Version classiqueVersion mobile

La déforestation dans le monde tropical

 | 
Simon Pomel
, 
Jean-Noël Salomon

Chapitre II. Les effets globaux de la déforestation : climat et biodiversité

Texte intégral

I. DES EFFETS CLIMATIQUES DIVERGENTS

1On attribue une part croissante depuis 1850 aux déboisements des forêts (dont les forêts tropicales) dans le phénomène de concentration du gaz carbonique et dans l’effet de serre*. Les brûlis des forêts représentent aujourd’hui 35,7 % des émanations de gaz engendrant l’effet de serre, contre 64,3 % pour les productions industrielles (NEWMAN. 1990). La déforestation dans les pays tropicaux contribuerait pour 10 à 25 % (certains auteurs avancent jusqu’à 50 %) des émissions annuelles en CO2, issues des combustibles fossiles en 1980, soit entre 0,4 et 2,5 milliards t. (HOUGHTON, 1990). Les émissions de carbone (CO2) dans l’atmosphère par la déforestation tropicale représentent 1 à 3 milliards t/an et 35 à 50 % des émissions de combustibles sur la planète (7 milliards t/an). Sur cette quantité, les pays tropicaux représentent 80 % du total. Les forêts tropicales emmagasinant 55 % de la biomasse totale du carbone, la déforestation a des effets non seulement sur leur déstockage brutal, mais aussi sur les cycles de reconstitution. La perte de carbone dans les sols tropicaux imputable à la déforestation représente entre 15 et 25 % des stocks disponibles. La déforestation libérerait 2 milliards t/an de CO2 par déstockage d’humus. La restitution du carbone dans les sols par les reforestations tropicales ne représentait en 1980 que 3 à 11 millions t, le ratio de reboisement n’étant que de 1 à 10. Si entre 1950 et 1980 les flux de carbone perdus par déforestation ont représenté entre 0,4 et 2,5 milliards t/an, les prévisions pour la période 1981-2100 sont encore plus inquiétantes avec des augmentations de 0,2 % à 5,3 % entre 1980 et 1985.

2Les études menées en Amazonie démontrent que les déforestations et les feux ont également des effets non négligeables sur la chimie de l’atmosphère via les transferts depuis les sols. Les concentrations en CO2, CH4 et N2O* dépendent fondamentalement des pratiques de la déforestation, mais présentent des fonctionnements divergents (GOREAU et de MELLO, 1988). Les diminutions des flux gazeux en provenance du sol sont nettes après déforestation. Pour le CO2 cette diminution est liée au déclin de la respiration racinaire et à la mort de la pédofaune. Le flux de CO2 a tendance à augmenter avec des pratiques de coupe associées à l’élevage et au brûlis, alors qu’il a tendance à se stabiliser avec des pratiques de coupe sans brûlis. La productivité des herbes en C-4* de biosynthèse remplace celle des arbres en C-3* de photo respiration, conséquence de la forte élévation de la température des sols. Le flux de N2O diminue avec des coupes associées au brûlis et à l’élevage du fait de la compétition des nitro-bactéries et des racines du sol. Le CH2 est seulement consommé dans les profils et rarement émis sauf dans les forêts d’inondation et par l’activité des termites. L’activité pastorale ne compense pas et donne une faible production. Les leux et le déboisement accélèrent un peu la production des termitières en fournissant des nutriments ligneux, mais dans l’ensemble, la déforestation des ripisylves et des forêts de bas-fonds contribue à la diminution des émissions de méthane.

