Version classiqueVersion mobile

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Cinquième partie L’extrême contemporain : nouveaux monstres, nouveau monstrueux ?

En attendant le vote des bêtes sauvages : un roman noir de la démocratie postcoloniale

Jean-Fernand Bédia

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le qualificatif postcolonial qui forme, avec le terme démocratie, l’unité sémantique de l’intitulé de cette contribution à la thématique du monstrueux et de l’humain dans les littératures mondialisées, illustre une catégorie historique, qui renvoie moins à la période d’après le colonialisme qu’aux discours idéologiques de la modernité, à l’écriture de l’histoire politique et géopolitique moderne. Dans le prolongement de cette idée, la démocratie postcoloniale, sorte de connivence politique irrationnelle entre des démocraties reconnues comme telles et des démocraties factices de régimes autoritaristes, est la figuration des systèmes de gouvernement engendrés par un processus de mondialisation des pouvoirs suprêmes d’États, au détriment des droits humains fondamentaux. Elle vise par une « stratégie de choc »1, dont les coups d’État, les guerres et les programmes iniques de sauvetage des économies nationales restent les moyens courants, à instaurer des situations de terreur généralisée...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search