Version classiqueVersion mobile

La déforestation dans le monde tropical

 | 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Chapitre V. Les effets sociaux, économiques et politiques : crises alimentaires et de l’énergie, crises de terre et crises sociales

Texte intégral

1La déforestation est dans bien des cas un révélateur de crises sociales profondes : conception technocratique de l’aménagement, méconnaissance ou utopie concernant les ressources peu ou pas renouvelables, non prise en compte des échelles spatio-temporelles des fonctionnements naturels, enfin conception volontaire et non-prise en compte de la gestion de l’environnement. Il faut bien admettre, dans certaines régions, une véritable dynamique sociale de la « désertification » (au sens d’AUBREVILLE, 1949, qui appliquait ce terme aux forêts de la basse Côte-d’Ivoire) liée à la déforestation (BUTTOUD, 1989). Compte tenu des modes de production en vigueur, la capacité de charge démographique est dépassée dans de nombreuses régions de l’Afrique sahélienne, de l’Afrique orientale ou méridionale, dans le centre et le sud de Madagascar, dans de nombreux pays d’Amérique latine ou d’Asie du sud-est ou en Inde et au Bangladesh : la dérégulation sociale ne permet plus la maintenance des réserves forestières et agraires. L’évaluation des effets de la déforestation sur les sociétés est cependant délicate, surtout pour ses composantes politiques, dans la mesure où le discours idéologique masque souvent les connections avec les bilans des dégradations. Il est d’ailleurs difficile d’échapper à ce type de critiques. Par ailleurs l’approche de cette question devrait passer par une analyse du problème de l’appartenance de la forêt. Est-elle bien collectif, approprié, concédé, etc. ? La réponse n’est pas neutre quant aux conséquences sur le devenir de la forêt, mais pour mieux nous en tenir à notre propos nous n’avons pas développé cet aspect qui relève pour beaucoup de la sociologie, de l’ethnologie, voire du droit foncier et coutumier.

I. LA DOMESTICATION DES FORÊTS TROPICALES ET LE ROIS-ÉNERGIE

A. Les débuts de la déforestation dans les pays tropicaux

2Le début de la déforestation dans les forêts tropicales est assez mal connu et sans doute très ancien. On peut cependant affirmer que depuis les débuts de l’agriculture au Néolithique (7 000 à 4 500 BP) jusqu’au début de ce siècle, la surface totale des forêts tropicales mondiales ne s’est guère modifiée et s’est maintenue autour de 12 M km2. En Australie on sait que les pratiques sont très anciennes, mais le nombre accru des feux de forêt semble coïncider avec l’arrivée des Européens (GELI et KENYON. 1990). À Java, la déforestation est marquée par des phases anciennes de régression des forêts marécageuses en particulier vers 1500 BP (SEMAH et al, 1992). Au Brésil central, les feux de forêt démarrent vers 6000 BP (ABSY et al., 1991) et la forêt mésophile se reconstitue vers 3000 BP : les défrichements « modernes » n’apparaissent qu’après 600 BP (VERNET et al., 1994).

3En Afrique équatoriale la déforestation commence sans doute vers 3000 BP dans le bassin du Congo, bien que la pratique des feux soit plus ancienne. Elaeis guinensis, sans doute domestiqué, apparaît à partir de 2 850 BP et la forêt a pratiquement disparu des régions littorales (ELENGA et al., 1992). L’ouverture des forêts des massifs du Chaillu et du Mayombe entre 3 000 et 1 230 BP aurait eu pour conséquence une détérioration climatique dans la vallée du Niari et un assèchement du lac Sinnda (VINCENS et al., 1994). Au Gabon entre 1 400 et 1 500 BP. les premières traces de brûlis sont laissées par des métallurgistes (OSLISLY et DESCHAMPS, 1994), mais la présence humaine est attestée dans les grottes vers 5 670 et 3 900 BP, avec une utilisation médico-magique des bois — poison du Strophanthus — (OSLISLY et al, 1994). L’exploitation de la forêt est ancienne dans un remarquable système de domestication des plantes utiles. L’exploitation des plantes forestières et la capture des animaux sauvages étaient pratiques courantes dans l’ancienne Égypte et une expédition vers 5 400 ans B.P. avait même ramené des Pygmées. Tous les esclaves noirs de la Grèce, de Rome, d’Égypte, de Phénicie (etc.), ne provenaient pas seulement de Nubie, mais aussi des forêts du bassin congolais, voire de la zone guinéenne.