3Il est d’autant plus difficile de connaître les réactions globales et donc planétaires qu’à la complexité des interactions, aux échelles de réactions et aux décalages dans le temps, s’ajoutent des rétroactions, des effets contraires. Ainsi la déforestation contribuant à diminuer le méthane aurait aussi un effet de serre inverse. De plus la diminution de la nébulosité (effet de serre, réchauffement)) est un résultat antagoniste à la diminution de l’évapotranspiration* (effet de serre inverse, refroidissement). L’effet d’albédo* en raison du déboisement modifierait les échanges thermiques et hydriques, diminuerait les pluies néphéliniques* et surtout l’hydrologie de surface et les écoulements et donc le cycle de l’eau. En produisant 28 t d’oxygène par ha (soit 15,3 milliards t/an ; NEWMAN, 1990) les forêts tropicales ombrophiles ne représenteraient qu’une part modeste de la production globale (moins de 0,04 % d’après les forestiers), les savanes, les cultures et les zones océaniques étant les grands producteurs d’oxygène. Les déboisements et les feux sont de grands fournisseurs de poussières qui en augmentant la turbidité* atmosphérique diminuent les pertes radiatives, mais également la pénétration des radiations solaires (Photographie 2). Les feux de forêts seraient responsables pour 40 millions de tonnes de poussières en 1968 (cité par GOUDIE, 1992), ce qui est très vraisemblable. Rappelons les gigantesques incendies forestiers (800 000 ha en 2 mois !) qui ont sévi une grande partie de l’année 1997 en Indonésie, avec un dégagement de nuages de poussières et de fumées. Une pollution intense affecta l’ensemble de la région car portées par les vents, les fumées venues d’Indonésie ont formé une nappe polluante qui a couvert, en — septembre octobre 1997, la péninsule malaisienne, le nord de Bornéo le sud de l’archipel philippin la Thaïlande méridionale et bien entendu la plupart des îles indonésiennes. Les fumées persistantes ont provoqué un effet de serre régional bloquant la ventilation habituelle des pollutions urbaine et industrielle (véhicules roulant phares allumés en plein midi ; enfants à masques filtrants se rendant à l’école etc.). Les indices de pollution bondirent au delà de toute prévision : à Sarawak, la barre des 800 microgrammes/m3 d’air a été franchie alors que la norme de 50 signale le passage à l’air malsain et qu’au-dessus de 300 l’air est considéré comme dangereux. Les effets sur la santé des hommes se répercuteront dans les années à venir (cancers du poumon notamment) et dans l’immédiat le manque de visibilité provoqua de nombreuses victimes (collisions) obligeant la fermeture d’aéroports dans des villes comme Djakarta.

4La modification de l’albédo est une des conséquences indubitable de la déforestation et d’un possible effet de serre. Il faut savoir qu’au Kenya une forêt de pluie par temps clair a un albédo de 9 %, une forêt de bambous de 16 %, une plantation de théiers de 20 % et qu’un désert ou un sol nu, ont un albédo de l’ordre de 37 %. Une étude récente (SANTIAGO-JEGADEN et ai 1996) fondée sur des comparaisons thermiques Météosat de 1990 à 1993 montre l’impact climatique des formations végétales dans la zone de contact forêt — savane au Cameroun. La réserve d’humidité que constitue la forêt joue un rôle déterminant dans la formation et l’entretien des nuages cumuliformes en phase d’avancée et de recul du FIT.

5Finalement, la perturbation de l’écosystème originel contribue à modifier le bilan des échanges gazeux entre le sol et l’atmosphère, d’autant que les actions biotiques interfèrent : les pratiques rurales ne sont pas totalement étrangères aux modalités de perturbation. Les plantes cultivées (maïs et sorgho) après déboisement seraient sensibles à l’effet de serre, donnant avantage aux mauvaises herbes. On connaît très mal le fonctionnement des « puits » naturels ou artificiels des gaz à effets de serre. On ignore encore le rôle exact des régulateurs comme l’océan, ou des accélérateurs que sont les fournisseurs primaires, comme les volcans, les forêts n’étant que des recycleurs. Les apports du Sahel à la forêt par voie atmosphérique ou hydrique sont sujets à caution et le bilan en est difficile. Il existe des transferts à l’océan et à l’atmosphère qui sont encore sources d’imprécision. Pourtant, dans l’état des connaissances actuelles, on estime que la révolution industrielle a fait doubler la teneur en gaz carbonique dans l’atmosphère. Ces émissions sont aujourd’hui évaluées à 7 gigatonnes* par an : 5,4 gigatonnes proviennent de la combustion des énergies fossiles (charbon, pétrole) et 1.6 de la déforestation. Celle-ci joue donc un phénomène très important dans l’effet de serre et s’est sans doute accélérée récemment du fait de la pression démographique et de la destruction des dernières ressources forestières. La végétation et la matière organique représentent un stock de carbone 2 à 3 fois plus important que celui de l’atmosphère. Une production végétale accrue devrait entraîner une augmentation de ce stock et contribuer ainsi à limiter l’accroissement du CO2 atmosphérique (et une diminution... l’inverse).

