Version classiqueVersion mobile

La déforestation dans le monde tropical

 | 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Chapitre IV. Les effets hydrologiques et sédimentaires : crises érosives, crues, atterrissements lacustres et littoraux

Texte intégral

I. L’ÉVOLUTION DES RÉSERVES HYDRIQUES

1Les apports hydriques constituent l’une des bases des mécanismes de fonctionnement d’un écosystème. Ces apports se font sous deux formes, l’une par les pluies, la seconde sous forme de précipitations néphéléniques. Ces dernières conditionnent le cycle phénologique des espèces forestières et peuvent représenter parfois plus de la moitié des précipitations totales. Or la régénération des espèces ligneuses est directement liée à l’importance des ressources hydriques dont une grande part se situe dans le sol. Plusieurs études ont montré que faute de ressource hydrique suffisante la régénération n’était plus possible. Les études menées par BLOT (1994) en Éthiopie par exemple, montrent bien, que lorsque l’homme intervient dans certains secteurs (cultures, élevage), les réserves hydriques baissent rapidement et deviennent insuffisantes pour assurer un cycle végétatif assez long et autoriser les jeunes plants des espèces forestières à atteindre un stade de résistance à la sécheresse.

2Le déficit hydrique observé en milieu exploité n’est pas unique ment lié à l’évaporation de surface, mais aussi à l’importance des ressources en eau stockée au cours de la saison humide. Les agronomes ont montré depuis longtemps que le pouvoir d’infiltration de l’eau est très supérieur là où la végétation est maintenue (rôle des chaumes, des techniques de mulch). Au contraire en milieu surexploité, l’importance et la concentration du ruissellement sont considérables, et le pouvoir de pénétration de l’eau dans le sol considérablement réduit.

IL LES CRISES MORPHOGÉNÉTIQUES ET L’ÉROSION DES SOLS

3Dès que les pentes se relèvent un tant soit peu, le sol qui n’est plus protégé devient la proie des processus érosifs, tantôt insidieux, tantôt catastrophiques, mais le résultat final est toujours la destruction inexorable du sol, lequel est le support de toute activité agricole. La nappe sera réduite par la déforestation et ses battements amplifiés. La déforestation va engendrer des ruptures et des mouvements de masse du fait de la baisse de nombreux éléments de cohésion, tant au niveau des profils que des catena. Érosion en masse et érosion de surface, griffures de ruissellement, glissements de versant, effondrements participent à une sédimentation accrue à la mer (HAMILTON, 1995). Ruissellement et déflation augmentent.

4L’influence du drainage, et donc de la pente, est fondamentale également dans la différenciation des horizons des sols tropicaux et ses modifications vont engendrer une véritable remontée de l’horizon argileux compact profond riche en ter (plinthite), son oxydation, voire son cuirassement. Les sols deviennent alors sensibles aux pluies : 14 % des pluies ont des intensités supérieures à 10 mm/h dans les régions tropicales et lors des cyclones tropicaux les chutes d’eau sont souvent énormes par exemple dans l’île de la Réunion : 1340 mm en 12 heures entre le 28 et le 29 février 1964 à Bélouve ; 1870 mm en 24 h, 3854 mm en 5 jours et 4110 mm en 7 jours, du 12 au 19 mars 1952 à Cilaos ; 6422 mm en 14 jours, lors du cyclone Hyacinthe du 15 au 27 janvier 1980, à Comerson.

5Lors des pluies cycloniques, les débits spécifiques (quantité d’eau écoulée en m3/s/km2) sont souvent proches des maxima (60-100 et 80-130 m3/s/km2), pour des bassins versants de 10 km2. Les débits ont pu atteindre 10 à 25 m3/s/km2, pour des bassins versants de 100 km2 et 30 à 40 m3/s/km2 pour des bassins versants de 10 km, lors du cyclone Hyacinthe en janvier 1980, du fait des puissants déboisements opérés sur les versants de l’île de la Réunion. On imagine fort bien l’ampleur du phénomène sur les versants déforestés des montagnes de l’Asie du sud-est, comme à Bornéo. Dans le nord de la Thaïlande (bassin montagneux du Chao Phraya), dans un secteur peu touché par la déforestation mécanisée et stable au niveau des terroirs, le ruissellement est extrêmement bas pour une région montagneuse (20 à 25 % du total des précipitations) et le volume des sédiments en suspension dans les eaux est relativement faible, environ 100 t/km2 en moyenne, et assez stable depuis 1950 (ALFORD, 1992). Ce n’est pas le cas sur les contreforts très déboisés de F Himalaya : chaque arrivée des pluies de mousson annonce des inondations dans les plaines du Gange et du Brahmapoutre (HOFFER, 1993). La Chine du Sud n’est pas plus épargnée.