4Toutes ces atteintes anciennes sont cependant restées légères et surtout rarement irréversibles de telle sorte que les grands équilibres et les évolutions restaient essentiellement naturels. Les processus de régression et de dégradation de la forêt tropicale commencent à partir du xxe siècle avec le développement des cultures commerciales et alimentaires à grande échelle. Puis, en quelques décennies, tout a basculé. Une régression inexorable des forêts s’est opérée avec les différentes conquêtes coloniales et le partage de l’Afrique, avec un état des lieux dressé par le capitaine C.H. STIGAN dès 1913. Par la suite, apparaissent l’agriculture de front pionnier, les exploitations forestières, le développement des routes et voies de communication, enfin l’utilisation massive du bois comme ressource alternative d’énergie. Aujourd’hui, le charbon de bois représente 40 % de la consommation énergétique de l’ensemble des pays tropicaux ! Le résultat en est que depuis 1950, près de la moitié des forêts tropicales a été détruite et cela à un rythme qui s’accélère.

5La forêt tropicale apparaît donc comme une ressource économique de premier plan et à disposition, mais qui disparaît. Pour les pays tropicaux l’exploitation forestière représente entre 2 et 6 % du P.I.B. (Tableau III). Comme on peut le constater, la comparaison avec la première puissance économique du monde et le pays européen le plus foresté est éloquente.

Tableau III : Quelques pourcentages des revenus de l’exploitation forestière par rapport au PIB.

6Malheureusement l’exploitation de la forêt s’est effectuée le plus souvent selon un comportement de prédateur et sans grand souci de gestion de la ressource. Désormais il ne reste plus en Côte d’ivoire que 5 % des superficies forestées du début du siècle, 4 % en Gambie et 2 % en Haïti. À Madagascar, malgré des actions humaines pourtant historiquement très récentes, il n’existe déjà plus que de rares vestiges (DUMETZ, 1994) de l’ancienne forêt du sud-est à Humbertia madagascariensis (espèce décrite en 1650 par E. de FLACOURT). En Asie, la peau de chagrin est de plus en plus réduite : les grandes forêts à tigres de l’Inde ne sont que des souvenirs de roman et même la Papouasie est sérieusement touchée. Le grand massif forestier de l’Amazonie est de plus en plus mis à mal depuis l’époque légendaire des seringueros* et la réalisation des routes transamazoniennes.

B. Déforestation, alimentation et systèmes traditionnels : agriculture sur brûlis et écocultures

7Chaque année la source de pression principale sur les forêts demeure l’expansion de l’agriculture. Sur les 800 M de ruraux qui vivent en majorité dans les forêts tropicales (dont plus de 50 M de personnes dans les forêts tropicales pluviales), la plupart n’ont pas de terre. Ils sont soumis à une dotation de chefs de terre et donc à un système de rotation et de pratiques itinérantes. D’après la F.A.O., l’agriculture itinérante sur brûlis serait responsable pour 70 % de la déforestation en Afrique, 50 % en Asie et 35 % en Amérique latine (GUTELMAN, 1989). Mais il est important de nuancer la responsabilité des peuples de la forêt à sa destruction (DE KONINCK, 1994). L’agriculture sur brûlis lorsqu’elle est pratiquée sans labour, avec des jachères longues et sans volonté de déforestation, contribue à la régénération de la forêt au même titre que les chablis naturels. De plus les essarts sont souvent cultivés sous couvert forestier, avec conservation des espèces utiles et protectrices. Il est faux de prétendre que les « essartera s professionnels » des sociétés de la forêt sont en cause dans les pratiques sauvages qui sont aujourd’hui employées par des populations qui ont totalement perdu leurs repères agraires, ou sont des peuples de savane. Le problème réside en fait dans l’utilisation d’une technique qui a fait ses preuves quand elle était pratiquée par des communautés qui savaient et voulaient vivre en forêt. Elle est actuellement utilisée par des populations de colons à des fins de défrichement définitif, lesquelles n’ont pas choisi délibérément d’y vivre. Ces nouvelles populations « déguerpies » pour des raisons complexes, quête à la nourriture ou à l’argent, quête de terres, exode de guerre, etc., sont souvent ignorantes des pratiques locales et des savoirs paysans. L’urgence comme la survie ne sont pas toujours simples à gérer pour des sociétés déracinées.

