habitat, comme le montre la disparition des grands lémuriens à Madagascar ; les autres sont menacés à moyen terme (TATTERSALL, 1993). Madagascar est d’ailleurs officiellement assez bien dotée en Aires Protégées avec 6 Parcs Nationaux, 11 Réserves Naturelles Intégrales (R.N.I.) où en principe toute intervention humaine est exclue, et 23 Réserves Spéciales (conçues, comme les Parcs Nationaux, pour recevoir des visites). Par ailleurs l’intérêt international pour Madagascar en raison de l’originalité de sa biodiversité, a fait que de nombreux efforts se sont concentrés en faveur la Grande île à partir des années 1970 (W.W.F, P.N.U.D., U.N.E.S.C.O., Banque Mondiale, Coopérations étrangères, etc.), qui sont à la base d’un vaste projet, le Plan d’Action Environnemental (P.A.E.). La mise en place d’un réseau de réserve de la biosphère à Manarana-Nord est important (RAMANGASON, 1994), mais la riziculture est concurrente.

36Les efforts en agriculture et en sylviculture ne portent que sur un nombre extrêmement réduit d’espèces ; pourtant un grand nombre d’entre elles pourraient être déjà mises à profit par l’homme. Ainsi, en Amazonie il existe 1300 espèces de palmiers dont certains offrent des perspectives alimentaires intéressantes. L’un d’eux Mauritia flexuosa participe à l’économie régionale : ses fruits sont d’excellents substituts du lait de vache. Les graines d’un autre palmier, Orbygnya speciosa, donnent une huile ayant les mêmes propriétés que celle de coco et servent aussi à la fabrication de savon. Les recherches menées par l’UNESCO dans le cadre de son projet Gestion durable de la forêt tropicale, ont établi qu’il existe en Amazonie plus de 100 espèces d’arbres connus donnant des fruits à valeur nutritive

37Ces quelques exemples, loin d’être exhaustifs, montrent clairement le risque de dilapidation d’un capital (l’utilisation des plantes dans l’aide humanitaire) qui n’est même pas évalué. Il est donc urgent de protéger les zones présentant un intérêt écologique non seulement par éthique mais aussi par intérêt économique. La création de réserves, sans considération pour la population locale, n’est aujourd’hui qu’une solution à court terme à la crise de la biodiversité, un pis-aller. Le terme extrême (alibi pour nos bonnes consciences) est la création récente de conservatoires botaniques comme l’asile des « Royal Botanical Gardens » en Angleterre où, sur plus de 300 ha, on commence à tenter de conserver sous serres (les botanistes disent ex situ !) quelques exemplaires de plantes menacées ou vouées à la disparition. Les experts estiment que 500 000 espèces sont d’ores et déjà dans cette situation.

38En pratique, l’application des résolutions sur le terrain est très difficile à mettre en œuvre et le travail à accomplir est encore immense du fait des résistances des sociétés locales. En Afrique, le projet MAB de l’UNESCO (HADLEY, 1994) gère également la réserve d’Amboseli (Kenya) dans une zone de tension frontalière avec la Tanzanie et d’hostilité des pasteurs Massaï. Dans celle de Taï (Côte-d’Ivoire), la pression démographique a nécessité la création d’une zone tampon. Certaines réserves sont moins problématiques et permettent des recherches : à Diumonika (Congo), les études portent sur les interactions forêt-atmosphère ; dans la réserve de Luki (Zaïre) on étudie la chasse et ses effets sur la dispersion des semences et la régénération des forêts. Le problème est souvent l’hostilité des populations locales, comme dans les aires protégées du Togo ou chasse et destruction délibérée de plantations d’arbres se pratiquent (TCHAMIE, 1994). Au Bénin, dans le parc national de la Pendjari, de notables progrès ont pu être réalisés depuis 20 ans, grâce à une action gouvernementale de surveillance et un programme de coopération avec l’Allemagne fondé sur la télédétection (SAUERBORN-SCHELL, 1992). À la Réunion, la déforestation et les invasions d’organismes introduits ont provoqué la quasi disparition des forêts et des espèces de basse altitude et une perte dans la biodiversité (STRASBER, 1994), avec l’apparition de pestes végétales (BORDERES, 1994). À l’île Maurice, la forêt indigène est envahie par des espèces exotiques qui menacent elles-mêmes de disparaître malgré la création d’espaces protégés (MUNGROO, 1994).

39Les projets de réserves n’ont souvent de chances de réussir qu’associés à des projets touristiques durables (un tourisme écologique) qui sont encore trop rares (DABROWSKI, 1994). Mais même les grandes réserves du Kenya, dont l’importance économique est depuis longtemps avérée, sont constamment soumises à des atteintes répétées qui grignotent les parcs. Quant aux Parcs naturels du Rwanda, ils ont disparu depuis les troubles et la guerre civile de 1995-1996. Les zones protégées occupent actuellement 5 % de la surface des terres émergées (MACNEELY, 1994), mais en zone tropicale, elles ne sont souvent que sur le papier, car peu associées aux activités locales.

