Version classiqueVersion mobile

C’était demain : anticiper la science-fiction en France et au Québec (1880-1950)

 | 
Patrick Bergeron
, 
Patrick Guay
, 
Natacha Vas-Deyres

Partie II. Anticiper la science-fiction en France

« Toute l’horreur de l’inconnu » : la figure de l’Autre, entre fascination et rejet, dans l’anticipation française (1908-1953)

Simon Bréan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La parution au Mercure de France de La Machine à explorer le temps et de La Guerre des mondes en 1899 et 1900 constitue un tournant symbolique, mais aussi thématique, pour la pratique du récit d’imagination scientifique en France. En effet, ce qu’on désigne à partir de 1904 comme les « anticipations » de M. Wells1 est admiré par un large public, populaire comme lettré, ce qui promet une légitimité plus grande à quiconque marcherait sur ses pas. En dehors de leur succès critique, les œuvres de Wells offrent aussi aux écrivains français la possibilité d’un renouvellement profond de leur démarche conjecturale, en faisant un enjeu central de la spéculation sur l’altérité. Les deux romans majeurs de Wells n’anticipent guère sur l’avenir de l’humanité d’un point de vue technique, intellectuel, social ou moral : ils offrent des aperçus sur ce que pourraient devenir les êtres humains après des millénaires d’évolution biologique. Qu’il s’agisse des cerveaux tentaculaires assoiffés de sang qu...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search