6La déforestation a des effets spectaculaires sur l’écoulement, par suppression de l’effet tampon des forêts et surtout par les changements opérés dans les forêts-galeries. La réduction ou l’élimination de ces ripisylves, qui sont de remarquables filtres et des usines chimiques racinaires (les systèmes racinaires des végétaux hydromorphes très développés ont des fonctions épuratrices très efficaces), a des effets néfastes sur la diffusion des crues, le transit des sédiments et le stockage des substances polluantes. Les eaux transitent donc plus vite, sont plus chargées en particules solides (charge turbide) (Photographie 8), et en éléments dissous non fixés par les plantes et donc sont plus polluées, ce qui est dramatique dans les zones côtières, à l’aval des grandes villes ou des secteurs miniers (exemple du Katanga ou de certaines régions minières andines).

7On estime que l’érosion, après déforestation, produit 1 à 2 t/ha/an au Burkina, plus de 2 t au Sénégal, 1,8 à 3 t en Côte-d’Ivoire centrale et 10 à 17 t en basse Côte-d’Ivoire, contre près de 15 t en Tanzanie (GOUDIE, 1992). L’érosion en zone de reliefs est encore plus spectaculaire : à la Réunion la quantité de matériaux transportés par les cours d’eau atteindrait 3 000 t/km2/an correspondant à un décapage annuel moyen de l’ordre de 1 mm (GROËNE, 1991). Au Sénégal, entre 1954 et 1980, l’érosion maximale a été de 0,82 t/ha/an sous forêt bridée contre 0,22 t sous forêt protégée, 10,14 t sous jachère herbacée, 20,81 t sous arachide, 18,52 t sous cotonnier, 22,71 t sous sorgho engrais vert, 12,4 t sous sorgho grain, 26,68 t sous maïs, 12.57 t sous mil grain (PIERI, 1989). Entre 1954 et 1968, des mesures à Séfa au Sénégal ont donné : 0,18 t/ha/an sous forêt, 4,88 t sous jachère de moins de 5 ans, 7,31 t sous culture et 21,28 t sur sol nu, avec des taux de ruissellement respectivement de 1 %, de 16,6 %, de 21,2 % et de 39,5 % (PIERI, 1989). Ces chiffres se passent de commentaires. D’après WIERSUM (cité par HAMILTON, 1995), l’érosion est surtout fonction des systèmes d’exploitation (tableau II) : les jardins forestiers à arbres étagés produisent en moyenne 0,06 t/ha/an, l’agriculture sur brûlis à jachère longue, 0.15 t. les forêts naturelles 0,30 t. les plantations forestières sans perturbation 0.58 t. les coupes d’arbres avec couvert de cultures et paillage 0,75 t, l’agriculture sur brûlis avec cultures alternées 2,78 t, l’agriculture de type Taungya (en bandes avec associations) 5,23 t. Les coupes d’arbres avec élimination des couvertures produisent 47,6 t/ha/an en moyenne et des pointes de 192 t ; les plantations forestières, avec brûlis et suppression de la litière, fournissent 53,4 t. avec des maxima supérieurs à 100 t.

8Il va sans dire que ces chiffres établis souvent sur parcelles, ne sont que des indicateurs de tendances : ils ne peuvent être extrapolés à des régions, encore moins à l’échelle globale. Ces données ne tiennent pas compte des transferts sur place, mais sont cependant de bons révélateurs des seuils de déclenchement des mécanismes d’érosion. En cas de déforestation brutale, surtout mécanisée, le seuil d’engorgement de surface est rapidement atteint et les processus d’érosion sont accélérés. C’est ce que les scientifiques nomment « un phénomène de renforcement » : « la goutte d’eau qui fait déborder le vase, de plus d’une goutte !... »