8L’agriculture sur brûlis nécessite 9 ans de repos après 1 an de culture et plus de 15 ans, après 3 ans de culture. Stabiliser les cultivateurs itinérants a souvent posé plus de problèmes que cela en a résolu. Le temps de jachère a souvent été réduit à 2 ou 3 ans et la pratique systématique des feux, surtout tardifs, épuise les sols et favorise les rudérales pyrotolérantes et envahissantes comme Imperata cylindrica. Les améliorations de ce système intensif (amendements, plantes nitrifiantes) se heurtent à trois obstacles de taille : l’investissement en temps supplémentaire de travail, la rentabilité différée et le coût pour des populations en survie chronique.

9Au Sahel et dans les zones soudaniennes, sédentarisation, exploitation incontrôlée des ressources et déplacements de populations, ont engendré un véritable épuisement des ressources (GORSE, 1985) et de plus en plus se posent des problèmes alimentaires, car les zones boisées représentaient une réserve de produits. L’introduction de visées technocratiques a imposé des conceptions socio-alimentaires et des dépendances face aux écocultures (DE BOECK et DEVISCH, 1995). Traditionnellement les stratégies alimentaires puisaient dans les ressources forestières. L’arbre était nourricier (BERGERLT, 1990), guérisseur (MALGRAS, 1992) et moyen de lutte contre la désertification (SENE, 1985). Il assurait une fonction de soudure et d’appoint en vitamines, comme c’est encore le cas au Zitenga burkinabé (GUINKO et PASGO, 1992). Les produits forestiers non ligneux (WICKENS, 1991) — plantes utilisées comme aliments, fourrages, combustibles, médicaments, fibres textiles ou produits biochimiques ; animaux, oiseaux, reptiles, poissons, insectes etc., dont on utilise la chair, la peau, la fourrure et les plumes — ont été finalement très dévalorisés dans une alimentation de type hégémonique occidentale.

10Dans le système traditionnel, les sociétés géraient de véritables agroforêts ou des parcs complexes avec de nombreuses espèces à vertus médicinales, alimentaires ou sacrées. Les tribus de la forêts utilisaient un système d’échange complexe qui ménageait les spécificités culturelles et les survies écologiques (STILES, 1994). Les mutations de l’agriculture sur brûlis (OXBY, 1985) illustrent donc une crise dans les relations hommes/terres et le passage d’un système de gestion à un système d’exploitation utilisant les mêmes techniques. Le seul frein est souvent d’ordre religieux. En effet, bien que les forêts sacrées ne soient pas des reliquats naturels, mais des lieux à espèces sauvegardées ou sélectionnées pour leurs vertus ou comme signes historiques ou culturels, elles constituent souvent les rares reliquats existants. Dans certaines régions particulièrement touchées, les bois sacrés eux-mêmes sont menacés. L’ensemble du système écologique est radicalement perturbé et les ruptures de traditions ont engendré un stress alimentaire important (DEVISCH et al, 1995), surtout du fait de la disparition de nombreuses éco-cultures.