6Malgré notre ignorance face à ces complexités, les actions an thropogènes représentent incontestablement des interférences décisives et à des échelles différentes des fonctionnements sans l’homme. La déforestation a sans doute les effets globaux les moins contestables sur l’évapotranspiration qui est une des sources principales du recyclage de l’eau douce. Certains scientifiques lui attribuent une responsabilité même dans la modification des mécaniques atmosphériques planétaires : en particulier les différentes réponses de type El Niño et de leurs conséquences dans l’augmentation récente, le dérèglement saisonnier et la délocalisation des cyclones tropicaux. Il faut admettre avec DEMANGEOT (1994) que ces interférences peuvent être quelquefois en phase avec les tendances climatiques et avouer que les diagnostics climatiques globaux ne sont pour l’instant guère possibles, même si un modèle schématique complexe existe (POTTER et al. 1975 et Tableau I)

Tableau I.- Les effets climatiques de la déforestation tropicale d’après POTTER et al., 1975 (cité par GOUDIE, 1992).

7Quoi qu’il en soit, si la question environnementale apparaît parfois sur le devant de la scène elle est surtout connue à travers ses conséquences possibles à l’échelle de la planète : augmentation du taux de CO2, effet de serre et destruction de la biodiversité. Malheureusement ces aspects sont précisément ceux qui n’ont aucun impact immédiat au niveau local : ils ne font en aucune façon partie des préoccupations des populations confrontées aux problèmes de survie immédiate. Les bilans globaux sont délicats pour l’instant et seule l’évaluation des tendances qualitatives est possible.

II. DES DOMMAGES BIOGÉNÉTIQUES IRRÉVERSIBLES ET UNE MENACE POUR LES RÉSERVES ALIMENTAIRES ET MÉDICALES

8Actuellement, on estime à 65 % la réduction de l’habitat sauvage en Afrique, les surfaces étant passées de 20 797 000 km2 à 8 340 000 km2 (GOUDIE, 1992). Plus de 30 M d’espèces partagent la planète avec nous et 50 à 90 % sont tropicales : seules 1,4 M d’espèces ont été décrites à ce jour (NEWMAN, 1990). Les forêts tropicales nous fournissent 80 000 espèces comestibles connues. Du fait de l’exploitation des forêts tropicales, une espèce de plante à fleur disparaît chaque jour, 95 % des organismes en mesure d’entrer en concurrence avec l’homme pour l’accès à la nourriture ou susceptibles de lui transmettre des maladies sont naturellement contrôlés par d’autres espèces qui actuellement sont menacées. Les plantes qui disparaissent étaient souvent des compétiteurs à nos ennemis. Ces rescapées de l’évolution étaient nos défenseurs contre une extinction possible de notre espèce. L’apparition de nouvelles pathologies en est la preuve évidente. On a estimé un temps, que les pathologies récentes étaient liées, entre autres, à des mutations de virus. On s’est aperçu qu’en fait elles étaient causées cil partie par des mutations de vecteurs, et en partie par la modification des niches écologiques. En détruisant la plus grande niche écologique continentale, celle des forêts tropicales, l’homme sera de plus en plus soumis non seulement aux maladies des animaux, des insectes, mais également de plus en plus aux phytopathologies*.