9Il en découle que toutes les périodes de déforestation sont enregistrées par des crises morphogéniques, ce qui n’est pas spécifique à la zone tropicale. Cirques d’érosion (Gabon, Congo, Zaïre), lavaka (Madagascar) (Photographie 7), ou accrétions deltaïques, sont les aspects géomorphologiques les plus spectaculaires de ces crises qui atteignent leur paroxysme dans les régions pentues (Andes, Guinée, Madagascar, Himalaya). En Afrique ces crises sont simplement plus anciennes qu’à Madagascar. En Asie du sud-est elles atteignent une grande ampleur sur les terroirs exiguës ou montagnards, avec la violence de la mousson humide. En Amérique centrale, ces crises jalonnent l’histoire des grandes civilisations conquérantes des espaces forestiers, comme celle des Maya. Les périodes coloniales ont sans doute été très favorables aux crises de terres (à la fois par perte et par quête de sols) et c’est là un terrain de recherche neuf, moins avancé qu’en région méditerranéenne où les déforestations grecque et romaine ont déclenché de sévères crises érosives et sont mentionnées par de nombreuses sources écrites (HUGUES, 1983 ; WERTIME, 1983).

Type de végétation

Minimum

Médiane

Maximum

Jardins forestiers à arbres étagés :
(4 sites, 4 mesures)

0,01

0.06

0.14

Agriculture sur brûlis à jachère longue :
(6 sites, 14 mesures)

0,05

0.15

7,40

Forêt naturelle :
(18 sites, 27 mesures)

0,03

0,30

6,16

Plantations forestières non perturbées :
(14 sites, 20 mesures)

0,02

0,58

6,20

Les coupes d’arbres avec couvert de cultures et paillage :
(9 sites, 17 mesures)

0,10

0.75

5,60

Agriculture sur brûlis avec cultures alternées :
(7 sites. 22 mesures)

0,40

2.78

70,05

Agriculture de type Taungya (en bandes avec associations) :
(2 sites, 6 mesures)

0,63

5,23

17,37

Coupes d’arbres avec élimination des couvertures :
(10 sites, 17 mesures)

1,20

47,60

192,90

Plantations forestières avec brûlis et sup pression de la litière :
(7 sites, 7 mesures)

5,92

53.40

104,80

Tableau II : L’érosion dans divers systèmes de gestion des forêts tropicales humides en t/ha/an (d’après WIERSUM, 1984).

III. HYDROLOGIE DE SURFACE ET CRUES, RÉSERVES EN EAU ET QUALITÉ DES EAUX

10La déforestation a des effets peu réversibles sur le stock en eau, en particulier l’eau utile ou eau agricole (LAMY. 1995). L’eau est devenue l’une des contraintes majeures au développement dans les régions intertropicales (VENNETIER, 1990 et 1991), d’autant qu’elle est, même dans les zones humides, une ressource peu renouvelable aux échelles chronologiques d’aménagement.

11Ces modifications apparaissent non seulement au niveau des changements dans les conditions hydriques des sols, mais également des remplissages des lacs, des barrages et des réservoirs, et dans la qualité des eaux. La déforestation a des effets sur le débit, la température et la chimie des eaux, quand ce n’est pas leur eutrophisation avec le développement des agro-industries. De nombreux éléments étaient naturellement recyclés par les forêts qui assuraient un stockage des nutriments. Le cycle est rompu et de nombreux nutriments sont libérés dans le système hydrique : nitrates et azote engendrent une détérioration notable des eaux potables, avec une augmentation de la turbidité, les fractions solides représentant des aliments de choix poulie développement bactérien.

12L’infiltration étant moins facile, l’eau tombée est presque entièrement disponible pour le ruissellement. Cela se répercute sur le débit des évacuateurs qui connaît des variations brutales permettant l’entraînement d’une charge solide accrue. Les alluvions (grossières désormais) sont charriées avec force sur de grandes distances et déposées dans les zones de débordement. Sur les hauts des versants il y a perte de la terre amble, à commencer par les horizons supérieurs organo-minéraux, ce qui prive le sol des éléments régénérateurs de sa structure et diminue notablement sa capacité d’infiltration. Dans les profils apparaissent des discontinuités qui mettent en contact des unités prêtes à se séparer, les horizons de surface glissant sur les pentes plus facilement. Ensuite, les horizons sous-jacents sont érodés. En bas des versants on assiste à un colluvionnement d’autant plus important que l’érosion s’est attaquée aux horizons profonds. On a ainsi une redistribution inversée des matériaux pédologiques bien illustrée par les diagrammes schématiques (Figure 3, p. 44). Outre leur intérêt pour reconstruire l’histoire des paysages, ces sédiments attestent de l’efficacité des transports de matière après déforestation. Dans les cas les plus extrêmes on parvient à de véritables désastres car les épandages de matériaux grossiers viennent recouvrir les terres de culture, À Madagascar par exemple, si l’on compare la granulométrie des alluvions actuelles à celle d’alluvions plus anciennes constituant les basses terrasses des cours d’eau, on constate que la proportion de sédiments de sables grossiers et de graviers a pratiquement doublé pour représenter aujourd’hui entre 80 et 90 % des sédiments fluviatiles ! (ROSSI, 1979 ; ANDRIAMIHARISOA, 1985 ; SALOMON, 1987a).