VI. LA DÉFORESTATION DES PAYS TROPICAUX : INTENTIONS ET DIFFICULTÉS

40Les bonnes intentions se heurtent à plusieurs types de difficultés :

41Les recherches et les inventaires, y compris pour les espèces dites secondaires ou qui nous sont moins connues, sont encore très insuffisantes. De plus, il faudrait replacer ces travaux dans un perspective plus globale sur les milieux déjà dégradés, perturbés, soumis au travail des paysans. Le concept d’aménagement des forêts tropicales repose sur celui, savamment manipulé par les organisations internationales, qu’elles sont une ressource renouvelable. Or les contraintes internes (hétérogénéité, structure, édaphisme, diversité spécifique, mécanismes de reproduction, productivité primaire) et externes (contraintes épidémiologiques, carences de communications, absence de marchés intérieurs, contraintes institutionnelles) sont loin d’être maîtrisées. À titre d’exemple on ne connaît pas le rôle de stockage que jouent les associations symbiotiques dans les relations sol/plantes/atmosphère ; on ignore le rôle exact, lors des opérations de mise en valeur, des mises en contact de l’homme avec des environnements étrangers. Les perturbations de l’équilibre du système forestier peuvent avoir des conséquences dramatiques sur les communautés humaines par l’introduction et la mutation des niches et des vecteurs de virus et de parasites. Paradoxalement les différentes instances scientifiques « responsables » ne semblent pas toujours avoir compris l’intérêt des recherches fondamentales sur l’environnement en liaison avec l’aménagement, et ce dans un but de développement. La volonté de séparer Sciences de la Nature et Sciences de l’Homme (l’exemple de la coupure voulue par un courant de pensée à la mode entre Géographie Physique et Géographie Humaine est un exemple significatif) affichée par certains est typique à cet égard. Les recherches en Environnement sont trop rares et surtout froides et modélisatrices alors qu’elles devraient être enthousiastes, naturalistes et ancrées sur les interactions homme-nature (RUELLAN, 1994). Le fonctionnement du Centre International pour la recherche en agroforesterie (CIRAF) est à cet égard intéressant (RAINTREE, 1994). Le Programme spécial pour les pays en développement lancé par l’union internationale des Instituts de recherches forestières (I.U.F.R.O.) semble travailler dans cette direction (RILEY, 1994). Quoiqu’il en soit, il est difficile d’échapper au fait que pour mieux gérer il faut mieux connaître et que la recherche forestière, comme les autres secteurs, nécessite engagement financier (surtout en personnel) et continuité (SALL, 1994).

  • la charge des dettes est écrasante dans les pays tropicaux et principalement en Afrique : les dettes du Nigeria et de la Côte-d’Ivoire ont été multipliées par 20 entre 1970 et 1980 et les rapports des dettes aux exportations dépassent souvent 20 % : dans les pays au sud du Sahara, elle était de 12 % en 1980-83 et de 20 % en 1988 et a continué d’augmenter. Le coût élevé des opérations forestières est donc un problème essentiel. Selon le Tropical Forestry Action Plan, un investissement de l’ordre de 30 M de dollars serait nécessaire pour conduire Madagascar à une situation satisfaisante, ce pays ne peut y suffire seul. Mais comme par ailleurs les fonds internationaux alloués à la protection de l’environnement sont limités, le pays, comme la plupart de ceux d’Afrique, devra compter essentiellement sur lui-même. Les besoins en investissements pour la recherche, la formation et l’éducation ont été entre 1987 et 1991 de 188 M de dollars pour l’Afrique. Les besoins pour la gestion de la forêt représentaient 210 M de dollars pour 8 pays producteurs (Côte-d’Ivoire, Nigeria, Ouganda, Congo, Cameroun, Liberia, Ghana, Zaïre). L’assistance accordée à la sylviculture tropicale représentait 1,1 milliard de dollars en 1988. Les besoins en investissement pour les bois combustibles et en agrosylviculture représentait 490 M de dollars pour 20 pays d’Afrique sur les 1899 M de dollars en 1987-91 pour 32 pays tropicaux. La déforestation est avant tout un phénomène socio-économique, aussi les remèdes doivent-ils tenir compte des réalités nationales.
  • l’inertie, voire les entraves mises en œuvre par l’Administration elle-même, compromettent bien des programmes. Les exemples sont nombreux et variés : employés qui ne reçoivent ni matériel, ni semences, ni avances pour commencer le travail ; agents forestiers complices de prédateurs ou prédateurs eux-mêmes ; gaspillages ou détournements ; blocage d’autorisations, délayage de responsabilités, corruption, etc.
  • enfin, la méfiance ou l’hostilité des paysans peut faire échouer le meilleur des projets. Dans tous les cas ces derniers doivent être réellement associés aux décisions et celles-ci doivent être perçues par eux comme clairement avantageuses. La résistance des Massai en Afrique de l’Est contre les décisions de l’administration coloniale, visant à mettre en place de vastes élevages et des domaines agricoles de colons blancs sur leur territoire, a été suivie du non-respect des lois foncières et du refus de quitter les zones de protection après la création du Parc national du Serengueti en 1940 (GHIMIRE, 1994). Il a fallu diviser le parc en deux, les éleveurs disposant de la zone du Ngorongoro. Sans ce préalable indispensable, les projets les mieux conçus sont souvent voués à l’échec, car les agriculteurs ou pasteurs ont une autre conception des priorités que les aménageurs (RAINTREE, 1994). L’utilisation des terres a toujours été source de conflits et les projets doivent en tenir compte (NJITI et SHARPE. 1994). Les projets sectoriels et sans partenariat ont toutes les chances d’échouer (GUEYE et al., 1994). Une collaboration État / ONG / collectivités rurales paraît indispensable pour la réussite des projets (KORTEN, 1994 ; MANIATES, 1994).

Figure 8 : La complexité de la déforestation et des conséquences sur le milieu naturel et les hommes.

Table des illustrations

Légende Figure 7 : Les pratiques de gestion traditionnelle sont mises en évidence sur ce bloc-diagramme des champs liés à l’agriculture sur brûlis sous couvert des forêts humides (pays Bamvélé-Ouest de Bertoua-Sud Cameroun) (d’après Pomel et Schulz, 1994).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Légende Figure 8 : La complexité de la déforestation et des conséquences sur le milieu naturel et les hommes.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1415/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 508k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search