Versión clásicaVersión móvil

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Quatrième partie De l’époque moderne à l’époque contemporaine : le monstrueux quotidien esthétisé

Neige noire d’Hubert Aquin ou la défense et l’illustration d’une esthétique de la monstruosité

Anthony Soron

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Si l’on ne fait pas de la bonne littérature avec de bons sentiments, alors sans doute y aurait-il plus de chance d’y parvenir en recourant à des sentiments monstrueux. En effet, nous devons convenir que bien des œuvres littéraires acquises à la cause du monstre appartiennent à la bonne littérature. Même si notre article ne sera pas le lieu d’un recensement des œuvres de la monstruosité, il va de soi qu’elle n’ignorera pas, sur le plan intertextuel, le panthéon des monstres littéraires. Monstre venu des frimas les plus reculés : Dracula. Monstre froid comme le vent glacial des soirs de l’hiver londonien : Jack l’Éventreur. Naît-on monstre ou le devient-on ? nous interrogeons-nous après la lecture du Portrait de Dorian Gray. Qui parmi nous n’a pas été épouvanté par la sentence de la Barbe bleue, rebuté par la Bête avant qu’elle se départît de ses oripeaux de laideur ? Le monstre, incarnation du Mal ou de l’Horreur depuis les âges du Minotaure et du Sphinx, exerce d’évidence un malin p...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search