13Les effets négatifs de cette situation sont doubles :

  • sur les hauts des bassins versants, l’érosion accélérée occasionne la perte d’un capital arable précieux. Les lavaka et les ravines ont tendance à ronger les champs attenants et à couper les chemins, mais surtout il y a disparition des horizons pédologiques et en même temps attaque des horizons inférieurs peu évolués. Quelques dizaines d’années suffisent parfois pour mordre une colline et mettre a nu les horizons profonds du profil latéritique. Cette action insidieuse exclut la possibilité d’une reconstitution ultérieure (même à moyen terme) d’un capital pédologique. Enfin à chaque saison des pluies particulièrement arrosée, d’importantes quantités de matériaux grossiers, arrachés au cœur des lavaka, s’épandent, empiétant petit à petit sur les terroirs agricoles. Ceux qui sont rendus incultes sont de ce tait définitivement abandonnés. Un autre méfait est la disparition du manteau d’altération jouant le rôle de terrain aquifère, désormais il y a tarissement des sources en saison sèche, voire même dans certains cas disparition totale.

  • dans les parties aval, ce n’est pas mieux : les défluviations et les débordements sont plus fréquents du lait de l’augmentation de la brutalité des écoulements et de l’exhaussement du fond des lits (le cas de la Sisaony, affluent de la rive gauche de l’Ikopa, est spectaculaire) ; ils se multiplient (les ruptures de digues aussi) et s’accompagnent du recouvrement de terrains souvent fertiles (type baiboho*) ou irrigués (rizières) par des couches épaisses de sédiments grossiers stérilisants. Autour du lac Alaotra, 1000 à 3000 ha de rizières deviennent inutilisables chaque année. Au plan national, RAZALIMAHEFA (1986) a calculé que Madagascar perdait environ 1.2 M t de terres fertiles par an ! Au niveau des étendues lacustres le bilan montre qu’elles sont particulièrement sensibles aux activités humaines.

14La déforestation des bassins versants et ses effets sur l’érosion prennent des proportions inquiétantes qui se traduisent au niveau de certains lacs par leur comblement. Selon des études récentes les écosystèmes lacustres sont soumis à une dégradation rapide et le plus grand lac malgache, le lac Alaotra, dont le pourtour est considéré comme le plus gros grenier à riz du pays, pourrait disparaître d’ici 50 ans. En 30 ans la retenue de Sahamaloto, réalisée en vue de l’irrigation d’un périmètre rizicole, a perdu plus d’un tiers de sa capacité en passant de 21 à 14 M m3 (FERRY, DEPRAETERE, GASSE et ROBISON, 1995). Avec 2 000 km2 de superficie cumulée, les lacs malgaches représentent des réserves hydriques et alimentaires dans une île aux forts contrastes et irrégularités climatiques et où les réserves forestières tampons se sont réduites à des lambeaux. Le comblement progressif des lacs représente donc des pertes écologique et économique majeures pour la Grande île.

15Par ailleurs, on sait que le déboisement peut aussi entraîner un abaissement des nappes aquifères, une diminution du débit des petits cours d’eau et par suite, une précarité croissante des conditions de culture : tel est le cas, depuis 25 ans, de toute la région comprise entre le Cap St André et Tuléar. Ces dégâts difficilement calculables, mais réels, grèvent lourdement non seulement les possibilités d’un développement agricole mais aussi celui du maintien des surfaces mises en valeur.

