Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Presses Universitaires de Bordeaux Eidôlon C’était demain : anticiper la sci...

C’était demain : anticiper la science-fiction en France et au Québec (1880-1950)

 | 
Patrick Bergeron
, 
Patrick Guay
, 
Natacha Vas-Deyres

Table des matières

Danièle James-Raoul

Avertissement

Patrick Bergeron, Natacha Vas-Deyres et Patrick Guay

Avant-propos

C’était demain : les origines de la science-fiction en France et au Québec

Partie I. Initialiser la science-fiction au Québec

Renald Bérubé

La forge mythique et la fiction d’anticipation : « Angoisse-de-Dieu », conte d’Yves Thériault

Yves Thériault et la science-fiction
Contes pour un homme seul
Différentes versions de Dieu ?
In fine
Claude Janelle

Le DALIAF : le connu et l’inconnu ou son utilité et ses limites

Circonscrire le DALIAF
Les premières manifestations de la science-fiction au Québec
Les nouvelles et les contes, deuxième source d’expression
La littérature en fascicules
Conclusion
Jean Levasseur

Genèse d’un imaginaire : anticiper l’apocalypse dans le Saguenay du xixe siècle

Un mode de transport révolutionnaire
La nature de Vénus (suite), l’arrivée de l’Antéchrist et l’Apocalypse

Partie II. Anticiper la science-fiction en France

Patrizia D’Andrea

Refaire le corps

Anticipation du transhumanisme dans les romans français : André Couvreur et Maurice Renard

Transhumanisme et merveilleux-scientifique
Créateur : le docteur prométhéen
La mécanique du désir
Une cosmologie chirurgicale
La greffe définitive
Créatures : les transhumains
L’au-delà et la femme
Roger Bozzetto

Une fin du monde humain

Trois romans de Jacques Spitz
Trois fins du monde
Une mise en scène
Un univers d’images grotesques
Conclusion sur ce carnage
Daniel David

Émile Driant en son temps : de la science-fiction pour la jeunesse à la prescience des nouvelles formes de guerre (1880-1916)

Introduction
Une nouvelle école littéraire : le roman de la science
Les débuts : oiseaux mécaniques et poissons à moteur
Du ballon lenticulaire au dirigeable
Au temps de la Jeune École : le mythe du sous-marin
La maturité : quand la fiction s’inspire de l’actualité. Renaissance d’un vieux démon : la guerre bactériologique
De l’anticipation à la prescience
Conclusion
Patrick Guay

Il était une fois : Jacques Spitz conteur

Spitz face au roman
Spitz et le personnage
Une onomastique de la dérision
Conclusion
Jean-Guillaume Lanuque

« Malheur suprême » : la perception du socialisme révolutionnaire dans la première science-fiction française

Une stratigraphie du milieu du xixe siècle aux années 1920

Seconde moitié du XIXe siècle : la gestion socialiste en accusation
Premier quart du XXe siècle : la révolution à l’ordre du jour
François Ouellet

Être père « au conditionnel »

Le Voyageur imprudent et Ravage de René Barjavel

Le père Essaillon
Le fils Saint-Menoux
Le parricide neutralisé
Conclusion
Valérie Stiénon

Des années folles ?

L’écriture de la catastrophe de Claude Farrère à Léon Groc

Dé (sen) chanter
Les voies du pessimisme
Des usages de la catastrophe
Ni miroir, ni oracle

Partie III. Figures et genres de la conjecture

Jean-Luc Boutel

La littérature d’imagination scientifique, genèse et continuité d’un genre

Balbutiements
Genèse
Les prémices
Un tournant décisif
Les débuts de l’âge d’or
Éditeurs et illustrateurs : un genre qui s’affirme
Le déclin d’un genre : la fin d’une époque ?
Un avenir à l’ancienne ?
Jean-Loup Héraud

Trois configurations du « voyage dans la causalité » dans la science-fiction française (Première moitié du xxe siècle)

