Version classiqueVersion mobile

C’était demain : anticiper la science-fiction en France et au Québec (1880-1950)

 | 
Patrick Bergeron
, 
Patrick Guay
, 
Natacha Vas-Deyres

Partie I. Initialiser la science-fiction au Québec

Des villes et des hommes : de quelques utopies et histoires parallèles du Canada français (1916-1944)

Sophie Beaulé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Montréal, Québec, Saint-Jean-du-Peuple, Valmont :

C’est avec ces mots-là, par ces mots-là que nous habitons. Des mots, des signes, des images auxquels nous croyons, auxquels nous donnons sens. C’est exactement cela un mythe : une parole instaurative [sic] de la réalité. Tous les continents, tous les pays, toutes les villes relèvent d’une mythologie : le Québec, la France, l’Amérique sont des mythes1.

Qu’ils renvoient à la réalité empirique ou participent de l’imaginaire, ces noms de ville apparaissant dans la proto-science-fiction canadienne-française « façonnent le lieu2 », car ils évoquent un espace habité, une épaisseur historique, une configuration sociale en évolution. Ils désigneraient en outre, pour emprunter les concepts élaborés par Gilles Deleuze et Félix Guattari, des événements dans un champ d’intensités. Dans les œuvres que nous examinerons, la ville s’inscrit en effet dans un jeu de tensions entre des centres de pouvoir, des flux désirants de libération et de territorial...

Auteur

Université Saint Mary’s

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search