Version classiqueVersion mobile

Le Monstrueux et l’Humain

 | 
Danièle James-Raoul
, 
Peter Kuon

Quatrième partie De l’époque moderne à l’époque contemporaine : le monstrueux quotidien esthétisé

Neige noire d’Hubert Aquin ou la défense et l’illustration d’une esthétique de la monstruosité

Anthony Soron

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on ne fait pas de la bonne littérature avec de bons sentiments, alors sans doute y aurait-il plus de chance d’y parvenir en recourant à des sentiments monstrueux. En effet, nous devons convenir que bien des œuvres littéraires acquises à la cause du monstre appartiennent à la bonne littérature. Même si notre article ne sera pas le lieu d’un recensement des œuvres de la monstruosité, il va de soi qu’elle n’ignorera pas, sur le plan intertextuel, le panthéon des monstres littéraires. Monstre venu des frimas les plus reculés : Dracula. Monstre froid comme le vent glacial des soirs de l’hiver londonien : Jack l’Éventreur. Naît-on monstre ou le devient-on ? nous interrogeons-nous après la lecture du Portrait de Dorian Gray. Qui parmi nous n’a pas été épouvanté par la sentence de la Barbe bleue, rebuté par la Bête avant qu’elle se départît de ses oripeaux de laideur ? Le monstre, incarnation du Mal ou de l’Horreur depuis les âges du Minotaure et du Sphinx, exerce d’évidence un malin p...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search