Version classiqueVersion mobile

C’était demain : anticiper la science-fiction en France et au Québec (1880-1950)

 | 
Patrick Bergeron
, 
Patrick Guay
, 
Natacha Vas-Deyres

Partie I. Initialiser la science-fiction au Québec

Genèse d’un imaginaire : anticiper l’apocalypse dans le Saguenay du xixe siècle

Jean Levasseur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Vivre du fruit de ses écrits de fiction s’avère, dans le Québec du XIXe siècle, un cruel oxymoron. Daniel Mativat a déjà souligné, en 1995, combien le lectorat potentiel réduit, le système d’éducation déficient, le réseau de bibliothèques publiques famélique, le taux d’analphabétisme élevé, l’absence d’un cadre juridique solide protégeant la propriété littéraire et la structure particulière des entreprises d’édition, pour ne citer que ces quelques éléments, participèrent à la presque impossibilité, pour l’écrivain québécois du 19e siècle, à atteindre l’autosuffisance financière : « En fait, au XIXe siècle, sauf exception, il n’est pratiquement pas possible pour l’écrivain de vivre de sa plume. P. J. O. Chauveau ne disait-il pas d’ailleurs, en boutade, que ses droits d’auteur payaient à peine son tabac1 ? » Quel contraste donc avec Alexandre Dumas, qui mettait annuellement 400 000 $ dans ses goussets, Eugène Sue, dont chaque feuilleton lui rapportait quelque 300 000 $, ou encore Jule...

Auteur

Université Bishop’s

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search