C. Déforestation et bois-énergie

11L’homme est le principal auteur des destructions forestières et les raisons qui l’amènent à le faire sont nombreuses, traditionnelles et perçues par lui comme indispensables. De façon traditionnelle, le bois a toujours été considéré comme une ressource permettant d’assouvir des besoins domestiques quotidiens : pour le bois d’œuvre (case, meubles, outils) et surtout pour le bois de chauffe (Photographie de couverture). Vers le début des années 1980, la biomasse dans le bilan-énergie atteignait 65 % en Afrique contre à peine 1 % en Europe et en Amérique du Nord : en Amérique latine le bois-énergie représente 20 % de l’énergie totale et 22 % en Asie ; pour l’ensemble des pays tropicaux en voie de développement le bois représente 26 % de l’énergie (NEWMAN, 1990). La corrélation est très nette avec le niveau de pauvreté (DE KONINCK, 1994). L’étendue de la pénurie de combustible touche l’ensemble des terres tropicales et la F.A.O. estime qu’en l’an 2000, 2,4 milliards de personnes seront touchées par le manque de bois, soit 960 M m3. Une véritable famine menace donc par manque d’énergie : de nombreuses familles ne consomment plus qu’un repas/jour par manque de combustible ou du fait d’un allongement des trajets d’approvisionnement. On estime que 400 M t de bouses sont utilisées comme combustible dans les régions où les réserves forestières ont disparu. Le bilan de l’énergie dans les communautés rurales est accablant (VENNETIER. 1981-a) et les substitutions semblent impossibles (BUTTOUD, 1989).

12Le manque de bois de chauffage représentait en Afrique 131 M t eu équivalent charbon en 1980 et atteindra sans doute 464 M t en l’an 2000. L’Amérique latine n’est pas mieux lotie avec respectivement 143 M t en 1980 et 342 M t en 2 000. En Asie, le manque est impressionnant et représentait 710 M t en équivalent charbon en 1980 et atteindra 1434 M t en l’an 2000 (NEWMAN, 1990). On estime que 70 % du bois récolté dans les pays tropicaux sert localement de combustible (REPETTO, 1990) et, selon la F.A.O. la consommation de bois-combustible dans le monde atteint près de 4 000 M m3 (le double de celle de bois de construction) contre moins de 1 500 M m3 en 1950 : les forêts partent en fumée. Dans les régions les plus touchées, les familles peuvent passer jusqu’à 300 heures/an à récolter le bois qui peut atteindre 40 % de leur budget et 100 M de personnes en manquent en Afrique. Du bois exploité, près de 80 % sont utilisés comme combustible (NEWMAN, 1990). L’usage n’est pas nouveau, mais les coûts du gaz depuis la crise pétrolière, les augmentations de la consommation d’énergie avec le développement démographique et du niveau de vie en font un problème accru. Le passage à des sociétés industrielles et urbaines, qui consomment entre 2,6 et 30,8 t de bois/ha/an, crée un seuil critique face à la productivité des forêts tropicales (entre 1.4 et 8.3 t/ha/an), alors que ces mêmes forêts sont très entamées par la déforestation.

