Desktop versionMobile version

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Cinquième partie L’extrême contemporain : nouveaux monstres, nouveau monstrueux ?

Par-delà la mort et la vie : la monstruosité de l’humain chez Elfriede Jelinek

Uta Degner

The HTML, PDF, ePub formats of this book are available to the users of libraries and institutions subscribing to the OpenEdition Freemium program for Books. The book can also be purchased on the sites of partner bookstores, in PDF and ePub formats, if the publisher has opted for commercial distribution. If a print edition of the book is available, links to bookstores will be displayed on this page.

Excerpt

Qui lutte avec des monstres doit veiller à ne pas devenir un monstre lui-même. Et si tu regardes longuement l’abîme, l’abîme finit par regarder en toi1.

Le monstrueux, dans l’œuvre littéraire d’Elfriede Jelinek, offre de nombreux visages. En s’appuyant sur le prologue de son opus monstrum, Die Kinder der Toten (« Enfants des morts » ), publié en 1993, l’étude présente en retracera trois dimensions. On montrera d’abord que l’idée de Slavoj Žižek, qui fait du monstre un principe de morcellement des ordres apparemment naturels, est centrale pour la conception formelle du roman. Dans la partie centrale – « Par-delà la mort et la vie » – on s’occupera de la conception thématique du monstrueux comme instrument de la critique de la vie normale. La partie conclusive – « L’esthétique du mort-vivant » – prouve l’importance du mort-vivant pour la théorie esthétique de Jelinek ; en s’opposant à une compréhension classique d’un art vivant, l’écrivaine suggère le potentiel d’un art mort-v...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search