16Pour terminer, on rappellera que la couverture végétale constitue la protection la plus efficace contre l’érosion et le ruissellement. Si elle disparaît les crues des rivières sont aggravées et peuvent devenir catastrophiques lorsqu’elles surviennent dans des régions peuplées. La plaine de Tananarive par exemple, est protégée par des digues, mais il arrive que de temps à autres celles-ci soient rompues (1959, février 1982). Ailleurs les conséquences sont lourdes : le 26 décembre 1978 à la suite du passage de la dépression cyclonique Angèle, la crue du Fiherenana balaya le canyon et ravagea tout sur son passage ; les habitants de la vallée furent emportés (environ 80 morts) et les eaux dégorgèrent dans la plaine de Tuléar, emportant les digues de protection et inondant les quartiers de la ville. Les dégâts matériels furent considérables. Aujourd’hui le sol malgache est l’un des plus érodés de la planète ; il se dégrade 8 fois plus vite que celui de l’Éthiopie dont on connaît les problèmes alimentaires. L’exemple de Haïti, où il ne reste plus que 2 % de forêt (contre 90 % au début du siècle), préfigure un triste avenir.

17À Madagascar, les principales réserves d’eau douce des lacs s’épuisent et s’eutrophisent peu à peu. En Tanzanie on assiste à de spectaculaires colmatages des retenues du fait de l’érosion accélérée des sols (RAPP, BERRY et TEMPLE, 1973). Le fonctionnement de la déforestation se manifeste dans les massifs calcaires malgaches par les crues de la Mahajamba, qui se transforme 2 mois par an en torrent de boue évacuant les produits de l’érosion des sols et le débouchage des réseaux karstiques, avec évacuation des produits turbides. Les feux de déforestation sur 300 000 ha engendrent des effondrements, et de nombreux lavaka sont connectés aux systèmes karstiques. À Manakavo, les incisions sont tellement prononcées que rabaissement des nappes est généralisé et qu’une pénurie d’eau se manifeste. L’eau potable manque partout, même dans les zones bien arrosées.

IV. L’ÉVOLUTION DES CÔTES : ÉROSION ET ATTERRISSEMENTS LITTORAUX

18On sait maintenant avec certitude (grâce aux données satellitaires) que le niveau de la mer se relève actuellement au rythme de 40 cm/siècle. Cela se traduit un peu partout dans le monde par des reculs du trait de côte, parfois spectaculaires, sur les littoraux sableux. Toutefois le phénomène est loin d’être homogène et, dans le cas des pays tropicaux soumis à la déforestation on observe de nombreux cas locaux d’accrétion* littorale. Ceci s’explique aisément par la recrudescence des apports sédimentaires véhiculés par les fleuves eux-mêmes copieusement alimentés par les phénomènes érosifs « dopés » par la déforestation (Photographie 8). En Guinée, les fleuves atteignent des turbidités record du fait de l’intense déforestation des flancs du Fouta Djalon. En Chine, les couvertures loessiques déforestées alimentent copieusement les Meuves en boues colorées. À Madagascar, les boues rouges évacuées au large de Majunga, forment de vastes deltas sous-marins ou contribuent au colmatage des baies comme celle de la Betsiboka. Ce n’est qu’en cas de piégeage par les barrages (Akosombo, au Ghana ; Assouan, en Égypte) et les retenues, ou encore en cas de destruction des mangroves, que l’on observe une régression des deltas et une érosion accélérée des côtes (Golfe de Guinée).

19À Madagascar, l’équilibre littoral est menacé par les modifications apportées aux équilibres végétaux et sédimentaires (mangroves et ripisylves littorales). Cette île comprend plus de 5 000 km de côtes et ses constitutions géologique et topographique lui procurent un potentiel considérable en érosion et transports de matériaux meubles, généralement assez fins. L’accroissement considérable depuis un siècle de la déforestation, et notamment au cours des deux dernières décennies, a ôté toute protection à des milliers de kilomètres carrés et les sols partent par millions de tonnes. Les calculs indiquent que les taux de dégradation spécifique sont absolument énormes : entre 3 000 et 5 000 t/km2/an (SALOMON, 1987) ! Par comparaison rappelons que pour le Gange ce taux est de 1 400 t/km2/an et de 300 t/km/an pour le Pô. Les pertes totales mesurées en millions de tonnes donnent les chiffres suivants : 142 M t/an pour le bassin versant de la Tsiribihina ; 11 pour la Morondava ; 98 pour le Mangoky ; 9 pour le Fiherenana et 17 pour l’Onilahy. Le plus fort tonnage annuel est cependant celui de la Betsiboka mais il reste indéterminé (certainement supérieur à 200 M t/an !). Il a permis la constitution rapide de grandes îles vite colonisées par la mangrove et la constitution d’un véritable delta emboîté au sein même de la vaste baie de Majunga. BATTISTINI et HOERNER (1986) signalent que « l’ombilic qui avait 68 m en 1981 n’en a plus que 28 aux derniers levés du Service Hydrographique de la marine (carte 6077) ». Du côté de la mer le colmatage est également opérationnel puisque devant l’entrée de la Baie le vaste banc du Narcissus s’est relevé de 1 m sur l’ensemble de sa surface. Tout ceci n’est pas sans conséquences pour les littoraux attenants aux embouchures. De fait toutes les zones voisines de ces dernières sont aujourd’hui en voie de progression sur la mer, notamment les zones deltaïques. Le survol de la mer à l’approche du littoral de Majunga est à ce sujet fort éloquent : en saison des pluies la mer se teinte de rouge jusqu’à une cinquantaine de kilomètres des rivages.