9Les pathologies végétales sont souvent délicates à traiter (cas des mycoses ou des « chancres ») et nos arsenaux médicaux sont bien impuissants. Le dérèglement des niches animales tait actuellement courir de gros risques à l’espèce humaine, avec l’apparition de pathologies de déficience immunitaire ou de certains virus. C’est en perturbant la forêt à proximité de la ville de Kikwit au Zaïre, que l’homme aurait provoqué l’émergence accidentelle du virus Ebola, à partir de souches de rongeurs mis en contact avec l’homme. C’est aussi le cas aujourd’hui dans la forêt de Taï en Côte-d’Ivoire (PEZARD, 1995). Les fièvres hémorragiques transmises par les rongeurs au cours des déstabilisations de leurs niches écologiques ont été nombreuses en Amérique du Sud : virus Junin depuis 1958 en Argentine, puis virus Guaranito qui a attendu le défrichement de nouvelles terres pour apparaître en 1989.

10Il est patent que la déforestation supprime un capital d’êtres vivants considérable et provoque un changement dans le stock biogénétique et une diminution de la biodiversité. Sur les 250 000 espèces de plantes terrestres connues, les 2/3 sont tropicales et 25 000 espèces vont disparaître d’ici l’an 2000, soit 2000 à 2100 plantes par an et 5 espèces par jour. À Madagascar, sur une aire initiale de 62 000 km2 de forêts primaires, il n’en demeurait en 1988 que 16 % et sur le nombre total des 6000 espèces des plantes originelles, 82 % avaient été éliminées (MYERS, cité par GOLDAMMER, 1990)

11Le bilan n’est sans doute pas aussi négatif à l’échelle locale qu’à l’échelle globale. Les stress chroniques des systèmes traditionnels de gestion des forêts et des savanes peuvent entraîner la modification d’une grande variété d’espèces du lait de la réduction des niches écologiques et, de ce fait, d’une diminution de la taille des mosaïques en compétition. Dans le cas des savanes à faible pression anthropique, l’homme peut aussi encourager une haute diversité de plantes en agissant comme la clef de voûte des prédateurs, ce qui prévient de la compétition exclusive par quelques espèces dominantes.

12Au contraire, les systèmes modernes de fertilisation et d’amendement qui prennent le relais des forêts provoquent le déclin de nombreuses espèces. L’augmentation effrayante en agriculture des fertilisants, herbicides et pesticides, engendre une forte décroissance de la biodiversité. Les forêts de substitution, et en particulier les forêts secondaires, étaient déjà plus pauvres en espèces, souvent plus impénétrables au sol, et moins stratifiées que les forêts denses originelles. Plus exigeantes en lumière et intolérantes à l’ombre, les espèces ont des germes et des fruits adaptés au transport par le vent et les animaux. Les arbres ont une croissance plus rapide (jusqu’à 12 m en 3 ans) et de ce lait une faible densité et une texture plus lâche.

13L’attaque des mangroves (Photographie de couverture) et des forêts-galeries représente un exemple criant des dommages. Ces formations sont des réservoirs, des refuges, des nurseries pour plantes et animaux ainsi que des pièges à sédiments et des tampons contre l’érosion causée par les tempêtes et les crues. Les utilisations actuelles (agriculture, aquaculture, salines, développement urbain, barrages...), ou leur destruction pure et simple, annulent ces fonctions. Le type d’attaque de la forêt fait peser des risques de régénération différents suivant qu’il s’agit d’une exploitation de type traditionnelle, avec des rotations ou d’une attaque mécanisée. De vastes secteurs de la forêt amazonienne sont actuellement très perturbés dans leurs mécanismes de régénération du fait de l’utilisation d’engins lourds pour la déforestation : au sud de San Carlos, la biomasse n’atteint pas 2 t/ha 10 ans après la coupe à blanc de 1971 (contre 300 t/ha dans les zones non perturbées). Au rythme actuel, la biomasse aérienne de la zone n’atteindra les valeurs d’une forêt saine qu’en plus de 1000 ans (UHL et SALDARRIAGA, 1987).

