Version classiqueVersion mobile

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Quatrième partie De l’époque moderne à l’époque contemporaine : le monstrueux quotidien esthétisé

(Re-)Figurations du monstrueux dans le documentaire français après Auschwitz

Silke Segler-Meßner

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Reprenant la position pessimiste d’Adorno1, Geoffrey Hartman insiste dans son étude Langue et culture après l’Holocauste sur le fait que les morts des camps ne peuvent pas être intégrés dans une théorie de la culture occidentale à cause de l’impossibilité d’une justification rationnelle des atrocités nazies2. Ainsi, les arts du XXe siècle sont en particulier confrontés à la dure tâche de la transmission du traumatisme de la Shoah. Directement après la Deuxième Guerre mondiale, Jean Cayrol a esquissé dans ses essais Les rêves lazaréens et Pour un romanesque lazaréen le modèle d’une esthétique après Auschwitz qui se fonde sur la figure de Lazare comme incarnation du mort-vivant. Niant la possibilité d’une représentation mimétique ou réaliste, Cayrol, qui a été déporté à Mauthausen, n’écrit pas un récit de témoignage mais développe l’entreprise d’un art lazaréen, où l’odeur des cadavres en putréfaction contaminerait la littérature et le cinéma3. Avec son refus d’une narration et d’une ...

Auteur

Université de Hamburg

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search