20Aussi spectaculaire soit-il, le cas de Madagascar est loin d’être unique et a des conséquences indirectes mais aussi parfois directes. Un exemple : les dégradations de l’écosystème récifal sont partiellement dépendantes de causes dites accidentelles, comme les crues ou les cyclones tropicaux, soit dites « naturelles » ou « permanentes », comme la turbidité (FAURE, 1994) dont on vient de voir qu’elle peut être terriblement renforcée par l’action de l’homme. Les actions anthropogènes comme celles liées à la déforestation ne sont pas sans incidence sur la genèse de certains stress.

21Aux Philippines, l’accélération des destructions de la forêt au cours des deux dernières décennies fait que désormais les secteurs les plus fragiles ne sont plus épargnés : montagnes et littoraux (LEBIGRE, 1994). Le phénomène de déstabilisation consécutif a atteint un point de non-retour avec une monotonisation plus accentuée des sols et des mosaïques végétales : l’érosion est terrible et les récifs du littoral, très sensibles à la turbidité, subissent un ensevelissement rapide qui conduit rapidement à leur sclérose et à leur mort. La disparition des ressources alimentaires inféodées au récif amènent les pêcheurs locaux à des pratiques hautement condamnables telles que la pêche à l’explosif ou au cyanure. Il n’est pas besoin d’être grand clerc pour pressentir que ces pratiques cesseront rapidement avec l’extinction des ressources...

22Les mangroves sont quasi inexistantes au Ghana et en Côte d’ivoire, mais occupent 1 M ha au Nigeria, 0,5 M ha au Mozambique, 0,3 à Madagascar, et 0,25 en Guinée, en Guinée-Bissau et au Cameroun. En Afrique, leur surface totale ne dépasse pas les 3,5 M ha mais cette superficie ne cesse de décroître face aux multiples atteintes faites par l’homme, en dépit des atterrissements qui représentent des possibilités d’expansion. Les mangroves d’Afrique de l’Ouest ont une gestion traditionnelle de plus en plus déstructurée (SALOMON, 1987-b). En effet dans un système parfaitement maîtrisé, les sociétés de Sénégambie ou de Guinée-Libéria géraient les terres bora (slikke), les terres dante koubi (tanne vif) et dara (tanne herbacé) et les terres fili (terres exondées), entretenant une zonation favorable aux échanges hydriques, sédimentaires et végétaux. La destruction des rideaux de palétuviers pour les besoins des casiers rizicoles, ou les projets utopiques de culture de la canne à sucre (Guinée), représentent une catastrophe écologique pour la stabilité des rivages régionaux. De plus il arrive que la rupture d’un rideau de palétuviers fragilisé par les coupes autorise des incursions marines dans les rizières... Au Nigeria, dans la région de Lagos, les mangroves sont en extension, mais ailleurs elles subissent la pression des exploitations pétrolières, consécutive à la politique d’isolement prônée à l’époque par l’ONU. Dans de nombreux cas au Nigeria, comme également au Cameroun, les mangroves sont sources de conflits.

23Devant une situation aussi négative et le péril menaçant l’avenir de nombreux terroirs du monde tropical, les différents services (en particulier les O.N.G.) ont tenté de réagir et de limiter les dégâts, mais force est de constater que les efforts entrepris n’ont eu qu’une action limitée et une efficacité dérisoire.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search