14Les effets sur les êtres vivants (micro-organismes, insectes, pois sons, oiseaux) sont importants et souvent définitifs. Ainsi en est-il pour le développement des coraux, et leurs phases de croissance qui sont naturellement contemporaines des périodes saisonnières à faible turbidité et pluviométrie. La déforestation en modifiant la charge et l’évacuation des fines et de la matière organique particulaire est un puissant facteur de ralentissement de la croissance corallienne ou de nécrose définitive.

15La suppression des bocages, des parcs, des forêts domestiquées ou non, est une atteinte aux nurseries. L’augmentation de la turbidité engendre une réduction de la luminosité, un déclin du plancton et a des effets sur les poissons. L’introduction d’espèces, comme le Tilapia grahami grand consommateur d’algues, pour lutter contre les moustiques au Kenya après déforestation, a eu des effets réducteurs sur la variété (disparition totale des flamands roses dans certains lacs) et l’abondance piscicoles. La décomposition de la matière organique mélangée au sédiment consomme de l’oxygène dissout et réduit le potentiel disponible pour la faune et la flore. Mines, abattages industriels, grands axes routiers ou ferroviaires, ont des effets perturbateurs sur les espèces forestières.

16Un des faits significatifs dans l’atteinte à la biodiversité est la disparition ou l’assimilation d’ethnies aborigènes ou pygmoïdes des forêts (Mbuti du Zaïre ou indiens Kayapo menacés par le développement des mines d’or en Amazonie brésilienne) avec leur langue, leurs techniques, leur art, leur conception du monde... Le capital de réponses aux problèmes de survie (alimentaires et médicaux) qui se poseront de plus en plus est ainsi fortement entamé, ne laissant que des solutions techniques. Il ne faut pas oublier que 80 % de nos cultures alimentaires proviennent de plantes tropicales et que l’Afrique nous a fourni palmiers à huile, sorgho, millet et caféiers. 90 % des aliments utilisés dans le monde sont produits par seulement 20 espèces de plantes, la plupart tropicales, et une très faible variété de semences (NEWMAN, 1990). On retrouve ce problème au Paraguay avec les indiens Paï dont la forêt, leur milieu de vie, disparaît au rythme actuel de 50 000 ha/an sous l’effet de la déforestation par les colons brésiliens désireux d’étendre leurs pâturages et... champs de marihuana*. Les indiens Paï sont déstabilisés par les pertes en plantes alimentaires et médicinales ainsi que par les agressions contre leur culture traditionnelle. Faut-il rappeler que nos dépendance et dette aux plantes tropicales sont grandes dans le domaine médical ? 50 % de nos médicaments proviennent des plantes et 25 % de ces préparations trouvent leur origine dans les espèces tropicales. Au rythme actuel des déforestations, les pertes en plantes phanérogames atteindront 25 % — 60 000 espèces environ — au milieu du siècle prochain (NEWMAN, 1990). Sur les 3 000 plantes anti cancérigènes connues, 2 100 proviennent de la forêt tropicale ombrophile. Or on estime que plus de 50 familles de plantes sont amenées à disparaître dans les deux décennies à venir et encore ces estimations ne tiennent pas compte des espèces non encore recensées dans le stock de ce qui disparaît.

17Les pertes en biodiversité masquent des réalités changeantes et ne sont souvent que des estimations d’auteurs. Bien qu’il soit délicat de généraliser ces évaluations, il faut constater qu’elles sont établies par défaut et que la réalité est souvent encore plus inquiétante. En effet, le capital biogénétique est encore très imparfaitement connu dans les forêts tropicales et les pertes sont donc sans doute encore plus importantes que les estimations ne le laissent croire.

Table des illustrations

Légende Tableau I.- Les effets climatiques de la déforestation tropicale d’après POTTER et al., 1975 (cité par GOUDIE, 1992).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/1400/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 289k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search