13La crise du bois de feu est surtout patente dans les zones sèches. Au Sahel, la situation du « bois-énergie des pauvres » est alarmante, surtout depuis les augmentations des coûts pétroliers et du butane de la décennie 70-80 : 4 M ha de formations arborées auraient été détruits entre 1980 et 1985. La disponibilité en bois de feu serait de 0,01 m3/km2/an/personne pour les zones saharienne et sahélo saharienne, 0,4 m3 pour la zone sahélienne, 6,5 m3 pour la zone sahélo soudanienne, 13.8 m3 pour la zone soudanienne et 14,1 m3 pour la zone soudano-guinéenne. La consommation serait respectivement de 0,5 m3/hab/an. 0,6. 0.7 et 0,8 m3 (Banque Mondiale cité par SOW, 1990). Hormis la zone soudano-guinéenne, la population effective dépasse la population supportable par le couvert forestier. En Lan 2000, il y aura 50 M de Sahéliens, dont le tiers habitera les villes. Le déboisement devient alarmant avec des pratiques agro-pastorales à productivité constante et une pression considérable : au Burkina et au Tchad le prélèvement est de 800 m3/ha/an, au Niger de 670 m3, au Sénégal de 500 m3 au Mali de 360 m3. Seule la Mauritanie, avec « seulement » 130 m3, assure une substitution grâce aux produits pétroliers. À Maroua (nord-Cameroun) par exemple, le problème s’est accru après 1970 : en 1976, 235 000 stères/an étaient consommés, soit 47 000 ha de savanes arborées (SALE. 1981). Dans la région de Maradi au Niger, c’est la transformation des systèmes agro-pastoraux qui semble responsable de l’état de pénurie, avec la disparition des mosaïques d’utilisation et des friches boisées, l’apparition d’auréoles surexploitées autour des villages, souvent d’implantation récente et artificielle (RAYNAUT. 1981). Au Kenya, en 1978, le bois de feu représentait 26 M de m3/an et le charbon de bois 310 000 m3 (BURLEY, 1981). Au Rwanda le rôle des centres urbains est considérable : les ménages, la construction, et les fabriques de briques consomment 6 462 ha de savanes arborées/an ou, au croît annuel, 20 196 ha de reboisement (SIRVEN, 1981). À N’Gaoundéré au Cameroun, la consommation en 1976 représentait 60 000 stères/an, soit un marché de 100 M de F. CFA (VENNETIER, 1981-b). En Zambie on estime à 369 M de bags (35 kg) la production de charbon de bois, soit 19 400 ha déboisés pour l’ensemble du pays en 1980 : 8,2 M de sacs de charbon de bois sont commercialisés à Lusaka et dans les villes des provinces de la zone centrale et de la Copperbelt (KALAPULA, 1989). Les besoins en bois de feu ont engendré une déforestation de 64 % des réserves sur un rayon de 50 km autour de Lusaka soit 1 150 ha/an. Dans la zone minière 11 000 à 13 800 ha disparaissent par an et 24 000 ha pour l’ensemble du pays. Pour l’ensemble de la zone sèche, on estime les besoins en bois entre 23.2 et 44,42 M m3/an en l’an 2000 (BURLEY, 1980).

14À Madagascar, au début des années 1980, pour la seule alimentation de Tuléar (45 000 habitants) en charbon de bois, il était détruit 5000 ha de forêt par an (ANDRIANBOLOLONA, 1979). En 1996, la population de cette ville a plus que doublé... En 1990, 80 % des besoins énergétiques et 95 % des besoins des ménages de Madagascar étaient satisfaits grâce au bois. On détruit aussi la forêt pour de nombreuses autres raisons : pour la chasse (rabattage), pour la sécurité (autour des villages), pour des raisons sanitaires (nettoyage), politiques (contestation vis-à-vis de l’administration qui interdit les feux) ou de pyromanie. Madagascar compte aujourd’hui environ 11 M d’habitants avec un taux élevé de croissance de 3 %/an. En 25 ans la population a doublé, tandis que 90 % des forêts ont disparu. À ce rythme la population atteindra 16 millions à la fin du siècle et aura triplé en 2015. À ce moment là, Le bois de chauffe sera inexistant.

15La situation en Afrique humide n’est guère plus reluisante et en l’an 2000, 535 M d’Africains ne pourront plus assurer leurs besoins en bois de feu. La dendroénergie à usage domestique est devenue un problème difficile à résoudre sans faire appel aux stratégies locales (SOUSSAN, 1993). Les énergies de substitution comme les boulettes de charbon minéral au Sénégal sont prometteuses mais d’application délicate du fait des contraintes sociologiques (SOW, 1985). Une voie très prometteuse est celle de l’amélioration (foyers fermés) des fourneaux (Jiko au Kenya ; Chuta en Inde, etc.) à partir des années 1980, avec l’aide notamment de l’UNICEF. Ces techniques permettent selon les modèles d’augmenter l’efficacité de 10 à 40 %. Cependant ces améliorations techniques incontestables sont parfois difficiles à appliquer pour des raisons sociologiques et psychologiques et souvent les essences de substitution à croissance rapide comme l’Eucalyptus sont un échec, au moins pour la cuisine du fait du goût laissé par la fumée. La solution élégante des fours solaires (plus de 100 000 fonctionnent aujourd’hui en Inde et en Chine, et le Kenya se lance dans cette voie) se heurte également à de nombreuses réticences. On estime qu’une personne peut exploiter un demi-hectare par an en bois de chauffe sans menacer la régénération de la forêt tropicale. En région himalayenne la pression atteint 7 ha/an en moyenne.