Causalité accélérée : L’œil du purgatoire de Jacques Spitz
Causalité inversée : Le péril bleu de Maurice Renard
Des phénomènes absurdes surnaturels ?
Pas de monde sans loi de causalité
Un rapport de similitude inversé entre le monde des sarvants et le monde terrestre
L’homme détrôné, « humiliation des humiliations »
Une causalité autodestructrice : Ravage de René Barjavel
Fleur Hopkins

Disséquer le merveilleux-scientifique : relecture d’une taxinomie tentaculaire (1875-1930)

Défense et illustration du merveilleux-scientifique
L’expression du sense of wonder
Un greffon littéraire
Une expression au passé riche
L’influence de la parapsychologie
Un « fantastique nouveau »
L’héritier du conte merveilleux
Un enfant du roman expérimental
Reddition et changement de taxinomie
Conclusion
Arnaud Huftier

« Combattre les moulins de l’Éther » : H.-J. Proumen et la « haute comédie surhumaine »

Le roman d’hypothèse et la valeur d’un déplacement
Scientifique et écrivain ?
La grande épopée…
… de l’humanité douloureuse.
L’énergie et l’instict des foules
Des apocalypses pour quel royaume ?
Un écrivain liminaire ?
Alexandre Marcinkowski

L’incubation totalitariste dans la littérature d’anticipation française de l’entre-deux-guerres : le cas exemplaire de La fin d’Illa de José Moselli

Un homme et une œuvre singulière
La fin d’Illa : un roman précurseur du totalitarisme ?
La parution d’un roman-feuilleton dans un contexte politique agité
Tyrans et dictateurs antiques
La fin d’Illa, une lecture en prise avec son temps ?
Conclusion
Samuel Minne et Aurélie Villers

Les visions martiennes de Camille Flammarion

Mars au XIXe siècle
Mars vue par Flammarion
Une Hard SF spectaculaire
Deux récits de formation
Spiritisme et réincarnation
Science et rationalisation
Marie Palewska

Le scientifique merveilleux chez Paul d’Ivoi : une vision optimiste de la science

Mise à contribution de l’actualité scientifique française
De l’exposé didactique aux merveilles de la science
Inventions merveilleuses dans les « Voyages excentriques »
Une vision idéalisée de la science et du savant
Élisabeth Stojanov

C’était hier : la machine temporelle de la fin du xixe siècle jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale

La période wellsienne
Le renouveau
Vers un carré sémiotique
Annexe
Natacha Vas-Deyres et Patrick Bergeron

Des fourmis et des hommes : voyage entomologique au cœur de la proto-science-fiction (1890-1950)

Les fourmis dans l’imaginaire de la littérature : de la proto-science-fiction ?
Les fourmis comme marqueurs d’une époque
Conclusion

Partie IV. Journaux, revues et cinéma

Natacha Vas-Deyres et Jean-Luc Buard

La science-fiction invisible (1860-1950)

Observations
Contes et feuilletons
Brefs coups d’œil sur les récits courts
Et du côté du roman-feuilleton ?
L’insondable oubli du journal
Quelques souvenirs de lectures feuilletonesques
Conclusion : le feuilleton, quatrième dimension de l’imaginaire ?
Post-scriptum (2016)
Claire Barel-Moisan

La science au futur antérieur : les romans d’anticipation dans La Science illustrée (1887-1905)

La Science illustrée et ses « romans scientifiques »
Des modèles idéologiques concurrents
Interactions entre le roman d’anticipation et son support périodique
Un drame dans les airs, du fait divers à la fiction didactique
La fiction et l’identité scientifique de la revue : mise en page et illustrations
Patricia Crouan-Véron

Aux origines des genres : la fiction de Georges Méliès (1861-1938) ou le cinématographe dans tous ses états. Gros plan sur Le Voyage dans la Lune

Un premier voyage cinématographique ?
Méliès, cinéaste « vernien » ?
Interrogations génériques
 

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search