Version classiqueVersion mobile

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Quatrième partie De l’époque moderne à l’époque contemporaine : le monstrueux quotidien esthétisé

Inhumains, trop humains ? Les monstres dans Les Ravagés d’Henri Michaux

Patrick Feyler

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’œuvre multiforme, hybride – et, en ce sens, monstrueuse – de Michaux, où se mêlent ou se heurtent la terreur et l’humour, l’empathie et la distance, le quotidien et les prodiges, la prose la plus exacte et la poésie la plus libre, fait partout surgir le monstrueux : dans les premiers recueils poétiques (La Nuit remue, Mes Propriétés), dans les récits de voyages imaginaires (Ailleurs1), dans les relations d’épreuves vécues – maladie (« Au lit2 »), expérimentation de la drogue (Misérable Miracle3, L’Infini turbulent4)–, ou encore dans les peintures et dessins exécutés parallèlement à l’œuvre écrite.

Les Ravagés parurent d’abord isolément en 1976 aux éditions Fata Morgana, avant d’ouvrir un recueil publié en 1981 chez Gallimard, Chemins cherchés, Chemins perdus, Transgressions. Michaux y commente une quarantaine de dessins et tableaux d’aliénés : « Internés la plupart », écrit-il dans un bref avertissement initial. « Avec leur problème secret, diffus, cent fois découvert, caché pourta...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search