16Il existe de nombreuses incertitudes concernant ces bilans critiques : en effet, les problèmes de régénération pour la capacité d’une forêt à produire du bois de chauffe, ne dépendent pas seulement du type de forêts (forêt de plaine, ripisylve, mangrove, forêt de montagne) et de la zone climatique (équatoriale ou subtropicale), mais aussi des espèces prélevées. Certaines espèces à croissance rapide se régénèrent très vite, d’autres ont très peu de chance de se reconstituer. Ces difficultés ne doivent cependant pas masquer un constat alarmant.

II. LA GUERRE POUR LES TERRES, L’EXPLOSION DÉMOGRAPHIQUE ET LES INSTABILITÉS POLITIQUES : MUTATIONS PÉRIURBAINES ET DÉSTRUCTURATIONS RURALES

17En Afrique et à Madagascar, comme dans de nombreux pays d’Amérique latine et d’Asie de moussons, il est admis aujourd’hui que la principale cause de la déforestation est la recherche de nouvelles surfaces agricoles face à une démographie galopante qui augmente la pression sur les ressources. Avec des taux de croissance de 3,3 % entre 1980 et 1985 et probablement de 3,4 % entre 1985 et 2000 en Afrique de l’Ouest, la vulnérabilité est aussi liée à une population jeune : la moitié des habitants a moins de 15 ans.

18La densité de la population rurale en forêt tropicale non altérée serait de 1,7 hab/ha, avec une augmentation de 1,58 %/an. On estime à 300 M le nombre de paysans qui abattent les forêts tropicales primaires (800 millions en comptant les forêts secondaires) et à 160M les nomades pastoraux et les pasteurs des zones forestières. Cependant la capacité d’une forêt tropicale est variable suivant les ethnies et les techniques, en particulier la vitesse de rotation des terroirs ou les pratiques d’itinérance, voire les époques d’évaluation : elle serait de 48 hab/km2 chez les Hanuno de Luçon aux Philippines en 1959, 25 hab/km2 chez les Iban du Sarawak à Bornéo en 1955, variant entre 1 et 10 hab/km2 chez les indiens Campas d’Amazonie en 1973. L’agriculture sur brûlis serait susceptible de supporter 50 hab/km (NEWMAN, 1990).

19Dans l’ensemble des pays tropicaux on estime à 800 millions les paysans sans terre. Les besoins en terre sont considérables et les terres arables devraient s’étendre d’au moins 80 M ha d’ici l’an 2000 aux dépens de la forêt tropicale (ALEXANDROS, cité par DE KONINCK. 1994). Chassés par le chômage, des citadins ont migré vers les campagnes et se sont reconvertis (mal) dans des activités agricoles menaçant les forêts (Photographie 6). La déforestation a certes libéré des terres agricoles en Afrique humide, mais a surtout profité aux grandes plantations. En Afrique sèche le capital boisé représentait une réserve de terres ou un tampon pour les rotations ou les associations avec l’élevage (Sérère du Sénégal, ou Sarakolé du Mali, utilisant les bois ou les parcs à Acacia comme réserve de fourrage).

20Des exemples de dégradation par pression démographique récente existent au Burkina (BANDRE et al., 1993) où l’on observe, entre 1955 et 1980, des régressions des surfaces arbustives, arborées et ripicoles qui passent respectivement de 44 à 19,2 %, de 20,6 à 10,5 %, de 2,7 à 1.4 % dans la région de Koumestenga (est du pays) avec une augmentation des savanes-parcs (de 28,9 à 59,3 %) et des zones nues (de 0.7 à 3,4 %). Entre 1952 et 1981, les formations agrestes augmentent de 148 % pour les champs, de 322 % pour les jachères, de 102 % pour les savanes dégradées, de 47 % les zones nues dans l’ouest du pays, région de Gboué (BANDRE et al. 1989). Des observations comparables, ou plus drastiques, ont été faites dans le Sahel burkinabé (province de Séno) où ruissellement, érosion et croûtes de battance affectent le pays Mossi ainsi qu’une grande partie des terroirs du pays (SANOU in BANDRE et al.. 1989. DA DAPOLA in BANDRE et al. 1989).

