Version classiqueVersion mobile

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Cinquième partie L’extrême contemporain : nouveaux monstres, nouveau monstrueux ?

Par-delà la mort et la vie : la monstruosité de l’humain chez Elfriede Jelinek

Uta Degner

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qui lutte avec des monstres doit veiller à ne pas devenir un monstre lui-même. Et si tu regardes longuement l’abîme, l’abîme finit par regarder en toi1.

Le monstrueux, dans l’œuvre littéraire d’Elfriede Jelinek, offre de nombreux visages. En s’appuyant sur le prologue de son opus monstrum, Die Kinder der Toten (« Enfants des morts » ), publié en 1993, l’étude présente en retracera trois dimensions. On montrera d’abord que l’idée de Slavoj Žižek, qui fait du monstre un principe de morcellement des ordres apparemment naturels, est centrale pour la conception formelle du roman. Dans la partie centrale – « Par-delà la mort et la vie » – on s’occupera de la conception thématique du monstrueux comme instrument de la critique de la vie normale. La partie conclusive – « L’esthétique du mort-vivant » – prouve l’importance du mort-vivant pour la théorie esthétique de Jelinek ; en s’opposant à une compréhension classique d’un art vivant, l’écrivaine suggère le potentiel d’un art mort-v...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search