21L’agriculture itinérante sur brûlis largement pratiquée à Madagascar comme en témoignent ses multiples noms (Tavy de la Côte Est. Jinga du nord-est, Hatsaka des Sakalava, Tetikala des Mahalaly, etc.) données par les populations forestières (tels les Tanala ou les Betsimisaraka) a vu ses rotations s’accélérer. Ces perturbations pour la forêt ne seraient pas aussi graves qu’on a bien voulu le dire (l’agriculture itinérante sur brûlis a été la bête noire des administrations forestières coloniales) tant qu’elles restaient modérées (COULEAU, 1972). Le problème est qu’elles se sont étendues et intensifiées sous l’effet de la pression de la croissance démographique. Ce système impliquait une très longue jachère, dont l’optimum écologique est d’une trentaine d’années. Tout raccourcissement conduit à une rupture d’équilibre : la forêt cesse de se régénérer spontanément car les arbres n’ont plus le temps de pousser et donner des graines, et le feu n’élimine plus les graines d’herbacées faute de combustible. La savanisation apparaît, irréversible car entretenue par les feux. Sur le versant Est le développement de la riziculture de bas-fonds et l’exode rural sont les premières réponses apportées aux pertes de fertilité et à l’accroissement de l’érosion des sols. Sur le versant Ouest ce processus est aggravé par le dessèchement de l’air et la volonté des paysans éleveurs d’étendre les terrains de parcours et d’améliorer les pâturages, ceci afin d’accroître leurs troupeaux.

22En Asie « la guerre pour la terre » prend encore souvent la forme d’une colonisation anarchique : à Java, par exemple, avec des densités de plus de 1800 hab/km2, 45 % de paysans sans terre, 35 % supplémentaires aux ressources alimentaires insuffisantes, une concentration des terres (1 % des propriétaires possède 1/3 des terres), et près de la moitié des colons n’ayant aucune expérience rizicole. En Indonésie, le gouvernement a déplacé un million de familles de Java, île surpeuplée, vers les îles voisines et 80 % de ces colons ont été des défricheurs. Ce processus n’est pas récent, puisque le nombre des colons qui quittaient Java vers les autres îles est passé de 68 600 en 1936 à 206 020 en 1940 (PELZER, 1948). Les défrichages illégaux étaient très importants aux Philippines entre 1921 et 1940 (jusqu’à 6000 ha/an). En 1941, sur l’ensemble des îles hors Java, on comptait encore 68 % de forêts en 1941, Sumatra en avait encore 62 %, Bornéo 77 % et les petites îles 66 %. Sumatra avec un taux de croissance de 3,3 % a perdu ses forêts au rythme de 1,6 %/an entre 1986 et 1990. Les sociétés de planteurs brûlent ce qui reste de forêt après l’intervention des coupes de bois pour dégager des terres propres pour les plantations de palmiers à huile ou d’arbres à pâte à papier. Les incendies sont tels qu’en septembre 1997 plusieurs aéroports de Kalimantan ont été fermés pour manque de visibilité. L’Indonésie est le premier exportateur mondial de contreplaqué.

23Aux Philippines, les forêts couvraient la majeure partie de l’archipel au début du siècle, les 2/3 en 1945, et ne représentent aujourd’hui que 1/5 soit environ 64 600 km2. Dans l’état de Sabah en Malaisie, les forêts couvraient plus de 83 % de l’espace en 1953, 63 % en 1983 et aujourd’hui à peine 41 %, soit 30 000 km2. La plus vaste surface forestière d’Asie du Sud-Est, 0,7 M km2 se trouve en Nouvelle-Guinée. Vers les années 1990, environ 80 à 85 % des forêts de l’Irian Jaya à l’ouest et 75 à 80 % de celles de Papouasie-Nouvelle-Guinée étaient encore intactes ou gérées par un système de gardens forestiers par les Papous. L’ouverture de concessions d’exploitation à des compagnies étrangères australiennes et japonaises a engendré depuis une déforestation active dont l’ampleur et la brutalité n’ont guère d’égal dans l’histoire des forêts. Au total, en l’espace de 30 ans, l’Asie a perdu la moitié de sa couverture forestière.

24Au Brésil, la population agricole a augmenté de 4 % par an entre 1981 et 1984 et les salaires ont diminué de 40 % entre 1981 et 1985, ce qui maintient une pression sur les espaces forestiers libres. La ruée sur les terres amazoniennes brésiliennes a connu plusieurs périodes clés, depuis la quête au caoutchouc au tout début, jusqu’à la ruée des années 30, qui se poursuit encore aujourd’hui, avec le développement des ranchs ou de la cocaïne-connection. Au Pérou, 10 % de la forêt ombrophile auraient été détruits au cours de ce siècle pour ce trafic qui rapporte par an entre 700 M et 1,6 milliard de dollars à l’économie péruvienne. Le traitement de la cocaïne polluait plus de 150 cours d’eau en Pérou en 1989. La fastueuse période de la Transamazonienne a transformé l’État de Rondonia en un gigantesque brasier. En 1988 une surface équivalente à celle de la Belgique a été détruite par le feu sur les propriétés d’un holding possédant une concession de 1400 km2. Ce triste record absolu dépasse de loin l’incendie gratuit des 1,2 million d’hectares à Bornéo en 1983, mais pas les 8 000 km2 de 1997 dans la même île ! Certaines provinces du Brésil sont de véritables far-west. Le long de l’artère BR364, les morts par balles se comptent par centaines chaque année. Les enfants non scolarisés dépassent les 200 000, pour une faible colonisation effective. Seules 7389 familles seraient installées sur les 100 000 prévues en 1974. Il faut y ajouter les effets du « tout au bétail » : on estime que c’est la cause de 72 % de la déforestation au Brésil, la cause majeure au Costa Rica et dans de nombreux pays amazoniens. Une étude a évalué qu’un hamburger vendu représente 6,25 m2 de forêt tropicale détruite (NEWMAN. 1990) ! Sinistre !

25L’Afrique comme le reste des Tropiques est devenue une terre d’instabilité politique, « terre de risques et de violence » (GALLAIS, 1994), avec des exemples cruels et récents au Rwanda, au Burundi, ou en Éthiopie et dans la Corne de l’Afrique. Le conflit sénégalo-mauritanien n’avait-il pas des racines aussi dans les terres irrigables du fleuve Sénégal ? Les rivalités prennent souvent l’image ou le prétexte de conflits interethniques qui masquent les tensions pour la quête des terres. La quête pour les terres nouvelles est devenue sauvage dans les conflits larvés de Papouasie ou les guérillas du Guatemala. De nombreuses violences intertribales ou interethniques (Rwanda, Burundi) masquent mal cette quête.

26Certains de ces conflits montrent bien : « le fonctionnement des fronts pionniers et le remplacement (après élimination, substitution ou assimilation) des peuples de la forêt, des itinérants, et des nomades, trop mobiles, trop autonomes, pas assez visibles pour des états modernes et qui préfèrent avoir comme alliée sur le terrain, une paysannerie dépendante » (DE KONINCK, 1994).

27Les modèles territoriaux de l’État, les problèmes de frontières et d’interfaces culturels ou religieux (cas de l’Islam en Afrique tropicale) sont ainsi au cœur des instabilités (DALLAIS, 1994). L’éradication sédentarisation des pasteurs sahéliens est indissociable de la désertification de la bordure sud du Sahara ; le « déguerpissage » des populations des bidonvilles d’Afrique côtière est associée aux bouleversements qui affectent les secteurs forestiers proches. Les bouleversements écologiques de la déforestation sont liés aux déstabilisations géopolitiques qui modifient les systèmes de gestion raisonnée.

Table des illustrations

Légende Tableau III : Quelques pourcentages des revenus de l’exploitation forestière par rapport au PIB.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search